16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 10:54

 

N °7 | Dossiers majeur & mineur | Textes poétiques

 

 

 

 

Les belles ancêtres

 

 

 

Ghyslaine Leloup

 

Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation

 

de l'autrice/auteure et des éditions L'Harmattan

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture illustrée de Sur le seuil, promis, éd. L'Harmattan

 

 

 

Vous êtes là, sur le seuil

Feux follets dans un pays de néons

Si menues en nos mémoires

 

Madame Vigée-Lebrun, Artemisia Gentileschi. Et

Sofonisba Anguissola, Mary Beale, Catherine Girardon, Louise Moillon,

Rosalba Carriera, Louise Abbéma, Anne Vallayer, Anna Ancher,

Marie-Louise Petiet, Constance Mayer…

 

À vos vanités, natures mortes et portraits

Le voyage

À vous, le dedans

 

Hildegarde de Bingen, Clara Schumann. Et

Maddalena Casulana, Francesca Caccini, Louise Farrenc,

Jane-Elisabeth Jacquet de La Guerre, Barbara Strozzi,

Cécile Chaminade, Ethel Smyth…

 

L’orchestre joue ailleurs

Mode mineur de l’épinette

Aux érudits, vos partitions palpées comme dentelles

 

Camille Claudel. Et

Luisa de Roldàn, Properzia de Rossi, Hélène Bertaux, Marie Cazin,

Églantine Lemaitre, Jane Poupelet, Félicie de Fauveau,

Anne de Chardonnet, Marcello, Clémence-Sophie de Sermezy…

 

Votre oubli signé à la gouge

Dans jardins et cimetières

Œuvres en retrait, passants distraits

 

Christine de Pisan, Louise Labé. Et

Pernette du Guillet, Marie de Gournay, Catherine Bernard, Marie de Brabant,

Jacquette Guillaume, Antoinette Deshoulières, Suzanne Verdier,

Anne-Marie du Boccage, Félicité de Genlis, Élisa Mercoeur…

 

À écrire, « de femelle devins masle »

Pauvre Christine

Une mauvaise graine dans le jardin clos

Olympe de Gouge, Flora Tristan. Et

Hubertine Auclert, Millicent Fawcett, Emmeline Pankhurst,

Annie Keyney, Kate Sheppard, Carrie Chapman Catt, Hortense Allart,

Désirée Gay, Jeanne Deroin, Pauline Roland…

 

Un mot léger comme un jupon de linon

Suffragettes

En prison gavées comme des oies

 

Mademoiselle de Scudéry, Madame du Deffand. Et

Catherine de Rambouillet dite « Arthénice », Marie Bruneau des Loges,

Marie-Thérèse Geoffrin, Elizabeth Montaguë, Quinault Cadette,

Amélie Suard, Sophie d’Houdetot, Julie Talma, Delphine de Girardin

 

Sublimes bas bleus confinés en vos salons

La philosophie entre chez vous

Sur des ailes de papillons-vitrail

 

Alexandra David-Néel, Isabelle Eberhardt. Et

Alexine Tinne, Anne Bonny, Jeanne Baret,

Marie-Angélique Duchemin, Mary Seacole, Jane Dieulafoy,

Marianne North, Gertrude Bell, Daisy Bates, Mary Kingsley…

 

Ah ! Essayer le monde

Vous parcourez les terres et les guerres

Appuyées sur une ombrelle

 

Marie Curie. Et

Anna Maria Sibylla Merian, Laura Bassi, Madame du Châtelet,

Julie Charpentier, Caroline Herschel, Sophie Germain, Mary Anning,

Cécile Vogt, Thérèse Bertrand-Fontaine, Ada Lovelace…

 

Équations papillons constellations

Le langage Ada n’est pas galant

Belles nébuleuses masquées par la nuit

 

Vous êtes là sur le seuil

Belles ancêtres

Au bord de l’effacement

Si menues dans nos mémoires

 

 

 

 

NDLR : ce poème est un extrait reproduit du recueil Sur le seuil, promis, collection Accent Tonique, l’Harmattan, 2012.

