3 juin 2021 4 03 /06 /juin /2021 09:24

 

Événements poétiques | Megalesia 2021 | Croyances, religions & mysticismes en poésie 

 ​​

​​

 

 

 

 

 ​​​​

 

Le chant de l'épouse.

 

 

Paraphrase du Cantique des Cantiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Élise Moreau de Rus

 

Texte choisi & transcrit

par Dina Sahyouni

 

 

 

 

 

 

Crédit photo : Redon, "Profil de femme avec couronne de Lauriers", domaine public, Wikimedia. 

 

 

 

 

Quelle voix ralentit à travers la campagne ?

C'est celle de mon jeune époux !

Comme il franchit les bois, le torrent, la montagne,

Pour être exact au rendez-vous !

 

 

C'est lui ! je l'aperçois ! il descend la colline

Ainsi qu'un coursier haletant !

Son œil ne me voit pas, mais son cœur me devine,

Il sait quel doux accueil l'attend !

 

 

Qu'il est beau ! le chevreuil a des pieds moins agiles,

Ses cheveux sur son cou tombent en bruns anneaux,

En mots harmonieux ses lèvres sont fertiles,

À la course, au combat il n'a point de rivaux !

 

 

Il est le plus parfait des enfants de la terre,

Nul ne l'égale en force, en courage, en bonté,

Son port est élégant et plein de majesté,

Son œil est vif et noir, sa parure est sévère...

 

 

Le voilà ! je l'entends ! il s'approche ! il me dit :

« Levez-vous et venez, ma colombe chérie,

L'écharpe du printemps flotte sur la prairie,

Aux branches des pommiers l'oiseau suspend son nid ;

 

 

Les figuiers sont parés de leur verte dentelle,

La mandragore embaume et la vigne est en fleur :

Hâtez-vous de venir avec moi, ma gazelle,

Au bord de la fontaine où pleure l'asphodèle,

Nous nous enivrerons aux coupes du bonheur.

 

 

Vos lèvres de corail, ô ma timide épouse,

Ont pour moi la saveur d'un miel délicieux,

L'éclat de votre teint rend la rose jalouse,

De plaisir sous vos pas tressaille la pelouse,

Et vos yeux sont pareils à l'étoile des cieux !

 

 

Comme le peuplier votre taille est flexible,

Vos dents ont la blancheur de la perle d'Ophir,

Votre front est orné d'une grâce indicible

Que la sainte pudeur vient encore embellir.

 

 

Mais ce n'est point assez d'être la plus charmante,

D'avoir tant de trésors qu'on ne peut les compter,

Votre âme est un lac pur, ô ma céleste amante,

Où toutes les vertus viennent se refléter...

 

 

Voilà pourquoi mon cœur vous aime et vous préfère

Aux vierges de Sion, à celles d'Israël,

Et ne trouve qu'en vous l'eau qui le désaltère,

Et la manne d'amour qui lui tombe du ciel !

 

 

Ah ! fuyons, mon aimée, et dans la solitude,

À l'ombre des palmiers par le vent agités,

Allons chercher l'oubli de toute inquiétude,

Et goûter de l'hymen les chastes voluptés.

 

 

Loin des bruits importuns l'amour se divinise,

Il lui faut du désert le silence et la paix,

Le seul bonheur durable et qu'aucun choc ne brise,

Est celui qui fleurit sous des voiles épais ! »

 

 

Et l'époux et l'épouse ont déserté la ville,

À l'ombre des palmiers ils sont venus s'asseoir,

Et leur vie a coulé comme une onde tranquille

Dont jamais l'aquilon ne ride le miroir...

