30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 19:00

 

Poèmes pour la 2ème thématique :

Les aventurières, orientalistes, occidentalistes, voyageuses, nomades, rêveuses en poésie, etc.

Poèmes calligrammes (français, arabe) et courts-métrages

 

Je resterai,

 

Je suis une nomade,

 

Sable Fin, sel de la terre,

 

& Une berbère

 

 

 

Nicole Coppey

 

Les tournages audio-vidéo de Nicole Coppey en Afrique du Nord, révélant la poésie par des images du désert tunisien, s'inscrivent dans une démarche à la fois artistique et ethnographique de l'auteure, mêlant curiosité, complicité et échanges culturels.

 

© image couverture "Je suis une nomade" Poème de Nicole Coppey, s/titre anglais, tourné au désert du Sahara

© "Sable Fin, sel de la terre" Poème de Nicole Coppey, s/titre anglais, tourné au désert du Sahara

© "Une berbère" Poème de Nicole Coppey, s/titre anglais, tourné dans un village berbère

Présentation des courts-métrages (films réalisés) par l'artiste Nicole Coppey

 

À travers ces tournages, c'est tout un cheminement pour comprendre davantage les cultures, les raisonnements, les logiques, les attitudes, les réactions, le respect mutuel, l'esprit de l'autre dans sa relation aux personnes et à la vibration de son environnement. Cette démarche de compréhension est vitale pour atteindre universellement la tolérance. La poésie est pour moi un mouvement d'Âme. C'est aussi pour cela que je ressens la nécessité de la dessiner. Pour qu'elle puisse être vivante, elle a besoin d'une terre propice. La Tunisie, et plus spécialement Tozeur et ses environs en est une. Par le désert, par le Chott, mais aussi par les personnes qui lui donnent une belle place et la respectent, la poésie est inspiration et aspiration. Un lieu inspirant et paisible est fondamental pour mettre en images mes poèmes. Au lieu de me fermer sur une idée, je préfère interagir avec les propositions des personnes de l'endroit, voir à quoi elles sont sensibles, qu'est ce qui est parlant pour elles, quels sont les paysages qui les touchent... Il s'agit presque d'une provocation de prendre la liberté de tourner selon leur conception et de se laisser guider.

 

Leurs initiatives sont importantes pour moi, elles sont même encouragées. J'essaie de me fondre dans le contexte, par respect de leurs opinions plutôt que par dirigisme, considérant que chacun a une part importante à amener à l'humanité, en toute simplicité. J'aime valoriser ce qu'ils font, saisir leur logique, comprendre leurs priorités. Cela ouvre l'esprit et le cœur. Percevoir leur sensibilité, saisir leur approche visuelle, auditive et kinesthésique, établir une relation de mise en confiance pour une expression complémentaire à la mienne sont des étapes fondamentales dans la réalisation d'une œuvre collective non dirigée par une seule personne. Cette approche permet de riches échanges dans la réalisation du concept : sur la manière de collaborer, de mettre en forme le projet, par exemple en tenant compte des raisonnements et des manières différentes d'approcher les notions. Il est intéressant d'analyser les divers modes de réaction pour aboutir à la création d'une œuvre collective. En Tunisie, j'ai été interpellée par l'effet vibratoire d'une demande ou d'une suggestion et par la vague de collaborations que cela déclenche spontanément. On sent rapidement que les réactions sont menées par générosité naturelle, par respect, par amour, par gentillesse et bonté, par envie de faire plaisir.

 

 

Au-delà des moyens techniques, des solutions sont souvent trouvées par solidarité, dans une démarche participative très révélatrice. Cela justifie certains choix dans les films. Par exemple, priorité a été donnée à l'intégration d'une solution trouvée sur place plutôt qu'à sa résolution techniquement parfaite. L'imperfection d'une vieille couverture est par exemple bien plus riche et justifiée qu'un décor parfait d'un tournage en studio, car elle est le reflet même de la démarche.Dans le sud tunisien, la relation prend une dimension riche. L'importance de la famille, par le lien qui unit les générations y est très marquée. De ce point de vue, la Tunisie est certainement un endroit clé, un pont reliant l'Orient et l'Occident, où règne une grande générosité dans un processus interactif établi autours de valeurs fondamentales en fonction de l'environnement familial et naturel.

