23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

Critique & réception

 

 

Compte rendu du Colloque International

 

 

''Urgence de lire''

 

 

(11 et 12 octobre 2013)

 

 

Marie-Josée Desvignes

    

 

 

 

Inauguré par BSF (Bibliothèques sans frontières), cet événement international a réuni plus de huit cents acteurs du monde du livre et un nombre important de personnalités autour du projet ambitieux créé à l'initiative de Patrick Weil, Président de BSF, pour imposer l'accès à la lecture comme priorité de l'action humanitaire, auprès des populations traumatisées en temps de guerre ou de cataclysmes.

 

En effet, lorsqu'un pays est affecté par une guerre ou une catastrophe naturelle, on pense en premier lieu et c'est tout naturel à leur venir en aide. Jusque-là l'aide consistait à apporter des denrées alimentaires et sanitaires, des projets de reconstruction structurelle. Un jeune étudiant haïtien écrivait dernièrement à Dany Laferrière : « 'il vous plait, lorsque vous nous envoyez une caisse de riz, envoyez-nous en même temps une caisse de livres, car nous ne vivons pas pour manger mais pour lire ».L'action menée dans une vingtaine de pays du monde vise donc à s'appuyer sur le pouvoir de résilience des livres et de la culture et de re-création du lien social lorsque tout autour de soi a été détruit.

Afin d'alerter la communauté internationale sur cette question fondamentale, Bibliothèques sans frontièresa lancé l'appel «Urgence de lire» en novembre 2012. Après le tremblement de terre en Haïti, l'expérience a montré combien il était important pour la reconstruction des êtres, de rétablir les liens entre les rescapés, leur permettre de redonner du sens à leur vie, offrir cet accès à l'information, aux livres et à la culture. L'appel a été signé par de nombreux écrivains, parmi lesquels le prix Nobel de Littérature J.M. Coetzee, Toni Morisson, Doris Lessing, Mario Vargas Llosa, Salman Rushdie et bien d'autres.

 

Le colloque des 11 et 12 octobre a réuni des acteurs du livre, des spécialistes de l'information, des intervenants dans l'humanitaire et de l'urgence, des bailleurs de fonds, afin de réfléchir à la meilleure prise en charge de la dimension intellectuelle de l'être humain en danger. Apporter la culture dans les camps de réfugiés (pour la Syrie, en Jordanie en ce moment) pourrait par exemple paraître dérisoire, quand tout est à reconstruire, et pourtant comme l'ont si bien souligné les deux dernières interventions en la personne d'Eva Joly: « le seul rempart contre la barbarie c'est la culture »ou Michèle Pierre-Louis(ex-première ministre d'Haïti) : « Nous ne sommes pas que des tubes digestifs mais aussi des esprits »qui rappelait aussi les mots de son père lorsqu'elle était enfant : « Nous sommes un pays accablé de tous les maux, meublez-vous l'esprit, lisez ! »car « Vivre en Haïti c'est vivre d'une certaine manière dans l'urgence permanente, c'est se donner un autre rapport au temps, aller à l'essentiel ... »

 

Le colloque s'est déroulé en trois temps, deux matinées et une après midi. La première journée a été consacrée à un état des lieux de la situation, de l'accès à l'information et à la culture en situation d'urgence humanitaire en présence de Alexander Aleinikoff, Haut Commissaire, Adjoint des Nations Unies pour les Réfugiés. Ont suivi six ateliers et une session de travail autour de l'idée maîtresse du projet : le développement des Ideas Box. La seconde journée portait sur la reconstruction du futur et la co-construction des futurs,rôle de l'imaginaire et de la créativité dans les situations de crise et un débat vers une meilleure prise en compte de la dimension intellectuelle de l'humain en danger. Qu'est-ce qu'un être humain, un enfant, une femme, un homme, une fois sa vie sauvée, un logement retrouvé, sa nourriture assurée s'il n'a pas de quoi penser, lire, écrire, dessiner, communiquer ? « Les nourritures de l'esprit sont aussi essentielles pour reconstruire des sociétés et des êtres humains en situation de désespoir. L'action de Bibliothèques sans frontières après le séisme de janvier 2010 en Haïti est de ce point de vue inestimable » Kettly Mars, États des lieux de l'accès à l'information et à la culture en situation d'urgence humanitaire. 

Le livre, facteur de résilience dans les situations d'urgence, pour donner le courage de se reconstruire, « le livre, outil vital de partage des savoirs» (Irina Bokova, directrice Unesco) citée par Patrick Weil. Après la catastrophe en Haïti qui a été unepremière expérience pour BSF, on s'est rendu compte que les actions étaient menées en direction des enfants, mais que rien n'était fait pour les adultes dans le domaine de la reconstruction intellectuelle. Or, après s'être reconstruits physiquement, les adultes dépérissaient, s'ennuyaient et demeuraient passifs dans leur reconstruction.

 

Le projet des Ideas Box vise tout autant au développement éducatif qu'à permettre aux individus de se prendre en charge et ne plus être passif afin de devenir acteurs de leur futur (point fondamental du projet). 43 Millions de personnes sont aujourd'hui déplacées par des catastrophes ou des conflits. Que signifie être réfugié ? Quelles sont les conditions des réfugiés en Syrie, en Jordanie ?

La vidéo documentaire questionnant quelques personnes réfugiés était édifiante : pour l'un, c'était le summum de l'humiliation à tous les niveaux, un jeune garçon disait : « j'allais à l'école, aujourd'hui je me sens comme un vieil homme », un autre : « même les vêtements que je porte, je ne les supporte plus ».'intervention des trois écrivains « voyageurs » présents au colloque soulignait l'importance de la lecture pour chacun comme construction identitaire. Marie Darrieussecq mentionnait pour sa part son étonnement de découvrir dans la brousse en Côte d'Ivoire «petite bibliothèque pleine de livres et surtout pleines de gens, des livres tout moisis, tout gondolés, mais la bibliothèque résiste...il y avait tout Sade (on se demande, t-elle, qui avait eu cette idée) et du Guy des Cars ! Et aussi un assez bon fond de théâtre. » ses voyages plus récents en Afrique, au , elle avait été surprise par la présence importante du portable et de l'internet. « 'il y a des coupures d'électricité, c'est une catastrophe pour eux. La numérisation des livres est en train de transformer l'Afrique. »

 

Pour Daniel Rondeau, «l'enchantement est la promesse, l'espérance peut revenir à travers les livres (et l'internet où on peut lire, tout lire) ». « ennemis, de quoi ont-ils peur, dit Malala, ils ont peur des livres ! » cite encore Daniel Rondeau. Eric Orsenna est intervenu à son tour pour exprimer combien l'envie de lire un livre électronique permet de voyager. On doit tout pouvoir utiliser. Il explique les difficultés de distribution du livre au Togo, ou au Cameroun : « n'y a guère que quelques librairies à Yaoundé, à Douala. Pourtant ce sont des pays de littérature, de grande littérature ! ». Marie Darrieussecq évoquera le nigérien Wole Soyinka « mis au secret 168 jours durant et pour qui rester sans livres fut une véritable torture, on lui laissait un livre une heure par jour seulement. C'est poignant car on assiste à une véritable torture, à l'isolement total. » Est cité également l'exemple des camps de où les gens qui mouraient de faim se racontaient des recettes de cuisine, et les meilleures !

 

Seront évoqués également le rapport pourtant important en Afrique de l'oralité qui permet le lien social alors que le livre, lui, isole. Daniel Rondeau dira l'extrémité du portatif qu'est le portable. L'important, c'est le texte. Durant trois à quatre mois par an, il n'y a pas de route, car c'est la saison des pluies. Comment communiquer ?

