7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 17:41

 

Poèmes sur l'amour & l'amitié

 

 

 

 

Chanson d'amour  

 

&

 

Vivre et laisser vivre

 

 

 

 

Poèmes, musiques, interprétation et réalisation par

 

Marie Mazaudou

 

 

 

Chanson d'amour

 

 

https://youtu.be/UV9h--nWuys

 
 
 

© Tous droits réservés

***

 

Vivre et laisser vivre

 

https://youtu.be/GEAZ82nn2Wo

 

https://youtu.be/GEAZ82nn2Wo

***

Pour citer ces poèmes filmés

 

Marie Mazaudou (poèmes, musiques, interprétation et réalisation par), « Chanson d'amour » & « Vivre et laisser vivre », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 7 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/laisservivre.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 13:59

 

Poème

 

 

Je ou le porté disparu

 

 Dina Sahyouni

Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteure et de sa maison d'édition

 

 

 © Crédit photo : Fortuna par Jean-François Félix Armand Bernard (1829 - 1894) 

 

 

Le vide creuse une place,
Il se déplace en moi.

Le vide creuse une place
Il casse, menace le moi.

Le vide anime mon être,
Dépouille mon paraître,
Me lapide…

Le vide creuse une place,
Il se déplace en moi.

Le vide me hait,
Me rend fait
De mes blessures.
Il me sature.

Le vide-nid me remplace,
Me dédicace,
Dénigre la carapace, langagière.
Il m’efface. "Je" me classe :
Case invisible.



 

© DS, 2009

 

***

Pour citer ce poème

 

Dina Sahyouni, « Je ou le porté disparu », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 6 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/je-disparu.html


 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 13:04

 

Poèmes sur l'amour & l'amitié

 

 

Dis-moi... Te reverrai-je ?

 

&

 

Fleurs d'Amour

 

 

Nicole Coppey

Site officiel : http://www.nicolecoppey.com/

 

 

 

Poème sur l'Afrique, il a été tourné au Sahara en Afrique du Nord

 

 

Dis-moi... Te reverrai-je ?

 

https://www.youtube.com/watch?v=A63fg5AdPms

 

© Nicole Coppey

 

***

Poème musical sur l'amour

Fleurs d'amour

 

https://m.youtube.com/watch?v=fdHsFSMLTzg

© Nicole Coppey

Site de référence : www.nicolecoppey.com

 

***

Pour citer ces poèmes

 

Nicole Coppey, « Dis-moi... Te reverrai-je ? » & « Fleurs d'Amour », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 6 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/dis-moi.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 12:30

 

Poésie & théâtre

 

Chronique d’Edmond

 

au Théâtre du Palais Royal

 

 

Camille Aubaude

Rédactrice de la revue LPpdm, membre de la SIEFEGP

responsable de la rubrique en ligne Chroniques de Camille Aubaude

Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/

& www.lamaisondespages.com/

Blog officiel : https://camilleaubaude.wordpress.com/

 

 

© Crédit photo : portrait de Rosemonde Gérard à la Villa Arnaga (pays basque),

image fournie par Camille Aubaude

 

 

 

Le poète Edmond Rostand revit dans l’univers du théâtre, porté par le grand acteur de l'époque, le célèbre Coquelin, superbe matamore. On est littéralement happé par une mise en scène qui donne sa place à l’ivresse d’écrire, qui montre le créateur, Edmond, assis à son bureau pour écrire Cyrano quand il a le couteau sous la gorge. À la différence de Cyrano, Edmond ne s’attaque pas à l’hypocrisie et aux fausses valeurs. Le spectacle se déploie comme un sortilège où se drapent d’excellents comédiens, dont une jeune Roxane très sensible à la poésie d’Edmond Rostand, une « fan », en somme, qui admire sans écrire.

 

Rosemonde Gérard, la femme d’Edmond Rostand, est dépossédée de son génie poétique. Une technique dramatique ou un oubli ? Même s’il s’agit d’un univers de fantaisie, on est si loin de la réalité que c’en est agaçant. Dans un simple respect de véracité, le talent merveilleux et la grande beauté Rosemonde Gérard devraient être représentés dans la pièce d’Alexis Michalik, qui, à 32 ans, peut ignorer une poétesse du XXe siècle que je n’ai même pas réussi à publier sur la Toile, car ses poèmes ne sont pas libres de droits. Mais peut-il la traiter de la sorte en présentant une pièce sur son époux ?