 

 

Ces tournages poétiques menés en complicité avec les personnes et les familles de l'endroit, ont d'autre part guidé ma curiosité notamment vers la découverte d'un répertoire de chants de tradition orale que j'ai été très heureuse de pouvoir enregistrer et diffuser. C'est là une vraie source d'inspiration et de ressourcement, tout comme les magnifiques paysages imposants, d'une grande pureté. Le silence et la grandeur y règnent, des dunes de sable aux oasis ombragés, du désert de roches aux lacs desséchés de cristaux de sel. Le Chott El Jerid, par exemple, est à la fois mer et désert, ni mer ni désert pourtant, un lieu inspirant, spirituel, vivant, évoluant de jour en jour, d'heure en heure. On en perçoit sa dimension universelle, horizon de l'humanité dans sa vaste étendue, mais également source d'élévation dans sa dimension verticale, puisant dans l'eau recluse en profondeur et le sel jaillissant à la surface toute la force et l'énergie de l'élévation. La sensibilité poétique et artistique des personnes de Tozeur m'ont permis de réaliser cet enracinement poétique là où je me suis sentie « si bien ». Merci chaleureux à celles et ceux qui m'y ont aidée et encouragée, plus spécialement à la Famille Chebbi. 

 

Pour citer ces poèmes

 

Nicole Coppey, « Je resterai », « Je suis une nomade », « Sable Fin, sel de la terre », « Une berbère », poèmes calligrammes (français, arabe) et courts-métragesLe Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 30 avril 2016. Url :  http://www.pandesmuses.fr/2016/04/sablefin.html

 

© Tous droits réservés                                                          Retour au sommaire

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 15:23

 

Annonce de parution d'ouvrage féministe

 

 

Maud Navarre et Matthieu Gateau,

 

La Parité

 

Éditions universitaires

 

de Dijon, 2016, 69 p., 8€

 

 

 

 

© Crédit photo : couverture illustrée du livre

 


 

Avis du Ppdm : cet opus est une synthèse fort utile sur la problématique de  la parité en France.

 

 

Présentation de la maison d'édition

La parité garantit-elle l'égalité des sexes ? En France, les lois dites « sur la parité » favorisent l'égal accès des femmes et des hommes aux postes à responsabilité depuis le début des années 2000. D'abord prévues pour les mandats politiques, elles s'étendent à la fonction publique, à la direction des entreprises privées et même des associations. Pourquoi ? D'où vient ce principe ? Est-il efficace ? La parité numérique (50/50) s'accompagne de carences que le regard sociologique permet d'identifier.

 

Auteurs : Maud Navarre est docteure en sociologie de l'Université de Bourgogne-Franche-Comté. Spécialiste du genre et de la politique, elle s'intéresse en particulier aux parcours politiques des femmes élues. Matthieu Gateau est maître de conférences en sociologie à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, membre du Centre Georges Chevrier (UMR CNRS 7366) et chercheur associé au CESAER (UMR 1041 INRA-Agrosup Dijon). 

 

Détails techniques

 

Titre :  La Parité

Aueurs : Maud Navarre, Matthieu Gateau

Éditions : Éditions universitaires de Dijon

Collection : Essais

Date de parution :  2016

Nombre de pages :  69 p.

Format : broché

Format : 10,5 X 17, 5 cm

Conception : -------

Mise en pages : -----

Imprimé sur : -------

Prix éditeur :  8 euros 

Publié avec l'aide de : ------

Site de la maison d'éditon :  http://eud.u-bourgogne.fr/droit/489-la-parite-9782364411708.html?search_query=la+parite&results=2

ISBN : 978-2-36441-170-8

ISSN : 2491-0570

 

Table des matières 

 

Introduction

 

1. Histoire d’une exception française

L’impulsion internationale

L’année 1992, déclenchement des mobilisations

La perspective des élections présidentielles accélère le mouvement

La gauche plurielle au pouvoir concrétise les revendications

2. De la réforme constitutionnelle à son application

L’extension progressive de la parité

La parité est-elle efficace ?

La résurgence « du plafond et des parois de verre »

Quelle légitimité pour les femmes ?

Un statut de l’élu problématique

Conclusion

Bibliographie

 

***

 

Pour citer ce texte

LPpdm, « Maud Navarre et Matthieu Gateau, La Parité, Éditions universitaires de Dijon, 2016, 69 p., 8€ », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 30 avril 2016. Url http://www.pandesmuses.fr/2016/04/parite.html

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 13:53

 

Annonces

Rendez-vous à ne pas manquer

 

 

Appel à contribution de la revue Réseaux

 

La revue Réseaux lance un appel à contribution pour un numéro thématique « Le féminisme en ligne » accessible via le lien suivant : http://revue-reseaux.univ-paris-est.fr/fr/appel-a-articles/document-2685.html

 