Le concept des Ideas Box là , il y a tout dedans : des tablettes numériques, des portables. C'est le concept même de la boîte : pouvoir proposer toute la culture, musique, théâtre, photo, littérature, etc. Et le livre reste alors une sorte de lien fraternel. Les collectes de livres soulèveront des questions concernant la « qualité » des livres : « n'envoyez pas les livres que vous n'aimez pas pour vous en débarrasser, n'envoyez que des marqueurs, que des livres que vous avez aimés ! » rappellent les propos de Mr Delanoedans son discours d'introduction lorsqu'il disait qu'il avait une bibliothèque bien trop importante de livres qu'il avait aimés dont il ne savait plus quoi faire, et dont il fera don. Le sujet a fait débat. Mais au fond, la réponse était claire : il y a certes de bons et de moins bons livres mais l'essentiel est ailleurs. Le livre est vecteur de lien social et au final, ce qui compte, c'est aussi la personne qui l'apporte, qui le partage. Il faut encourager la circulation de tous les livres (même les livres pratiques, évidemment !) car ce qui compte, c'est le partage, le lien que génère à travers le temps et l'espace cet outil merveilleux pour notre esprit (et plus généralement l'écrit ! Sous sa forme électronique !)

 

Alexander Aleinikoff, Haut Commissaire, adjoint des Nations Unies pour les réfugiés donnera les chiffres de 5 millions d'enfants réfugiés dans le monde qui, si nous pouvions les rassembler par 60 dans des bus, s'étendraient sur la distance de Paris à Prague ! Et le monde, , doit faire avec ce fardeau, trop peu sont scolarisés, un tiers des 6 à 13 ans ne le sont pas, deux tiers, des 10/17 ans sont déscolarisés. La moitié des enseignants n'ont pas de qualifications, car il faut payer pour cela. Le HCR doit faire face à la crise en Côte d'Ivoire, en Somalie (des centaines de millions de réfugiés), en République démocratique du Congo, ou Centre Afrique où des millions de personnes sont déplacées, sans parler de la crise syrienne (2 millions, en Jordanie et 4 Millions au sein du pays). Un tiers des familles sont déplacées au sein même du pays. Chiffre absolument dramatique de 1 Million d'enfants, témoins d'atrocités et privés de tout, l'école restant un sujet plus que sensible. 2 millions d'enfants au Liban, 60% sont scolarisés, ces chiffres troublants ne représentent qu'une petite portion. Il y a des millions d'autres enfants réfugiés de longue durée (Pakistan , Afghanistan, Colombie, à l'est du Soudan, réfugiés Erythréens) des problèmes d'éducation, d'alphabétisation, de culture.

 

Mais au-delà de la question des réfugiés, il ne faut pas oublier que ces populations -« presque privilégiée », qui peuvent bénéficier de l'aide internationale, souffrent d'une rupture culturelle plus grande, ils sont déracinés, coupés de leur communauté. Et comment dépasser le problème de l'accès des jeunes filles à l'école ? Quelle prise en charge pour ces jeunes filles violentées ? Seule l'école est une réponse, et les livres une solution à la réparation. Même les mauvais livres peuvent apporter quelque chose puisqu'ils permettent de développer les compétences linguistiques. Il cite ensuite un article dans la revue Sciences montrant que les lecteurs ont de bien meilleurs résultats et ont un quotient émotionnel augmenté après la lecture d'une fiction. L'importance de l'imaginaire et de la lecture comme vecteur pour s'ouvrir à une complexité émotionnelle n'est plus à démontrer et pourtant toujours à souligner.

 

Le projet Ideas Box

 

Aujourd'hui, simplement la technologie de l'écrit permet d'autres possibles, par exemple par l'ouverture de classes virtuelles aux réfugiés. Les idéas boxcontiendront des tablettes tactiles, des livres papier, du cinéma ambulant, de la formation informatique permettant des échanges entre réfugiés. La mise en place de 5 boîtes sera faite d'ici janvier 2014. Ces Ideas boxsont la promesse de ne plus laisser les réfugiés isolés dans le monde. C'est un défi important, et la première initiative développée au Burundi a montré que cette toute petite contribution pour des millions de réfugiés qui attendent notre aide est possible grâce aux différentes ONG et autres associations qui voudront contribuer. L'intervention de Jacqueline Strekker,écialiste Innovation et Education au UN HCR soulignera l'évolution importante depuis deux ans grâce à la présence de nouveaux acteurs dans l'aide humanitaire. « Il y a quelques années le groupe était restreint aux pays plus aisés, aujourd'hui la population en diaspora, écrivains, ONG locales et internationales marquent un tournant. Ce n'est pas la technologie qui fait la différence mais comment on l'adapte ». Les enfants sont toujours les premières victimes des crises humanitaires, l'idée est que les livres peuvent soigner.

 

Patricia Aldana, de laFondation IBBYson rôle dans cette action, elle qui, anciennement éditrice en Jeunesse a, avec sa Fondation conseil du livre Jeunesse, développé 77 sections nationales, qui oeuvre pour que les enfants accèdent aux livres, avec des interventions en bibliothérapie commencées dans les années 90, au Venezuela, Haute Colombie, Pakistan, Liban... Ces actions sont menées avec seulement deux personnes permanentes et de nombreux bénévoles dans une Organisation pauvre mais efficace : Les enfants qui ont tout perdu, dit-elle, sont en état de choc et il leur faut aliments, médicaments et logement mais également une aide aimante par des adultes formés qui leur apportent des livres. Apporter des livres sans un adulte pour faire le lien n'est pas suffisant, la technologie seule ne peut suffire. Il faut que le contenu soit adapté mais il faut aussi aider à développer l'édition et la librairie sur place. Deuxième point important qu'elle abordera est celui du choix des lectures : « À Gaza, raconte-t-elle, en bibliothérapie, ils pensent qu'il faut parler des choses tristes et bien non ! Cendrillon était le livre préféré des enfants ! » pertinente de ce que recherchent les enfants dans des situations difficiles. On voit à travers ces interventions combien de questions sont soulevées par l'action même et l'aide. Le médiateur fera remarquer alors qu'il ne faut pas confondre ici la bibliothérapie et l'apprentissage de la lecture-loisir.

 

Chris Talbot, consultant et co-fondateur duRéseau Inter-Agence Education et Situation, apportera d'autres chiffres : « 5 millions d'enfants en primaire, ce chiffre représente la moitié des enfants déscolarisés dans le monde (chiffre 2008). Malgré ces chiffres énormes, la part de financement pour l'éducation humanitaire a chuté. En 2012, nous reculons en terme d'engagement. Les processus d'appels consolidés, processus d'acheminement ne correspondent plus qu'à 28% des besoins, c'est donc très faible.3/4 des besoins ne trouvent pas de réponses et ce sont les besoins identifiés et nous ne parlons pas des besoins non identifiés. »

 

Dans notre développement de Bibliothèques sans frontières, dit Patrick Weil, il faut un travail de plaidoirie de tous les secteurs. Il faut augmenter l'engagement des bailleurs, des ONG pour fournir une éducation auprès des jeunes. Le premier argument est politique, les communautés demandent l'éducation, les familles de réfugiés et les jeunes sont en demande et considèrent que c'est le service le plus important avec celui de la survie.

Le second argument est celui des droits humains, droit pour tous, toutes les conventions (Genève entre autres) précisent que c'est important. Le 3e argument est peut-être un outil pour la protection pour les jeunes surtout en temps de crise, en tant de guerre ou de cataclysme : les enfants, lorsqu'ils ne sont pas à l'école sont livrés à eux-mêmes (drogue, prostitution, errance), il faut donc améliorer la protection des écoles. 4e argument à nuancer, l'éducation peut répondre aux enfants réfugiés mais n'est pas une solution magique, toute la communauté est touchée mais, il serait une erreur de penser que tous sont traumatisés. Il ne faut pas non plus médicaliser ces temps de lien par rapport à la bibliothérapie.