 

De plus, en 2017, il n’est plus possible d’imposer la domination masculine. Je n’ai pas été la seule à trouver stéréotypé le rôle de l’épouse du « grand homme ». N’est-ce pas maladroit dans une pièce fort bien menée ? Je ne suis pas la seule non plus à avoir lu Rosemonde Gérard, primée à 24 ans par l’Académie française pour Les Pipeaux (1889), alors qu’Edmond Rostand était inconnu.

 

Voir ainsi humiliée, jalouse de Roxane, Rosemonde Gérard qui, avec Lucis Delarue Mardrus et Amélie Murat était une grande créatrice du XXe siècle accrédite le mouvement actuel qui veut séparer l’art des « mascus » de celui des femmes. J’entends le nom de Rosemonde déformé par Sarah Bernard, dans une scène où l’admirable poétesse est montrée en bonne femme qui donne la bouillie aux enfants. Wikipédia indique que Rosemonde Gérard a interprété Roxane de Cyrano de Bergerac, avec Sarah Bernhardt lui donnant la réplique en « Cyrano ». Comble d’éreintement de la créatrice, l’actrice qui endosse le rôle de Rosemonde endosse à la fin celui d’une prostituée du bordel « Aux Belles poules ». Ce n’était pas suffisant, voilà qu’elle caquète !

 

Nurse, femme au foyer jalouse, pute, poule sans langage, j’ai cru que l’éviction de la créatrice était portée à son comble. Eh bien non ! je vous réserve d’écouter le mot de la fin qu’en 2017, toujours, cette pièce met dans la bouche de Rosemonde Gérard quand son mari connaît enfin la gloire. C’est lamentable !

Je ne suis pas seule à admirer cette poétesse dont chaque poème est une épure. D’autres que moi pensent qu’éteindre la gloire d’une créatrice d’une extrême élégance est assez choquant. Dira-t-on dans quelque temps qu’elle révèle l’inconscient mascu... ? Question…

La pièce ayant un grand succès, demandons à Alexis Michalik d’y apporter des retouches pour ne pas condamner au silence une poétesse.

 

***

Pour citer ce texte

 

Camille Aubaude, « Chronique d’Edmond au Théâtre du Palais Royal », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 6 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/edmond.html


 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 10:10

 

Poèmes reproduits & suivis de la biographie de l'auteure

 

 

Extraits du dernier recueil

 

Le fruit obscur

 

paru aux Éditions du Cygne, janvier 2017

 

 

 

 

Dana Shishmanian

 

Poèmes reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteure et de sa maison d'édition

 

 

Extraits du dernier recueil Le fruit obscur paru aux Éditions du Cygne, janvier 2017

 

© Crédit photo : 1ère de couverture de l'ouvrage illustrée des éditions du Cygne

 

 

Daphnis

 

Sur les cordes des violons

s’avancent à petits pas

de pauvres êtres

des animaux des elfes des humains

non nés – qui sait…

je les entends qui chuchotent

qui soupirent qui trébuchent

près de l’entrée de ma bouche

essoufflés

ils se tiennent maintenant tranquilles

en attendant sans doute

que je les dévore

ogre des sons

masticateur de manne

pilleur de mystères

mais non

fatigué

je m’écroule dans l’herbe

m’abandonne aux couleurs

de l’après-midi d’un faune

m’endors

et rêve de la danse de Chloé

sous la lune naissante

au réveil

mon corps nu

gît dans son sang

 

***

Parthénogenèse

 

L’orchestre est rentré dans ma tête

pour l’envahir ou peut-être

pour s’y cacher

il pousse des cris

des hurlements des rires

hystériques

mon cerveau tout gonflé n’a plus de place

sous ma calotte crânienne

alors j’enlève celle-ci comme une perruque

et je salue avec

tel un chapeau

les musiciens qui sortent en rangs serrés

jouant à fond leurs instruments

soufflant à tue-tête dans leurs vents

rythmant leur marche tambours battants

tous regorgeant de mon sang


***

Rock progressif

 