Le féminisme en ligne

Claire Blandin (coordinatrice)

 

De l’engagement individuel aux mobilisations collectives, le terme de féminisme recouvre des ensembles de mobilisations contre les oppressions dont les femmes sont victimes. Les mouvements féministes sont aujourd’hui étudiés par l’ensemble des sciences sociales, dans leurs développements militants et leurs conséquences politiques, sociales ou législatives. Or, les trois vagues du féminisme ont en commun de s’adosser à des époques spécifiques du développement des médias. C’est au temps de la presse populaire triomphante que le combat des suffragistes émerge dans l’espace public. Pour revendiquer le droit à disposer de leurs corps, les activistes des années 1970 jouent des relais de la presse magazine et expérimentent la vidéo. Caractérisées par la diversité des acteurs, des enjeux et des stratégies (Lamoureux 2006), la troisième vague contemporaine s’épanouit dans les nouveaux médias. Pour chacune des vagues, le féminisme s’empare de nouvelles technologies. On peut retracer cette chronologie pour montrer comment la troisième vague se place à la fois dans une continuité et en rupture avec les pratiques militantes antérieures.

 

C’est ce phénomène de la présence du féminisme sur les réseaux sociaux et dans l’espace du web que ce dossier se propose d’explorer. Le fait de travailler sur des « mobilisations en ligne » revient à envisager des formes diverses de médiations des actions : c’est l’ensemble des productions mises à disposition sur le web, mais aussi les mécanismes d’échanges des réseaux sociaux qui peuvent être analysés. La diversité des productions en ligne permet de travailler sur l’articulation, la concurrence et l’opposition entre textes, images et sons. De multiples pistes peuvent être explorées dans cette perspective. Des contributions sont aussi attendues sur les usages féministes des nouveaux médias : le cyberféminisme, les mobilisations transnationales via le net, mais aussi les ressorts spécifiques d’expression des luttes des femmes via le web. À la croisée des travaux sur les usages genrés des nouvelles technologies et sur les pratiques féminines d’écriture, on peut s’interroger sur l’espace de libre expression constitué par le monde virtuel, pour les femmes. Au-delà des espaces affichés comme lieu d’expression de la cause des femmes, ce dossier cherche à repérer la place des revendications féministes dans les sites et blogs de critique culturelle.

 

L’entrée par les nouveaux outils est également l’occasion de réinterroger la place du féminisme dans notre société, et celle des médias dans la circulation des représentations collectives : qu’est-ce que le nouvel espace ouvert par internet permet au féminisme ? En quoi reproduit-il les schémas de la domination masculine ? Le web est parsemé d’espaces d’initiation pour les jeunes : quelle est la place des idées féministes dans les modèles qui circulent ?

 

Les textes attendus au plus tard le 1er octobre 2016

sont à adresser à : aurelie.bur@enpc.fr 

 

 

Festival Nomade à Paris (édition 2016)

 

Marie Gossart y réalisera le samedi 21 mai à 16h30 sa performance "ACTION WRITING (AW#4)" à la Maison de la Poésie, passage Molière, 75003, url : http://www.maisondelapoesieparis.com/events/marie-gossart-action-writing-aw4/

Voir également les liens suivants :

http://www.maisondelapoesieparis.com/programmes/y/2016/mois/5/

https://www.facebook.com/nomades3

http://www.maisondelapoesieparis.com/events/marie-gossart-action-writing-aw4/

http://www.evous.fr/Nomades-parcours-culturel-dans-le-Haut-Marais,1131303.html

http://www.maisondelapoesieparis.com/wp-content/uploads/2016/04/MDP-PROGRAMME-MAI2016-V7-WEB1.pdf

© Crédit photo :  Festival Nomade 2016 (affiche)

© Crédit photo : Festival Nomade 2016 (affiche)

Festival Nomade 2016 (programme)

***

Le travail artistique à l’épreuve du genre

Perspectives socio-historiques 2016

Campus Condorcet Paris-Aubervilliers

Sous la responsabilité de Marie Buscatto et de Delphine Naudier

Programme à télécharger

 

***

 

Pour citer ce texte

LPpdm, « Rendez-vous à ne pas manquer », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 28 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/annonces.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 10:49

 

Poèmes pour la 2ème thématique :

 

Les aventurières, orientalistes, occidentalistes, voyageuses, nomades, rêveuses en poésie, etc.