 

Au moins 70% des enfants bénéficiant de ces accès de base peuvent guérir de ces souffrances, d'autres ont besoin de plus de soins et entre 3 et 5% ont des problèmes et deviennent psychotiques, ont besoin d'interventions plus spécialisées. 5e argument : l'éducation permet un passage efficace de messages sur l'hygiène, les mines antipersonnels, sida etc, qui peuvent sauver des vies. 6e argument pour dépasser les inégalités basées sur le sexe et lutter contre. Nombreuses sont les personnes qui pensent que l'éducation est un luxe, mais c'est faux. L'éducation peut sauver des vies et n'est pas uniquement un moyen de se cultiver.

 

Pour ma part, j'avais assisté aux ateliers 3 et 4 respectivement à l'intitulé suivant : Traumatismes, deuils et résilience, le rôle des projets socio-culturels Les enfants dans les crises : construire des réponses transversales et adaptées. Ces ateliers étaient surtout destinés à nous mettre en relation avec les différents acteurs et les possibilités d'action pour le chemin vers la résilience. La lecture et le livre par le biais d'une prise en charge humaine certes (un psychologue) mais aussi le cinéma, le sport et même les clowns. On a pu entendre un responsable du spectacle vivant, une directrice des programmes sportifs, une psychologue et le fondateur du cinéma numérique ambulant. La psychologue clinicienne, spécialiste en psychotraumatisme, Hôpital Avicenne, Bobigny, Héloïse Marcheza été contactée par BSF pour réfléchir aux boîtes à histoires en Haïti (développement des bibliothèques ambulantes à Port au Prince, « bibliotaptap », dont Suze Marie-Hélène Dorange nous expliquera le fonctionnement, de manière plus détaillée dans la seconde matinée -étant elle-même, une actrice sur le terrain.

 

La boîte à histoires (150 à 200 livres) a été conçue et réalisée pour les camps de réfugiés en Haïti, pensée pour les problématiques de deuils multiples, d'exposition directe aux traumas. Elle contient beaucoup de contes et albums, et même une formation à la lecture. Mais la psychologue précisera qu'elle était venue, elle, pour aborder un angle plus psychologique et donc être davantage sur un axe de vigilance. Elle a également collaboré à une action au Burkina-Fasso avec partenariat avec la Croix Rouge et un public d'adultes. Il faut en effet, garder en tête que les événements post-traumatiques ont des répercutions chez tous mais de manière différente chez chacun, la lecture est un instrument pour nommer les choses et une mise à distance des émotions ressenties. Le conte étant le meilleur médiateur de la vie psychique, il dit sans dire, ouvre tous les possibles. Il permet de penser, rêver, jouer. Pour Clown sans frontières(Marik Wagner, administratrice), ONG constituée essentiellement de bénévoles, l'initiative est venue des enfants français qui correspondaient avec une classe de Sarajevo et qui ont demandé si on pouvait aussi faire rire leurs copains. Pour l'association Cinéma Numérique Ambulant,(Christian Lambert, Fondateur) qui apporte depuis sa création la possibilité de projection à des populations défavorisées. Pour le sport et jeux, en contexte humanitaire, Nicole Moran, directrice de programmes, Suisse. La session de travail qui clôturait la journée était destinée à présenter les Ideas box : médiathèque portative designée par Philippe Stark et conçue pour être transportée sur tous les terrains en urgence humanitaire. Elles contiennent une connexion internet satellitaire, et des tablettes tactiles, des livres électroniques et papier, du matériel d'animation culturelle et un cinéma ambulant. Elles sont faciles d'utilisation et robustes, transportables facilement, autonomes énergétiquement.

 

La deuxième journée était consacrée à : Reconstruire le futur, co-construire les futurs : le rôle de l'imaginaire et de la créativité.Parmi les intervenants : Marie-Rose Moro, professeur de psychiatrie/Médecin sans frontières, François Taddei(Directeur Centre de Recherches Paris/ Descartes), Daniel, Derivois, Maître de conférence en psychologie interculturelle. Mr Derivois souligne que « L'objet-livre rentre en résonance avec l'Histoire de Haïti ». Déjà, les esclaves se cachaient pour lire et accéder au savoir, précise-t-il. Quelle stratégie, le peuple haïtien au delà du séisme met-il en place pour penser la résilience et plus particulièrement la résilience des 3-18 ans ? Au-delà de la question des besoins primaires, il y a la question du s ens , insiste-t-il. En présentant l'objet-livre comme un vecteur de liberté, on ouvre cet espace de liberté par le livre et même pourquoi pas les Ideas box. Pour raconter le trauma, on utilise souvent le dessin, l'imaginaire passe par le dessin. Souvent les enfants haïtiens dessinaient des bateaux. On peut y voir un désir de traverser la mer pour s'évader, mais s'évader dans l'imaginaire aussi. Il faut s'engager, et y aller, voir sur le terrain et trouver les modalités de faire ensemble et pas dans une perspective « colonialiste » dans une analyse peut-être insuffisante de la situation. Il faut être affecté par ce qu'on fait, pas seulement pour les enfants, mais aussi pour nous, voir ce que ça modifie en nous, ce que ça transforme. Il faut comprendre réfléchir à « ce que ça bouge en soi, comment ça me change, jusqu'à ce que ça me devienne nécessaire ». Le bénéfice est réciproque. cette interaction profonde, nous dit Daniel Derivois, l' « être affecté » (terme emprunté à l'anthropologie), affecté au sens de « transformé » modifie mon être, y compris mon être professionnel, il y a l'idée de créer ensemble de belles choses et de voyager. Il s'agit bien de cocréer, encourager à créer soi même. François Taddei insiste alors sur le fait que l'Idea box est une belle idée pour s'autonomiser, être capable de produire soi-même de la connaissance et la partager. Il est important de véhiculer cette idée que les enfants sont capables de créer et de partager leurs savoirs.

 

Par delà l'aide, les sinistrés ont besoin de savoir qu'on les considère comme des êtres humains. En étant affecté, on suscite en eux leur part humaine, quand on fait de l'affect un outil, cela permet de faire un pas vers l'extérieur.

 

Les psychologues parlent de « gel des affects », à propos des situations post-traumatiques car souvent les sinistrés sont occupés à des choses plus importantes et ignorent leurs émotions. Il est question du livre ici,dit Daniel Derivois, mais livre ou jeu (dessin) c'est la même chose, une manière de se positionner différemment par rapport à son traumatisme.