Entrecoupé

entrelacé

entrecroisé

ce rythme a fait exploser ma tête

y a creusé un trou

en a absorbé le cerveau

ma tête vide est pleine de sons

tel un tambour chamanique

quand j’applaudis

elle bouge comme un tambourin de gitane agité dans les mains

et les clochettes gambadent autour de mes oreilles

alors que j’ai déjà glissé au-delà

de la porte du son

dans le silence feutré

où je m’enfonce comme un papillon transpercé

 


***

 

Concerto électro-acoustique

 

Mon corps de son remplace mon corps de chair

temps bref figé en espace

limité à l’intérieur

sans limites dedans

le tam tam du sang

les cris des nerfs

piqués par des doigts malhabiles

une écoute enfouie

clapotis d’eau

entre des tempes amincies

crâne sculpté au laser

réapprendre la marche

des fourmis sur la peau

faire sonner les cloches

en balançant sa tête entre les murs

ô quel chant profond sort de tes mains

en cor de chasse se change mon aura sauvage

lumière glisse dans les graves

nuit s’aiguise gouffre monte

épuisement du natif

avènement de l’étranger

sans figure

obsession du continuum en un point

discontinuité lisse

coagulation furtive des dissemblables

dispersion des semblables

adhérences non adhérentes

incongruités d’humeur

spasmes orgasmiques

exthanasiques

chuchotement de feuilles mortes

suintement de violons en sueur

sifflements de tympans frappés à la baguette

percussions ennemies

complices dans l’étouffement

le soliste s’éteint dans le solipsisme

l’accordéon expire en s’étirant

les vents s’étouffent les cordes se nouent

clignotent encore les cliquetis des célestas

comme feux follets sur des ondes sismiques

le chaudron se déversera

de sa lave un jour

 

***


 

L’égarement de Kundry

 

As-tu jamais tiré un horizon tel une corde

le long du cou d’un violon

jouant de mille membres à la fois

l’organiste fait jaillir le soleil de tous les pores de la terre

et remet ensuite la lune dessus comme un couvercle sonore

Kundry n’as-tu pas de place pour t’étendre

si ce n’est la forêt profonde des sons

à venir

***


 

© Crédit photo : Dana Shishmanian  (image fournie par l'auteure)

 

Dana Shishmanian est diplômée en lettres modernes, spécialité littérature comparée, de l’Université de Bucarest. Elle vit et travaille en France depuis 1983. Elle a publié des poèmes dans des revues, sur le Net, dans des anthologies, et collabore régulièrement à la revue en ligne Francopolis. Elle est l’auteur de plusieurs recueils personnels dont les derniers sont parus à Échappée belle édition et aux Éditions du cygne.

En 2010 elle a animé avec l’écrivain mauricien Khal Torabully l’anthologie Poètes pour Haïti, parue en janvier 2011 dans la collection Témoignage poétique de L’Harmattan.

***

Pour citer ces poèmes

 

Dana Shishmanian, « Extraits du dernier recueil Le fruit obscur paru aux Éditions du Cygne, janvier 2017 », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 5 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/fruitobscur.html


 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 09:13

 

Poème traduit suivi de la biographie de l'auteur

 

 

Promenade amnésique

 

 

 

Ara Alexandre Shishmanian

 

Traduction du roumain : Dana Shishmanian

 

Poème reproduit avec l'aimable autorisation des auteurs et de leur maison d'édition

 

 

 

 

La mémoire est un palais inconnu, hanté par des fantômes –

vapeurs perdus d’une respiration grelottante –

quelqu’un respire donc dans la mémoire

et la mémoire même n’est peut-être que cette respiration

incompréhensible

matérialisée par le froid

 

la mélancolie était peinte sur les murs

en des couleurs transparentes,

et disparaissait continuellement dans une orgie de solitude,

l’obscurité racontait tout au sujet de l’horreur des éclipses

et les ombres n’arrêtaient pas de cueillir des syllabes

dans l’éclipse d’Œdipe

 

l’œil interroge, du vol des paupières, l’horizon des mirages

combien de pages se cachent dans les livres de ces mains

feuilletées jusqu’au sang

combien de lettres, dans cet arc-en-ciel

lu par des rayons altérés

 

les regards planaient doucement tels des messagers

descendant de l’abolition mélancolique du soleil,

le palais de la mémoire fredonnait  

se fondant dans les reflets des miroirs  –

l’autre s’était perdu dans les couloirs alors que Personne

avait encore un labyrinthe à atteindre,

seul s’était perdu dans sa propre solitude,

et mort déjà, il attendait sa résurrection

à l’entrée ou peut-être seulement à la sortie,

il attendait sa résurrection

ou n’attendait, éventuellement, que son non-soi

 

