10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 15:01

 

 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm)


 

REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE

 

THÉORIES & PRATIQUES

 

 

N°6 | PRINTEMPS 2017


 

Penser la maladie & la vieillesse en poésie


 

Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER

 

© Crédit photo : Claude Menninger, "Image n°3 de l'exposition de

Valérie Schott", mai 2017.

 

 

 

Accéder au sommaire

 

 

Lettre d'information/Newsletter du 30 mai au 30 juin

 

ISSN numérique : 2116-1046

 

Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques

 

 diffusée en version électronique (apériodique) et en version imprimée (4 numéros par an) 

 

Le Pan poétique des muses ISSN Imprimé : 2492-0487

 

Logodupan

© www.pandesmuses.fr

 

Rappel utile : comme vous le savez bien cher lectorat la revue LPpdm (dans ses versions électronique et imprimée) décline toute responsabilité juridique concernant le contenu publié par elle parce qu'elle considère que chaque auteur-e est libre dans le respect de sa charte déontologique, par conséquent, il est le/la seul-e responsable du contenu de son texte, de son image, etc.

 

...nous suivre sur Face-book & Twitter

 

...suivre la SIEFEGP sur Face-book

 

© Tous droits réservés

 

Initiative labellisée par

le Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes

Merci de voter pour notre initiative !

 

 

Lettre n° 9 (Avant-première de nos dernières publications de 2016)

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 6
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 15:01

 

 

N°6 | Sommaire

 

Mise en ligne progressive avant

la parution du numéro en version imprimée

 

Le Pan poétique des muses publie aussi un Supplément au sixième numéro

afin de répondre à vos nombreuses demandes de publication

Merci bien de votre intérêt pour cette thématique !

 

N°6 | Sommaire

© Crédit photo : Fanny, par l'artiste photographe Claude Menninger.

 

Équipe de la version en ligne : Françoise Urban-Menninger (dir.). Couverture illustrée par l'artiste : Valérie Schott. Illustrations par Camille Claus, Henri de Lescoët, Martine Séchoy-Wolff, Claude Menninger, Joan OTT, Anick Roschi, Gil Pottier, et d'autres auteur(e)s.

Réalisation technique : Dina Sahyouni. Nous écrire : contact.revue@pandesmuses.fr. ISSN numérique 2116-1046 : Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques. Revue féministe de poésie, électronique, internationale, multilingue et apériodique.

 

 

ISSN numérique : 2116-1046

 

Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques

 

diffusée en version électronique (apériodique) et en version imprimée (4 numéros par an)

 

Le Pan poétique des muses ISSN Imprimé : 2492-0487

 

Logodupan

© www.pandesmuses.fr

Rappel utile : comme vous le savez bien cher lectorat la revue LPpdm (dans ses versions électronique et imprimée) décline toute responsabilité juridique concernant le contenu publié par elle parce qu'elle considère que chaque auteur-e est libre dans le respect de sa charte déontologique, par conséquent, il est le/la seul-e responsable du contenu de son texte, de son image, etc.

 

Appel à contribution du n°6 :

 

"Penser la maladie et la vieillesse en poésie"

 

Sommaire

Dina Sahyouni,  « Éditorial »

Publication dans le Supplément au sixième numéro

 

Françoise Urban-Menninger, « Introduction | Penser la maladie et la vieillesse en poésie »

LPpdm a rencontré 

Dossier majeur

Françoise Urban-Menninger, « Rencontre avec Valérie Schott à Widensolen dans le café-épicerie de son arrière-grand-mère »

Entretien

Françoise Urban-Menninger, « Interview avec l'artiste peintre Martine Séchoy-Wolff »

 

Articles

 

Dossier majeur

 

Penser la maladie et la vieillesse en poésie

 

Jihane Tbini, « Michel Tournier, redéfinir la vieillesse »

Alexandre Massipe, « Le deuil éluardien »

Mathieu Perrot, « L’"insoulevable écorce" ou "le masque durcissant de la vieillesse" dans la poésie d’Henri Michaux »

Giovanna Bellati, « ''Ô temps contre lequel il n’est repaire''. La poésie de la vieillesse de Giovanna Bemporad »

 

 

Dossier mineur 

Muses & Poètes

 

Poésie, Femmes & Genre

 

Alexandre Massipe, « Le deuil éluardien »

 

Textes poétiques des dossiers

 

Daniel Aranjo, sans titre

Chantal Robillard, « Vieilles dames vénitiennes »

