31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 09:38

 

Distinctions 2017 | Prix poétiques de la SIÉFÉGP

 

 

 

 

 Biographie de Nathanaël

 

 

et présentation de L'heure limicole

 

 

 

 

 

Fidel Anthelme X

 

 

Biographie de Nathanaël

 

 

Nathanaël est l’auteure de plus de vingt livres écrits en anglais et en français dont notamment Feder (2016), The Middle Notebookes (2015), Sotto l’immagine (2014) et Carnet de somme (2012). L’essai de correspondance, L’absence au lieu (Claude Cahun et le livre inouvert) (2007), dont la contre-verse, Absence Where As (Claude Cahun and the Unopened Book) (2009), est également signée Nathanaël, est un parmi plusieurs (auto-)traductions à qui il manque la version originale. Reconnue par plusieurs prix et bourses dont le Prix Alain-Grandbois, le Triangle Publishing Award inaugural, ainsi que des bourses du CNL et de la PEN American Centre, l’écriture de Nathanaël est traduite en basque, en espagnol (Mexique), en grec, et en slovène, dont plusieurs livres en bulgare et en portugais (Brésil). Une journée d’études lui a été consacrée à l’ENS-Lyon en 2011.

 

Ses livres sont par ailleurs édités aux États-Unis, au Québec, et en France. De Sotto l’immagine Alain Jugnon a écrit : « Toute la prose de Nathanaël cherche le poème terminale, le poème qui passe à l’acte, passe par la fenêtre, invente l’en dehors de l’être, ce qui n’est pas être mais devenir, innocemment. Il n’existe pas de poème plus prosaïque que ce que tente aujourd’hui l’écriture de Nathanaël. Le récit chez ce poète ne parle de rien, n’évoque pas, ni ne convoque : cette écriture est en mouvement vers l’homme nouveau, origine et fin de toute philosophie comme de toute littérature. En haine du roman et en haine du cinéma, Nathanaël invente une nouvelle manière d’enregistrer et de représenter le vivant humanisé. Nommons cela une pictogrammatologie érotique. » Traductrice également, d’ouvrages de Hervé Guibert, de Danielle Collobert, d’Édouard Glissant, de Catherine Mavrikakis, et de Hilda Hilst (cette dernière en collaboration avec Rachel Gontijo Araújo), Nathanaël vit à Chicago, les mains plongées dans l’Atlantique.

 

Œuvres

 

L'heure limicole, 2016

Feder. Nightboat 2016.

Laisse (rejet apparent). Mémoire d’encrier 2016.

The Middle Notebookes. Nightboat 2015.

Asclepias : The Milkweeds. Nightboat 2015.

Sotto l’immagine. Mémoire d’encrier 2014.

Laisse. Recours au poème 2014.

Sisyphus, Outdone. Theatres of the Catastrophal. Nightboat 2012.

Carnet de somme. Le Quartanier 2012.

Carnet de délibérations. Le Quartanier 2011.

We Press Ourselves Plainly. Nightboat 2010.

Absence Where As (Claude Cahun and the Unopened Book). Nightboat 2009.

At Alberta. BookThug 2008.

...s’arrête ? Je. L’hexagone 2007.

L’absence au lieu (Claude Cahun et le livre inouvert). Nota Bene 2007.

Touch to Affliction. Coach House 2006.

Je Nathanaël. BookThug 2006.

L’injure. L’hexagone 2004.

Je Nathanaël. L’hexagone 2003.

l’embrasure. TROIS 2002.

Somewhere Running. Arsenal Pulp Press 2000.

Underground. TROIS 1999.

Colette m’entends-tu ? TROIS 1997.

This Imagined Permanence. Gutter Press 1996.

hivernale. GREF 1995.

