2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 15:06

 

Événements poétiques |  Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie 

 

 

 

 

 

 

 

​Désir de vivre

 

 

&

 

 

Désir de tendresse

​​

 

 

 

Lydia Kowicz Loriot

 

 

Crédit photo : La déesse-mère Gaia, image Commons, Wikipédia, domaine public.

 

 

Désir de vivre

 

 

 

 

Ce matin à l’aube, Gaïa, tu as chanté

 

L’Amour endormi s’est alors réveillé

 

Haut perché sur un grand arbre

 

Il guettait, sa flèche divine entre les doigts

 

Tu as chanté d’une voix rauque et féline

 

Une source limpide chuchotait tout en bas

 

Des spores évadées partirent en fumée

 

Un rayon de soleil timide et naissant

 

A frôlé les mousses rousses du printemps.

 

Naquirent alors d’autres sources, torrents et rivières

 

La nature s’est mise à bercer les arbres et les champs,

 

Et l’amour a gonflé le ventre des guerrières.

 

 

 

 

Désir de tendresse

 

 

Lui montrant le creux de son épaule

 

Il lui a dit tendrement  "viens là"

 

Rien d'exceptionnel à cela

 

Mais ça lui a fait drôle

 

Elle ne connaissait pas le havre paisible

 

Niché dans le repli du cou et par à-coup

 

Elle se recula, n'osant y prendre goût

 

C'était pour elle un moment indicible

 

Un nouvel événement simple mais désarmant

 

Elle comprit alors la raison d'être

 

De cet amant qu'elle appela Adam.



 

 

***

 

Pour citer ces poèmes

 

Lydia Kowicz Loriot« Désir de vivre » & « Désir de tendresse » poème inédits, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques Événement poétique|Le Printemps des Poètes « Les femmes et le désir en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 2 février 2021. Url : http://www.pandesmuses.fr/desir/lkl-desirs

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans RECUEIL NO3
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 14:13

 

Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes thématiques  | No 9 |  S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. 

 

 

 

 

 

 

 

Alfonsina y El Mar /

 

 

Alfonsina et la mer

 

 

 

 

Texte du poète

Félix Luna

 

Traduit de l’espagnol par

 

Maggy de Coster

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

 

Crédit photo : Alfonsina Storni, image Commons, Wikipédia, domaine public.

 

 

 

Version originale en espagnol

 

 

ALFONSINA Y EL MAR

 

 

Por la blanda arena que lame el mar 

Su pequeña huella no vuelve más 

Un sendero solo de pena y silencio llegó 

Hasta el agua profunda 

Un sendero solo de penas mudas llegó 

Hasta la espuma 

 

Sabe Dios que angustia te acompañó 

Que dolores viejos calló tu voz 

Para recostarte arrullada en el canto de las 

Caracolas marinas 

La canción que canta en el fondo oscuro del mar 

La caracola 

 


 

Te vas Alfonsina con tu soledad

¿Qué poemas nuevos fuiste a buscar? 

Una voz antigua de viento y de sal 

Te requiebra el alma y la está llevando 

Y te vas hacia allá, como en sueños 

Dormida, Alfonsina, vestida de mar 

 

 

Cinco sirenitas te llevarán 

Por caminos de algas y de coral 

Y fosforescentes caballos marinos harán 

Una ronda a tu lado 

Y los habitantes del agua van a jugar 

Pronto a tu lado 

 

 

Bájame la lámpara un poco más 

Déjame que duerma nodriza, en paz 

Y si llama él no le digas que estoy 

Dile que Alfonsina no vuelve 

Y si llama él no le digas nunca que estoy 

Di que me he ido 

 

 

 

Te vas Alfonsina con tu soledad

¿Qué poemas nuevos fuiste a buscar? 