 

Prise en compte de l'humain

 

Avec Didier le Bret : du Centre de Crise, Darren Hoerner,des programmes fondation Melissa et Bill Gates Paul-Antoine Peignon, directeur Global X (logistique, transport) A. Petibon, Directeur programme internet, Croix Rouge Patrick Weil, Président BSF. Au-delà des problèmes de logistique, ce qui est difficile à percevoir, c'est comment les sociétés de services parviennent à travailler collectivement. Il faut, en effet, éviter que les bénéficiaires soient obligés de démultiplier leur confiance, qu'ils ne deviennent plus que des numéros, des codes barres. Pas sûr que tous les moyens soient réunis pour aider sur ce plan quand on a déjà tant de mal avec les besoins vitaux. Darren Hoener précise qu'ils travaillent dans leur fondation sur 16 pays pour identifier les besoins des médiathèques et rendre service à ces pays. En Recherche et Innovation, il convient de se pencher sur les meilleurs modèles, réfléchir à comment mettre en place des bibliothèques en Afrique sub-saharienne par ex. Le projet étant de travailler à une certaine échelle et de former un maximum de personnes. Le projet de la Fondation est assez similaire à celui de BSF. La bibliothèque, lieu de référence pour les populations en crise. Il faut donc, ne pas penser seulement aux réfugiés, mais aussi aux populations locales. Penser l'urgence dans le durable, sinon ce sera voué à l'échec. Les problèmes de responsabilisation des populations sur place est important au niveau sécuritaire par exemple. Du coup, il devient difficile de rendre les gens responsables de leur évolution. On repose la question de l'implication nécessaire des individus sinistrés pour la reconstruction de leur pays économiquement et intellectuellement. Dans la salle, une libanaise (Nawal) qui travaille actuellement avec les populations syriennes déportées 'insurge : est temps d'aider les Syriens, les gens se réunissent tous sous le même slogan « Pacifiste ! Pacifiste ! » dit-elle. Au Liban il y a des Syriens, plus d'un million de réfugiés et 300 000 enfants Syriens sans école. Mais il y a aussi une tendance raciste très forte. La crise énorme avec ces réfugiés va avoir lieu, une seule solution demeure: fermer les frontières, et renvoyer les Syriens chez eux. Il faut faire quelque chose car il risque d'y avoir une nouvelle guerre civile au Liban. Nous avons besoin d'apprendre à lire mais pas seulement de penser la lecture par le jeu, et pas seulement au Liban, en Egypte, en Jordanie, où la majorité des enfants de moins de 11 ans ne savent pas lire ! »

 

 

 

En conclusion de ce colloque qui a posé beaucoup de questions, proposé d'ambitieux échanges et réalisations, apporté de l'espoir et de l'action, les deux dernières participantes ont été Eva Joly, présidente de la Commission pour le développement au Parlement Européenet Michèle Pierre-Louis, ex première ministre en Haïti. Eva Jolya rappelé son rapport personnel à la lecture et ce qu'elle lui doit depuis son enfance pauvre, puis de sa place aujourd'hui dans la Commission européenne, elle a expliqué les flux d'argent (60 Ms d'aide au Développement, 1 Milliard pour l'aide humanitaire). Elle a souligné que malgré ces chiffres faramineux, et à cause des égoïsmes nationaux, le budget européen va diminuer : « Le seul rempart contre la barbarie c'est la culture, l'éducation, scande-t-elle, la barbarie ce n'est pas seulement les talibans, la violence mais l'absence de repères. Une grande partie de l'aide au développement et humanitaire a disparu, et se trouve aujourd'hui à Dubaï dans les paradis fiscaux et en ce sens, les paradis fiscaux c'est l'absence de paix. ». Elle rappelle l'absurdité des projets d'infrastructures sans concertations pour la plupart et l'argent donné pour les agences internationales et, rajoute-t-elle, même dans ces agences-là il y a de la corruption. « Il faut voir les camps de réfugiés à Kaboul : un robinet pour 1000 personnes ! L'argent n'arrive pas pour soulager vie des gens ». Elle parle d'une enquête menée sur Kaboul Bank, des plus grands scandales : « milliards de dollars détournés, la moitié se trouvant à Dubaï. Lorsqu'on donne des noms, Dubaï répond qu'il ne coopère pas. C'est là que nous voyons notre responsabilité. L'OCDE a le pouvoir de blacklister les Emirats-Unis et nous n'aurions pas de problème pour financer 10 milliards de dollars pour Urgence de lire. En réalité, on nous répond qu'il n'y a pas de ligne budgétaire. Nous devons d'abord changer notre façon de penser. Michèle sait bien que l'aide donnée à Haïti n'a pas été efficace. » Elle rappelle l'impuissance à atteindre les objectifs fixés au départ. à-bas comme ailleurs nous avons apporté nos savoirs sans jamais ou mal intégrés les Haïtiens. L'un des facteurs de l'efficacité est l'appropriation de l'aide : « Inversons notre aide, faisons confiance aux acteurs locaux tout à fait capables, appuyons leurs initiatives, ne les inventons pas à leur place ! », « Demandons aux populations de formuler leurs souhaits non d'imposer notre culture », « Il faut venir au Parlement Européen et formuler vos besoins, début 2014 pour pouvoir avancer ». Eva Joly conclura sur cette citation de Léopold Sedar Senghor : « La culture est au commencement et à la fin du développement ». À nous de faire en sorte que la culture soit au commencement et à la fin de l'humanitaire ».

Le dernier mot du directeur de BSF Patrick Weil, Frédéric Blin, membre du conseil d'administration de l'IFLA, et Jérémy Lachal, directeur de BSF. Ils sont porteurs d'un projet de préservation et de conservation des patrimoines avec un beau slogan : « Des bibliothèques fortes pour des sociétés fortes »Afrique ou en Amérique latine et avec le soutien de Melissa et Bill Gates, du Commissariat aux réfugiés de l'ONU, premier soutien de BSF. Au Cameroun, Frédéric Lachal, partenaire du développement Culturel du Centre de Yaoundé.

 

En dernier lieu, Mr Weil a énoncé la vision des Français dans l'accès à la culture : 95% sont pour l'éducation, 13% pour l'accès à des lieux de rencontres culturelles, 10% considèrent ces activités comme des activités de confort, 7% évaluent la culture comme importante mais non prioritaire :

« Seules les bibliothèques peuvent remplir ce rôle ! Nous avons besoin de votre soutien ! »

 

 

 

Rendez-vous sur le site de Urgence de lire-Bibliothèques sans frontières :  

url. http://www.urgencedelire.fr/, http://www.urgencedelire.fr/index.php/le-colloque-en-direct

 

 

Pour citer ce texte 

 

Marie-Josée Desvignes, « Compte rendu du Colloque International ''Urgence de lire'' (11 et 12 octobre 2013) », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article-compte-rendu-120723376.html/Url.http://0z.fr/Sbqlg

 

 

Retour au sommaire


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

 

Projet encyclopédique

 

 

Une campagne d'attribution d'articles pour

 

 

l'Encyclopédie évolutive

 

 

dédiée aux femmes et au genre en poésie

 

 

 

 

 

L'association SIÉFÉGP (loi 1901) lance une campagne d'attribution d'articles (en français, anglais, arabe, espagnol, italien, allemand (langues non exhaustives)) pour son encyclopédie évolutive dédiée aux femmes et au genre en poésie

 

Chargé-e-s d'articles


 

Camille AUBAUDE, Marie-Jo BONNET, Marthe COMPAIN, Evgenia GRAMMATIKOPOULOU, Patricia IZQUIERDO, Ingrid JUNILLON, Marie-Ève LACASSE, Sharon LARSON, Aurélie-Ondine MENNINGER, Thérèse MOREAU, Dina SAHYOUNI, Nelly TAZA 


 

Traducteurs/traductrices d'articles



Carmen DIOP (anglais/français, espagnol/français), Ingrid JUNILLON (anglais/français, danois/norvégien/français),


 

Entrées déjà attribuées

 

Louise-Victorine Ackermann (français), Nina de Callias (français), Charlotte Calmis (1913-1982), Bertha de Calonne (français), Natalie Clifford Barney (français), Colette (français), Lucie Delarue-Madrus (français), Heather Dohollau (français), Marguerite Duras, Sylvie Fabre G. (français, arabe), Matsi Hadjilazarou (français), Mireille Havet (français), Marie de Heredia (français), Elsa Koeberlé (français), Marie Krysinska (français, anglais), Joyce Mansour (français), Anna de Noailles (français), Christine de Pisan (français), Sabine Sicaud (français), Françoise Urban-Menninger (français, arabe), Virginia Woolf (français)

 

 

 

Entrées proposées en désordre (choix non exhaustif)