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Ghyslaine Leloup, « Les belles ancêtres », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 16 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/10/belles-ancetres.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 16:47

 

1er concours international de poésie

 

Poème inédit pour "Les voix de la paix et de la tolérance" 

 

 

 

Poème sélectionné sur le thème "la joie"

 

 

 

La voix d'un enfant inconnu

 

 

 

Mona Gamal El-Dine

 

 

 

En souvenir des enfants coptes massacrés sur le chemin de monastère de Saint Samuel à Minieh

 

 

Musique

 

Je contemple l’arbre anéanti et la terre brûlée...

J’ai poussé un cri d’amour et de désespoir...

Je n’entends pas le chant des oiseaux, ni leurs petits gazouiller comme autrefois...

Je pleurais et le ciel pleuvait...

Je vis le présent mais le passé m’habite... j’ai effacé les souvenirs !

 

Il était une fois, des champs de blé, surface dorée, étaient l’espoir de nourrir les habitants de la vallée...

Comme ma mémoire est perturbée, je me souviens que je jouais avec les filles et les garçons : Léa, Mina, Amal, Khalid, Youssef,...

 

À l’époque, les cloches de l’église annonçaient un événement, nous rentrons avec l’espoir de partager le pain sacré...

 

Avant le coucher du soleil, c’était le retour des paysans avec leurs troupeaux, nous sautions de joie devant cette image...

Nous rentrons pour le dîner...

C’était la joie de vivre...

 

Sur le chemin, l’odeur du pain engouffré dans le four nourrit notre cœur avec un immense bonheur...

Sur la route des souvenirs, j’ai perdu mes mots, les cris des enfants et le chant des oiseaux...

 

Je ne me souviens plus des couleurs de l’arc-en-ciel, au moment du coucher de soleil, sur notre village...

J’ai oublié les couleurs de joie des costumes traditionnels des femmes,...

 

Je suis revenue pour marcher sur les cadavres de mon village, corps silencieux, yeux ouverts sans regard qui voudraient raconter l’histoire de notre village anéanti – arrêt sur l'image – sans reconnaissance de mémoires...

 

Anges innocents, ils n’ont pas touché le bonheur de la vie

Un fantôme obscure hante ses victimes

Les âmes révoltées sont en souffrance

On mutile les cadavres, on brûle leurs objets sacrés

Leur corps immobile, continue à méditer...

L’œil de la divinité est indifférent du flot de sang ? !

Combien de poèmes pour me consoler ? !

 

Musique

 

Il était une fois, un village, une montagne, des enfants qui jouaient, des femmes préparaient le pain, des hommes récoltaient le blé, des mariages et des deuils, une vie de village !...

 

Des arbres grandissaient pour faire de l’ombre sur notre village bien aimé…

Des oiseux parlaient, chantaient, ils vivaient en paix !

 

Il était une fois, des larmes de joie, mariages, fêtes, départ, tambours...

Je suis revenue à l’époque où des tambours de guerre et des nouvelles suspendues,...

Je suis abasourdie par les nouvelles diffusées, déformées par la radio qui annonce un seul gagnant, celui qui a réussi à mettre le feu dans toutes les vies...

Celui qui a triomphé en semant la peur, anéantissant des sentiments nobles...

Décadence avec fierté...

 

Musique

 

Mon cœur saignait, mes mains tremblaient, mes yeux en larmes...

Je ne pouvais pas distinguer les cadavres, même pas jeter un dernier regard,...

Mes cousines, mes cousins, mes nièces, mes neveux, les enfants du village.

Où sont-ils ?

 

Musique

 

L’œil observe la fosse commune...

Oui, ils sont tous ensemble...

Oui, nous sommes ensemble dans la douleur, dans le deuil de l’Humanité...

Les enfants du monde déposent des gerbes de fleurs rouges, devant le mémorial de l’enfant inconnu,...

Ces innocents sont massacrés sans idée légitime ?!

Est ce vrai que Dieu est puisant ?... juste ?

 

Le ciel abriterait- il les criminels ?!

 

Ces enfants envoient un message à l’Humanité…

Nous sommes la terre, nous sommes la Paix !

 

Musique

 

Ils conseillent de dire, d’écrire, de chanter l’hymne de la Paix, chaque matin à l’école...

Ils souhaiteraient offrir des fleurs, chaque jour pour fleurir les tombeaux, les protéger contre l’oubli.