 

 

 Présentation de L'heure limicole

 

 

 

 © Crédit photo : 1ère de couverture des éditions Fidel Anthelme X, prise par LPpdm

 

 

 

 

 

Ce recueil a été récompensé par

Le Deuxième Prix international de poésie 2017

de l'Académie Claudine de Tencin

 

***

 

Pour citer ce texte


Fidel Anthelme X, «  Biographie de Nathanaël et présentation de L'heure limicole », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Distinctions 2017 « Prix poétiques de la SIÉFÉGP », mis en ligne le 31 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/8/distinctions-limicole.html

 

 

© Tous droits réservés                            Retour aux présentations

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Distinctions SIEFEGP
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 14:11

 

Encyclopédie évolutive de la poésie mineure 

 

(ou des femmes et du genre en poésie) de la SIÉFÉGP

 

 

 

Section de la poésie engagée :

 

 

« Féminismes, vies et œuvres engagées »

 

 

 

Dans la section de la poésie engagée intitulée « Féminismes, vies et œuvres engagées », on souhaite explorer les différentes formes d'engagement en poésie et par extension en littérature (mineure) où la poétique joue un rôle important dans la vie et/ou l’œuvre des femmes et hommes de lettres. Il s'agit donc d'esquisser des portraits voire des profils de types de parcours/voies poétiques. Cette section permet à notre Encyclopédie (entreprise éditoriale érudite mais surtout pragmatique et pratique) de se différencier des autres encyclopédies et dictionnaires en mettant fin au formatage traditionnel et systématique de ces ouvrages en élargissant les horizons du traitement de l'information et de la réception des vies et des ouvrages des auteur-e-s.

Dina Sahyouni

 

 

Maggy de Coster, « Portrait croisé. George Sand et Louise Michel : deux avant-gardistes féministes du monde littéraire français » |

 

 

Pour citer ce billet

 

SIÉFÉGP, « Section de la poésie engagée : "Féminismes, vies et œuvres engagées" », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Encyclopédie évolutive de la poésie mineure (ou des femmes et du genre en poésie) de la SIÉFÉGP, [En ligne], mis en ligne le 30 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/encyclopedie-section2

 

© Tous droits réservés

Page créée le 30 août 2017, en construction.

Dernière mise à jour le 31 août 2017

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Encyclopédie SIEFEGP
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 10:57

 

N°7 | Poésie de la jeunesse | Géopoétique

 

 

Avant-première

 

 

 

Brest, Cause onirique,

 

 

Découverte, Monarchie magmatique

 

 

 

Julien Servent

 

 

 



 

Brest

 

 

 

Amas de fer-ail haché menu très très fin des temps sous les lumières océaniques d'une apocalypse dilettante. L'artiste bleu dessine un nu âgé de la dernière évaporation au plafond du sous-sol du cosmos.

L'humain vers de terre de ses/ces propres/un peu moins propres espaces infinis fertilise après la pluie rouge des bombardements, bons bardes de ces nuits intérieures, sous les dizaines d'yeux des troncs et des bras d'acier qui clignent autant que bat le cœur de la ville. Rythmes endiablés et lucioles des temps modernes.

Le geulant goéland coule dans le fondu déchaîné des vagues d'air soulevées par une grise bourrasque d'hiver. Sous les assauts répétés une écume neigeuse tombe sur un sol à jamais épargné le gel, à jamais imbibé par le sel.

Et le lent silence de la tempête. Vois et nage au bout du bout des mille et une nuits de ton âme.

***

 

Cause onirique

 

 

 

Sur une plaine en pantoufles de vallées, assommée des larmes d'une lune à tiques aquatiques tout aussi pleine que la steppe est plane traîne un homme. Seul dans ces lieux peuplés de souvenirs arborescents, son écharpe de vent agite ses poils de graminées.

Des bancs entiers de poissons imaginaires baignent dans une lumière pensive et réfléchie. L'œil cratère de roc sait distinguer sur chacun d'eux une seule et unique écaille, infime part de la grande fresque des représentations.

 

***

 

Découverte

 

 

 

Une île-carapace de tortue écaillée par le vert du maquis lance ses bras tentaculaires très en dessus d'un ciel liquide aux nuages poissonneux. Sublime vieillesse ridée par les vents du large.