 

poésie homosexuelle, poésie féministe, poésie féminine, poésie masculine, poésie masculiniste, Muses, Anne Dacier, Jeannine Moulin, Alphonse Séché, poétesse, Maryana Marrash, Marie-Claire Bancquart, Sappho, Antoinette Quarré, Télésille, Arlette Albert-Birot, Alice de Chambrier, Maram Al Masri, Madeleine de l'Aubépine, Félicie d'Ayzac, Édith Azam, Camille Aubaude, Patricia Godi, Christine Planté, ¨Patricia Izquierdo, Sidonie Baba, Victoire Babois, Claude Ber, Béatrice Bonhomme, Joséphine-Blanche Bouchet, Catherine Boudet, Martine Broda, Claude de Burine, Angèle Bassolé-Ouédraogo, Angèle Paoli, Marie-Josée Desvignes, Martine L. Jacquot, Philomène Cadoret, Nicole Caligaris, Nina de Callias, Francine Caron, Andrée Chedid, Marie Chevallier, Christine de Pisan, Danielle Collobert, Maggy de Coster, Chantal Danjou, Marie Dauguet, Rome Deguergue, Lise Deharme, Edmée Delebecque, Élie Deleschaux, Marcelle Delpastre, Fanny Dénoix des Vergnes, Marceline Desbordes-Valmore, Antoinette-Thérèse Des Houlières, Jeanne Dortzal, Ariane Dreyfus, Adélaïde-Gillette Dufrénoy, Pernette du Guillet, Renée Dunan, Marie Dupré, Marthe Dupuy, Marie-Jeanne Durry, Thérèse Marie Augusta Élie de Beaumont, Élisa Fleury, Jeanne Flore, Jeanne Gaillarde, Bertha Galeron de Calonne, Anne-Mary Gaudin de Lagrange, Liliane Giraudon, Michelle Grangaud, Christine Guenanten, Éric Guillot, Rose Harel, Claudine Helft, Marie de Heredia, Jenny Sabatier, Josyane De Jesus-Bergey, Ariane Kalfa, Vénus Khoury-Ghata, Elsa Koeberlé, Marie Krysinska, Louise Labé, Herminie de La Brousse de Verteillac, Louise-Marie de Lanternât, Cora Laparcerie, Anne de La Vigne, Catherine Lechner-Reydellet, Denise Le Dantec, Hermance Lesguillon, Violette Maurice, Maximine, Jeanne Monteil, Nathalie Handal, Agnès de Navarre, Jamette de Nesson, Anna de Noailles, Marguerite d'Oingt, Anne Parian, Catherine de Parthenay, Geneviève Pastre, Louisa Paulin, Florence Pazzottu, Marie-Louise-Françoise de Pont-Wullyamoz, Colette Peignot, Jeanne Perdriel-Vaissière, Delphine Philippe-Lemaître, Emmanuelle Pireyre, Anne Portugal, Gisèle Prassinos, Berthe de Puybusque, Nathalie Quintane, Lou Raoul, Fabienne Raphoz, Marie Ravenel, Charlotte Reynier Bourette, Chantal Robillard, Hortense Rolland, Marie de Romieu, Valérie Rouzeau, Joyce Mansour, Caroline Sagot Duvauroux, Blanche Sahuqué, Annie Salager, Jeanne Sandelion, Pierrette Sartin, Colette Seghers, Marguerite-Éléonore Clotilde de Vallon-Chalys de Surville, Suzon de Terson, Constance de Théis, Florence Trocmé, Ondine Valmore, Marie-Hélène Verdier, Louise de Vilmorin, Évelyne Voldeng, Renée Vivien, Lydie Wilson, Annie Zadek, Céline Zins, Le Pan poétique des muses, Nizar Kabbani, Heather Dohollau, George Sand, Michel R. Doret, 

 

 

 

Vous êtes universitaire, essayiste, étudiant-e en 3e cycle, professeur-e des écoles/d'enseignement secondaire, bibliothécaire, groupe d'étudiant-e-s, auteur-e confirmé-e et cela vous intéresse, n'hésitez pas à écrire à la rédaction de la revue LPpdm (contact.revue@pandesmuses.fr). Cette encyclopédie utilise les normes universitaires françaises, pour la version en ligne, chaque article ne doit pas dépasser 25000 caractères (espaces compris). Vous pouvez également prévoir des textes plus longs (35000 ou 60000 caractères espaces compris) pour une présentation en pdf. Soumission à trois membres du comité scientifique pour validation (des corrections peuvent être exigées avant la publication en ligne). Durée du travail : à votre rythme, entre 1 et 3 ans maximum 

 

 

 

 

Comité scientifique en construction 

    

Camille AUBAUDE, Michel BRIAND, Anne CASTAING, Patricia GODI, Evgenia GRAMMATIKOPOULOU, Patricia IZQUIERDO, Ouattara GOUHE, Dina SAHYOUNI, Nelly TAZA, Françoise URBAN-MENNINGER, Magda ZAVALA

 

 

 

Pour citer ce texte 

SIÉFÉGP, «  Une campagne d'attribution d'articles pour l'encyclopédie évolutive dédiée aux femmes et au genre en poésie », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013.

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-une-campagne-120723241.html/Url.http://0z.fr/cLbla

 

Dernière mise à jour : 12 décembre 2013

Retour au sommaire


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

 

Annonce de parution

 

 

Alexandre Salcède

 

 

À mesure d'ombre 

 

 

aux éditions Abordo, 2013

    

couv ombre premiere small© Crédit photo : Couverture illustrée de l'éditeur   

 

 

Titre :  À mesure d'ombre
Auteur : Alexandre Salcède
Couverture illustrée : N/A
Éditions Abordo
Date de parution : 14 octobre 2013
Genre : Poésie
Collection : Hors série
Format : Broché
Dimensions : 14,8 x 10,5 cm
Nombre de pages : 40 p.
ISBN : 979 -10-92965-00-1
Prix :  7,50 €

Site de l'éditeur :
url.http://www.abordo.fr/page/accueil.html

 

 

Réception/critique dans un média 

  • ...................


 

 

Présentation de l'éditeur


couv ombre quatrieme small330

 À mesure d’ombre est tissé des voix de trois silhouettes étranges, âmes errantes autant que corps désirants. Le texte d’Alexandre Salcède a la chair comme obsession avec ce qu’elle a de plus que l’âme.

Un texte en vingt-et-un fragments proférés d’un lieu fait de paysages crépusculaires, d’où la voix est arrachée au silence de la nuit. Cette voix émerge nue de sa dépouille, chante seule jusqu’à l’extinction, comme une élégie entrelaçant parole et mouvement.

 

 

 

Poète

al salcede

Né en 1988 à Sarcelles, Alexandre Salcède obtient un Master de Lettres Modernes avec un travail consacré à l’œuvre de Philippe Jaccottet intitulé La parole précaire : de la poésie comme prière. Auteur de guides de voyage, rédacteur pour le site d’actualité littéraire Nonfiction.fr, il est également collaborateur littéraire de la compagnie C’Interscribo – Tatiana Julien. Le trio Douve, créé à Vincennes en février 2013, s’inspire de la poésie d’Yves Bonnefoy dont il cherche à restituer l’univers, les textures et les rythmes sur l’espace de la scène et dans le corps des interprètes. Alexandre Salcède co-écrit avec Tatiana Julien un texte intitulé Douve : « Trois danseuses autour du poète », publié dans la revue en ligne Le Pan poétique des muses. Par ailleurs, il mène plusieurs actions pédagogiques et conférences sur la rencontre entre danse et poésie.

