18 novembre 2022 5 18 /11 /novembre /2022 14:52


Festival des poésies féministes 2021 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Violence des lâches

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicolas Bodereau

 

 

 

 

 

Crédit photo : Fleurs du mal hymne, image de Commons.

 

 

L'eau pâle est taillée dans un écrin humide et désiré

C'est là que les vives vagues déferlent sur le rivage

Entonnent des symphonies lourdes d'accords assombris

Les réveils sont longs allumés sur un chemin incendié

Délateurs zélés entre les détonations des Cœurs 

S'

Emmêlent les détracteurs fumant claudicant

Crème anesthésique sur une

Myriade de

Lacs enneigés les feux

Scintillent sur le

Devant sur les

Abords

Du Styx

On y dénombre des étoiles

Aux pigments azur et grenat rangées 

Dans les

Tiroirs étroits du temps 

D'un firmament ardent au conseil

Des soleils, il n'y a qu'un pas de chat

Or y accéder requiert  

Force et douceur des esprits

Une tournure d'âme mélancolique et impérieuse 

Les trésors y résident au vent roses d'avant 

Au détour des présents nimbés 

Des futures souches concaves de forêts vexées

Oubliées par le biais virtuel d'un monde habité

Je m'endors sur ton œil 

Aux soubresauts funestes 

Dans un désert froid 

Des rebonds du cœur 

Le sommeil dans le portefeuille 

Vers les sentiers de la gloire mène 

Aux confins des mers

Il pleut des énoncés vert et rose

Je vois des mots se languir haletant et balbutiant des invectives follement douceâtres

Le bleu et le jaune délivrent des messages pleins d'espoir 

Mauvissant par endroit les étroites rues malaisées 

Où combinent les regards 

Le vent et les nuages délirent 

Mollement caressant les Hommes

Ici-bas et actifs comme des lions

La nuit ment d'un extrême à l'autre 

Mais dément l'extrême de l'autre 

Avec plus de vice au corps

Que les terrasses de l'aurore  

Les songes des catacombes

D'or dorment par deux à la lisière de la lumière 

Les sens vacillent 

La lumière se déporte sur les ombres du nord, les interstices 

Chevauchés,

Glisse sous les heures sur 

Les trous béants des rats odorants

Les imberbes couchés dans la merde

Les oligarques oubliés

Les démons des jeux

Voleurs violeurs

La reine

Les futurs morts.

 

Au-delà des pierres sanguinaires 

Accrochées à la terre sauvage

Quelques papillons s'extasient 

Sobrement

La tête éclatée d'une nuit d'ivresse 

Et pleine encore des ébats épars

Leurs facettes

Doubles exigent des jeux

Funestes des apparats aux manières

Grandiloquentes et étranges

 

Sous les palmiers décharnés

Dansent les araignées mélancoliques

Au pendule éclairé par un soleil brûlant

L'air vicié les nuages aux aurores

Les pointeurs en sang les attendent hilares

Ne vois-tu pas venir les moments encensés ?

 

 

Biographie

 

 

Nicolas BODEREAU est né en 1979 à Maspalomas en Espagne.

 

Publications

 

Poésie

– Recueil de poésie Combat Intérieur aux Éditions Le Manuscrit, Juil 2006

– Recueil de poésie Les Scories Diurnes (en cours d’écriture)

Troisième recueil en préparation

 

Quelques poèmes publiés dans des magazines comme Poetisthme ou les Cahiers de la poésie 

Quelques poèmes lus à la radio.

 

Roman 

– Novella Le Soulèvement des Rêves (en cours d’écriture)

Suites en préparation

 

Scénario

 

Scénario court-métrage Obscurantisme, en 2008

 

Théâtre

– Pièce de théâtre C'est encore loin Villateqa ? (non publiée)


 

Divers

 

– Sketches

– Articles pour le magazine culturel « l’Artaujourdhui »

– Critiques littéraires, musicales et cinéma pour le magazine « l’Alternatif »

– Bibliographies pour le site « Biobble »

– Ghostwriting pour un livre sur l’hypnose

 

Distinctions :

 

– Scénario Obscurantisme (Prix de Bronze au Concours International Wuacademia) en 2009.