Personne arrachait à travers une fenêtre ouverte

les algues de quelques vols oubliés

et n’arrivait pas à comprendre depuis quand l’air

était devenu si océanique et lui-même, si amnésique  –

les tréfonds des absences lui avaient enseigné peut-être

à plonger ses regards avec autant d’intensité hypnotique

comme dans des cavernes où l’on aurait oublié plusieurs fois

sa propre ombre

 

on aurait pu raconter bien d’autres souvenirs –

quoique le plus véridique de tous

demeure sans doute le silence –

si Personne n’avait compris, à peine étonné,

que pendant tout ce temps il avait déambulé uniquement

à l’intérieur de la respiration de mésonge du néant –

à savoir, sa propre respiration

 

 

 

Traduction du roumain : Dana Shishmanian (extrait du recueil Le sang de la ville, L’Harmattan, novembre 2016)

 

***

Présentation du poète traduit

 

Historien des religions, diplômé de l’Université de Bucarest, Ara Alexandre Shishmanian a dû s’exiler en France en 1983, suite à des persécutions politiques. Il a publié des études sur l’Inde védique et la Gnose, dans des publications de spécialité en Belgique, France, Italie, Roumanie, États-Unis. Il est également l’auteur de 17 volumes de poèmes publiés en Roumanie depuis 1997.  

© Crédit photo : Ara Alexandre Shishmanian (image fournie par Dana Shishmanian)

Des poèmes en traduction française et anglaise sont parus dans des revues et anthologies et sur des sites de poésie en France et États-Unis.

Recueils : Fenêtre avec esseulement (juillet 2014), Le sang de la ville (novembre 2016), dans la collection Accent tonique de l’Harmattan (traduction française par Dana Shishmanian).

 

 

Présentation en français d'Ara Alexandre Shishmanian : Dana Shishmanian

 

***

Pour citer ce texte

 

Ara Alexandre Shishmanian, « Promenade amnésique », poème traduit du roumain et suivi d'une présentation du poète par Dana Shishmanian, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 5 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/promenadeamnesique.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 08:52

 

Femmes, poésie & peinture                                             

Avant-première

 

 

Rocío Durán-Barba

 

Regards croisés/Miradas cruzadas

 

Alpamanda, Editorial, 2016, 238 p., 15€

 

 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture de l'ouvrage illustrée de l'éditeur

(image fournie par Maggy de Coster)

 

 

 

Henri Michaux en 1929 avait,  dans son roman Ecuador,  fait la lumière sur les us et coutumes des Indigènes. Aujourd’hui c’est Rocío Durán-Barba, poète, juriste et journaliste franco-équatorienne, qui avec une anthologie bilingue français-espagnol, inscrit la France et l’Équateur dans une horizontalité picturo-poétique en créant une synergie entre 12  peintres équatoriens  et 12 poètes français avec 45 tableaux.

Depuis l’Antiquité la peinture et la poésie ont toujours évolué en parfaite harmonie tout en gardant chacune sa place, sa personnalité, son autonomie et ce, parce que tout simplement l’une peut exister sans l’autre. La peinture a un effet miroir par rapport à la poésie car le poète en s’inspirant d’un tableau fait un décryptage des éléments perçus par son imaginaire tout en scrutant la toile. Ce sont ses émotions, c’est  sa perception des éléments qu’il traduit, c’est-à-dire tout ce que l’œuvre lui évoque. Il  lui apporte un éclairage qui peut être considéré comme une valeur ajoutée, il est en quelque sorte le défenseur de l’œuvre car il la met en lumière par un jeu de  mots et d’images, donc le poète est un peintre en puissance qui offre une vision dynamique de l’œuvre picturale.