Sylvie Troxler, « Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ? »

Joan Ott, « Le Parfum du métropolitain (extrait) » , « Extrait de Naevus Bleuet, chapitres 43 à 45, Éditions Cockritures, 2015 », « Extrait de SI jamais tu partais, version pour le théâtre d’après le roman de Joan OTT », « Feuille à feuille » « La belle épave » « Taon Bis », « Vive la Retraite ! », « Bernardine. Monologue pour une comédienne », « La Longueur du temps. Extraits en version pour le théâtre d’après le roman de Joan OTT », « La Première (extrait) »

Claude Luezior, « Lettre à Maison de retraite », (« Lettre à Assureur » publication dans le Supplément au n°6)

Sophie Weill, « Pensées poétiques sur la maladie & la vieillesse » & « Présent & autres poèmes »

Dana Shishmanian, « Poissons d’avril »

Françoise Urban-Menninger, « Musique blanche »,  « Entre les lignes », « Épine de douleur », « La tête dans mon poème »,  « Le chemin du poème », « Sous la musique de la pluie »

Christophe Schaeffer, « Deux extraits d'Aimer à quatre temps »

Camille Aubaude, « L’œuf — entre les mains des deux déesses de Denderah »

Dina Sahyouni, « Malade d'amour »

Maggy de Coster, « À regarder passer le temps » & « Partance »

Anick Roschi, « Marguerite d’automne »

Jean-Charles Paillet, « Pour une main tendue »

 

Instant poétique en compagnie de...

 

Nicole Hardouin, « Femmes »

 

Poésie de la jeunesse

Julien Servent, « Incendie », « Noctambule » & « Vieilleries mercantiles »

 

Poèmes des ancêtres (aïeules/aïeux)

Amélie Gex, « À la dérive » & « Elles s'en vont les joyeuses pensées »

Renée Vivien, « La vieille »

 

Poésie érotique

Sophie Weill, « Âme » & « L’accord (L’a-corps) »

 

Sourires & rires féministes (nouvelle rubrique)

Françoise Urban-Menninger, « Cher ami »

Laure Delaunay, « Toi en moi »

 

Poésie & musique [uniquement en ligne]

 

Joan Ott, « Dix chansons théâtrales »

Françoise Urban-Menninger (parolière), Gunter Scholler (musique de), Chorale SATB (interprète), « Les voix de mon poème/The voices of my poem »

 

Muses au masculin

 

Mustapha Saha, « La Supplique à l’enfant »

 

Encart des langues étrangères

Publication dans le Supplément au sixième numéro

 

Critique & réception

 

Maggy de Coster, « Jeanne Guizard, Des étoiles, TheBookEdition, 2014, coll. Pictures, 113 p. »

Dina Sahyouni, La puissance d'être soi ou Femmes hors normes de Barbara Polla, éd. Odile Jacob, 2017

 

Publication dans le Supplément au sixième numéro

 

S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes

 

Mhamed Hassani, « Chna n Nabila (Djehnine), le chant de Nabila (Hommage à Nabila) »


Françoise Urban-Menninger, « Charlie Hebdo »

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 6
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 14:58

 

N°6 | Critique & réception | Invitation à lire

 

 

La téméraire

 

 

de Marine Westphal, paru chez Stock

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture illustrée de La téméraire chez Stock,

photo fournie par Françoise Urban-Menninger

 

 

C’est le premier livre de Marine Westphal, 27 ans, infirmière à Colmar. C’est le coup de cœur de la commission littéraire de l’Académie rhénane dont je vais vous entretenir. Dès les premières pages, le lecteur est saisi par le style incisif, des phrases courtes qui le plonge d’emblée dans le drame de Sali dont le mari a été victime d’un Accident vasculaire cérébral (AVC).

 

« Sous le chapeau de tuiles se cache une réalité qui bouscule les théories et marche sur les pieds bien chaussés de l’acquis. »

 

Une seule phrase bien affûtée pose le décor « Avant c’était la pièce à vivre », et de poursuivre :

« Un lit au centre du salon, un matelas aux bourrelets tendus d’air, un homme en pyjama au mois d’août, allongé. Est-ce qu’il dort, je l’ignore, Sali veille. ».