 

 

Élise Gagne

 

Ce poème édité ci-dessus, a été composé par la poète GAGANE, Élise / Élise MOREAU de RUS et se trouve dans le périodique GAGNE, Paulin (1808-1876), Le Théâtre du monde : journal et cours littéraires et artistiques renfermant un choix de pièces en prose et en vers destinées à être lues ou déclamées dans le monde, et une revue critique des oeuvres principales et nouvelles du mois / par M. Gagne, avocat,... ; avec la collaboration de Mme Élise Gagne/Élise MOREAU de RUS, femme de lettres,.... 1857-05. Cet ouvrage appartient au domaine public et se trouve sur le site de Gallica de la Bibliothèque nationale de France.

 

 

***

 

 

Pour citer ce poème spirituel 

 

Élise Moreau de Rus, « Le chant de l'épouse. Paraphrase du Cantique des Cantiques », poème spirituel sur l'amour dans GAGNE, Paulin (1808-1876), Le Théâtre du monde : journal et cours littéraires et artistiques renfermant un choix de pièces en prose et en vers destinées à être lues ou déclamées dans le monde, et une revue critique des œuvres principales et nouvelles du mois (1857-05), a été choisi & transcrit par Dina Sahyouni, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Megalesia 2021, mis en ligne le 3 juin 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/megalesia21/emr-lechant

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

 

© Tous droits réservés 

 

 

Retour à la Table de Megalesia 2021 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia Amour en poésie Muses et féminins en poésie
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 12:35

 

Événements poétiques | Megalesia 2021 | Réception  & critique d'autrefois | Presses, médias, femmes, genre & poésie

 ​​

​​

 

 

 

 

 ​​​​

 

 

Une folie d'amour racontant

 

 

 

l'histoire d'une colombe

 

 

 

 

 

 

 

 

Maria Delcambre

 

Texte choisi, transcrit & présenté différemment

par Dina Sahyouni

 

 

 

 

© Crédit photo : "Capture du périodique cité ci-dessous par DS. 

 

 

 

Le poème présent ci-dessous, a été rédigé par DELCAMBRE, Maria et se trouve dans la revue L'Abeille artistique et littéraire, Littérature, Poésie, Beaux arts, Industrie, Théâtres, 1854 pour le premier numéro, Avril 1854,  p. 6/ p. Livre en format PDF 30.

Cet ouvrage appartient au domaine public et se trouve sur le site de Gallica de la Bibliothèque nationale de France.

 

 

Commentaire de la revue

   

 

    Nous devons à l'obligeance de madame Maria Delcambre, dont nos lecteurs ont déjà pu apprécier le talent si gracieux, la communication de la pièce suivante. Elle est extraite d'un recueil de poésies inédites, qui doit paraître sous peu.

 



Le poème 

 

 

 

Une folie d'amour racontant

l'histoire d'une colombe

 

 

 

Les bois, comme mon âme, ont revêtu leur deuil ;

La feuille vient tomber toute triste à mon seuil ;

La pluie à mes vitraux met ses perles liquides ;

Le vent conte sa plainte aux couloirs du château ;

Et l'arbre sans feuillage aux mille gouttes d'eau

ouvre ses bras arides.

 

Voici déjà l'hiver : c'est la saison des pleurs.

Pauvres petits oiseaux, pauvres bois, pauvres fleurs,

Son haleine glacée a dissipé vos joies ;

Mais elles reviendront pour le printemps prochain !

Dormez en attendant, dormez, fleurs, dans le grain ; 

Insectes, dans vos soies.

 

L'espérance est à vous ! C'est un autre bonheur !

Si j'espérais aussi, je n'aurais pas un pleur...

Sans espoir !... Ah ! ces mots résument ma souffrance !...

Est-il vrai que l'amour emporta ma raison ?...

On dit que je suis folle ! …

On dit que je suis folle !... Écoutez ma chanson,

C'est une souvenance :

 

…..................................................................................

 

Il fut jadis, colombe au blanc plumage,

Aux pieds rosés,

Charmante et sage ;

C'est bien assez.

 

De tourtereaux elle avait un grand nombre ;

Ah ! mieux vaudrait

Un seul dans l'ombre

Et qui pleurait !