– Texte La Vérité sur Edward Nojas (Mention Honorable au Concours numéro 18 de Writemovies, et finaliste aux numéros 19 et 22)


 

 

***

 

Pour citer ce poème féministe inédit

 

Nicolas Bodereau, « Violence des lâches », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Festival de Poésies Féministes 2021| « Cinquante poèmes féministes », recueil collectif paru en 2021 aux éditions PAN DES MUSES DE LA SIÉFÉGP, mis en ligne le 18 novembre 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/concoursfeministes/bodereau-violencedeslaches

 

 

 

Mise en page par David

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

À venir

​​​​​​​​​​

Repost0
28 octobre 2022 5 28 /10 /octobre /2022 13:27

Événements poétiques | BRAVURE IRANIENNE 2022 & N°12 | Poémusique des Femmes & Genre | Revue Poébiopolitique | Réflexions féministes sur l'actualité | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages 

 

 

 

​​​​​

 

 

 

 

​​​​​​Des femmes phénix sont nées

​​​​​​

 

​​

 

 

 

 

Dina Sahyouni

 

 

 

 

 

Crédit photo :  Phoenix rising, from its ashes, Commons.

 

Aux femmes braves.. aux Iraniennes !

En hommage à Mahsa Amini tuée il y a 42 jours pour un voile mal porté et à toutes celles qui ont été assassinées depuis...

 









 

Souffrir.. 

S'offrir aux dieux de leur l'absurdité.. à la déesse Satiété…

Souffrir... en mourir...

S'offrir en silence aux tas de riens qui fabriquent un destin.. un je ne sais quoi de banal, c'est un fanal fatal.

S'offrir en miettes de pain nourrissant le chagrin d'un peuple jadis souverain... c'est un funeste destin.

Souffrir.. seule dans une cage des rouages du temps humain.. rendu inhumain...

Une femme à la chevelure d'ailes vole au ciel de l'Iran.

"Femme, Vie, Liberté", à l'unisson, la population scande en se réunissant.

Une femme libre à la chevelure voyageuse, rêveuse, enflamme les cages textiles des anciennes servitudes serviles et viriles.

 

S'offrir en nourriture sacrée à la liberté…

Écrire avec le sang les nouvelles mélodies de la fierté.

Souffrir en silence, en si longue cadence sous les coups de l'infàme, être une femme gagnée par la cruauté d'une mort pour un voile mal mis.. quelle ignominie, quelle infâmie, quel tsunami !?

Souffrir en être émietté, délesté de tout cet héritage de l'anthropocène pour leur unique mise en scène obscène.

Prendre un aller sans retour dans les détours des chemins de traverse peuplés d'ennuis et de peines pleines, tout cela pour une prétendue politique saine faite de morale vaine.. pis inhumaine...

Souffrir... faire souffrir pour un voile, c'est vivre et mourir comme un poil.

S'offrir en nourriture sacrée à la liberté... retrouver enfin sa dignité...

Lasse de tout, une femme s'enflamme en Phénix de la liberté.*





 


 

* La femme-flamme Mahsa Amini nous quitte mais des milliers de femmes phénix sont nées.





 

© DS., octobre 2022.

 

***

 

Pour citer ce poème engagé, féministe & inédit​​​​​​

 

 

Dina Sahyouni, « Des femmes phénix sont nées », Le Pan poétique des muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques Évènements poéféministes | « Bravure iranienne » & N°12 | AUTOMNE 2022 « Poémusique des Femmes & Genre », mis en ligne le 28 octobre 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/bravure2022/no12/ds-desfemmesphenix

 

 

 

 

Mise en page par Aude


 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°12

Retour à la Table de Bravure ▼

Liens à venir...

Repost0
27 octobre 2022 4 27 /10 /octobre /2022 11:12

N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens poétiques, artistiques & féministes & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Dossier


 

 

 

​​​​​

 

 

 

Mona AZZAM :

 

de l’Orient à l’Occident, force ou errance ?

 

 

 

 

 

​​

Propos recueillis en octobre 2022 par

 

Hanen Marouani

 

 

Entrevue avec & poème de

 

Mona Azzam

 

Site officiel : https://monaazzam.jimdofree.com

 

 

 

 

© Crédit photo :  Portrait photographique de Mona Azzam.

