27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 10:58

​​

​​​​​REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations

 

 

 

 

 ​​

 

Une femme aux yeux noirs

 

 

 

(Victime de féminicide)

 

 

 

 

 

Mona Gamal El Dine

 

Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire des Poètes Français, Présidente de l'association ISIS Arts & Cultures, Fondatrice des Rencontres des Poètes pour la Paix, Membre de Cercle Universel des Ambassadeurs de la paix (Genève/Paris), Historienne de cinéma & Réalisatrice

 

 

 

 

Crédit photo :  Une "Andalouse", tableau, Commons. 

 

 


 

Tu as des yeux noirs comme la nuit

Tes yeux noirs comme les pleurs de la nuit et du jour

Tes yeux noirs comme la tristesse 

Tes yeux noirs sont une force de combat

Tes yeux noirs sont à l’épreuve infinie

Tes yeux sont dépourvus de vie 

Tes yeux figent le vide de l’absence

Ce sont tous mes souvenirs qui me reviennent avec les larmes devant ta photo

Je déteste cette séparation

Mon sentiment est invisible

Quand je suis seul, tu es arrivée

Quand je suis triste, je t’aime

Une paire d’yeux ne suffit pas pour te regarder

Quand je croise ton regard, je tombe amoureux de toi

Pour toi maman car tu es un rayon de soleil  


 

© M. Gamal El Dine

 

 

 

Pour citer ce poème engagé & féministe

 

Mona Gamal El Dine, « Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide», poème féministe, Revue Orientales, « Les figures des orientales en arts et poésie », n°1, mis en ligne le 27 juillet 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no1/mged-yeuxnoirs

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

 

Retour au N°1 

 

 

© Tous droits réservés 

 

Retour à la Lettre n°16 

Repost0
15 juillet 2021 4 15 /07 /juillet /2021 17:15

​​​

Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques | Biopoépolitique  & N° 10 |  Célébrations | Revue Biopoépolitique | Poésie érotique

​​​​​

 

 

 

 

 

 

Ma vulve

 

 

​​

 

 

 

 

 

Barbara Polla

Site où elle publie régulièrement :

https://sarasvati.fr/

ou

https //womentoday.fr/

Blog officiel : 

https://barbarapolla.wordpress.com/

Site officiel de la Galerie :

https://analixforever.com

 

 

 

 

Crédit photo : "Dame aux coquillages", image de Commons. 

 

 

 

Ma vulve est tous les fruits

les fruits de mon labeur

un fruit de la passion

mangue et citron vert

et vigne toujours vierge

ma vulve fruit de mer

sanguine


 

Ma vulve est toutes les fleurs

mes pensées mes capucines

fleurs de pommiers fleurs carnivores

le parfum des lauriers roses

et celui des lauriers blancs


 

Ma vulve est la tendresse

la violence de la vie

ma vulve est amour

je jouis en accouchant

ma vulve est mon extase


 

Ma vulve est la joie

Elle fait rire les déesses

Elle fait rire Déméter

Et la console

de la perte de Perséphone

Ma vulve est un sourire


 

Ma vulve est le temps

le temps de jouir

le temps de la vie

de mon envie de vie

Ma vulve est mon amie

fidèle compagnonne

chaque jour elle me rappelle

tu peux jouir tu sais

Elle s’endort avec moi

mes mains entre mes cuisses

– une dernière caresse

se réveille à la rosée

Ma vulve est mon témoin – testis de mes désirs

et elle chante pour toi

les chants des marins grecs

 

 

Crédit photo : "L'Origine du Monde" de Gustave Courbet, Musée Orsay, image de Commons. 