 

Mais la cruelle était surtout coquette ;

Elle riait,

Faisait toilette

Et point n'aimait.

 

Tout le bocage, étant dans la souffrance

D'un tel dédain,

Sans qu'elle y pense,

S'enfuit soudain.

 

Bientôt après le cœur de notre prude

Prit le galop ;

La solitude

Fait aimer trop.

 

Un jour qu'elle rêvait dans son nid de feuillage,

Laissant avec langueur ses ailes au repos,

Un aigle radieux, au ténébreux plumage,

Dans le bosquet touffu s'abattit à propos ;

 

L'œil du maître des airs à notre délaissée

Jette un amoureux dard,

Et voilà qu'aussitôt la colombe abusée

S'abîme en son regard.

 

Naïve, elle descend sur les branches fleuries,

Mirant son aile au jour,

Et puis, dans son bec rose, offre graines chéries

Pour un baiser d'amour.

 

Mais l'ingrat, dédaignant la facile conquête

D'un regard amoureux qui ne voit pas l'éclair,

Reprend son vol hardi, sans détourner la tête

Vers les beaux yeux en pleurs qui le suivent dans l'air.

D'amour et de douleur la pauvrette succombe,

Disant dans son cœur plein d'effroi :

« Ô mon bel aigle, emporte-moi,

Ou bien dans la serre, ô mon roi,

Déchire ta blanche colombe !... »

 

 

 

 

***

 

 

Pour citer ce poème d'amour déçu

 

Maria Delcambre, « Une folie d'amour racontant l'histoire d'une colombe », texte sur un amour déçu dans L'Abeille artistique et littéraire, Littérature, Poésie, Beaux arts, Industrie, Théâtres (1854), a été choisi, transcrit & présenté différemment par Dina Sahyouni, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Megalesia 2021, mis en ligne le 2 juin 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/megalesia21/md-unefoliedamour

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

 

© Tous droits réservés 

 

 

Retour à la Table de Megalesia 2021 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia Amour en poésie Muses et féminins en poésie
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 18:07

 

Événements poétiques | Megalesia 2021 | Astres & animaux | Poésies printanières & colorées | Florilège de textes poétiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dans le jardin du temps

 

 

 

 

 

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

Photographie par

 

Claude Menninger

 

 

 

 

© Crédit photo : Claude Menninger, "Dans le jardin du temps", photographie prise par dans le jardin des auteurs,  image fournie par l'auteure. 

 

 


 

dans le jardin du temps

j'ai enfilé ma robe de ciel

agrafé mon collier de perles de pluie

pour aller danser

dans les allées du poème

 

 

 

où chaque plante

est un cri de lumière

dont l'âme végétale 

à mes vers s'enroule

tel le lierre au chêne vert*

 

 

© F. Urban-Menninger

 

 

 

*Ce poème végétal accompagne la photographie de Claude Menninger.

 

 

***

 

 

Pour citer cet écopoème printanier & coloré

 

Françoise Urban-Menninger, « dans le jardin du temps », écopoème inédit sur le jardin au printemps et la poésie illustré par une photographie inédite de Claude Menninger, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Megalesia 2021/I « Poésies printanières & colorées », mis en ligne le 1er  juin 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/megalesia21/fum-danslejardindutemps

 

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

 

© Tous droits réservés 

 

Retour à la Table de Megalesia 2021 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia Nature en poésie Amour en poésie
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 14:20

 

Événements poétiques | Megalesia 2021  | Chroniques de Camillæ

 

 

 

 

 

 

 

 

Où est la femme ? 

 

 

 

 

 

 

 

Camille Aubaude

 

Site & blog officiels :

www.lamaisondespages.com/

 

https://camilleaubaude.wordpress.com/

 

 

 

 

 

 

© Crédit photo : Photo no 1, fournie par Camillae. 

 

 


La raide église Saint Eustache, la plate et terne Canopée et la boite de verre ouvragée Notre Dame des Tuyaux, dite aussi Pompidoléum.