 

En quelques lignes, sans larmoiement, sans prendre partie, Marine Westphal nous fait entrer de plain-pied et non pas sur la pointe des pieds dans une réalité qui renvoie également à la nôtre . Car qui aujourd’hui n’est pas touché dans sa famille, parmi ses connaissances par ces drames liés aux AVC ou à d’autres maux comme la maladie d’Alzheimer qui fait basculer du jour au lendemain le quotidien dans l’indicible.

 

Cet indicible pourtant Marine Westphal trouve les mots pour l’écrire. L’amour indéfectible entre Sali et Bartoloméo qui dure depuis 30 ans, on le pressent, on le ressent entre les lignes et l’on se remémore la phrase d’Albert Camus que l’auteure a choisi de placer en exergue de son livre : « C’est cela l’amour, tout donner, tout sacrifier sans espoir de retour ».

 

Sali est devenue cette « sentinelle » qui veille et qui espère que tout n’est pas perdu... C’est la figure lumineuse de cette femme qui rayonne et qui donne chair à ce récit si vivant en dépit de la mort qui affleure à chaque page. Jamais Sali n’abandonne et c’est en cela qu’elle est téméraire. Elle tente de faire en sorte qu’il n’y ait pas d’avant et pas d’après. La vie, malgré la maladie, doit être un continuum... Ainsi quand elle lave son mari avec de l’eau fraîche, c’est parce que ce dernier aimait à nager dans un lac où l’eau n’excédait pas 12°.

 

C’est dans cet esprit que tout le récit se déroule et trouve son point d’orgue dans le choix de Sali qui décide dans une ultime preuve d’amour d’offrir une mort digne à son époux, non pas en l’euthanasiant comme d’aucuns pourrait l’imaginer mais en élaborant un incroyable stratagème que je vous laisse découvrir en vous invitant à lire ce merveilleux livre. Sali va réussir à réenchanter les derniers jours de son époux en lui offrant de les passer dans le paysage qu’il a toujours affectionné, au bord du lac où il aimait nager et je cite  « où le souffle le bordait comme une enfant ».

 

© Crédit photo : Marine Westphal, photo fournie par Françoise Urban-Menninger

 

Dans ce récit bouleversant, Marine Westphal, je le redis, ne prend pas partie, n’enjolive pas les sentiments, c’est un récit humain où le beau et le vrai se conjuguent jusque dans cette échéance inéluctable où même la mort nous offre une dernière leçon de vie. En ce qui me concerne, la téméraire, n’est pas seulement Sali, l’héroïne qui a bravé ce qu’elle appelle la morale collective mais aussi, et sans soute, je me répète, Marine Westphal qui a choisi d’aborder un sujet qui touche chacun d’entre nous, elle le fait sans détour pour nous offrir un livre taillé dans la pleine lumière de l’âme et dont on sort non pas meurtri mais véritablement apaisé à l’instar de Bartoloméo qui dans ses derniers instants « sourit à tout ce qui l’entoure avant de passer la ligne ».

 

La poésie permet à l’auteure d’appréhender avec témérité cette transcendance. On y retrouve cette grâce qui renvoie à la formation de danseuse de Marine Westphal quand elle décrit Sali qui « garde les bras en position de valse ».

C’est cette dernière image que je retiendrai pour saluer l’écriture somptueuse de Marine Westphal qui n’a pas fini, je l’espère, de faire danser les lignes sur les pages blanches de ses cahiers pour continuer à nous enchanter.

 

***

 

Pour citer ce texte

 

Françoise Urban-Menninger, « La téméraire de Marine Westphal, paru chez Stock », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Supplément au n°6 sur « Penser la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 10 juillet 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/no6/temeraire.html

 

© Tous droits réservés | Retour au sommaire du Supplément | n°6

 

Lien à venir

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 6
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 17:20

 

N°7 | S'indigner, soutenir, hommages & lettres ouvertes

 

 

Avant-première                                                        

Hommage & soutien

 

Le Courage et le militantisme

 

 

d’une plasticienne luxembourgeoise

 

 

Sylvain Josserand

Blog : http://sylvainjosserand.blogspot.fr

 

 

 

Le 29 mai 2014, la jeune artiste plasticienne luxembourgeoise, Deborah De Robertis, s'assoit à terre devant le tableau de Courbet, "L’origine du monde"— exposé au musée d'Orsay —  et, jambes écartées, exhibe son sexe devant les visiteurs à la manière du modèle du tableau, avant d'être délogée par les gardiens et la police venue en renfort.