 

 

 

Pose ton oreille là, mon amant

et écoute ma vulve

tu entendras le vent

le ressac et l’océan

la musique vient de là

les bateaux et les voiles et le chant des baleines

le chant des sirènes

le soleil en éruption


 

Il y a très longtemps au Rwanda

sur Flash FM une légende raconte

que la fontaine d’une reine

créa le lac Kivu

Le kunyaza fit jaillir l’eau

Une eau sacrée dit la légende

sur Radio Rwanda, Zirara Zubakwa

ma vulve est une fontaine

fontaine de jouvence


 

Ma vulve est politique

je suis femme sous mes jupons

comme des milliards d’autres femmes

des vulves au Parlement


 

Ma vulve est à moi

et à qui seule je veux

je suis le corps humain

le corps social le corps mortel

je suis mon corps

mon corps au Parlement

ma vulve est mon corps


 

Ma vulve est androgyne

Geisha aux lèvres blanches

ma vulve sait tout faire

rétention éjection ouverture ou refus

ma vulve est privilège


 

Dessine moi une vulve…


 

Ma vulve est ma planète

ma vulve est ma princesse

une Sainte Exubérante

Astéroïde B-07-03


 

 

 

Il y a très longtemps au Rwanda, une reine se languissait de son époux retenu loin d’elle par la guerre. Éperdue de désir, elle ordonne à un esclave de la rejoindre dans sa chambre. L’homme s’exécute, mais il est tétanisé à l’idée du sort qui l’attend, si le roi venait à découvrir l’affaire à son retour. Tremblant de tout son corps, il ne parvient pas à pénétrer la souveraine. Mais son sexe, en frottant contre les lèvres et le clitoris de la reine, provoque un jaillissement de plaisir. On raconte même, au Rwanda, que la reine aurait éjaculé le lac Kivu...

C’est sur cette légende que repose la pratique du kunyaza, un acte sexuel voulant que l’homme caresse le sexe de la femme à l’aide de son pénis pour « faire jaillir l’eau », et qui s’enseigne comme l’un des piliers du mariage. Car « Le kunyaza, [dit-on], unit les familles et chasse le désordre dans les foyers. » Le réalisateur belge Olivier Jourdain, lui, a décidé de tirer de cette légende vivante un documentaire, intitulé L’eau sacrée 1 : « L’eau, c’est la vie, dit-il, c’est ce qui fait pousser les plantes. Le fait d’être fertile parce que la femme est capable “d’avoir de l’eau” renvoie aussi à la toponymie du Rwanda, à sa végétation luxuriante. La pratique est sans doute liée à la géographie du lieu...» 2.

 

 

 

Notes

1. Cf. URL : https://vimeo.com/ondemand/sacredwater

2. Voir URL : http://www.slate.fr/story/157474/rwanda-ejaculation-feminine-kunyaza-tradition-ancestrale

 

 

***

 

 

Pour citer ce poème dionysiaque  & féministe

 

Barbara Polla, « Ma vulve », poétexte dionysiaque, érotique biopoépolitique & féministe inédit, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°16 & N° 10| Automne 2021 « Célébrations », mis en ligne le 15 juillet 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no10/bp-mavulve

 

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

 

© Tous droits réservés 

 

Retour au sommaire du N°10

À venir

 

Retour à la Lettre n°16  

Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 13:47

​​

N°9 | Femmes, poésie & peinture | Revue Poépolitique | Revue culturelle des Amériques

​​​​​​

 

 

 ​​

 

 

Derecho de admisión,

 

 

Yeison F. García López,

 

 

La imprenta, Collection Hojas de

 

 

yerba, Madrid, 2021

 

 

 

 

 

Poèmes de

 

Yeison F. García López

Poète Afro-colombien

 

 

Poèmes traduits de l’espagnol et présentés par

Maggy de Coster

​​​​Site personnel

Le Manoir Des Poètes

​​

 

 

© ​Crédit photo : Couverture illustrée du recueil, image fournie par la traductrice. 

​​​​

 

 

Derecho de admisión, Yeison F. García López, La imprenta, Collection Hojas de yerba, Madrid, 2021.