 

 

© Crédit photo : Photo no 2, fournie par Camillae. 

 

 


« Ouverture » est le titre voulu par le célébrissime collectionneur breton François Pinault.

Ouverture, comme un opéra, bien sûr. 

Le 22 mai 2021 est le jour d’inauguration de l'ancienne Bourse du Commerce, la Halle au Blé, initialement Maison de Catherine de Médicis — ce n’est pas rien les Médicis, Lorenzaccio, la Saint Barthélémy…  

L’accès est autorisé. Je rêvais depuis un demi siècle d’y entrer dans de bonnes conditions, pour des ventes de vêtements.

Je sonne au contrôle, il faut ouvrir mon sac, les agents de sécurité cherchent une bourse avec du métal. On ne peut entrer avec un porte-monnaie. Une vieille dame connectée trouve cela « normal ».

Le collectionneur préoccupé par la crise sanitaire affiche « une profonde vision humaniste ». C’est sans doute pour quoi la première image montre des gens en troupeau sur une plage :

 

 

On s’attendait à voir la laideur, et c’est la plage ; des couleurs, des lignes droites et des esquisses de danses hélant le public soulagé. Il se voit, ça le rassure sur l’art contemporain. Il peut photographier ses semblables avant de découvrir la Halle au Blé. L’émotion est claire, charnue, sur des tissus judicieusement choisis — tissage et trame de fils solides.




 

 

 

L’épi de Blé d’Isis-Déméter-Astarté-Cérès est la base de la nourriture, l’emblème de la richesse et de l’abondance.

En organisant des pénuries de blé, les politiciens véreux affamaient le peuple désarmé, et se faisaient choyer par des « berceuses » telle la Camille-Michèle du poète lyrique André Chénier, mort guillotiné dans un pays créant simultanément les « droits de l’homme ».

 

 

 

1889 — pour commémorer le centenaire du massacre de la Révolution, la Halle au Blé est décorée d’une grande fresque dédiée à la femme, ces déesses-trônes, comme Isis, ayant le charme désuet d’un poème chanté de Reynaldo Hahn.


 

 

 

Les courbes révèlent autant qu'elles épousent poliment les mœurs des peuples de la terre. 

Quel écrin au mondialisme et au métissage ! certains vont trouver ces déesses d’un mauvais goût insupportable.





 

© Crédit photo : Photo no 3, fournie par Camillae. 


 

   

© Crédits photos : images no 4 et no 5, fournies par Camillae. 

 

 

 

Déesses, techniques, rotondités. Isis est là !

 

  

© Crédit photo : image no 6, fournie par Camillae. 

 

Beaucoup de sensibilité dans les choix de cette collection... Le public s’agglutine pour photographier la petite souris blanche en couverture du catalogue. Elle dévore les cloisons en placoplâtre aussi sûrement que le ciron qui mine le temple de Salomon, symbole du temps qui passe… pardon, du « passage du temps ». Une peluche comme œuvre d’art montre l’engagement humaniste du collectionneur. Mais elle ne sourit pas.


 

© Crédit photo : Image  no 7, fournie par Camillae. 

 

 

 

Après l’adolescent terrifié devant la déesse, des traces visibles de la décomposition fixée dans du métal aux reflets lunaires, pour ne pas dire « argentés ». Ça agace, mais ce n’est pas scabreux, je vous rassure.

 

 

© Crédit photo : Images no 8 & no 9, fournies par Camillae.

 

 

 

Au sous-sol, le son. Ce qui pourrait évoquer un état de grâce est ce couple masqué assis dans l’auditorium. Si non, tout est fait pour tromper, briser, improviser : le passage d’un être humain va générer d’infinies versions de fumée qui, à mon sens, résume l’usage des techniques virtuelles.

 

 


 

           



 

 

Au second étage, une collection de photographies, suivies de tableaux qu’on trouvera excessifs ou absolument magnifiques...