 

Ils seraient satisfaits d’envoyer aux victimes des lettres d’amour car ils sont les martyrs de la Paix...

 

Musique

 

Ils voudraient être la mémoire vivante dans le cœur de l’Humanité…

Ils s’adressent à l’Humanité pour nous dire : le temps est venu pour vivre en Paix ensemble !

 

 

En ce moment, sur cette note d’espoir, ainsi s’achève le message d’un enfant inconnu...

 

Mon crayon cesse de bouger et s’arrête sur ces mots en or : Ensemble pour la Paix !

 

 

Musique

 

Ya May, .. waladi... (appel d’un enfant à sa mère)

 

Ya May...Waladi... (réponse de la mère)

 

Ya May...Waladi...

 

 

Accompagnement musical

Thomas LALLEMAND

Guitare

 

26 mai 2017, ce poème a été traduit en espagnol

 

Poésie engagée

 

 

Lettre n°12 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages

 

***

Pour citer ce poème

 

Mona Gamal El-Dine, « La voix d'un enfant inconnu », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 12 & Événements poétiques|Les voix de la paix et de la tolérance|Concours international (édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie), mis en ligne le 15 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/concours-voix-enfant.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

Repost0
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 10:27

 

Lettre n°12 | Poèmes

 

Performance poétique & artistique

 

 

Poésie, musique & art audiovisuel

 

 

 

Inspiration et improvisation

 

 

sur le poème calligramme « Neige »

 

 

 

 

 

Nicole Coppey

 

Sites officiels : http://www.nicolecoppey.com/ & http://www.123.musique.ch

 

Chaîne officielle YouTube : https://www.youtube.com/channel/UC_Mt28JgxfzPW91iaO7TS1g

 

 

 

© Crédit photo : "Inspiration et improvisation sur le poème calligramme « Neige »",

image 1 capturée du film par LPpdm

 

 

 

© Crédit photo : "Inspiration et improvisation sur le poème calligramme « Neige »",

image 2 capturée du film par LPpdm

 

 

https://youtu.be/sfGwgAYiGio

Description

Inspiration et improvisation en vidéo unissant poésie-musique et dessin. Il s’agit d’une création musicale et visuelle mise en perspective par Nicole Coppey (artiste, poétesse, pédagogue et fondatrice de l’École pédagogique d’Art musical « Un, Deux, Trois, Musiques... » sur le poème calligramme « Neige » avec la participation de jeunes artistes issus de l’école.

Poème calligramme extrait de l'ouvrage

Souffle d'or sur une mer rouge de Nicole Coppey paru aux éditions Arabesques

Piano et poème 

Nicole Coppey

Percussions

Jessie Vergères et Laura Coppey

Dessin

Mélinda Delaloye

Direction artistique

Nicole Coppey

Lieu de tournage

Suisse, École pédagogique d'art musical « Un, Deux, Trois, Musiques... », sur une idée originale de ©  NC octobre 2011

 

***

Pour citer ce court-métrage

 

Nicole Coppey, « Inspiration et improvisation sur le poème calligramme "Neige" », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°12, mis en ligne le 14 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/10/neige.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 16:46

 

 

N °7 | Dossier majeur | Textes poétiques

 

Poèmes des ancêtres

 

 

 

 

À une artiste

 

 

 

&

 

 

Pygmalion

 

 

 

 

Louise Ackermann (1813-1890)

 

Crédit photo : domaine public, Gallica, estampe de Louise Ackermann*

 

 

À une artiste

 

 

[P. 13/P. 39 PDF]

 

Puisque les plus heureux ont des douleurs sans nombre,

Puisque le sol est froid, puisque les cieux sont lourds,

Puisque l’homme ici-bas promène son cœur sombre

Parmi les vains regrets et les courtes amours,

 

Que faire de la vie ? Ô notre âme immortelle,

Où jeter tes désirs et tes élans secrets ?

Tu voudrais posséder, mais ici tout chancelle ;

Tu veux aimer toujours, mais la tombe est si près !

[P. 14/P. 40 PDF]

Le meilleur est encore en quelque étude austère

De s’enfermer, ainsi qu’en un monde enchanté,

Et dans l’art bien aimé de contempler sur terre,

Sous un de ses aspects, l’éternelle beauté.