 

Les poèmes de ce recueil revêtent un ton grave. Ils sont l’expression d’une grande souffrance d’un enfant arraché à son pays d’origine et devant faire face au racisme du pays d’accueil.

 

 

​© Crédit photo : Le poète Yeison F. García López lisant ses poèmes, image fournie par la traductrice.

​​​​

 

 

Yeison F. García López, se définit comme Afro-colombien et Afro-espagnol. Il a étudié les Sciences politiques et est détenteur d’un Master en Méthodologie de l’investigation en Sciences Sociales :Innovations et applications, à l’Université Complutense de Madrid.  Depuis 2016 il est très actif dans le milieu littéraire et culturel espagnol et milite contre le racisme. En 2016 il a publié « Voces del impulso », ed. Centro de Estudios Panafricanos, (traduction : Voix de l’impulsion, Centre d’études, Panafricaines ) Il a participé à plusieurs publications collectives : anthologies et revues espagnoles. Sa poésie a su trouver une résonance dans les médias littéraires comme Radio Africa Magazine, Wiriko y Africanidad.

 

 

Derecho de admisión

 

Hay una cola larga en la acera,

esperamos nuestra suerte,

ya puedo escucharles:

 

– ¿“DNI?, pasen”.

 

Espero que no suceda una vez más,

no quiero quedarme fuera,

la última vez fue mi culpa,

eso me hicieron crecer.

 

Voy bien vestido,

ni pendientes, ni gorra ni zapatillas,

el pelo recién cortado,

no les daré ningún pretexto,

la gente del barrio ha ido, quiero entrar.

 

 ¿Tienes 16 años? ¿Documentación?

 

– Pasa

 

Con algo más de edad,

hemos bebido en una plaza,

vamos porque nos han dicho que es gratis, 

Los que entran antes de nosotros no pagan,

 

Esperemos que no ocurra.

 

– Son 20 euros.

 

– ¿ Por qué? 

 

Nos miramos,

vemos con claridad el itinerario

que segrega nuestros cuerpos,

¿Donde denunciamos?

No servirá de nada,

aprovechamos un descuidado para arrojarles piedras.

 

La última vez fue en un bar de Malasaña,

ya estaba en la universidad, llamé a los que dicen protegernos,

me dijeron: “derecho de admisión”,

te preguntas a ti mismo por qué les has llamado?,

tus amigos y amigas se sienten a través de tu dolor,

efímero instante, estampa con caducidad,

mi piel no es un disfraz, mi piel no es un momento.

 

Una vez más mi noche termina en esquizofrenia,

yo que me considero fuerte,

siento claudicar una parte de mí,

Aunque no quiero

No es ausencia de rabia es ausencia de todo,

es un Madrid que me cercena desde la infancia,

una parte de esta ciudad nos quiere fuera.

 

Perdonad si estos versos os incomodan,

os lanzan una realidad que no queréis mirar,

 

permitidme deciros que vuestra fragilidad

en este espacio no importa,

que soy yo el que habla ahora del derecho de admisión

a vuestros comentarios.

 

**

 

 

Droits d'entrée

 

 

Il y a une longue file d'attente sur le trottoir

nous attendons notre chance,

Je vous entends déjà :

 

« DNI ? Entrez. »

 

J'espère que ça n'arrivera plus

je ne veux pas rester dehors

la fois dernière c'était ma faute,

ça m'a fait grandir.

 

Je suis bien habillé

pas de boucles d'oreilles, pas de casquette ni d pantoufles,

cheveux fraîchement coupés,

je ne vous donnerai aucune prétexte,

les gens du quartier sont partis, je veux entrer.

 

– Tu as 16 ans ? Document ?

 

– Passe.

Dans un endroit hors du temps,

nous avons bu sur place,

nous y allons parce qu’on nous a dit que c’est gratuit,

ceux qui entrent avant nous ne paient pas,

 

Espérons que cela n'arrive pas.

 

– C'est 20 euros.

 

– Parce que ?