 

La visite de cette collection se clôt sur une série de photographies d’un gobelet en plastic, pour qu’à la fin, un visiteur puisse dire : « Je n’ai rien compris aux gobelets ».

La personne soumise aux techniques cognitives va dire : « Je vais vous le dire (non, non, je n’ergote pas) ». On peut jouer sur le public qui gobe, et le laid, et je vous laisse poursuivre ce petit jeu. Le public a rempli le salon du troisième étage où il n’y a plus de gobelets, et comme autrefois le peuple était affamée par les pénuries organisées du blé, le visiteur assoiffé contemple le container d’eau potable sans pouvoir boire, jusqu’à ce qu’arrive un agent qui déroule un serpent de gobe-laids — le serpent de la déesse, si vous cherchez bien...

Et les gens déambulent masqués, telles ces mère et fille, rompues aux expositions.


 

            

   Et des gens qui lisent…

 

 

… jusque dans la salle des machines à réfrigérer le blé, retrouvées durant les travaux de rénovation — techniques déjà obsolètes.

 

 

Le public achète des livres à la librairie « Les Éditions – Bookshop ».



 

 

 

Au milieu de la Rotonde, des fauteuils en cire et la statue de l’Enlèvement des Sabines en cire en train de fondre « dans un saisissant processus de destruction créatrice ». 

Sus au maniérisme ! c’est le reproche adressé à ce chef d’œuvre de la fin du XVIè siècle, ceint de balustrades versaillaises et de hautes parois en béton, l’un des chefs d’œuvre de l’architecte Tadao Ando, conseillé par Pierre Antoine Gatier, architecte des Monuments historiques… 

 

Rien n’est prétentieux... juste installé un climat d’effroi, l’Homme face à la Nature.


 

Aujourd’hui, on ne meurt plus de famine mais de phobie, car il manque le sacré, d’où naissent le goût et l’excellence. L’humanité de plus en plus dévastatrice détruit la nature, et cela à ses propres dépends. On entend le sens de cette collection qui ose, grandiose, en symbiose, chanter la félicité d’un lieu dédié au blé, à Cérès, à la fécondité. 

 

 

 

Quand va-t-elle s’éteindre, après avoir tenté de rendre exotiques les métaphores de l’abondance ?

 

 

 

À propos de Camille Aubaude

 

Bibliographie

MYTHE D’ISIS (la BnF l’a jugé suffisamment important pour le mettre en ligne), et Plainte sur l’embrasement de Notre Dame (chapitre du Mythe d’Isis sur Notre Dame de Paris). 

CINÉVITA (chroniques de films)

LA MAISON DES PAGES (récit gothique ; une édition bilingue français-italien) 

POÈMES SATIRIQUES (et une édition bilingue espagnol)

L’AMBROISIE (proses poétiques, avec photographies)

IMPRESSION INIMAGINABLE (recueil de poésies avec photographies)

LA MALCONTENTE (recueil de poésies avec photographies)

ISIS AMBACIENNE (recueil de poésies avec photographies)

SEVRAGE (livre multimédias) 

Sites

http://plus.wikimonde.com/wiki/Camille_Aubaude 

http://camilleaubaude.wordpress.com/ 

http://www.pandesmuses.fr/2017/8/distinctions-malcontente.html 

https://r.academia.edu/CamilleAubaude 

http://www.litterature-lieux.com/ficheFEDERA-site-428.htm

 

FILMS sur la poésie

 

Poèmes d’Amboise au Cercle Anna de Noailles, par Jérémy Véron

http://www.youtube.com/watch?v=NCoEvLmM63g&feature=youtu.be

Un soir à La Vénus noire, par Galya Milovskaya

http://www.youtube.com/watch?v=steLgqcF8RA

Voyage en Orient, Galerie Templon, 30 rue Beaubourg, Paris 3è

Voyage en Orient, lecture à la Maison de la poésie-théâtre Molière, Paris 3è.