Sans vers et contre tout bon sens le poète navigue à visage découvert, sans phare, sur l'océan d'une conscience aussi subjectivement infinie qu'objectivement limitée où les images pensent et dansent.

Ballotté par les vagues à lames déferlantes, son frère pour seul cardinal, les craquelures solaires de sa peau accueillent les senteurs de la terre convoitée et une pluie de pollens parfumés et graciles tombe en rideau d'or à l'arrière-plan de l'écran de son visage jovial.

 

 

***

 

Monarchie magmatique

 

 

 

La neige comme un manteau de fourrure coule et croule de tout son poids sur les épaules de granit d'un Sire et fond aux bougies d'une nuit scintillante jusqu'aux fonds turquoises et pétillants de truites des miroirs des seules dynasties vraies.

C'est un fait, l'éboulis dans sa boulimie de vertiges dessine un sceptre au seigneur de ces lieux.

Même l'éclair sentencieux, virevoltant tournoyant bourreau avec ses chevaux de tonnes d'air qui grognent à l'horizon, na sait guillotiner les pics, doit se contenter de quelques jaillissements minéraux et de larmes solides pour une colère apaisée.

 

***

 

Pour citer ces poèmes en prose

 

Julien Servent, « Brest », « Cause onirique », « Découverte » & « Monarchie magmatique », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 28 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/

2017/8/brest.html
 

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 07:57

 

 

Revue des éditrices & éditeurs en poésie | Compte rendu

 

 

 

L'Ange et les Pervers de Lucie Delarue-Mardrus,

 

 

Édition critique établie par Nelly Sanchez,

 

 

Classiques Garnier, N°258, 210 p., 25 €

 

 

 

 

Nelly Sanchez

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture illustrée aux éditions Classiques Garnier

 

 

 

Publié en 1930 puis en 1934, L'Ange et les Pervers occupe à plus d'un titre une place particulière dans la carrière littéraire de Lucie Delarue-Mardrus. Sa construction narrative, le style employé, laisse penser qu'il s'agit d'un roman à quatre mains. D'autre part, il est le premier roman à clefs de l'auteure, inaugurant ainsi une série d'écrits autobiographiques, laquelle s'achève en 1938 avec Mes Mémoires. Dans le Paris des Années folles, l'auteure refait vivre des personnalités de la Belle Époque comme Natalie Clifford Barney. Chaque fois que cela a été possible, nous avons établi une corrélation entre réalité et fiction, mettant à jour certaines constructions de personnage.
 
Il est surtout le premier écrit où Lucie Delarue-Mardrus évoque son orientation sexuelle et tâche de la justifier. Le protagoniste, Marion Hervin de Valdeclare, est un hermaphrodite, qui mène une double vie. Suivant qu'il est Miss Hervin ou Mario de Valdeclare, il fréquente les sphères gays ou lesbiennes de la Capitale, le monde du théâtre. La bisexuation du personnage, particularité biologique, est à considérer comme la métaphore du caractère inné de l'homosexualité de l'auteure. Comme le protagoniste, celle-ci ne fait, en définitive, que suivre sa nature.
 
Au-delà de l'intérêt biographique, Lucie Delarue-Mardrus développe dans L'Ange et les Pervers sa conception de la féminité, adoptant une démarche qualifiée plus tard de constructiviste. Pour elle, point d’essence féminine, tout n’est qu’apprentissage forcé de comportements socialement attendus d’une femme. L’Ange et les Pervers semble dès lors porter en germe tous les éléments qui conduiront Simone de Beauvoir à écrire, en 1941, Le Deuxième sexe
 
Table des matières : https://www.classiques-garnier.com/editions-tabmats/StfMS265_tabmat.pdf
 
Pour commander ce livre chez l'éditeur :
 
L'Ange et les Pervers de Lucie Delarue-Mardrus, Édition critique établie par Nelly Sanchez, STFM n°258, édité par Classiques Garnier. N°258, 210 p., 11,5 x 17,4 cm Broché, ISBN 978-2-86503-307-2, 25 €
 