Nous nous regardons,

Nous voyons clairement l'itinéraire

qui nous sépare,

À qui aurons nous recours ?

ça ne servira à rien

nous nous sommes servis d’un imprudent pour leur jeter des pierres.

 

La dernière fois, c'était dans un bar de Malasaña,

j'étais déjà à l’université, j'appelais ceux qui prétendent nous protéger,

ils m'ont dit : « droit d'admission »,

tu te demandes pourquoi tu les as appelés ?

les amis des deux sexes ressentent ta douleur,

instant fugace, frappé de caducité,

ma peau n'est pas un déguisement, ma peau n'est pas un instant.

Encore une fois ma nuit se termine dans la schizophrénie

je me considère fort

Je sens une partie de moi céder,

Bien malgré moi

ce n'est pas l'absence de rage, c'est l'absence de tout,

c'est un Madrid qui me coupe depuis l'enfance,

une partie de cette ville veut que nous partions.

Pardonnez-moi si ces vers vous dérangent,

ils vous jettent une réalité que vous ne voulez pas regarder,

laissez-moi vous dire que votre fragilité

dans cet espace n’a pas d’importance,

que je suis celui qui parle maintenant du droit d’admission.

à vos commentaires

 

**

 

Somos subversión


 

Son las voces tempranas

las que narran como mar de fuego,

Crecemos sin que nos vean,

al igual que no ven a nuestros padres y madres,

para ellas y ellos simple fuerza de trabajo.

Recordamos a Jeanneth Beltrán1,

Luis Víctor Gualotuña2 y a tantos otros, otres, y otras,

Ahora y aquí,

nuestras ancestralidades son la fuente,

el ritual,

la idea,

ahora, ahora y aquí,

somos subversión.



 

1. Jeanneth Beltrán fue una joven nicaragüense en situación administrativa irregular que murió  en el 2014 en Toledo como consecuencia del Real Decreto 1/2012, legislación que negaba  el derecho a la atención sanitaria normalizada y publica a cientos de miles de personas en el Estado español.

2. Luis Víctor Gualotuña, tenia 55 anos y era un trabajador ecuatoriano que trabajan sin contrato. Murió tras de caer de un andamio en Alborada (Valencia). El empresario decidió no llamar al 11 y lo dejo moribundo en el hospital.



 

**

 

Nous sommes subversion

 

 

Ils sont les premières voix

qui racontent comme une mer de feu,

Nous grandissions sans être vus

tout comme ils ne voient pas nos pères et nos mères,

eux simple force de travail.

On se souvient de Jeanneth Beltrán1,

Luis Víctor Gualotuña2 et bien d'autres, d'autres et d'autres.

Maintenant et ici 

nos ancêtres en sont la source,

le rituel,

l'idée,

maintenant, maintenant et ici,

nous sommes subversion.


 

Notes

1. Jeanneth Beltrán était une jeune nicaraguayenne en situation irrégulière décédée en 2014 à Tolède à la suite du décret royal 1/2012, une législation qui niait le droit à des soins de santé standardisés et qui publie des centaines de milliers de personnes dans l'État espagnol.

2. Luis Víctor Gualotuña, avait 55 ans et était un ouvrier équatorien qui travaillait sans contrat. Il est décédé des suites d'une chute d'un échafaudage à Alborada (Valence). L'homme d'affaires a décidé de ne pas appeler le 11 et l'a laissé mourir à l'hôpital.

 

**

 

Crecer sin tierra

 

A las que migramos en la niñez

nos toca gravitar en el aire,

ser puente entre varios universos,

reclamar nuestra libertad de pertenencia

a las cosas de las que nos hablaban en casa,

y a otras que han rodeado la mirada.

 

Hemos crecido en mil mundos,

hablamos diferentes lenguas

para poder comunicarnos desde el limbo.

Tejemos y destensamos la vida

para que nos aguante.

Nuestra identidad está abiertamente

en contra del olvido.