Et c’est avec raison que le poète lyrique grec Simonide de Céos opine : « La peinture est une poésie muette et la poésie une peinture parlante. »

Plus près de nous, c’est Apollinaire qui volait au secours des peintres, en vulgarisant leurs œuvres par ses écrits comme dans son ouvrage intitulé Les Peintres Cubistes.

Cela dit, le poète peut être tellement imprégné d’une peinture qu’il verse dans une sorte d’appréciation salutaire, véritable parti-pris de l’esthétique de l’œuvre qu’il traduit en langage poétique sans la démonter. Il y a tant à dire…

 

***

 

L’anthologie s’ouvre sur 4 poèmes de Francis Combes, inspirés des toiles du peintre Enriquestuardo Àlvarez. Un des deux tableaux inspirateurs est éponyme du poème intitulé : Bienaventuranzas (cf. P. 31)

 

Sur le mur dédoré de l’histoire,

le peuple se dresse toujours

drapé dans son suaire de sang

et c’est de ses propres mains

qu’il posera

sur sa tête

 

Ce poème est paré d’un réalisme troublant tant il est en corrélation avec sa  source, ce qui illustre mon assertion ci-dessus.

 

Sylvestre Clancier, a opté  pour la toile de Jorge Perugachy : Virgenes del sol (trad. Vierges du soleil) à laquelle il a consacré deux poèmes sans titre. Dans le premier dont l’incipit est « Miroirs sans tain », il met en lumière le mystère qui se dégage de la toile, les évocations de lumière :

 

Les corps ont leurs mystères

Que les dieux nus ignorent

Ils gardent leurs secrets

Quand leurs corps enlacés

Se font ombres et lumières

(cf. P. 140, § 11)

 

Quant à Françoise Coulmin, elle  a eu un coup de cœur pour le peintre Hernán Zúñiga, qu’elle  célèbre dans son poème intitulé : « Triompher des extrêmes »

 

Des corps glorieux

dégoulinant de laves froides

seins cicatrices chairs griffées rayées

comme pour se purifier de boues anciennes

( cf. P. 207, 4ème §)


 

De   Rocío Durán-Barba, nous donnons à lire un extrait de son intitulé « Poème Bleu » :

« Devant moi le bleu. Langage invisible. Dans le courant du temps. Le tremblement du pinceau. Murmurant souvenirs. Désespérés-tendres. Entre Quito et Paris. Murmurant chemins. Aux bords dénudé Étales. » Dans la contemplation :

 

Bleu le Bleu

Il ne me dit pas une couleur

Me dit un climat

une ambiance

un théâtre

 

Climat d’identité

ponctué de rites

        mœurs

            mémoires

                mythes

 

Ambiance du haut plateau andin

avec son arcane

    ses lutins

    son arc-en-ciel

        Suspendus près du soleil

 

Il me dit le théâtre

        de notre histoire

        de notre printemps     bleu

(cf. P. 225)

 

 

La préférence de Christophe Dauphin va à la peinture de Jorge CHALCO qui glorifie « les esprits qui gardent la sagesse et la nature. »

L’Amazonie trouve tellement grâce à ses yeux de poète qu’il lui prête une plastique de femme. Très belle description qui donne à voir une forêt avec une végétation luxuriante comme un éden retrouvé.


 

Elle se dessine comme un corps de femme qu’emporte

Un courant d’air qui roule

Entre les pages des condors de l’automne


 

On remarque bien que chez ces poètes le rapport au corps est manifeste et la symphonie des couleurs est très présente. C’est aussi la célébration des mémoires d’un peuple, la révélation des Andes dans toute leur splendeur.

 

    ***

 

En fin de compte disons que la peinture donne à la poésie un corps et la poésie lui donne un esprit. La poésie est immatérielle, elle interpelle l’oreille par la lecture mais la peinture interpelle la vue. La peinture accompagne la poésie qui, à son tour, lui rend hommage.