 

Cette artiste réalise ainsi une installation vivante en face du tableau éponyme, en adoptant devant un public interloqué une posture presqu’analogue à celle du modèle de l’œuvre du génial peintre qui rejetait la peinture académique et des nus trop lisses.

 

Tout le monde connaît ou a vu ce tableau dont le dernier propriétaire fut Jacques Lacan, avant qu’il n’en fasse don au Ministère de l’Économie et des Finances. Le but de cette évocation n’est pas de rappeler les différents mystères qui entourent son commanditaire, ni d’évoquer les nombreuses polémiques soulevées par cette peinture jugée provocatrice par certains, ni de situer la place occupée par cette œuvre dans la vie du célèbre psychanalyste, mais de souligner l’acte courageux et militant de Déborah.

 

Déborah De Robertis ne dispose pas de la notoriété de Koons qui n’hésitera pas à installer un sex-shop en plein milieu de l’exposition qui lui est consacrée au musée Beaubourg à l’automne 2014.  Sex-shop où il s’est mis en scène et fait photographier avec la Cicciolina (une actrice du porno). Un gardien a été affecté à cet espace dédié pour filtrer les entrées, preuve s’il en est que l’on n’est plus ici dans l’Art mais dans un tout autre registre. Ce lieu est interdit aux visiteurs de moins de 16 ans,  pour permettre à la vulgarité de se conjuguer avec le manque de respect pour le corps féminin.

 

Déborah s’affiche à Orsay sans la moindre autorisation, sans la supervision d’un Commissaire d’exposition et sans les subsides du Ministère de la culture. Elle n’est ni dans le buzz ni dans la subvensionite des artistes contemporains passant autant de temps à courtiser les sponsors officiels qu’à créer, tant les œuvres monumentales qu’ils offrent au public exigent de lourds sacrifices financiers. Deborah par son installation devient sa  propre création, sa « propre origine du monde ». Elle se dévoile au sens où l’entendrait probablement le philosophe Heidegger.

 

Elle veut signifier, me semble-t-il, que la construction, au sens ontologique du terme, est encore possible face à un monde dominé et terrorisé autant par les puissances d’argent qui s’enrichissent de la fabrication d’armes, de polluants pour la culture et l’élevage intensifs, de l’extraction sans limite d’énergies fossiles que par la déconstruction programmée d’idéologues sanguinaires qui voilent leurs femmes. Leur  cynisme et leur cruauté les conduisant d’ailleurs en inversant deux lettres  du mot voile, à violer  leurs esclaves et leurs prisonnières.

 

Deborah nous parle de la vie.  Elle s’inscrit dans la longue tradition des mythes des déesses-mères ou des déesses des origines. C’est une Vénus de Quinipily.

Les mythes, n’ayant aucune temporalité, nous aident à revisiter quotidiennement les parts d’ombre et de lumière de notre inconscient. À nous féconder de l’intérieur pour promouvoir la vie et pour lutter contre la spirale mortifère des démiurges du temps présent.

Déborah par son geste, réprimé par la force publique, symbolise l’Origine de la Vie et de sa sauvegarde, qu’il s’agisse de celle des  règnes minéral, végétal ou animal.
 

***

Pour citer ce texte

 

Sylvain Josserand, «  Le Courage et le militantisme d’une plasticienne luxembourgeoise », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture », mis en ligne le 3 juillet 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/courage-militantisme-peinture.html

 

© Tous droits réservés                      Retour au sommaire

Lien à venir

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 15:53

 

Critique & réception

 

 

Mario Urbanet

 

 

Couleurs Noir

 

 

Éditions Unicité, coll. Poètes francophones

 

 

planétaires, juillet 2017, Format A5, 72 p., 13€

 

 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

© Crédit photo : couverture illustrée du recueil,

image fournie par Maggy de Coster    

 

 

Une poésie narrative qui rappelle un peu celle du poète italien Carlo Bordini et qui met à nu la vie d’un peuple souffrant et luttant au jour le jour pour sa survie mais sans se plaindre. Mario Urbanet sait mettre des mots sur les maux du continent noir dépeuplé de ses fils à la faveur de la colonisation.