​​

Fiche d'information :

 

 

 

Profession : Professeur (lettres modernes)

Site Internet, Blog, liens sites de ventes :

https://www.vibration-editions.com/product-page/le-sablier-des-mots-mona-azzam

https://monaazzam.jimdofree.com

​​​

 

Biographie :

 

Née en Côte d’Ivoire, enfance en Afrique, enseignante à Beyrouth (Liban), actuellement enseignante à Montpellier.

 

 

Bibliographie :  

 

Auteur de :

 

Trilogie des fables de La Fontaine (fables choisies et commentées) aux

Éditions Cariscript, Paris (février 1994)

Nerval dans le sillage de Dante (Cariscript, Paris) ;

Sur l’oreiller du sable (Roman), (L’Harmattan, janvier 2017)

Dans le Silence des Mots Chuchotés (il est cri…), recueil de Nouvelles aux Éditions de la Trace (novembre 2018)

Nous nous sommes tant aimés (Roman), Éditions la Trace (octobre 2019)

Le Sablier des mots (Recueil poétique), Vibration Éditions (février 2020)

Ulysse a dit… (Roman), Éditions la Trace (août 2020) ; prix des Médiathèques de Bussy-St-George

La Plume des pages (Recueil poétique) BOD, octobre 2021

Amine (Roman), Éditions La Trace (janvier 2022)

Nomades (Roman), Vibration Éditions (mars 2022)

 

Contributions et articles :

 

Des jasmins en bord de mer, Poésie méditerranéenne ; Anthologie ; juin 2021 (Association Poétique Luna Rossa)

À quels feux s’invitent vos rêves (Anthologie) ; Éditions le Coudrier (Belgique, mai 2021)

Hadji (Texte), Revue coeur de plume( Québec, août  2021)

Nadia Tuéni, une figure inclassable ; Revue Orientales (avril 2021)

Anthologie poétique, Association Poaimer (Paris, septembre 2021)

Qu’est-ce que l’Afrique ? Ouvrage collectif, sous la direction d’Eugène Ebodé,

(coll. Sembura ; Editions La croisée des chemins, Maroc, septembre 2021)

Maman Recto-Verso, ouvrage collectif au profit de la Fondation des Femmes, sous la direction de Julie Gayet, David Foenkinos et Franck Ayroles (Éd. E. Leclerc, décembre 2021)

 

Nouveauté 2022 :

 

Amine (Roman), Éditions La Trace (13 Janvier 2022)

Nomades (Roman), Vibration Éditions (1er Mars 2022)

 

À paraître :

 

Rien, Ubik-Art

 

​​​​​​© Crédit photo :  Première de couverture illustrée de l'œuvre Le sablier des mots, 2022.

Entretien

 

 


 

Hanen Marouani —  Qu’est-ce qui vous a plu dans ce rôle d’écrivaine et de voyageuse en même temps ?


 

Mona Azzam Voyager et écrire sont deux activités complémentaires. Les lieux, les cultures, l’humain demeurent ma source d’inspiration. L’écriture est aussi un voyage, solitaire au départ. Un voyage vers des univers inconnus où, par le biais des mots, s’érige un pont entre le scribe et le lecteur. La transmission peut dès lors opérer. Et de cette rencontre prend naissance un partage inouï. Indicible parfois.


 

H.M — Vous êtes vous-même née loin de votre pays natal dans une famille immigrée. Ça été facile de trouver votre chemin parmi beaucoup d’autres ?


 

M.A — Comme tous les enfants d’expatriés, j’ai une facilité d’adaptation qui peut parfois surprendre les personnes qui n’ont pas un tel vécu. Les chemins que j’ai empruntés, que j’emprunte encore, ne sont jamais tracés à l’avance. Et c’est ce qui est fabuleux. Parce qu’en réalité, et je me permets de plagier Nicolas Bouvier, ce sont les chemins qui nous font.


 

H.M —  C’est très beau comme référence. Vos parents et votre entourage, ont-ils été un feu vert vers la poésie et l’art ? 


 

M.A —  Très certainement. Déjà, le fait de voir le jour sur le sol africain, au cœur même du berceau de l’humanité, c’est à mes parents que je le dois. Grâce à eux, je suis tombée dans une calebasse magique emplie de mots magiques, dès ma naissance. Des mots aux contours autres, aux senteurs autres, aux musiques autres.


 

(H.M) – Devant cette magie de reconnaissance et de présence dans la mémoire, vous vous souvenez encore de certains livres ou de recueils de poésie que vous ont influencés ?