 

Histoire d’une polyphonie,

 

Parole de Muse orientale

 

& Zinzolin

 

Dina Sahyouni

 

 

Extraits reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteure

Blog officiel : http://pan.blogs.nouvelobs.com/

Page officielle de facebook

 

 

 

Histoire d’une polyphonie

 

Dans l’Égypte antique, dans ce vieux port d’Alexandrie, la princesse de mes rêves prend forme. Issue de la plume d’une autrice qui cherche encore ses délices aux corps des mots. Bercée par Lonely shepherd joué par Gheorghe Zamfir, je voyage dans le langage.

Une princesse égyptienne apparaît à travers les lignes et me fait signe. Dans cette connivence entre la créatrice et sa créature, les flots de mots coulent vers le récit d’une vie qui est la sienne, mais dicté par les mélodies de mon être et celles de la flûte de pan.

J’endosse le rôle de narratrice et disperse mes phrases sur les pages dénudées qui viennent à moi comme de petites filles perdues dans l’horizon de l’absurdité humaine. Elles délectent les fruits de mon imaginaire et susurrent aux lignes d’autres signes et des non-dits visibles aux cœurs amoureux. Je me charge de narrer l’histoire banale d’une princesse égyptienne qui hante ma vie, celle des autres et dépasse de loin, par sa grandeur, mon modeste talent d’écrivain.

Je voudrais vous parler de Cléopâtre, de cette reine inégalée enveloppée du voile de parfums de l’Orient de tous les rêves, mais les pages se balancent dans mes mémoires parlent et dansent… Les notes de musique interpellent aussi mon imaginaire et me rappellent l'histoire des histoires du Je. Elles m’empêchent de raconter ce que je veux, elles éparpillent mes idées en symphonie surréaliste. Coincée dans l’antre des mots qui dégoulinent sur les pages et sèment des barrages au dit que j’écris.

Que des femmes en chaleureuses dames du dix-huitième siècle ! Ô qui serai-je lorsque ces dames en salonnières bien avisées prennent les laisses des mots et peaufinent leurs points de vue ?!

En dialogue entre nous, un écrit s’écrit lui-même. Quel imaginaire épouse le mien ? Quelles contraintes perturbent mon dessein et conduisent ma narratrice désœuvrée au bord des sanglots ? Elle s’éclate en rires puis en soupirs et prend le pouvoir en usant de sa baguette magique. Son fait est Fée, il ne reste plus aux vieilles pages et mélodies assez lasses de contrarier une jeune fée énergique survenue soudainement en intruse dans notre récit pour les désarmer et les rendre les otages de sa féerie. C’est qui au juste qui écrit tout cela, je ne comprends plus rien. En sueurs, je me réveille, il est cinq heures du matin, le soleil se lève à peine et ma conscience aussi…

Texte reproduit de Lettres à Océan de savoir

 

***
 

Parole de Muse orientale

Crédit photo : Au bord de l'oued  par Alphonse-Étienne Dinet (1861 -1929), domaine public,

url : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_Dinet

 

Je suis l’être qui fabrique ton bonheur là où les oiseaux bâtissent leurs nids.

Regarde-moi les yeux dans les yeux et dis-moi encore : « je t’aime ».

Le baldaquin de la vieille artiste s’efface quand ton ombre traverse mon esprit.

Je marche sur le sable humide de nos souhaits, là où les rêves humectent les corps puis les macèrent dans le bleu de l’océan du vivant. Dans le plus beau pays du monde, je brode notre histoire de tous ces petits riens qui font et refont le réel.

C’est au fond de tes yeux, là où le monde se tient en vert pétillant, que les mots se hissent au rang des joyaux inestimables et transcrivent l’imaginaire aux bords de tes cils. Je suis seule à mordre les lèvres quand tes doigts jouent sur mon corps leurs douces symphonies.

Je suis seule à m’appauvrir de tous ces tas de détails qui font de toi ce que tu es, lasse d’être étrangère quand je suis la plus proche de ces yeux qui font frémir mon cœur…

Comme une orpheline de l’Amour, j’arpente les chemins qui mènent à ton corps qui miroite mon bonheur. Délaissée sur l’oreiller du sommeil, ton ombre hante mes nuits et écrit tous mes récits.

Elle me traverse comme le vent du printemps, puis s’installe dans les marécages du soi, là où sommeille l’émoi de toute mon existence.

Tu me murmures languissant « je t’aime » mais le peu qui me reste de souvenirs enfantins m’endort sur la plus belle chanson d’amour lue sur tes lèvres.