 

À lire aussi les extraits de ce livre publiés dans le n°3

 

 

Pour citer cette annonce

LPpdm, « Alexandre Salcède, À mesure d'ombre aux éditions Abordo, 2013 », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article-alexandre-salcede-120718798.html/Url.http://0z.fr/ziY3Z

 

 

Retour au sommaire


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

 

Poème

 

La Muse malade

 

Charles Baudelaire

(1821-1867)

    

 

 


Ma pauvre muse, hélas ! qu’as-tu donc ce matin ?
Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes,
Et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint
La folie et l’horreur, froides et taciturnes.



Le succube verdâtre et le rose lutin
T’ont-ils versé la peur et l’amour de leurs urnes ?
Le cauchemar, d’un poing despotique et mutin,
T’a-t-il noyée au fond d’un fabuleux Minturnes ?

 


Je voudrais qu’exhalant l’odeur de la santé
Ton sein de pensers forts fût toujours fréquenté,
Et que ton sang chrétien coulât à flots rhythmiques,

 

Comme les sons nombreux des syllabes antiques,
Où règnent tour à tour le père des chansons,
Phœbus, et le grand Pan, le seigneur des moissons.

 

 

(poème du recueil Les Fleurs du Mal , Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 2ème édition, cf. url.

http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?Destination=Gallica&O=NUMM-70860

 

 

Pour citer ce poème

Charles Baudelaire, « La Muse malade », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013.  Url.http://www.pandesmuses.fr/article-la-muse-malade-120692438.html/Url.http://0z.fr/tQdEW

 

 

Retour au sommaire


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

   

Poème français/arabe

 

La nuit

 

ou

 

الليل


 

Dina Sahyouni

    

 

 

Nuremberg_chronicles_-_Wolf-Boy_%28CXCVIIIr%29.jpg?uselang=fr

Crédit photo : Illustation Le garçon-loup 

 


Poème contre la violence conjugale sur les femmes

La nuit,
libre de dire son angoisse
l'homme s'en va
le loup apparaît


La nuit,
libre comme la mort
il vole son sourire
lui arrache le cœur
émiette son être

la nuit,
le loup sourd

 

 

قصيدة ضد العنف المنزلي على النساء


الليل


الليل

حُرٌّ بِقَولِ قَلاقَهُ

يذهَبُ الرَّجُلُ

يظْهَرُ الذئب


الليل

حُرٌّ مِثل الموت

يسرقُ بسمتها

ينتزعُ قلبها

يفتِتُ كيانها

الليل

 

يظهر الذئِبُ

 

 

Pour citer ce poème

Dina Sahyouni, « La nuit » ou « الليل » (trad. par Dina Sahyouni), Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013.

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-poesie-souvenirs-120689810.html/Url.http://0z.fr/kgs0j

 

Retour au sommaire


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

 

Critique & réception

 

Poésie des souvenirs

 

 

Dina Sahyouni

    

 

 

 

 

 

Couverture Le jour du muguet Françoise Urban-Menninger

© Crédit photo : Couverture illustrée par Nils Gleyen

 

 

 

« Les jardins de notre enfance nous accompagnent jusqu'à la mort dans les allées intérieures de notre mémoire » (cf.« Dernier voyage », p. 31)

 

 

 


 

Lire Le jour du muguet et autres récits de Françoise Urban-Menninger, illustré par l'artiste talentueux Nils Gleyen n'est ni un acte anodin, ni une lecture facile. Cet ouvrage assez bref (64 pages) ne se laisse pas s'apprivoiser comme les autres écrits dits classiques (polluant parfois l'atmosphère littéraire et surtout poétique par leur tiédeur narrative et poétique). Dans ce livre, tout est différent, un rythme narratif soutenu, une éloquence et une poéticité qui lui sont propres. On a affaire à une poésie qui nous renvoie systématiquement à celle de Proust dans sa fameuse heptalogie (œuvre majeure) À la recherche du temps perdu mais elle s'en diffère pour épouser la poésie de femmes ouvrières infatigables de Mnémosyne. Et j'ose même dire que leurs productions littéraires n'occupent toujours pas la place qui leur revient dans l'histoire des idées.

 

    C'est un recueil de nouvelles inspirées de l'enfance de la nouvelliste Françoise Urban-Menninger tissant treize textes poétiques qui mettent l'accent sur des lieux chargés de souvenirs familiaux. Je relis ce livre et finis par me plonger dans les années bonheur de la nouvelliste où chaque détail de sa vie quotidienne, chaque pensée deviennent des déclencheurs narratifs d'histoires. On remarque que ces "déclencheurs narratifs" se personnifient en Muses ou représentent des substituts modernes de leurs pouvoirs chez la nouvelliste, ils sont le lieu d'une expérience esthétique qu'elle partage généreusement avec son lectorat. Critiquer alors ce livre revient à parler d'une certaine poésie : celle que l'on qualifie autrement d'authentique et de pure, celle des souvenirs. Et la poésie des souvenirs est celle de la mémoire, de la fidélité, de l'amour...

 

 

Les souvenirs sont le fil rouge et jouent un double rôle, ils sont la matière narrative première du livre et l'élément qui constitue sa tension narrative. Les personnages familiers tirent leurs forces de ce regard miroir de la nouvelliste qui balaye le temps. Dans « Une voix de velours », les temporalités prolifèrent comme les références culturelles d'une génération toute entière. La mère n'est plus une simple figure féminine de l'entourage intime de la nouvelliste, mais une femme ancrée dans l'histoire culturelle de la France et de celle du XXe siècle, cette mère était aussi une femme chargée de souvenirs, une voi(e)x poétique : « Oui, ma mère en interprétant les paroles de tous les chanteurs de variétés des années trente à soixante, exprimait son mal-être, ses sentiments profonds mais aussi ses joies et ses peines. » (cf. « Une voix de velours », pp.37-38)

 

La poésie de Françoise Urban-Menninger imprègne la lectrice (que je suis) de joies non seulement de ses expériences esthétiques relatées sous la forme de récits scènes de mémoires, de confidences empruntées au langage vivant des conteurs/conteuses où le merveilleux émerge de la souvenance, de la capacité de chacun-e d'entre nous à s'extasier face à la beauté d'un vécu riche de poésie des moments délicieux. Ce livre est aussi un hommage criant et bouleversant adressé à toutes les mères par l’intermédiaire de la figure maternelle de sa propre mère que Françoise Urban-Menninger nous raconte dans ces récits. Et l'on peut déchiffrer quelques notes de l'hymne à l'amour maternel qu'elle note au fil des pages : « Ces airs, mille fois entendus, me reviennent aujourd'hui, il suffit d'un mot ou d'une image pour que la voix de ma mère me traverse. » (cf. « Une voix de velours », p.37). Cette figure maternelle est multiple et émancipatrice malgré son profil nostalgique pour la nouvelliste qui la décrit avec une tendresse inouïe. C'est aussi le même miroir du temps mis à nu dans cette écriture-éloge de la souvenance qui restitue le passé au présent : le regard tendre de la nouvelliste sur les objets et les personnes de son entourage (y compris sur l'enfant qu'elle était) est celui de l'amour.

 

Le jour du muguet et autres récits contient également dans ses plis des personnages et des objets magiques traditionnels de l'univers de l'enfance. Ces références communes presque à nous tous/toutes comme Alice, hobbies, Ali Baba ancrent une fois encore l'ouvrage dans le monde féerique des contes de fées. La nouvelliste se rappelle comment ces histoires lui servaient de modèles pour affronter la vie, apprendre à composer avec les joies et les peines du quotidien comme dans « Pieds de nez » ou tout simplement à rêvasser et à s'émerveiller de tout ce qui l'entoure : « Il est des noms de lieu qui, lorsqu'on les entend pour la première fois, génèrent un charme au pouvoir évocateur. Ils invitent à la rêverie intérieure ou, mieux encore, au rêve éveillé. […] Cette Porte du Miroir avait sur moi l'effet d'un Sésame qui ouvrait grand mon imaginaire ! Je devenais alors, avant même de l'avoir rencontrée dans mes lectures, l'Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll, je courais après le petit lapin blanc d'un rêve tout éveillé. (cf. « La Porte du Miroir », pp. 43-44).