 

Regards croisés/Miradas cruzadas de Rocío Durán-Barba est une anthologie où la poésie semble être le corollaire de la peinture. Cependant, nous regrettons qu’il n’y ait pas eu de parité en ce qui concerne les peintres car nous n’avons relevé que la présence deux femmes : Mariella García et Rosy Revello. Tout de même nous saluons cette belle initiative qui est celle d’une femme.*

 

 

* Un appel à contribution pour un dossier sur « Femmes, poésie & peinture » sera prochainement lancé par le périodique Le Pan poétique des muses.

***

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Rocío Durán-Barba, Regards croisés/Miradas cruzadas, Alpamanda, Editorial, 2016, 238 p., 15€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture »/Lettre n°10, mis en ligne le 4 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/miradas.html

 

© Tous droits réservés                              Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 12:42

 

Poèmes inédits sur l'amour & l'amitié

Poèmes bilingues français-espagnol

 

5 Poèmes / 5 Poemas

 

 

 

Mario Portillo

 

Site officiel : http://poeteverset.wix.com/marioportillo

 


 

 

Trésor

 

 

Tu procures aussi qu'une feuille sèche d'automne 
qui représente toute la richesse
du trésor de la graine
que tu as semée au printemps.

 

 

Tesoro

 

Procura que una hoja seca de otoño
represente toda la riqueza 
del tesoro de la semilla 
que sembraste en primavera.






***



 

Une femme se déshabille,

elle est des livres ouverts, le plus beau.

 

Puisque sa délectation réside,

dans que, malgré l'embrassement de chacun de ses mots

par la bouche, écrits ;

devant les yeux elle ne se termine jamais d'être lue.

 

 

 

Una mujer desnuda, 
es de los libros abiertos, el más bello.

 

Ya que su deleite reside, 
en que, pese a besar cada una de sus palabras
para la boca, escritas ;
ante los ojos nunca termina de leerse.



***

 

Ainsi ta bouche avec ma bouche :

Égalent à un colibri

qui vole en face d'un cristal

et qui bat fort des ailes

jusqu'à doter d'une vie

son propre reflet.

 

 

   

Así tu boca con mi boca :
Igual a un colibrí 
que vuela frente a un cristal
y que fuerte aletea,
hasta dotar de vida
a su propio reflejo.





***

À la majorité de personnes pour qui il plaît d'écouter chanter les oiseaux. Il me plaît d'écouter son silence. Il n'y a pas de mystère. Il me plaît simplement de me surprendre avec le préambule où les grandes œuvres naissent.

 

 

A la mayoría de personas les gusta escuchar cantar a los pájaros. A mí me gusta escuchar su silencio. No hay misterio. Simplemente me gusta maravillarme con el preámbulo donde nacen las grandes obras.



***

 

 

Embrassade

 

 

Il a été dans notre embrassade

où j'ai compris

cet état de bien-être

qui définit notre identité.

 

Tu me signifies

une bougie reluisante,

et je te corresponds

quelle ampoule loyale :

 

Ainsi nous nous dotons d'une vie.

 

 

Abrazo

 

Ha sido en nuestro abrazo

donde yo comprendí

este estado de bienestar

que define nuestra identidad.

 

Tú me significas

una vela reluciente,

y yo te correspondo

cual leal bombilla :

 

Así nos dotamos de vida.

***

Pour citer ces poèmes

 

Mario Portillo, « 5 Poèmes / 5 Poemas », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 3 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/5poemes.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 15:01

 

Article traitant un angle particulier sur l'Afrique

 

 

Texte bilingue français-espagnol

 

 

 

 

Le rêve africain au-delà de ses frontières :

 

une affaire de femmes

/

El sueño Africano más allá de sus fronteras :

 

un asunto de mujeres

 

 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

 

 

Le rêve africain au-delà de ses frontières : une affaire de femmes

 

Quand trois femmes intelligentes mettent en commun leurs idées, ça ne peut qu’aboutir car « ce que femme veut Dieu le veut » dit un proverbe. À chacun son domaine et l’essentiel c’est de réussir dans la voie qu’on a choisie.

Cela dit, Nathalie Schermann, au savoir-faire inégalé, Stéfanie sa fille, étudiante, astucieuse et inventive à HEC et son amie Paulina Cortes, professionnelle expérimentée du groupe UP, ont uni leurs compétences pour valoriser l’Afrique en éveillant nos papilles gustatives aux différents saveurs culinaires de cette dernière.