 

Las cabinas y locutorios fueron nuestra conexión

con aquello que sentíamos cerca,

eran nuestra patria.


 

En mi casa se escucho “faltan 5 pa las doce” siempre.

 

Cada ano alguien nos recuerda que no nacimos aquí,

que nuestra piel no corresponde a su idea.

En algún momento hemos escarbado un agujero

para escondernos y solo escuchar el latido,

de nuestros corazones de barro.

Olemos a raíces,

Nos arraigamos a la justicia,

cultivamos amor

para poder recibir algo de cariño.

En el desplazamiento dulce de nuestros cuerpos,

de aquí de allí,

de allí de acá,

aprendimos a no crecer

en la neutralidad.

Me hablo a mí,

a una generación,

a las infancias

con procesos migratorios,

que crecieron sin tierra.


 

 

Grandir sans terre

 

Quand on émigrer pendant l'enfance

il nous incombe de graviter dans l'air,

d’être un pont entre plusieurs univers,

de revendiquer notre liberté d'appartenance

aux choses qui font partie de notre oralité

et à d'autres qui s’offrent au regard.

 

Nous avons grandi dans mille mondes

nous parlons des langues différentes

pour pouvoir communiquer depuis les limbes.

Nous tissons et nous révélons la vie

pour qu’elle nous supporte.

Notre identité est ouvertement

contre l'oubli.

 

Les cabines et les parloirs étaient notre lien

avec ce dont nous nous sentions proches,

ils étaient notre patrie.

 

À la maison, on écoute toujours "il est minuit moins cinq ".1

 

Chaque année quelqu'un nous rappelle que nous ne sommes pas nés ici,

que notre peau ne correspond pas à son idée.

À un moment donné, nous avons creusé un trou

pour nous cacher et juste écouter les battements du cœur,

de nos cœurs d'argile.

 

Nous sentons pousser les racines

nous nous encrons dans la justice,

nous cultivons l'amour

pouvoir recevoir de l'affection en retour,

dans le doux déplacement de nos corps,

d'ici à là-bas,

de là-bas à ici,

nous avons appris à ne pas grandir

dans la neutralité.

Je parle de moi-même

d’une génération,

celle de l'enfance

confrontée au processus migratoire,

qui grandira sans terre.


 

 

1. Chanson populaire colombienne en prélude au nouvel an.

 

**

 

Las vidas de las nuestras importan


 

Me educaron para ser un buen negro migrante

eran sus 

era el rumor,

eran sus trampas, 

las que giraban las piezas.

Retorcí mi acento tanto 

que a destierro olía mi boca.

Cada mañana desorientado sonreía al silencio,

sentado en un rincón aun me recuerdo atrapando gestos,

subterfugios para ser integrado,

igual que el papel de macho desprovisto de sensibilidad 

dispuesto a romperlo todo o participar en la provocación,

abracé tantas cosas al mismo tiempo

para ser un negro de verdad,

que muchas de ellas se hicieron epidermis,

entraron en mi sangre, fueron camino.


 

No me arrepiento de nada,

en la breve juventud viví lo imposible,

cogí las opciones que se me daban,

fuimos dueños de unos cuantos barrios.

Pude ser yo pero no fui,

traicioné a las canciones de rap americano,

traicioné las esperanzas del profesorado del insti,

traicioné a esa imagen pulida durante anos,

traicioné a tantas y tantos 

que el sistema aún no me lo perdona.

 

Escúchame,

no es un problema tuyo,

no te pierdas en su maraña,

Entiende este orden para crear tu propio caos.

Descansa cuando lo necesites.

 

Ni siquiera nos pertenecen

las palabras con las cuales nos nombran,

lo único nuestro es la posibilidad de crecer

en que las vidas de las nuestras importan.

 

Que no nos digan que esperemos,

nadie puede aplacar nuestra sed de justicia,

no nos pueden culpar por visibilizar una tensión oculta

no nos pueden señalar por no ser complacientes,

nuestro amor por la existencia se ha manifestado.