Una voz antigua de viento y de sal 

Te requiebra el alma y la está llevando 

Y te vas hacia allá como en sueños 

Dormida, Alfonsina, vestida de mar 

 

Félix Luna y Ariel Ramírez*

 

 

 

 

Version traduite en français 

 

 

Alfonsina et la mer

 

À travers le sable doux qui lèche la mer

Se perd à jamais sa fine trace 

Rien qu’un sentier de peine et de silence se dessina

Jusque dans les profondeurs de l’eau

Rien qu’un sentier de peines muettes se dessina 

Jusqu’à l’écume

 

 

Dieu sait quelle angoisse t’accompagna

Quelles douleurs anciennes tut ta voix

Pour te reposer, bercée par le chant 

Des conques marines

La chanson que chante la conque

Dans le fond obscur de la mer

 

 

Tu t’en vas Alfonsina avec ta solitude 

Quels nouveaux poèmes es-tu allée chercher ?

Une ancienne voix de vent et de sel

Récupère ton âme et l’emporte

Et tu te diriges vers elle comme dans les rêves

Alfonsina, endormie dans ton habit marin

 

Cinq petites sirènes t’emmèneront

Par des chemins d’algues et de corail

Et de phosphorescents chevaux marins 

Tourneront autour de toi

Et les habitants de l’eau

Ne tarderont pas à se mettre à jouer à tes côtés.

 

Baisse-moi l’éclairage un peu plus

Pour que la nourrice dorme en paix

S’il appelle ne dis-lui pas que je suis là

Dis-lui qu’Alfonsina ne revient pas 

Et s’il appelle ne lui dis jamais que je suis là

Dis que je m’en suis allée

 

Tu t’en vas Alfonsina avec ta solitude 

Quels nouveaux poèmes es-tu allée chercher ?

Une vieille voix de vent et de sel

Récupère ton âme et l’emporte

Et tu te diriges là-bas comme dans les rêves

Alfonsina, endormie dans ton habit marin


 

 

* NDLR : « Alfonsina y el mar »: texte du poète Félix Luna mis en musique par le pianiste compositeur Ariel Ramírez en hommage à la poète féministe argentine Alfonsina TORNI qui, atteinte d’un cancer, s’est suicidée le 25 octobre 1938 à l’âge de 46 ans. Cette chanson fut également interprétée par la chanteuse argentine de renom Mercedes Sosa


 

 

 

***

 

Pour citer ce poème bilingue espagnol-français

 

Félix Luna (poème de), Maggy De Coster​ (traduction de), « Alfonsina y El Mar / Alfonsina et la mer  », poème bilingue espagnol-français reproduit avec l'aimble autorisation des auteurs et leur maison d'édition, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 15 « Eaux oniriques : mers/mères » N°9|Hiver 2021 « Artistes en Poésie », sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 2 février 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/lettre15/no9/mdc-alfonsinayelmar

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

 

Retour au sommaire à venir​​

 

 

 

© Tous droits réservés

 

 

Retour au sommaire de la Lettre n°15 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans La Lettre de la revue LPpdm Numéro 9
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 16:30

 

Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Annonces diverses | Avis de parution 

 

 

 

 

 

Questions théoriques à la littérature

 

contemporaine : rencontres 2021

 

 

 

Alexandre Gefen

 

UMR THALIM, « Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité » CNRS-Université Paris 3-Sorbonne nouvelle-ENS

Page web

 

 

 

Deux essais, deux rencontres

Cher.e.s collègues, cher.e.s ami.e.s,

 

 

En période de pandémie, le séminaire Questions théoriques fonctionnera en mode réduit et vous proposera deux rencontres virtuelles autour de deux parutions à portée théorique :

 

__ lundi 8 février, à 16h00, rencontre avec Pierre Schoentjes autour de son essai Littérature et écologie. Le mur des abeilles (parution novembre 2020, Corti) :

 

Lien Zoom :

https://zoom.us/j/95454478446?pwd=M0x0TlJzdGd6VlIzOGdkMnZET0ppQT09

 

__ lundi 15 mars, à 16h00, dialogue entre Dominique Rabaté et Alexandre Gefen autour de son essai L'Idée de littérature. De l'art pour l'art aux littérature d'intervention (parution le 25 février 2021, Corti) :

 

Lien Zoom :

https://zoom.us/j/99960966203?pwd=ZkxvM2RlL3A3K2NaZEI4ODFWVnRTQT09

 

Dans l'espoir de vous y retrouver,

 

Alexandre Gefen et Dominique Rabaté

 

 

Présentations des œuvres :

 

 

© Crédit photo : Première de couverture de l'œuvre de Pierre Schoentjes aux éditions Corti. 