***

 

Pour citer ce texte


Nelly Sanchez, « L'Ange et les Pervers de Lucie Delarue-Mardrus, Édition critique établie par Nelly Sanchez, Classiques Garnier, N°258, 210 p., 25 € », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 28 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/8/ange-pervers.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 16:01

 

 

Muses au Masculin | Essai ou manifeste

 

 

Avant-première

 

 

Manifeste culturel des temps numériques

 

 

Mustapha Saha

 

 

Illustration par

 

  Élisabeth Bouillot-Saha

 

 

© Crédit photo : Mustapha Saha lisant à Trouville, été 2017 par Élisabeth Bouillot-Saha

 

 

 

Rien de plus intemporel que la culture, cette substance de l’intelligence créative, qui donne un sens à l’existence, ce moteur d’échange et d’épanouissement intellectuel, qui fonde l’intérêt commun, cette mémoire incorruptible des savoirs et des connaissances, qui perpétue l’expérience humaine. C’est la culture, et essentiellement la culture, qui, par ses apports au monde, fait la grandeur des civilisations. Le génie des langues s’irrigue partout de finesses syntaxiques, de nuances lexicales, de subtilités sémantiques, qui fleurissent dans les poésies subversives. Il n’est pas de société qui ait survécu aux puissances de la destruction sans résistance culturelle. Il n’est d’autre salut à l’humanité que l’art et la poésie.

 

Avec la Révolution numérique, la pluralité culturelle se propage jusqu’aux confins inaccessibles. Les patrimoines se partagent dans la transparence inamissible. La transversalité supplante sans rémission l’horizontalité désuète. Le vieux monde s’écroule avec pertes et fracas. Ses rouages de pouvoir tournent à vide. La culture se démocratise aux marges des officines manipulatrices et des institutions officielles. Le droit à la culture se réalise enfin par effraction technologique sur supports incontrôlables et dédales irrachetables. Les technologies de pointe sont à la portée de chacun. Les réseaux mondiaux déroulent leur maillage à l’infini. La connexion du savoir-faire et du faire-savoir s’autonomise. Les vieux clivages entre culture d’élite et culture de masse sont frappés d’obsolescence. Les marketings politiques et les politiques commerciales ont beau multiplier les récupérations propagandistes et publicitaires, ils n’attrapent que la queue de la comète.

 

La création contemporaine n’a plus besoin de reconnaissance académique pour sortir de l’ombre. Le centre se décentre. Les élites se délitent. L’effervescence créative explose aux périphéries, dans les banlieues lointaines et les cités vilaines. Les avant-gardes d’aujourd’hui hantent les friches industrielles et les surfaces vectorielles. Les nouvelles expressions urbaines débordent les conventions limitatives. Les œuvres novatrices germent et se fécondent dans les caves obscures, empruntent des traverses ingérables sans facture, éclatent au grand jour sous bénédiction de Mercure. La pollution politique sur tablettes s’écure. Le proche et le lointain, le notoire et le clandestin se rejoignent en temps réel sur la toile incommensurable.

 

À l’heure de la mondialisation définitive, où les économies mondiales se tricotent et se détricotent au gré des spéculations boursières, la culture demeure la seule valeur sûre. La culture se renouvelle et se fertilise dans le brassage et l’inéluctable métissage. Le diversalisme en devenir est cosmopolite. La culture incarne désormais la fraternité sans tutelle et sans frontières. Le grand art descend partout dans la rue, sans coupe-file et sans préavis. Les révolutions futures seront culturelles ou ne seront pas.

 

Ce texte paraîtra au numéro spécial 2017

 

 

***

 

Pour citer ce texte

 


Mustapha Saha, « Manifeste culturel des temps numériques », illustration par Élisabeth Bouillot-Saha, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 26 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/8/manifeste.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 15:01

 

N°7 | Dossier mineur | Textes poétiques

Avant-première

 

 

 

Parsemillage

 

 

 

 

Laure Delaunay

 

Site officiel : https://lauredelaunay.com/

 


 


 

 

Ça persifle ? Non, ça part semer.