Par le truchement de leur entreprise Joe et Avrels, elles arrivent à donner leurs lettres de noblesse à des produits typiquement africains inconnus en Europe et qui s’expriment tout en finesse dans les rayons des grands magasins. Ils s’intègreront bientôt dans le paysage d’HEC. Fini les préjugés sur les produits africains qui ont su faire leur entrée dans la cuisine du Trianon Palace à Versailles par l’entremise de la chef qu’est Nathalie Schermann. Nous saluons la ténacité de ces trois femmes puissantes qui, en dernier ressort, ont gagné leur pari d’ouvrir un salon de thé africain au 44 avenue de Montmorency Paris 3ème*

 

 

 

* www.joe-et-avrels.fr

***

 

El sueño Africano más allá de sus fronteras :

 

un asunto de mujeres

 

Cuando tres mujeres inteligentes comparten sus  ideas, esto es una garantía del éxcito porque " lo que mujer quiere Dios lo quiere " dice un proverbio. A cada uno su dominio y lo esencial es lograr su fin.

Por lo tanto, Nathalie Schermann, la mamá que posee una destreza inigualada,  su hija astuta y  inventiva Stéfanie, estudiante en la escuela superior HEC, su amiga Paulina Cortes, profesional experimentada del grupo UP, unieron todas tres sus competencias para valorizar a África, despertando nuestras papilas gustativas con  sus diferentes sabores culinarios.

Mediante su empresa Joe y Avrels, concedieron su prestigio a los productos típicos africanos desconocidos en Europa y que se encuentran  en las estanterías  de un gran almacén en París. Aquellos productos llegarán pronto en la Escuela de Comercio HEC. ¡Adiós a los prejuicios sobre los productos africanos ! Ahora se ven cocinados en  la cocina de Trianon Palace en Versalles gracias al talento la jefa cocinera  quien es Nathalie Schermann.

Enhorabuena a aquellas tres mujeres poderosas que, en última instancia, ganaron su apuesta de abrir un salón de té africano en la dirección siguiente :  44 avenue  de Montmorency 7503 Paris.*

 

 

* Enlace : www.joe-et-avrels.fr

 

***

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Le rêve africain au-delà de ses frontières : une affaire de femmes / El sueño Africano más allá de sus fronteras : un asunto de mujeres », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 31 mars 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/affairedefemmes.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 09:58

 

Critique & réception

 

POÉSIE

 

 

Louis-Philippe Dalembert,

 

En marche sur la terre,

 

Éditions Bruno Doucey, 2017, 131 p., 15€

 

 


Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

 

Écrire de la poésie est un acte de générosité et cela ne se commande pas. Louis-Philippe Dalembert a bien la poésie chevillée à l’âme, elle l’interpelle en tout temps et en tout lieu, se saisit de lui et envahit tout son être. Aussi nous concède-t-il « ma poésie saigne / et se rebelle. Vivant loin de sa terre natale Haïti chérie, ce pays où la vie est tirée au sort, il se fait le chantre de la l’indétrônable pauvreté qui la gangrène et pose en même temps un regard attendri sur tous ses frères humains, ces mal-aimés que les puissants de ce monde ont rejetés, ces victimes de guerre de Sarajevo, du Liban.

 

En marche sur la terre, débute par un poème liminaire, un exorde poétique intitulé « là d’où je viens » qui est comme un marqueur identitaire révélateur de l’origine du poète.

Dans ce recueil de poèmes l’auteur se veut informel en dérogeant aux conventions typographiques et orthographiques relatives à l’usage des majuscules en début de phrase et pour les noms propres, il préfère les minuscules. Le recueil s’articule autour de trois parties bien distinctes suivie dune postface :

 

  • « de toutes parts et point d’ici », là il se révèle l’homme universel qui erre de contrée en contrée en y laissant ses empreintes, en creusant ça et là ses sillons.

  • « de guerre et d’amour », c’est la description de l’horreur qui décape la vie.

  •  « lettres d’ailleurs », ici le poète s’adresse à des gens qu’il affectionne particulièrement comme sa grand-mère par exemple.

  • Une postface intitulée « besoin de poésie » termine l’ouvrage.