Aussi démêle-t-il l’écheveau de l’Histoire d’un peuple ? :

 

en appui au sicaire locaux

le négrier déshonora l’homme blanc

mais enrichit Bordeaux Nantes La Rochelle

et tant de villes avilies

ou encore :

le développement est un cercle vicieux

qui engendre

un sous-développement vicié

 

Même les arbres lui paraissent tristes :

 

les baobabs

aux allures de bougeoir éteints

en sont retournés

ils se sont mis la tête sous terre

pour que leurs racines

puisent des prières dans le ciel

 

Quand la famine sévit la mendicité s’impose. Elle touche tous les âges. Et le poète de poser un regard compatissant sur le pauvre hère errant dans les rues de Dakar demandant l’aumône à tout va alors que le soleil darde ses rayons. Aussi comprend-il que « Le mendiant de couleur n’a pas de couleur » car c’est avant tout un être humain dont les besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits. Le droit de vivre dignement ne lui est point reconnu. Quel constat d’inhumanité !

Il met également l’accent sur la permanence du système D, l’autre moyen ordinaire de survie. C’est la preuve que l’être humain a tant de ressources en lui qu’il ne se laisse pas facilement mourir. Même quand la maladie fait rage tous les moyens sont bons pour la conjurer, les grigris ne sont-ils pas là pour contrer tous les obstacles ?

Les vieux versent dans la résignation en attendant leur dernière heure car ils ont déjà leur vie de lutte derrière eux. Mais pourquoi ne pas avoir recours au « bois à mâcher » pour tromper la faim ?

C’est un poète-reporter qui observe tout avec minutie, sait lire dans les regards, traduit les souffrances, interprète les faits et gestes de ses frères humains de « Couleurs noir » :

Aussi s’indigne-t-il que le mendiant cul-de-jatte soit chassé comme une mouche puisque «  s’en fout le président » emmuré dans sa tour d’ivoire loin de la misère de son peuple ».

Il est aussi le témoin oculaire de ces femmes, l’échine courbée, puisant l’eau, ou de ces rudes travailleuses des champs à l’ancienne, ces forces de travail inépuisables, et indispensables, ces chercheuses de sel, ces bêcheuses, ces porteuses d’eau, ces restauratrices de trottoir. Il semble même se demander comment aider ces êtres à raccommoder le tissu de leur vie par la misère troué.

Un clin d’œil est également fait à Haïti que le poète dénomme dans l’intitulé d’un poème qui lui est consacré « L’autre rive du continent noir », il évoque le quotidien des Haïtiens dans les moyens de locomotion incommodes sur des chaussées défoncées  :

 

la ferraille antique cahote

Rebondit sur les nids de poule

Les têtes tapent la tôle tap ! tap !

 

Nous relevons dans ce recueil de très belles descriptions qui dégagent une vraie émotion, des images haut en couleurs, des détails significatifs et de très belles images.

 

***

 

Présentation de l'auteur

 

Mario URBANET, né à Saint-Germain-en-Laye en 1935, Mario Urbanet a grandi entre deux langues, celle du Frioul paternel et le français de sa mère. L’occupation allemande, les chantiers du bâtiment à quatorze ans, la guerre d’Algérie à vingt, et un fort engagement citoyen lui ont appris l’essentiel sur la vie. Les livres lui en ont dit les valeurs. Il tente de découvrir comment fonctionne ce monde étrange. Il appareille ses mots comme les pierres d’un mur où s’ouvre la fenêtre du vent, qui répète inlassablement : Pourquoi ?
Ses poèmes sont édités aux éditions Temps des Cerises, Le Serpolet, Henri, l’Amandier, La lune bleue, Couleurs et Plumes et dans diverses revues et anthologies collectives. Ses contes sont publiés par les maisons d'édition Albin Michel, Glénat, Milan, Père Castor et  L’Harmattan.

 

 

***

 

Pour citer ce texte

 


Maggy de Coster, « Mario Urbanet, Couleurs Noir, Éditions Unicité, coll. Poètes francophones planétaires, juillet 2017, Format A5, 72 p., 13€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 3 juillet 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/07/couleurs-noir-mu.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Lien à venir

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 13:53

 

Critique & réception

Cinéma

 

 

Nothingwood

 

réalisé par Sonia Kronlund.

 

Film documentaire, 2017

 

 

 

Camille Aubaude

Rédactrice de la revue LPpdm, membre de la SIEFEGP

responsable de la rubrique en ligne Chroniques de Camille Aubaude

Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/

& www.lamaisondespages.com/

Blog officiel : https://camilleaubaude.wordpress.com/

 

 

 

Une étrangère, la Française Sonia Kronlund, est allée filmer sur ses terres le plus célèbre acteur d’Afghanistan, Salim Shaheen. Selon une technique inédite, le héros du scénario est aussi un héros de films de genre, dans le style « Bollywood ». Dieu vivant, applaudi, adulé, il est un homme. Il séduit, il souffre et frappe, à la manière de ce film infaisable, comme est infaisable le cinéma afghan.