 

M.A — Comment les oublier ? Ils ne m’ont jamais quittée. Ils constituent ma boussole.

Noces d’Albert Camus, Le Petit Prince de Saint-Exupéry, Les Fleurs du Mal de Baudelaire,

La Vita Nuova de Dante, Les Textes Blonds de Nadia Tuéni et enfin, les Œuvres poétiques d’Arthur Rimbaud.


 

H.M — Au Moyen Orient, en Europe, en Afrique ou en Amérique, vous avez eu l’occasion de fréquenter des ateliers d’écriture ? Si oui, quelle importance a-t-elle eue ?


 

M.A — Non. Je n’en ai pas eu l’occasion. D’autant plus que j’ai une aisance à écrire...


 

H.M — Qu’est ce qui coinçait encore Mona Azzam pour arriver à ce qu’elle désire vraiment et depuis longtemps ?


 

M.A Il me tardait de parachever une œuvre qui m’a demandé dix années de travail. Un roman sur Albert Camus. C’est chose faite. Il verra bientôt le jour, à l’horizon 2023, année où l’on célèbrera les 110 ans de sa naissance.


 

H.M — Le mal du pays ?! ça s’est apaisé par la suite ou cela sert encore de et comme source d’inspiration ?

 

M.A — Pour répondre franchement, je ne m’étais jamais posé la question avant de lire la vôtre. Pour la simple et bonne raison que je ne me sens d’aucun pays en particulier. Je suis de partout et de nulle part. Ma véritable patrie, ce sont les mots. Et l’humain est ma principale source d’inspiration.

 

 

 

H.M — Quel est le moment où vous vous êtes dit que ça allait marcher mieux avec l’écriture ?


 

M.A Lorsque mon deuxième écrit, Dans le Silence des Mots Chuchotés (Éditions La Trace), un recueil de nouvelles en prose poétique a été publié et est allé à la rencontre de ses lectrices et lecteurs.



 

 

H.M — Quelles représentations de la femme vous ont touchée le plus dans la poésie et dans les beaux-arts de nos jours ?


 

M.A — J’aime beaucoup Camille Claudel qui a su trouver sa place dans un univers exclusivement féminin. Quant aux représentations de la femme dans la poésie, je suis admirative des poèmes de Baudelaire qui en font un être à part.


 

 

 

H.M — Pour vous, les femmes du même domaine sont-elles de rudes concurrentes ou une famille alternative ?


 

M.A — Je ne vois aucune concurrence dans ce domaine particulier qu’est l’écriture. Chacune a sa plume. Chacune a son univers qui lui est propre. Créer demeure un acte personnel. Et chaque création est une œuvre unique qui ne saurait être en concurrence avec une autre.

En revanche, cet univers est en soi une famille. Ce qui nous lie, c’est la passion des mots et de l’écriture. J’ai la chance de faire partie d’une « famille », née grâce à une femme exceptionnelle, Sandrine Mehrez- Kukurudz, la famille de Rencontre des Auteurs francophones qui rassemble, depuis New York, des écrivains du monde entier, autour d’un même amour, l’écriture et la langue française.

 

 


 

H.M — Quelles œuvres conseillez-vous beaucoup de gens autour vous ?

 

M.A — Je conseille à la fois des lectures qui ont été un véritable coup de cœur que mes propres ouvrages. Marguerite Duras, la plupart du temps.


 

 

H.M — Pour vous, qu’est-il important de transmettre aux futures générations dans votre domaine par la sensibilité et par la poésie engagée ?

 

M.A — Il nous incombe aujourd’hui et plus que jamais de transmettre aux futures générations des messages à portée humaniste. Prendre la plume est un engagement en soi. La poésie, à mon sens, plus que les autres genres, parce qu’elle touche à la sensibilité, porte nos messages vers autrui. Cet autrui pour lequel tout écrit s’engage.


 

 

H.M — Que pouvez-vous nous proposer comme poésie à la fin de notre échange ?


 

M.A — Un poème inédit. Né en temps de confinement.

 

Si j’étais un poème, je rêverais pour l’hiver

Afin que du wagon fusent de roses vers.

Si j’étais une musique, je me ferais Mozart

Pour diffuser des notes aériennes de départ.