 

Ce recueil est comme un mémento où sont rangés les souvenirs d’un vagabond, comme Louis-Philippe Dalembert se définit lui-même, qui a roulé sa bosse aux quatre coins du monde. Un témoignage poignant des malheurs qui accablent les plus faibles, livrés à leur triste sort. C’est l’aveu d’impuissance d’un être au cœur sensible face aux calamités qui s’abattent sur ses semblables de par le monde.

C’est la complainte de l’homme aux semelles de vents, pour emprunter à Verlaine la métaphore par laquelle elle caractérisait Rimbaud. Faute d’avoir raté le pari de « changer la vie » comme l’a préconisé le poète de Charleville-Mézières, il songe à retourner au bercail retrouver les odeurs de l’enfance et se ressourcer :

 

« Maintenant que j’ai voyagé

que je voyage la vie

j’ai envie par moments

de m’arrêter

comme lorsque enfant nos semelles vagabondes

nous ramenaient à la maison

 

Mais il est vite rattrapé par la désillusion jusqu’à laisser entendre :

 

« mais j’ai perdu

le chemin du retour

quelque rapace amblyope et gourmand

aura gobé les cailloux

que j’avais oublié de semer »

 

C’est la joie et le bonheur de vivre dans le partage sur cette terre où il se considère comme un étranger itinérant.*

 

 

Voir aussi la présentation de ce recueil chez léditeur : http://www.editions-brunodoucey.com/en-marche-sur-la-terre/

 

***

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Louis-Philippe Dalembert, En marche sur la terre, Éditions Bruno Doucey, 2017, 131 p., 15€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 31 mars 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/marchesurlaterre.html

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°10
    Publication successive Lettre n°10 Nous fêtons dans cette Lettre Le Printemps des Poètes au féminin & le festival Megalesia 2017 jusqu'au 31 mars 2017 30 avril 2017 Crédit photo : Allegoria dell'Inclinazione 1615-1616 (Allégorie de l'Inclination) par...
  • Vive la Retraite !
    Dossier majeur | Textes poétiques Vive la Retraite ! Joan Ott © Crédit photo : (illustration à venir) Synopsis Enfin retraités après une longue vie de labeur, Aline et Germain ont acheté une île déserte au beau milieu du Pacifique où ils comptent couler...
  • Dossier majeur | Textes poétiques Vive la Retraite ! Joan Ott © Crédit photo : (illustration à venir) *** Pour citer ce poème Joan Ott , « » , Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques...
  • Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ?
    Dossier majeur | Textes poétiques Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ? Sylvie Troxler © Crédit photo (illustration à venir) Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ? J’suis pas un chien tout de même ! D’accord, j’ai tout...
  • Vieilles dames vénitiennes
    Dossier majeur | Textes poétiques Vieilles dames vénitiennes Chantal Robillard Ce texte est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteure de son blog officiel Venise, poèmes de voyage © Crédit photo : (illustration à venir) Mon hôtesse m’annonce...
  • Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout
    Femmes, poésie & peinture Avant-première Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Crédit photo : La Paix ramenant...
  • Penser la maladie et la vieillesse en poésie
    Dossier majeur | Introduction du n°6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : (illustration à venir) À l'heure où s'achève à Strasbourg la septième édition du Forum Européen...
  • La Place des femmes dans la peinture de Camille Pissarro
    Dossier majeur | Femmes, poésie & peinture Avant-première La Place des femmes dans la peinture de Camille Pissarro Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Crédit photo : affiche de l'exposition...
  • Haiku za Tatjanu Debeljački 2017 / Haiku for Tatjana Debeljački 2017
    Annonce de parution / revue des éditrices Haiku za Tatjanu Debeljački 2017 / Haiku for Tatjana Debeljački 2017 Tatjana Debeljački © Crédit photo : couverture illustrée du recueil fournie par l'auteure Poeta konkurs / Poeta contest Haiku za Tatjanu Debeljački...
  • Brève chronique sur "Adèle" de Patricia Kaas
    Femmes, poésie & musique Pour la Journée Internationale de la Femme Brève chronique sur "Adèle" de Patricia Kaas Dina Sahyouni La chanson « Adèle » interprétée par Patricia Kaas s'adresse à toutes les femmes parce qu'elle éclaire la condition féminine...