En dépit du manque d’argent, toutes sortes de prouesses émaillent les deux heures d’images naturalistes que la réalisatrice a rapportées de ce pays qu’elle connaît bien. Des images mises en miroir avec celles du cinéma afghan, non pour perpétuer le genre du « cinéma dans le cinéma », sûrement pas pour faire rêver, mais pour comprendre les émotions que procure le Septième Art. Le cinéma est la Grande Illusion dans un pays en guerre.

 

Hommes et femmes afghans jouent leurs vies, entre cimes enneigées et désert. Pas de dénonciation, pas de transcendance dans ce  « Bois de Rien », car les humains n’ont rien, comme dans d’autres pays musulmans. Nothingwood accomplit le « tour de force » de Djuna Barnes dans Nightwood : il donne une vision juste d’un pays et de ses habitants. Les motifs se développent peu à peu pour montrer ce qu’apporte le cinéma, et pour montrer sans manipulation. 

Les registres les plus graves sont présentés avec une précision chirurgicale. La liberté de ton, l’intelligence qui ont donné aux émissions quotidiennes de Sonia Kronlund sur France-Culture tant de fidèles, dont je suis, font le style de ce documentaire. Le talent unique de Sonia Kronlund confère aux scènes les plus dures, comme aux scènes romantiques, une évidence. Tout ce qui fait la singularité de ses émissions radiophoniques, si bien nommées « Les pieds sur terre » (France-Culture, 13h30), sert à comprendre l’illusion du Septième Art.

 

* Le film de Sonia Kronlund mérite d’être vu par le plus de gens possible, bien que cela reste « d’art et d’essai »,  http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19571330&cfilm=244417.html,

 

Camille AUBAUDE

Poétesse, diariste, essayiste, membre du comité de rédaction du Pan poétique des muses.

Éditions de la Maison des Pages

30 rue Beaubourg - 75003 PARIS

***

Pour citer ce texte

 

Camille Aubaude, « Nothingwood, réalisé par Sonia Kronlund. Film documentaire, 2017 », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 2 juillet 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/nothingwood-sk.html

 

© Tous droits réservés                                 Retour au sommaire

 

Lien à avenir

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 13:36

 

Poème géopoétique

 

Poésie orientaliste & écopoétique

 

 

Indonesian atmospheres (calligramm poem)

 

 

/

 

Atmosphères indonésiennes (calligramme)

 

 

 

Nicole Coppey

 

Site officiel : http://www.nicolecoppey.com/

 

 

© Crédit photo : image du calligramme "Atmosphères indonésiennes", n°1, prise par LPpdm

 

 

Ce calligramme en hommage à l'Indonésie est un extrait de l'ouvrage Carnet de voyage de Nicole Coppey.

 

https://youtu.be/sg-4FIyFvtg

 

 

 

Indonesian Atmospheres
 
Tribute taken from "travel journal"

Poem and calligramm by
: Nicole Coppey
 
interpreted and highlighted by the author on images of Indonesia

With abstracts of the poem

 
"Peaceful Gamelan"

 

 

© Crédit photo : image du calligramme "Atmosphères indonésiennes" n°2, prise par LPpdm

***

 

Site de référence : www.nicolecoppey.com

 

 

***

 

Pour citer ce court-métrage poétique

 

Nicole Coppey, « Indonesian Atmospheres (calligramm poem)/Atmosphères indonésiennes (calligramme) », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 23 juin 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/indonesian-atmospheres.html

 

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

Lien à venir

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 13:41

 

Dossier majeur | Textes poétiques

 

 

 

Pour une main tendue

 

 

 

Jean-Charles Paillet

 

 

 

 

Pour une main tendue

Un sourire, une voix

      Au bord de la vie

Pour un autre regard, une attention

D’une brindille d’espoir

Allumez un feu de joie

 

Pour l’enfant qui joue

Insouciant du lendemain

Pour la porte ouverte

La joie d’un repas en famille

                            Entre amis

Pour toute cette chaleur

Entretenez le feu de joie

 

Pour que jamais ne s’éteigne l’amour

Et que les heures vous tiennent en éveil

                               Jusqu’à la vieillesse

Chantez et dansez

Dansez la vie et sautez

Par dessus tous ces feux de joie

 