 

 

 

Ce livre explore les rapports entre la littérature, l'environnement et l'écologie, dans une perspective écopoétique. Il est né du constat qu'avec la fin de la première décennie du 21e siècle la littérature française s'est mise à faire une place importante aux atteintes à l'environnement.

L'écologie, longtemps suspecte dans l'univers littéraire, est aujourd'hui solidement ancrée dans la littérature d'imagination.

À la lecture de ce qui a déjà été publié, l'on peut gager que la spécificité du sujet conduira aussi les auteurs à réinventer les formes romanesques. Aborder le changement climatique -phénomène qui se déroule sur une durée qui dépasse et de beaucoup le cadre habituel du roman- ou faire une place à la sensibilité des animaux -impossible à aborder par le biais romanesque de la psychologie traditionnellement privilégiée- amène déjà les romanciers à repenser en profondeur les modalités du récit.

Ce volume est donc d'abord un livre consacré à la littérature de l'extrême contemporain. Cela implique que les auteurs qui sont abordés ne disposent pas (encore) tous d'une grande visibilité. Alice Ferney, Maylis de Kerangal, Laurent Mauvignier, Jean Rolin ou Sylvain Tesson sont certes des auteurs largement célébrés, parfois simultanément par la critique universitaire et par le grand public cultivé. D'autres, Gisèle Bienne ou Claudie Hunzinger par exemple, ont depuis longtemps un cercle de lecteurs fidèles, mais ne sont pas nécessairement connus du plus grand nombre.

Guillaume Poix, Frank Bouysse et Éric Plamondon ont émergé plus récemment, mais se sont déjà rendus visibles, souvent en obtenant des prix littéraires majeurs.

Quoi qu'il en soit de leur notoriété, tous ces écrivains signent des oeuvres où la problématique environnementale est l'occasion de réfléchir aux moyens par lesquels l'écriture est à même de rendre compte des problèmes et des défis actuels en matière d'écologie.


 

 

 

 

 

© Crédit photo : Première de couverture de l'œuvre d'Alexandre Gefen aux éditions Corti.

 

 

 

Loin d'être une essence, la littérature est avant tout une idée. Cet essai entend en faire l'histoire, de l'apparition du mot et de la naissance du concept au tout début du XIXe siècle à ses étonnantes métamorphoses contemporaines.

Car le territoire de littérature connait aujourd'hui une formidable extension :

De la littérature définie par son désintéressement, son autonomie, aux écritures contemporaines volontiers sociales et politiques, du sacre de l'auteur aux amateurs de fanfictions, du souci unique du style à la non-fiction, de l'apologie de l'originalité à l'exigence de l'enquête, de la solitude du créateur aux littératures de terrain, du roman romanesque aux écritures du monde non humain, du culte du texte aux écritures hors du livre, du tropisme occidental à la world literature, d'une conception linguistique à une approche informée par l'anthropologie culturelle et les sciences de la nature.

Que s'est-il passé ? Pourquoi avons-nous longtemps identifié la littérature à l'art pour l'art ? Quels chemins a emprunté ensuite notre idée de la littérature, après s'être définie par son inutilité et son intransitivité, pour nous apparaître désormais comme une pratique communicationnelle et relationnelle, à la fonction éthique et même démocratique ? C'est en faisant la généalogie longue et complexe de l'idéologie esthétique qui a dominé la littérature moderne et ses institutions, en interrogeant ses valeurs supposées universelles, en questionnant sa religion du texte et ses manières de produire des distinctions, en mettant en perspective les études littéraires qui l'ont accompagnée, que l'on peut comprendre une conception de la littérature comme un concept ouvert, extensif et inclusif, comme un moyen et non comme une fin.


 

Assumant tous les risques expressifs, s’aventurant à ses propres frontières, renouvelant ses héritages, la littérature française d’aujourd’hui est en attente de catégories, à qui on ne demanderait pas de jouer le rôle d’étiquettes fermées, mais plutôt d’aiguillages et de balises dans un champ d’une ampleur inédite. Partant de lectures ou de relectures attentives, on explorera des pistes conceptuelles possiblement utiles à la compréhension des œuvres du XXIe siècle : genres, cadres, métaphores, méthodes et outils variés dont on essayera de saisir autant l’originalité théorique que l’effectivité pratique.