Ça éparpille ? Non, ça essaime.

Ça parchemine ? Non, ça se fond en envol à deux ailes.


 

C'est persillé ? Oui, un peu, du vert, le jaune du semis aussi et sans que je sache pourquoi, une touche de vermillon.


 

Ça s'égraine.

Comme un peu ce qu'on voit quand on ferme les yeux.


 

C'est assorti à un papillon champêtre.

Il déplie sa surface et le ça se dissout.

Poudres magiques...


 

Plus rien.

Le mot a fait sa vie, éphémère, lui aussi.

 

 

***

 

Pour citer ce poème

 


Laure Delaunay, « Parsemillage », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 26 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/8/parsemillage.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 11:11

 

1er concours international de poésie 

 

 

Poème en prose et photographie sélectionnés sur les animaux

 

 

 

Nuit farouche

 

 

Texte & illustration

 

Claude Luezior

 

© Crédit photo : la belle "Elia" (2 ans), image fournie par Claude Luezior

 

 

 

Aboie ma chienne dans la nuit. Promptement sortie, malgré la brume qui empoisse mon crâne, elle renifle je ne sais quel vernis de rosée, quelle souche malingre ou brindille convulsant sous un vent sournois. Plus loin sanglote une paire d'ombres : touches livides sur canevas de grisaille, carcasses de feuilles déjà tourmentées par l'automne.

Quatre heures du matin : elle s'érige contre l'épaisseur austère. Conspiration d'une chauve-souris, hululement d'un carnassier, frôlement d'une forme intrusive ? Dans une litanie de lunes toussotant leurs rayons évanescents, quelque mulot divague-t-il en mal d'amour ?

 

La voilà qui se couche à mes pieds. Le danger s'en est allé, sans doute vers un plus loin où se contredisent des errances…

Toute famille réveillée, la gardienne agite sa queue, sans remords, frétillante d'avoir écarté l'affreuse menace, satisfaite jusqu'au bout du museau. Dormez, bonnes gens : le monde peut reprendre sa course.

 

© Copyright Claude Luezior : http://www.claudeluezior.weebly.com/

 

Événements poétiques | 2017 | Concours international de poésie (1ère édition)

 

***

 

Pour citer ce poème en prose


Claude Luezior (texte & illustration), « Nuit farouche », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques|Concours international (édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie), mis en ligne le 23 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/8/concours-nuit-farouche.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Événements poétiques Distinctions
23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 09:17

 

Sourires & rires féministes

 

Rubrique dédiée aux poésies caricaturale, humoristique et satirique

 

 

 

Mort-né

 

 

Dina Sahyouni

 

 

Mort-né

ton amour,

il n'a vu

le jour

ni la nuit


 

Mort-né

ton amour

dans l'étreinte

des soupirs

d'un rêve fou

tu as pourtant tout crû

Même un amour borné

 

 

Mort-né

 _ mon nez, mon bonnet _

mort-né

ton amour

chéri d'un jour

d'un mois, d'un an,

d'un siècle de souhaits

et de rêves inavoués


 

Mort-né

ton amour

dans ton cœur

de velours

mon amour


 

Mort-né

sans combat,

ni emphase

au bout d'une phrase

d'un clic, c'est cuit

c'est qui, c'est quoi

et des tas de pourquoi


 

 

Mort-né

ton amour

avalé par les vautours

des réseaux à la mode

sans classe, ni faute

 


 

Mort-né

l'enfant chéri

de tes rêves étourdis

d'enlacer les étoiles

qui brillent quelques moments

en ligne en te renvoyant le cygne

signe de la mort


 

 

Mort-né

ton amour

sans rencontrer ni princesses

ni "gonzesses", ni dames

ni aucune flamme

 


 

Mort-né

dans un faubourg

seul au pied d'une tour

comme les malfrats

de toujours ou d'un jour


 

 