 

***

 

Pour citer ce poème

 


Jean-Charles Paillet, « Pour une main tendue », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°6|Printemps 2017 « Penser la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 22 juin 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/main-tendue.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au n°6|Sommaire

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 6
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 11:27

 

Critique & réception

 

 

 

Catherine Gil Alcala

 

 

La Somnambule dans une Traînée de Soufre

 

 

éd. La Maison Brûlée, 2017, 108 p., 13€

 

 

Dina Sahyouni

 

 

© Crédit photo : image de la 1ère de couverture illustrée par Catherine Gil Alcala

 

 

 

 

Joliment présenté, le recueil intitulé La Somnambule dans une Traînée de Soufre, ne contient ni d'épigraphe, ni de sous-titres, ni de table des matières. En revanche, il expose deux illustrations réalisées par Catherine Gil Alcala, le premier dessin est un autoportrait de face, biffé, de la comédienne Catherine Gil Alcala qui illumine la première de couverture et la page de titre en frontispice*, quant au deuxième, il représente un visage de profil et il fait office de rideau théâtral qui clôt l'ouvrage...

Minimaliste et épuré dans sa présentation, composé d'un long poème en prose structuré de blancs, d'espaces et de trois points, ce recueil se lit d'une traite. Comme les autres ouvrages de Cathernine Gil Alcala aux éditions La Maison Brûlée, ce livre de peintures métaphoriques et allégoriques renferme plusieurs pensées transformées en toiles de nature morte et de portraits de personnes noctambules. La dramaturge-conteuse se métamorphose ici en portraitiste aux univers symboliste, dadaïste et surréaliste.

 

Difficile à classer, la poésie de Catherine Gil Alcala émane toutefois d'une réflexion sur la condition dite féminine et s'apparente à une généalogie matriarcale. Son écriture ciselée est marquée des malheurs de l'être féminin abandonné à son sort dans un univers qui le surpasse, le détermine en le violentant. Parmi les thèmes récurrents chez Catherine Gil Alcala que l'on retrouve dans La Somnambule dans une Traînée de Soufre, on cite l'amour-passion, le sexe, la mer, l'eau, le meurtre, le suicide, le sang, l'enfant, la danse, la mort, les femmes, les fruits et légumes. Toutefois, le recueil esquisse un portrait novateur du somnambulisme au féminin revisité par une féministe déplorant la liberté encore conditionnée des femmes réduites aux déboires de la domination masculine : « Les ailes des obus trouent le ventre dentelle des nuages… le démiurge des tyrans métamorphose les décibels des cris en l'écrit dans le chant, pour un hommage innommable et pénétrant au père incestueux. » (Ibid., p. 15).

 

La poésie de Catherine Gil Alcala est une écriture fragmentaire, elle se caractérise par sa pauvreté en rimes, sa richesse en vocabulaires, la rareté de l'emploi des pronoms personnels sujets, mais également par l'oxymore, l'allégorie, la personnification (des animaux, végétaux et objets), l'aphorisme et le recours aux sources mythiques, légendaires et religieuses. Ce recueil est aussi truffé de références et/ou de clins d’œil  à plusieurs chefs-d’œuvre littéraires (par exemple : La Dame aux camélias, voir p. 102). En outre, le portrait magique de la danseuse demeure le fil rouge du sujet désirant-désiré dans cet ouvrage. C'est ainsi que dans cette errance poétique, Catherine Gil Alcala dévoile les mots-maux des êtres humains et leur capacité à se renouveler par l'amour-passion comme dans les lignes suivantes : « Le parleur atlantique titube : Je meurs d'une rencontre ontologique, vénérienne et sacrée. Étreindre le désir, c'est gagner ce que l'on perd. » (Ibid. p. 29) ou dans « La Somnambule frôle la joue d'un homme dans une traînée de soufre. Son extase sourde, sidérée, nage dans l'espace incommensurable. » (Ibid.  p. 58).

 

* Voir aussi, l'article de Lucile Trunel, "Pages de titre : portes d'entrée du livre, du foisonnement au dépouillement" et le texte "Page de titre" du site de l'université Montpellier 3.