 

 

 

 

Un séminaire de Bruno Blanckeman (Paris 3), Alexandre Gefen (Paris3-CNRS) et Dominique Rabaté (Paris 7).

 

 

 

***

 

Pour citer cet avis 

 

 

Alexandre Gefen« Questions théoriques à la littérature contemporaine : rencontres 2021 »Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 15 « Eaux oniriques : mers/mères », mis en ligne le 1er février 2021. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettre15/ag-questionstheoriques

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire de la Lettre n°15 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans La Lettre de la revue LPpdm
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 14:13

 

Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Nouvelle zone (ou rubrique) de la revue LPpdm

 

 

 

 

 

Mon mémoire en dix mille caractères

 

 

 

 

Crédit photo : Joan Mitchell, (1960-1961) Rock Bottom​​​​, image Commons, Wikipédia, domaine public.

 

Ce périodique indépendant, fondé par des femmes et entièrement réalisé par des bénévoles souhaite aider les personnes (jeunes ou non) qui font des recherches en lien avec la poésie et/ou la poétique à propager leurs connaissances et savoirs en leur proposant de publier un résumé de dix mille caractères du mémoire entrepris en troisième cycle ou en habilité à diriger des recherches avec une notice biographique.

 

Cette nouvelle zone est ouverte à toutes les personnes inscrites en troisième cycle et en habilité à diriger des recherches dans une université ou une institution similaire dans le monde entier.

 

Bien évidemment, on accorde la priorité de la mise en ligne et de la diffusion aux mémoires portant sur tout ce qui concerne les femmes et le genre en poésie.

 

 

Pour transmettre dès à présent votre présentation, veuillez écrire à la rédaction du Pan Poétique des Muses :

contact.revue@pandesmuses.fr

 

 

 

 

* Cette rubrique a été créée par ​​​​​Dina Sahyouni en janvier 2021.

 

 

***

 

Pour citer cet avis 

 

 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES« Mon mémoire en dix mille caractères », avis inédit sur la création d'une nouvelle rubrique, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 15 « Eaux oniriques : mers/mères », mis en ligne le 1er février 2021. 

Url : http://www.pandesmuses.fr/lettre15/memoireendixmillecaracteres

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire de la Lettre n°15 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans La Lettre de la revue LPpdm Nouvelles zones

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE SON FESTIVAL EN LIGNE Megalesia édition 2021 du 8 mars 2021 au 31 mai 2021 © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, une femme en désir, peinture. Festival numérique, international & multilingue des femmes & genre...
  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Désirance
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Désirance Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Désir de feu feu de braise braise étincelant dans l’âtre de mes nuits nuits matérialisées dans les rêves Connivence...
  • Le corps de l’Homme et Libidoll
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Le corps de l’Homme & Libidoll Luxy Dark © Crédit photo : Luxy Dark, "La Déchirure", tableau. Le corps de l’Homme Le corps de l'Homme est une toupie, Une toupie qui s'enroule...
  • Une nuit
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Une nuit Christine Fusarelli © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Désir", peinture. Et cette nuit qui vient Est-elle menace d’immobilité Ou promesse de recommencement...
  • tes mains
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie tes mains* Houle Crédit photo : Hands, domaine public, image de Commons, Wikimedia. je clos mes paupières dans les profondeurs du lit. immobile, comme le poème d'un mort....
  • J'ai jeté l'encre dans les ports
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie J'ai jeté l'encre dans les ports Olympia Alberti Crédit photo : Olympia Alberti en 2 016, image de Commons, Wikimédia. J'ai jeté l'encre dans les ports en pluie en amertume...
  • À mon seul désir
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie À mon seul désir Chantal Robillard Crédit photo : Mon seul désir, un détail de la tapisserie de la dame à la licorne, Commons, Wikimédia. A u milieu du ciel rouge vif et...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Merci Overblog ?
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. Merci Overblog ! Chère plate-forme Overblog France, La revue LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous adresse ses sincères remerciements pour la qualité de votre entreprise,...