Mort-né

solitaire

blessé

et d'un orgueil démesuré

devant sa glace

finit sa tasse de café

dans une salle de bain

ou dans un W.C.

sur le coin d'une table

ou dans une mangeoire

triste, délaissé

 


 

Mort-né

ton amour

et ton imprudence

guette au loin

le cadavre exquis

de ce qui fut

déjà l'histoire

de toute une vie

 


 

Mort-né

et la princesse n'est qu'une

altesse royale endormie

dans un tombeau fatal

ensorcelée par les Moires

des siècles à pourvoir


 

 

Mort-né

le chéri d'une vie

hélas, il n'a plus de prix

pour être ressuscité

 

Texte écrit mardi le 7 mars 2017 entre 9h et 10 h

 

***

 

Pour citer ce poème


Dina Sahyouni, « Mort-né », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 13 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/8/mortne.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 09:58

 

S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes

                                                  

 

 

Non, la haine n'aura pas notre peau !

 

 

 

Dina Sahyouni

 

 

Improvisation du 18 août 2017 en hommage aux victimes des attentats terroristes qui ont frappé l'Espagne hier et cette nuit.

 

 


 

La haine frappe les corps, abolit l'humain

les jours sanglants se succèdent sans fin

où sont les cœurs chargés de fleurs, de vies ?

je n'entends que leurs inouïs cris

où est-il l'humain sous la peau de la haine

qui fait éclater en secondes les veines,

verser le sang des innocents...


 

La haine frappe, meurtrit nos nuits

et là-bas, au loin un drapeau blanc blêmit

bigré de gouttes rouges, il gémit

il pleut pourtant dans les beaux cœurs

des cieux bleus, des rêves d'azur,

des bouquets de coquelicots des près espagnols

nos cœurs chavirent, tristes à mourir

teintés de rouge écarlate, teintés d'amour,

d'amitié et des couleurs vives de l'humanité

perdue en route, rendue étrangère et hors-la-loi,

pendue par la haine féroce une énième fois

 

Non, la haine n'aura pas de place

non, elle ne sera pas l'impasse

non, l'amour parmi nous

triomphera bien sûr,

fera taire les canons, les vengeances

et les hommes leurrés par l'intolérance

tuant leurs semblables sans éprouver la moindre peine

ô chagrins, ô pleurs, serons-nous ainsi des amours vaines ? !

où est-il donc.. où est-il l'humain ?

introuvable sous leur paraître humain

n'oublions pas braves cœurs

éplorés souvent par les douleurs

que l'amour, ce velours pourpre, qui unit les hommes

purifie les cœurs haineux des dogmes, en somme

 

 

Non, la haine n'aura pas notre peau

non, la haine n'aura pas le dernier mot

nos cris d'amour seront son tombeau*

 

 


* Merci d'écouter aussi la chanson "Imagine" de John Lennon : https://youtu.be/YkgkThdzX-8

 

***

 

Pour citer ce poème


Dina Sahyouni, « Non, la haine n'aura pas notre peau ! », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 18 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/8/crisdamour.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 15:42

 

 

Annonce de concours

 

 

 

Grand prix de poésie de la ville d’Aix-en-Provence,

 

Session 2017, Concours organisé par

 

l’Association Artistique et Culturelle H O R I Z O N

 

sous le haut patronage et avec la participation

 

de la Ville d’Aix-en-Provence

 

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

Comme chaque année, l’Association Horizon, avec le soutien de la Ville d’Aix en Provence, organise le Grand Prix de Poésie d’Aix en Provence. Catégories : Classique, Néoclassique, Libérée et Jeunes Poètes (16 à 18 ans, 13 à 15 ans, moins de 13 ans). Pas de thème imposé. Date limite des envois, le 1er octobre 2017.

On peut en obtenir le règlement en écrivant à : M. André Rouy, 23 résidence Saint Benoît, 101 avenue Henri Mauriat, 13100 Aix en Provence, en joignant une enveloppe timbrée pour la réponse. On peut aussi consulter le règlement et le copier sur le blog www.aixhorizon.over-blog.com

Pouvez-vous en informer votre public, vos adhérents et vos sympathisants ?