Si j’étais une contrée, je me nommerais Afrique

Pour battre le tam-tam par-delà les criques

Si j’étais une couleur, je me teindrais en bleu

Couleur de l’océan et des infinis lieux.

Si j’étais un parfum, j’embaumerais de jasmin

Toutes les allées profondes des antiques chemins.

Si j’étais un animal, je renaîtrais éléphant

Pour garder en mémoire mes rêves d’enfant.

Si j’étais un objet, je serais une plume

Naviguant sur les flots de mon encre d’écume.

Si j’étais un poète, je voudrais être Rimbaud

Sur ses semelles de vents, recueillir les mots.

 

© Mona Azzam

_________

 

 

Pour citer ces entrevue, photographies & poème inédit​​​​​​s

 

 

​Hanen Marouani, « Mona AZZAM : De l’Orient à l’Occident, force ou errance ? », Le Pan poétique des muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°12 | AUTOMNE 2022 « Poémusique des Femmes & Genre » & Revue Orientales, « Les voyageuses & leurs voyages réels & fictifs », n°2, mis en ligne le 27 octobre 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no2/no12/hmarouani-monaazzamdelorientaloccident

 

 

 

 

Mise en page par Aude


 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°12

Retour au sommaire du N°2

Liens à venir...

Repost0
24 octobre 2022 1 24 /10 /octobre /2022 16:22

​​

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE

 

L'ÉVÉNEMENT POÉFÉMINISTE 

 

 

 

UN BOUQUET POÉTIQUE POUR

 

TOUTES À L'ÉCOLE

 

& LA JOURNÉE INTERNATIONALE

 

DES DROITS DES FILLES 

 

 

ÉDITION 2022

 

 

QUI FÊTE LE 11 OCTOBRE 2022 LA

JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FILLES 

 

CET ÉVÉNEMENT EST

SOUTENU PAR L'ASSOCIATION

 

SOCIÉTÉ INTERNATIONALE D'ÉTUDES DES FEMMES ET

D'ÉTUDES DE GENRE EN POÉSIE (SIÉFÉGP)

 

 

​​​​​​MISE EN LIGNE SUCCESSIVE DES CONTRIBUTIONS

SÉLECTIONNÉES JUSQU'AU 25 OCTOBRE 2022

 

 

 

 

 Crédit photo : Malapascua Filipino Girls, Philippines, Commons.

 

 

Pour fêter le 11 octobre 2022, la SIÉFÉGP, ses périodiques & nous  lançons un appel à contributions intitulé "Un Bouquet Poétique pour Toutes à l'École & la Journée Internationale des Droits des Filles". Date limite de réception des documents poétiques et artistiques : 8 12 octobre prochain. Vous avez la possibilité de soumettre à la rédaction de 1 à 3 propositions (dans la langue de votre choix) par personne externe à nos équipes. Les contributions audiovisuelles choisies ont une parution uniquement numérique.

 

 

Cette publication numérique donnera lieu au printemps 2023 a une version imprimée en recueil composé des éditions 2020, 2021 & 2023 dans la collection "Flora" de la SIÉFÉGP.

 

 

Événement organisé par 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES

Réalisation technique 

David et Aude SIMON

Direction

Rédaction de la revue LPpdm

Contacter la rédaction :

contactlppdm@pandesmuses.fr

 

TABLE DE L'ANTHOLOGIE

 

 

© Crédit photo : Dessin appartenant au domaine public photographié & réadapté pour le 11 octobre 2022 par DS.

 

 

ILLUSTRATIONS 

par ​ Hanen Allouch

......


 

POÉSIES

 

 

CONTEMPORAINE

 

Mona Azzam, « Sous le baobab, un livre… »

رنا علم / Rana Alam« الطفلة  » &

​​​​​​« زواج القاصرات في بلاد الجهل »

 

 

Floriane Martin, « Toutes écolières, un possible rêve»

Mokhtar El Amraoui, « Fillettes dans l’abîme de l’ignorance ! »

Charlène Lyonnet, « Les fleurs arrachées »

​Hanen Marouani, « Plusieurs vies : une fille et un piano », peinture par l'artiste​ Hanen Allouch

Françoise Urban-Menninger, « pour toi Lola » 

Evelyne Charasse​, « J'ai voulu »

Dina Sahyouni, « Berceuse pour Lola », « معاقتهم »

 

D'AUTREFOIS 

 

Hélène Swarth,​ « L'institutrice »

 

AUDIOVISUELLE 

 

......