Dialogue de poésie à la Maison de la poésie-théâtre Molière, avec Alberto Sorbelli.

Fanpop.

Rêve nu, film interactif réalisé par Camille Aubaude.

 

 

***

 

 

Pour citer cette chronique d'arts

 

Camille Aubaude, « Où est la femme ? », texte inédit et images inédites, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Megalesia 2021mis en ligne le 1er  juin 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/megalesia21/ca-ouestlafemme 

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

 

© Tous droits réservés 

 

 

Retour à la Table de Megalesia 2021 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia Muses et féminins en poésie

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Le calendrier de l'avent 2021
    Numéro Spécial | Hiver 2022 | Annonces diverses [Uniquement en ligne] Le calendrier de l'avent 2021 Crédit photo : Cadeaux de Noël par DesktopNexus, image trouvée sur le site : https://www.maxiapple.com/2020/11/fond-ecran-mac-pc-wallpapers-fetes-noel.html LE...
  • No 10 | AUTOMNE 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 10 | AUTOMNE 2021 CÉLÉBRATIONS DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE AVEC LES INVITÉES...
  • No 10 | Sommaire
    N°10|AUTOMNE 2021 N°10 | SOMMAIRE CÉLÉBRATIONS Page en construction... Fin de la mise en ligne du numéro le 10 décembre 2021 CÉLÉBRATIONS © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Les mains tisseuses de rêves", tableau. Équipe de la version en ligne :...
  • Biographie de Mustapha SAHA
    Biographies & publications disponibles numériquement Mustapha SAHA Sociologue, poète, artiste peintre © Crédit photo : Mustapha Saha. Le travail sociologique, philosophique, poétique, artistique de Mustapha Saha reflète les paradoxalités complétives de...
  • Le créateur multidimensionnel Issa Samb, alias Joe Ouakam
    N°10 | Célébrations | Muses au masculin Le créateur multidimensionnel Issa Samb, alias Joe Ouakam Mustapha Saha Sociologue, poète, artiste peintre © Crédit photo : Mustapha Saha, portait de l'auteur, artiste et poète "Issa Samb alias Joe Ouakam", peinture...
  • Le rire au Paradis
    Numéro Spécial | Hiver 2022 | Dossier | Florilège Le rire au Paradis Marie-Jeanne Langrognet-Delacroix... Crédit photo : Caroline Delestres, Woman Playing a Harp, domaine public, Wikimedia. Au temps du Paradis, elles dansaient nues les jeunes filles,...
  • Conférence avec Tatiana Mukanire Bandalire à l’Espace des femmes-Antoinette Fouque
    N° 10 | Célébrations | Actions en faveur des femmes & LGBTQ+ Conférence avec Tatiana Mukanire Bandalire à l’Espace des femmes-Antoinette Fouque © Crédit photo : Le visiuel de l'invitation de l’équipe de l’Alliance et des éditions des femmes. Nous avons...
  • Bande dessinée au Salon du livre de Colmar
    Numéro Spécial | Hiver 2022 | Dossier | Poésie & Bande dessinée Bande dessinée au Salon du livre de Colmar Andecdotes & photographies de Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Planches par Sylvain Moizie Dans mes archives, j'ai trouvé...
  • Mots Offerts..., Elle, Absence et Aphorismes
    Numéro Spécial | Hiver 2022 | Dossier mineur | Florilège Mots Offerts..., Elle, Absence & Aphorismes Frédéric Andreu Site : https://www.lulu.com/spotlight/fredericandreu Crédit photo : Un portrait de femme travaillant par l'artiste polonaise Anna Bilińska-kopciuszek,...
  • La plus rouge, Rêve de toi et Traversée
    N° 10 | Célébrations | Dossier Mineur | Florilège La plus rouge, Rêve de toi & Traversée Frédéric Andreu Site : https://www.lulu.com/spotlight/fredericandreu Crédit photo : Monet, "woman", painting, Commons, domaine public. La plus rouge À ton visage...