 

Artiste au front serein, vous l’avez su comprendre,

Vous qu’entre tous les arts le plus doux captiva,

Qui l’entourez de foi, de culte, d’amour tendre,

Lorsque la foi, le culte et l’amour, tout s’en va.

 

Ah ! tandis que pour nous, qui tombons de faiblesse

Et manquons de flambeau dans l’ombre de nos jours,

Chaque pas a sa ronce où notre pied se blesse,

Dans votre frais sentier marchez, marchez toujours.

 

Marchez ! pour que le ciel vous aime et vous sourie,

Pour y songer vous-même avec un saint plaisir,

Et tromper, le cœur plein de votre idolâtrie,

L’éternelle douleur et l’immense désir.

Paris, 1840

 

***

 

Pygmalion

 

 

[P. 41/P. 67 PDF]

 

Du chef-d’œuvre toujours un cœur fut le berceau.

L’art, au fond, n’est qu’amour. Pour provoquer la vie,

Soit qu’on ait la palette en main ou le ciseau,

Il faut une âme ardente et qu’un charme a ravie.

Après tout, tes enfants ne sont point des ingrats,

Artiste ! ils sauront bien te rendre ta caresse.

Lorsque Pygmalion, ce vrai fils de la Grèce,

Croit n’avoir embrassé qu’un marbre en son ivresse,

C’est de la chair qu’il sent palpiter dans ses bras.

 

 

***

 

Référence bibliographique : ces poèmes sont des extraits sélectionnés, transcrits et remaniés par D. Sahyouni de l'ouvrage de Louise ACKERMANN (1813-1890), Œuvres de L. Ackermann, (sous titre) Ma vie – Premières poésies – Poésies philosophiques, Paris, A. Lemerre, 1885, 1 vol., XX-187 p., pp. 13-14 & p. 41, Bibliothèque nationale de France, a été mis en ligne sur Gallica en juin 2010, voir aussi les permaliens des poèmes transcrits : page 13, page 14 & page 41.

* Cette estampe a été choisie par DS : Anonyme, Recueil. Portraits de Louise Victorine Choquet, Mme Ackermann (XIXe s.), Bibliothèque nationale de France, département "Estampes et photographie", N-2 (ACKERMANN, Louise Victorine Choquet, Mme) http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41870220m. Ce document a été mis en ligne sur Gallica en novembre 2012.

***

 

Pour citer ces poèmes

 

 Louise Ackermann, « À une artiste » & « Pygmalion », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 13 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/10/pygmalion.html 

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
  • Table
    Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
  • "I LOVE BEIRUT". Pour Beyrouth, pour un monde solidaire !
    Megalesia 2020 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. "I LOVE BEIRUT" Pour Beyrouth, pour un monde solidaire ! "En solidarité avec le Liban, nous publions vos témoignages et poèmes qui soutiennent la population libanaise durement touchée...
  • « Me, Myself » ou du Care lyrique et philosophique
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel |Le néopaganisme & la sexualité dans la culture populaire du XXIe siècle | Articles & témoignages « Me, Myself » ou du Care lyrique & philosophique Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la chanson...
  • « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la sortie de la chanson "Reality Scares Me" de MONSIEUR, c apture d'écran...
  • Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter
    REVUE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES | Invitations à visiter Page en construction... Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter Crédit photo : Une représentation de la déesse japonaise Amaterasu sortant de la caverne. Amaterasu est la déesse...
  • L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines"
    Megalesia 2020 | Annonces diverses L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines" © Crédit photo : L'affiche du festival, image transmise par la maison d'édition de l'artiste-autrice citée. L'artiste Catherine Gil Alcala présente le 13 septembre...
  • « Éviter les secrètes surprises du diable » !
    Megalesia 2020 | Réflexions féministes sur l'actualité « Éviter les secrètes surprises du diable » ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Joovs van Cleve, "La Vierge à l'enfant", domaine public, Wikipédia, Commons. Cet...
  • Papillon à la rose
    Megalesia 2020 | Astres & animaux en Poésie | Travestissements poétiques Papillon à la rose Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Claude Menninger, " Papillon à la rose", photographie...
  • Jean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€
    Megalesia 2020 | Critique & réception J ean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédits photos : "Première de couverture illustrée du recueil...