 

Rappel utile : comme vous le savez bien cher lectorat la revue LPpdm (dans ses versions électronique et imprimée) décline toute responsabilité juridique concernant le contenu publié par elle parce qu'elle considère que chaque auteur/auteure est libre dans le respect de sa charte déontologique, par conséquent, l'auteure/auteur est l'unique responsable du contenu de son texte, de son image, sa vidéo, etc.

 

 

 

Le Pan Poétique des Muses (LPpdm)

 

Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre

théories & pratiques

 

 diffusée en version électronique (apériodique) & en version imprimée suspendue suite à un cas de force majeure de 2018 à 2020, reprise de l'édition imprimée dès 2021.

 

 

ISSN numérique : 2116-1046

 

(4 numéros par an dont un Hors-série & un Numéro spécial)

Reprise des parutions imprimées en 2021

 

ISSN imprimé : 2492-0487

 

ISSN imprimé Hors-série : 2554-8174

© www.pandesmuses.fr

 

Revue consultable depuis votre mobile

 

...nous suivre sur Face-book | ...nous suivre sur Twitter

 

...suivre la SIEFEGP sur Face-book

 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

Initiative labellisée par le Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes

 

Lettre n° 9 (Avant-première de nos dernières publications de 2016)

 

© Tous droits réservés

 

Page de présentation créée le 21 septembre 2022

 

Édition en cours

 

Dernière mise à jour : 25 octobre 2022

Repost0

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 12 | AUTOMNE 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | AUTOMNE 2022 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* Crédit photo : Anne Vallayer-Coster, "Instruments de musique". Tableau temporaire....
  • Exposition de Marie Salomé au Musée d'Histoire Naturelle et d'Ethnographie de Colmar
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Astres & animaux | Revue culturelle d'Europe Exposition de Marie Salomé au Musée d'Histoire Naturelle & d'Ethnographie de Colmar Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peintures...
  • Violence des lâches
    Festival des poésies féministes 2021 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes Violence des lâches Nicolas Bodereau Crédit photo : Fleurs du mal hymne, image de Commons. L'eau pâle est taillée dans un écrin humide et désiré...
  • Concours de poésies féministes 2022
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Agenda poétique Concours de poésies féministes 2022 Crédit photo : Paul Ranson, "La chevelure d'or", peinture, Commons. Le concours du plus beau poème féministe sur les droits des femmes et personnes LGBTQ+ revient...
  • De l'autre côté du tableau
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Revue Poépolitique | Fictions féministes [Nouvelle rubrique]* De l'autre côté du tableau Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Charles-François, Marchal, "La foire aux servantes...
  • L'espoir et Cette nuit d'hiver
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Florilège L'espoir & Cette nuit d'hiver Poèmes & peinture Pierre Zehnacker Poète, nouvelliste & artiste peintre © Crédit photo : Pierre Zehnacker, peinture récente de femme de sa série sur les figures...
  • La voix de l'ombre
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Critique & réception | Dossier mineur | Florilège La voix de l'ombre Poème & peinture Pierre Zehnacker Poète, nouvelliste & artiste peintre © Crédit photo : Pierre Zehnacker, peinture récente de femme de sa série...
  • Ode au champagne
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Poétiser en cuisinant Ode au champagne Judith Gautier (1845-1917) Poème choisi & transcrit pour cette revue par Dina Sahyouni Crédit photo : Affiche publicitaire pour le vin de Champagne, "Champagne, tribunes", image...
  • Pierre Boening-Scherel, « De l’attente et Après », (traduit de l’anglais par Maïa Brami), Éditions Unicité, 2021, 239 pages, 16€
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Critique & réception | Revue culturelle d'Europe Pierre Boening-Scherel « De l’attente et Après » (traduit de l’anglais par Maïa Brami), Éditions Unicité, 2021, 239 pages, 16€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir...
  • Le réveil-Matin et Appartements à louer
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Sourires & rires féministes Le réveil-Matin & Appartements à louer Élisa Fleury Poèmes choisis & transcrits pour cette revue par Dina Sahyouni Crédit photo : Henry Caro-Delvaille, "Portrait de jeune femme rousse",...