Le tendre baiser que tu offres à mon cœur le transporte dans des oasis jusque-là inaccessibles.Je ramasse le restant de mon humanité et continue à filer mes joies auprès de toi. Je suis la femme de tes rêves mais tu es l’homme de mes jours…


 

Texte reproduit de Murmures

***

Zinzolin

Crédit photo :  Esclave d'amour et Lumière des yeux (1895) par Alphonse-Étienne Dinet (1861 -1929), domaine public,

url : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_Dinet

 

Dans l'impasse d'une ruelle de la ville d'Assouan, je t'ai rencontrée pour la première fois. Sous le soleil brillant qui faisait chavirer mon corps aux lisières de la soif et de la mort,  tu es venue vers moi, pour me demander de t'aider à déchiffrer l'adresse à laquelle tu comptais te rendre.

Comment décrire ton visage resplendissant et ton corps de trente ans ? Je n'ai plus de mots, il me reste la béatitude et le plus doux silence qui sauvent le vivant du magma discursif...

Moi, le fameux conteur de cette belle ville, je me retrouve désarmé de tous les langages en ta présence. Moi, le fameux conteur qui fait jaillir du rien les plus belles histoires d'amour. Moi, Abel Hamid, me vois aujourd'hui délaissé, dévasté et laissé pour esclave par un seul regard… Moi, qui tisse toujours de n'importe quoi des récits à en perdre la raison, je reste immobile, frappé par les foudres célestes d'une beauté atypique et étrangère à tout ce que les contes, les mythes et les légendes m'ont appris. Comme dans le tableau d'Étienne Dinet, je ressasse les parcelles du bonheur que tu m'offres...

Dites-moi, belle inconnue, comment vous appelez-vous ? 

Je m'appelle Zinzolin et m'en vais avec le dernier rayon du soleil.

Dans l'impasse d'une ruelle restée mystérieuse, le fameux conteur d'Assouan se trouva ce jour-là face à la plus belle créature jamais observée par les vivants, elle n'était que la projection de sa poésie dans le ciel de sa ville natale.

 

Texte reproduit de Murmures

***

 

 

Pour citer ces poèmes

Dina Sahyouni, « Histoire d’une polyphonie », « Parole de Muse orientale » & « Zinzolin », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 8 avril 2016. Url :  http://www.pandesmuses.fr/2016/04/museorientale.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

 

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Reconfinement | Rêveries fleuries
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DE RECONFINEMENT EN FRANCE Rêveries fleuries Crédit photo : Jane Atché (1872–1937), "Rêverie", Peinture sur porcelaine, dessin de J. Atché, peinture de Evalina Guenthoer, domaine public,...
  • Nous irons vers les poètes
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 30 Nous irons vers les poètes Renée Vivien Poème choisi, transcrit, remanié, annoté & présenté pour cette revue par Dina Sahyouni Cette page est en partie restreinte Crédit photo : Photographie...
  • Éphémère
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 29 Éphémère Audrey Schouteeten Crédit photo : "Papillon de Normandie", image de Commons, domaine public. Au première lumière S'envole un papillon, Le temps d'une saison, Le papillon est éphémère....
  • Calendrier poéféministe 2021 portant sur le féminicide
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe 2021 contre le féminicide Calendrier poéféministe 2021 pour lutter contre les violences faites aux femmes et particulièrement le féminicide © Crédit photo : Sarah Mostrel, Stop . 2020. En cours d'édition.......
  • SEPTEMBRE 2021 | Violence conjugale
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | Septembre 2021 Violence conjugale Pascale Mathieu Illustration de Mariem Garali Hadoussa Artiste peintre & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" © Crédit photo...
  • AOÛT 2021 | Épitaphe pour nos sœurs
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | Août 2021 Épitaphe pour nos sœurs Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Illustration de Mariem Garali Hadoussa Artiste peintre & poète Présidente de l ’ association...
  • Va et viens
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 28 Va & viens Myriam OH Facebook : Myriam OH, Instagram : oh myriam, Youtube : poéTICo Crédit photo : Charles Joshua Chaplin, "Rêverie" image de Commons, domaine public. va, et viens, va...
  • JUILLET 2021 | Gardiennes de l'honneur
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | Juillet 2021 Gardiennes de l'honneur Mariem Garali Hadoussa Artiste peintre & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" Poème édité par notre revue dans le calendrier...
  • Je vais te raconter
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 28 Je vais te raconter Nadine Adra Histoire poétique et philanthropique inédite sur la pandémie de COVID-19 & le confinement en 2020 Crédit photo : Papillon bleu, domaine public, Commons. Je...
  • JUIN 2021 | Chambre 9
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | JUIN 2021 Chambre 9 Véro Ferré Illustration de Mariem Garali Hadoussa Artiste peintre & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa,...