Nous joignons à ce courrier un exemplaire du règlement ; En vous remerciant par avance, nous vous prions de bien vouloir accepter l’expression de nos salutations distinguées.

Le secrétaire de l’Association Horizon

André Rouy

 

H O R I Z O N

Association Culturelle

Maison des Associations

LUYNES, AIX-EN-PROVENCE

 

Voir aussi le règlement de ce concours en PDF ci-joint à télécharger

 

***

 

Pour citer ce concours

 

André Rouy pour l'association HORIZON, « Grand prix de poésie de la ville d’Aix-en-Provence, Session 2017, Concours organisé par l’Association Artistique et Culturelle H O R I Z O N sous le haut patronage et avec la participation de la Ville d’Aix-en-Provence », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 15 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/8/concours-horizon.html

 

© Tous droits réservés                                            Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétiques des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Rechercher

À La Une

  • N°7 |Automne 2017|Femmes, poésie et peinture
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°7 | AUTOMNE 2017 Femmes, poésie & peinture 1er volet sous la direction de Maggy de COSTER © Crédit photo : œuvre artistique sans titre...
  • N°7|Femmes, poésie et peinture|Sommaire
    N°7 | Sommaire N°7 | AUTOMNE 2017 Femmes, poésie & peinture 1er volet sous la direction de Maggy de COSTER Mise en ligne progressive avant sa parution en version imprimée en décembre 2017 © Crédit photo : œuvre artistique sans titre de Maggy de COSTER...
  • Lettre n°12 | Vers des vers verts...
    Publication successive du 27 septembre jusqu'au 31 octobre 2017 Lettre n°12 Vers des vers verts... © Crédit photo : Roses par DS, septembre 2017 . ISSN numérique : 2116-1046 Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques...
  • Interview avec l’artiste peintre Isabelle Venet
    N °7 | Entretien artistique LPpdm a rencontré Interview avec l’artiste peintre Isabelle Venet Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ *** Présentation de l’artiste...
  • La peinture de Louise Cara ou l'espace du monde en son féminin
    N °7 | Dossier majeur | Articles & témoignages La peinture de Louise Cara ou l'espace du monde en son féminin Nicole Barrière Illustration de Louise Cara © Crédit photo : Toile "Trames" (157 x 150 cm, TM, 2013) de de l'artiste peintre Louise Cara. La...
  • Les belles ancêtres
    N °7 | Dossiers majeur & mineur | Textes poétiques Les belles ancêtres Ghyslaine Leloup Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'autrice/auteure et des éditions L'Harmattan © Crédit photo : 1ère de couverture illustrée de Sur le seuil,...
  • Le concours international, poétique & artistique du périodique Le Pan Poétique des Muses. Édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie
    Événements poétiques | 2017 | Concours international (1ère édition) Le concours international, poétique & artistique du périodique Le Pan Poétique des Muses Édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie N'hésitez pas à prendre part au 1er concours...
  • La voix d'un enfant inconnu
    1er concours international de poésie Poème inédit pour "Les voix de la paix et de la tolérance" Poème sélectionné sur le thème "la joie" La voix d'un enfant inconnu Mona Gamal El-Dine En souvenir des enfants coptes massacrés sur le chemin de monastère...
  • Inspiration et improvisation sur le poème calligramme « Neige »
    Lettre n°12 | Poèmes Performance poétique & artistique Poésie, musique & art audiovisuel Inspiration et improvisation sur le poème calligramme « Neige » Nicole Coppey Sites officiels : http://www.nicolecoppey.com/ & http://www.123.musique.ch Chaîne officielle...
  • À une artiste & Pygmalion
    N °7 | Dossier majeur | Textes poétiques Poèmes des ancêtres À une artiste & Pygmalion Louise Ackermann (1813-1890) Crédit photo : domaine public, Gallica, estampe de Louise Ackermann* À une artiste [P. 13/P. 39 PDF ] Puisque les plus heureux ont des...