 

***

 

Lien pour commander le recueil

 

aux éditions La maison Brûlée

 

***

 

Pour citer ce texte

 

Dina Sahyouni, «  Catherine Gil Alcala, La Somnambule dans une Traînée de Soufre, éd. La Maison Brûlée, 2017, 108 p., 13€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 22 juin 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/cga-somnambule-soufre.html

 

© Tous droits réservés                                 Retour au sommaire

 

Lien à avenir

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 14:56

 

 

Compte-rendu

Bémol artistique & poétique

 

 

 

Magnifique vernissage parisien,

 

en présence d'Adonis,

 

de l'exposition « Peinture-poésie »

 

de Haider et Mustapha Saha

 

 

Texte de

Mustapha Saha

 

Photographies de

Laurent Lô

Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha

© Crédit photo : « Adonis, Mustapha Saha et Élisabeth Bouillot-Saha » de Laurent Lô

 

 

Le vernissage de l'exposition « Peinture-Poésie » à la galerie parisienne Menouar, à proximité du Musée Picasso, en présence d'Adonis, s'inscrit d'ores et déjà comme un moment historique. Deux collages originaux du poète irradient leurs bons augures pour un probable Prix Nobel de littérature, juste consécration d'une œuvre foisonnante, étonnante par ses audaces sémantiques, détonante par sa liberté critique. Adonis, l’œil étincelant de clairvoyance malicieuse, le verbe pétillant de répliques astucieuses, se prête avec bienveillance aux longs échanges avec des connaisseurs ravis de l'enchanteresse aubaine. Sa silhouette attractive, point focal des curiosités admiratives, transforme la petite place médiévale, imprégnée d'impertinente culture, en agora printanière. La voix tranquille du prophète frondeur réveille l'écho des pavés jadis foulés par la dissidence romantique. La communion se prolonge indéfiniment sous lampadaires, chaque convive repartant avec une brassée de fleurs baudelairiennes.

Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha

© Crédit photo : « Adonis et Mustapha Saha », photographie par Laurent Lô

 

J'expose, dans son style caractéristique, un grand portrait d'Adonis profilé en aigle, peinture bichrome sur fond noir, jaune ocre pour la sagesse impassible, rouge corail pour la passion paisible. Une série de douze toiles-parchemins, réalisées à quatre mains avec Élisabeth Bouillot-Saha, infusées d'éclats poétiques, calligraphiées sous patine, complète l'offrande artistique. Les stances d'Adonis, pétales dispersées aux vents contraires, dans la fulgurance se butinent.

 

Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha

© Crédit photo : « Adonis », photographie de Laurent Lô

 

J'ai déclaré à cette occasion :

l'incorruptible Adonis demeuretémoin des cataclysmes sans fin d'une Mésopotamie à la dérive. Sa vision suprasensible, en connexion permanente avec l'invisible, en expectance inlassable de l'imprévisible, s'enracine dans les civilisations antiques, surgies du chaos, l'Andalousie paradigmatique en perspective, pour intercepter les signes avant-coureurs de insoupçonnable possible. Ses mots défeuilleurs de l'intransmissible s'anamorphisent d'oxymorisations miraculeuses. S'y retrouvent les nymphes protectrices des sept sources, le scarabée d'or messager du soleil, la matrice fécondatrice des déesses pacificatrices, le périple régénérateur d'Ulysse, la flamme inextinguible d'Isis, le sceau salutaire du phénix... L'olivier s'implore comme nourriture salvatrice. Le grimoire s'invoque comme intelligence conceptrice. La reconstruction du sens de l'existence, désintégré par la déraison dogmatique, passe, depuis les origines, par l'art et la poésie.

***

 

Quelques images de l'exposition

Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha
Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha
Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha
Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha
Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha
Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha

© Crédits photos : « L'exposition "Hommage à Adonis" en images », photographies de Laurent Lô

 

***

Exposition « Résonances... peinture-poésie »

Hommage à Adonis

Œuvres de Haider et Mustapha Saha

Du 16 Juin au 17 Juillet 2017

Galerie Menouar,

16, rue du Parc Royal, 75003 Paris

 

Voir aussi :

***

 

Pour citer ce compte rendu

 


Mustapha Saha, « Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha », photographies de Laurent Lô, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°11, mis en ligne le 17 juin 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/expo-adonis.html

 

 

Page mise à jour le 20 juin 2017 à la demande de l'auteur pour y ajouter des photos de l'exposition.

Page mise à jour le 30 juin 2017 à la demande de l'auteur pour y ajouter le photographe de l'exposition.

 

© Tous droits réservés                                 Retour au sommaire

Lien à venir

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Rechercher

À La Une