 

Chaque récit renferme simultanément une période charnière de l'enfance heureuse de la nouvelliste et de celle de l'histoire de l'Alsace : des visages, des lieux, des modes de consommations, des parcelles de la vie famille alsacienne des années 50-60. Habitée par la même force poétique, la narratrice de ces histoires brèves témoigne de certaines traditions familiales françaises (comme par exemple « Le jour du muguet »,  « La cueillette des champignons » et surtout alsaciennes (cf. «Vacherin glacé »). La famille, les plaisirs simples, les moments d'une convivialité et d'une complicité familiale sont saisis et figés dans le regard de la nouvelliste puis rendus des tableaux colorés de la vie de chacun-e d'entre nous. La singularité de ses souvenirs ne les prive point de leur message universel. À l'instar d'un Rousseau, d'un Proust, d'une Sylvia Plath, Françoise Urban-Menninger déjoue les temps et les espaces, établit d'autres temporalités fictives tissées avec chaque mot, chaque ponctuation, chaque souffle...

 

Le livre se termine avec une nouvelle intitulée « L'émerveillement ». Et oui, cet émerveillement s’immisce à chaque nouvelle et se compose de "Je ne sais quoi" qui est certainement le trait secret qui distingue la poésie de la nouvelliste des autres. Françoise Urban-Menninger nous livre dans Le jour du muguet et autres récits une sorte de symphonie poétique dédiée au « bonheur simple et enfantin d'être au monde » (cf. « Le jour du muguet », p. 42) qui résume merveilleusement sa philosophie de la vie et sa propre œuvre littéraire. Comme le persan Usbek, disons oui aux joies simples de la vie quotidienne « tout m'intéresse, tout m'étonne »***

 

 

 

 

*** Voir Montesquieu, Lettres persanes, texte établi et présenté par Jean Starobinski, éd. Gallimard, 1973, "Lettre XLVIII", p. 130.

 

 

Voir aussi : Françoise Urban-Menninger, Le jour du muguet et autres récits aux éditions Éditinter, 2013

 

 

 

Pour citer ce texte 

Dina Sahyouni, « Poésie des souvenirs », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article-poesie-souvenirs-120689810.html/Url.http://0z.fr/irm_9

 

 

Retour au sommaire

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

 

Critique & réception

 

 

 

 

 

Gabriel Arnou-Laujeac


 

Plus loin qu'ailleurs

 


Éditions du Cygne, 2013

 

 

Marie-Josée Desvignes

    

  http://www.editionsducygne.com/Images/1couv_arnou.jpg

© Crédit photo : Couverture illustrée de l'éditeur

 

 

 


C'est Plus loin qu'ailleurs, c'est à dire dans un hors-monde, dans une quête d'absolu et de divin, dans une recherche d'amour infini que Gabriel Arnou-Laujeac nous entraîne. Une quête depuis l'entrée dans la vie jusqu'à la rencontre de l'autre et celle de l'autre en soi, dans un élan créateur au-delà de la sphère des jours et du temps, au-delà de l'espace même, dans une danse qui touche à l'universel et de l'unique à la fois.


Aussi pénible que lui [nous] soit cette venue en ce monde bruyant et absurde, symbolisée par ce « tison ardent planté dans la chair tendre, dès la naissance » cette « présence en l'absence », Gabriel Arnou-Laujeac reconstruit un univers que les dieux lui ont abandonné. Sa quête du Tout hors de ce théâtre d'ombres, il lui fallait la bâtir « tout était trop laid pour être vrai ».

C'est un chant tout entier dirigé vers la recherche de la perfection, du beau et de la découverte qui suit l'entrée dans ce « monde des adultes aux ailes rouillées, aux rêves effondrés ...». 

 

 

L'Autre alors rencontré devient ce Tout que l'on attendait. L'ivresse du devenir amoureux installe à l'identique le mouvement de la mer et celui du désir. La dépendance à l'Amour elle même conditionnée par la volonté d'un plus aimant encore, entraîne l'illusion puis très vite, la désillusion, le désamour et la chute à nouveau. « Pourquoi la passion n 'échappe-t-elle pas au mouvement des marées [...] ? ». Il n'y a plus alors aucun remède, même plus de mots pour p(e)anser les maux. Dans la solitude éprouvée, seul le silence et le manque.

 

 

Il ne lui reste plus qu'à. Aimer toutes les femmes puisque aucune nulle part. En appeler à Dieu ou se perdre dans ses désirs multiples en quête de toutes pour trouver peut-être l'Une. Et quand on a fait le tour, revenir à l'Unique Amour, se souvenir du « Tout Autre. C'était moi »... « Moi par grâce du Tout Autre ».

 

Dans une densité de la langue et des images, s'impose la description de l'Aimée. Et, loin de la furie du monde, à nouveau, lorsque, enfin on l'a trouvé, emmener l'autre non pas à l'intérieur de soi, mais en lui-même, là où réside l'amour et sa grâce. Le livre de Gabriel Arnou-Laujeac se déploie ainsi jusqu'à l'apothéose dont le mot unique pour le résumer serait Amour. Car, loin ensemble, il convient d'appeler sans fin la lumière et l'aube nouvelle, « la mémoire et le chemin », « l'écho du silence ».

 

 

Voir aussi : Gabriel Arnou-Laujeac, Plus loin qu'ailleurs aux Éditions du Cygne

 

 

Pour citer ce texte 

Marie-Josée Desvignes, « Gabriel Arnou-Laujeac, Plus loin qu'ailleurs, Éditions du Cygne, 2013 », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article--120688961.html/Url.http://0z.fr/2eMwq

 

 

Retour au sommaire


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

 

Annonce de parution

 

 

Anick Roschi

 

Nuits de cartons 

 

 

Le Chasseur abstrait éditeur, 2013

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51jyL4L63PL._SY445_.jpg

© Crédit photo : Couverture illustrée de l'éditeur

 

 

Titre : Nuits de cartons

Poète : Anick Roschi

Éditions : Le chasseur abstrait éditeur

Langue : Français

Illustrations : Valérie Constantin

Date de parution : Mai 2013

Genre : Poésie

Collection : N/A

Format : Broché

Dimensions : 20,6 x 14,4 x 0,8 cm

Nombre de pages : 72 p.

ISBN-10 : 2355541167
ISBN-13 : 978-2355541162

Prix : PVP 16,00 €

Site de l'éditeur : url. http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/spip.php?page=ouvrages&auteur=Anick%20ROSCHI

 


Réception/critique dans un média



 

 

 

Présentation de l'éditeur


 

Anick Roschi nous présente quelques textes voyageurs déjà publiés dans des blogs et les journaux numériques de la planète . . . Il puise son inspiration au fil de la grande toile tissée par l’actualité mondiale. Une actualité quotidienne qui interroge le présent, interpelle la mémoire et l’oubli, rappelle notre vulnérabilité face aux grandes blessures humaines. Une prose poétique libérée de ses habituels chemins académiques, une démarche quelque peu hétéroclite, inattendue, à la rencontre de la parole directe, abrupte, parfois irrévérencieuse. Les images qui parcourent le livre sont de Valérie Constantin.

 

 

  

Poète

  

Anick Roschi, né en 1947 à Saint-Julien-en-Genevois, en Haute-Savoie, est un auteur d’origine franco-suisse. Après avoir travaillé longtemps comme animateur dans le secteur associatif , il se consacre maintenant à l’écriture. En 2007, il publie un premier recueil de poésie aux Éditions du Cygne et participe, au printemps 2010, avec de nombreux auteurs des Caraïbes et du monde francophone, à l’ouvrage caritatif Pour Haïti édité par les éditions Desnel. Avec Nuits de cartons, il signe son deuxième recueil.

 


 
Extrait à lire...

 

 

Pour citer cette annonce

LPpdm, « Anick Roschi, Nuits de cartons, Le Chasseur abstrait éditeur, 2013 », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article-anick-roschi-nuits-cartons-120684601.html/Url.http://0z.fr/bj-GK

 

 

 

Retour au sommaire


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

Expositions à venir

 

 

 

Femmes porteuses de mémoire

 

&

 

 

"Musiciens d'Auschwitz,

 

Témoins d'un autre monde, porteurs de mémoire "

 

    

 

 

Exposition « Femmes porteuses de mémoire »



Exposition dans le cadre du colloque "Femmes : actrices des luttes passées, présentes...

 

Dates : 22 novembre au 2 décembre

 

Verinssage le 22 novembre à 17h30 au Théâtre le PréO d'Oberhausbergen 

 

 

 

 

 

Exposition "Musiciens d'Auschwitz,

 

Témoins d'un autre monde, porteurs de mémoire "

 

 

dans le cadre du Colloque « Musique et camps de concentration »

 
Vous êtes cordialement invités à ce colloque du Conseil de l'Europe dans le cadre de son programme "transmission de l'Holocauste et prévention des crimes contre l'humanité" et du "Forum voix étouffées" et en particulier à l'exposition, au concert et à la réception dans le Foyer du Comité des Ministres.

 

Date : Jeudi soir 7 novembre à 18h00.

Lieu : Salle 1 du Palais de l’Europe

 

CONSEIL DE L’EUROPE

Strasbourg – 7 et 8 novembre 2013 Inscription obligatoire dans la limite des places disponibles par mail, merci de contacter l'artiste :  Télécharger le programme

  

Site de l'artiste Francine Mayran : url. www.fmayran.com

 

 

Pour citer ce texte 

LPpdm, « Femmes porteuses de mémoire & "Musiciens d'Auschwitz,Témoins d'un autre monde, porteurs de mémoire" », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article-compte-rendu-120723376.html/Url.http://0z.fr/PTUQG

 

 

Retour au sommaire


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 08:00

 

 

Annonce de parution

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

 

Le jour du muguet et autres récits

 

 

aux éditions Éditinter, 2013

    


Couverture Le jour du muguet Françoise Urban-Menninger

© Crédit photo : Couverture illustrée par Nils Gleyen



Titre : Le jour du muguet et autres récits          
Auteure : Françoise Urban-Menninger
Couverture illustrée par Nils Gleyen

Éditions : Éditinter, F. Urban-Menninger

Date de parution : 9 octobre 2013
Genre : Nouvelle
Collection : N/A
Format : Broché
Dimensions : 22 x 14 x 1 cm

ISBN-10 : 2353281176
ISBN-13 : 978-2353281176

Prix : 10 € 

Site de l'éditeur :url. http://www.editinter.fr/urban-menninger.html

 

 

Réception/critique dans un média


  • Dina Sahyouni, « Poésie des souvenirs »Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013.  

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

 

Françoise Urban-Menninger nous livre avec « Le jour du muguet » 13 récits qui ont trait à son enfance et ont pour cadre l’Alsace des années soixante. Mulhouse, Riedisheim, Neuf-Brisach, Kunheim… sont autant de lieux choisis où s’égrène le fil de ses souvenirs empreints d’émotion et de poésie.

 

Poète

 

L’auteure est née à Mulhouse en 1953, elle a publié une vingtaine de recueils de poèmes et de nouvelles. Tour à tour enseignante, attachée culturelle, elle anime aujourd’hui des ateliers d’écriture et collabore en tant que critique d’art et de littérature à diverses revues : Transversalles, Exigence-Littérature, Le Pan Poétique des Muses


Illustrateur

 

Nils Gleyen, l’auteur des illustrations, est un artiste contemporain inspiré par la mode et la haute couture. Ses œuvres exposées récemment au Grand Palais à Paris ont été publiées dans Harper’s Bazaar ou Vogue…

 

 

 

Événement à venir : lectures poétiques et dédicaces les 10 et 11 novembre 2013 au salon du livre de Strasbourg : De la nature du livre  (entrée libre)


affiche_salon_livre_ok_web.jpg

Url. http://www.sinestrasbourg.org

 

 

 

Pour citer cette annonce


LPpdm, « Françoise Urban-Menninger, Le jour du muguet et autres récits aux éditions Éditinter, 2013 », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°4 [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article-jour-du-muguet-autres-recits-120675915.html/Url.http://0z.fr/qPGXN

 

 

Retour au sommaire


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Rechercher

À La Une

  • N°7 |Automne 2017|Femmes, poésie et peinture
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°7 | AUTOMNE 2017 Femmes, poésie & peinture 1er volet sous la direction de Maggy de COSTER © Crédit photo : œuvre artistique sans titre...
  • N°7|Femmes, poésie et peinture|Sommaire
    N°7 | Sommaire N°7 | AUTOMNE 2017 Femmes, poésie & peinture 1er volet sous la direction de Maggy de COSTER Mise en ligne progressive avant sa parution en version imprimée en décembre 2017 © Crédit photo : œuvre artistique sans titre de Maggy de COSTER...
  • Lettre n°12 | Vers des vers verts...
    Publication successive du 27 septembre jusqu'au 31 octobre 2017 Lettre n°12 Vers des vers verts... © Crédit photo : Roses par DS, septembre 2017 . ISSN numérique : 2116-1046 Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques...
  • Interview avec l’artiste peintre Isabelle Venet
    N °7 | Entretien artistique LPpdm a rencontré Interview avec l’artiste peintre Isabelle Venet Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ *** Présentation de l’artiste...
  • La peinture de Louise Cara ou l'espace du monde en son féminin
    N °7 | Dossier majeur | Articles & témoignages La peinture de Louise Cara ou l'espace du monde en son féminin Nicole Barrière Illustration de Louise Cara © Crédit photo : Toile "Trames" (157 x 150 cm, TM, 2013) de de l'artiste peintre Louise Cara. La...
  • Les belles ancêtres
    N °7 | Dossiers majeur & mineur | Textes poétiques Les belles ancêtres Ghyslaine Leloup Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'autrice/auteure et des éditions L'Harmattan © Crédit photo : 1ère de couverture illustrée de Sur le seuil,...
  • Le concours international, poétique & artistique du périodique Le Pan Poétique des Muses. Édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie
    Événements poétiques | 2017 | Concours international (1ère édition) Le concours international, poétique & artistique du périodique Le Pan Poétique des Muses Édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie N'hésitez pas à prendre part au 1er concours...
  • La voix d'un enfant inconnu
    1er concours international de poésie Poème inédit pour "Les voix de la paix et de la tolérance" Poème sélectionné sur le thème "la joie" La voix d'un enfant inconnu Mona Gamal El-Dine En souvenir des enfants coptes massacrés sur le chemin de monastère...
  • Inspiration et improvisation sur le poème calligramme « Neige »
    Lettre n°12 | Poèmes Performance poétique & artistique Poésie, musique & art audiovisuel Inspiration et improvisation sur le poème calligramme « Neige » Nicole Coppey Sites officiels : http://www.nicolecoppey.com/ & http://www.123.musique.ch Chaîne officielle...
  • À une artiste & Pygmalion
    N °7 | Dossier majeur | Textes poétiques Poèmes des ancêtres À une artiste & Pygmalion Louise Ackermann (1813-1890) Crédit photo : domaine public, Gallica, estampe de Louise Ackermann* À une artiste [P. 13/P. 39 PDF ] Puisque les plus heureux ont des...