 

 

 

Nos vies comptent

 

 

On m’a élevé pour être un bon migrant noir

c’était viscéral,

c’était le mot d’ordre,

c’était leurs pièges,

ceux qui ont joué le jeu.

J'ai tellement tordu mon accent

que ma bouche sentait l'exil.

Chaque matin désorienté, je souriais au silence,

je me souviens encore assis dans un coin, mimant les gestes,

les subterfuges à intégrer,

comme le rôle du mâle dénué de sensibilité

prêt à tout casser ou à participer à la provocation,

j’ai embrassé tant de choses en même temps

pour être un vrai nègre

que beaucoup d'entre elles sont devenues épidermiques,

elles sont pénétré mon sang, elles ont fait du chemin.


 

Je ne regrette rien,

dans ma brève jeunesse j'ai vécu l'impossible,

j'ai pris les options qui m'ont été données,

nous possédions quelques quartiers.

Je pourrais être moi-même mais je ne l'étais pas,

j'ai trahi les chansons du rap américain

j'ai trahi les espoirs du professorat de l’institut,

j'ai trahi cette image polie pendant des années

j'ai tant trahi 

que le système ne me le pardonne toujours pas.

 

Écoute-moi,

ce n'est pas ton problème,

ne te perds pas dans leur enchevêtrement,

comprends cet ordre pour créer ton propre chaos.

Repose-toi au besoin.

 

Les mots avec lesquels on nous nomme,

ne sont pas les nôtres

il nous importe seulement de grandir

là où notre vie compte.

 

Qu’on ne nous dise pas d’attendre

personne ne peut apaiser notre soif de justice,

on ne peut pas nous reprocher de rendre visible une tension cachée

on ne peut pas nous en vouloir de ne pas être complaisants

notre amour de la vie est manifeste.

 

 

***

 

 

Pour citer ces poèmes engagés

 

Maggy de Coster (poèmes traduits & présentés par), « Derecho de admisión, Yeison F. García López, La imprenta, Collection Hojas de yerba, Madrid, 2021 », extraits traduits avec l'aimable autorisation de l'auteur & sa maison d'édition, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N° 9| Fin d'Été 2021 « Femmes, Poésie & Peinture », 2ème Volet sous la direction de Maggy De Coster, mis en ligne le 30 juin 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no9/mdc-derechodeadmision

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés 

Retour au sommaire du N°9 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 9 Poésie engagée
24 juin 2021 4 24 /06 /juin /2021 12:07

​​

​​​​​REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations

 

 

 

 

 ​​

 

 

Je m'aime

 

 

 

 

 

 

 

 

Mariem Garali Hadoussa

 

Artiste plasticienne & poète

Présidente de lassociation "Voix de femme nabeul"

 

 

 

 

© Crédit photo :  Mariem Garali Hadoussa, "Amazigh II" de "Série berbères amazighs", acrylique et huile sur toile 35/27 cm. 

 

 

 

Je m'aime quand je souris à la vie

Au soleil et aux belles choses

Je m'aime parce que

je me respecte

je m'accepte comme je suis

 

 

J'aime mes imperfections

Elles me rendent unique

Originale !

j'ai cessé d'être perfectionniste

En quoi ça dérange ? 

Je me sens légère et libérée

Parfaite ou imparfaite à ma manière !

 

©M. G. Hadoussa, 18/2/21.

 

 

 

 

Pour citer ce poème

 

Mariem Garali Hadoussa, « Je m'aime », poème  et peinture féministes inédits, Revue Orientales, « Les figures des orientales en arts et poésie », n°1, mis en ligne le 24 juin 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no1/mgh-jemaime

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

 

Retour au N°1 

 

 

© Tous droits réservés 

 

Repost0

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. IMPORTANT : Suite à un problème technique grave et indépendant...
  • Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide)
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide) Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire...
  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur
    Lettre n°16 | Bémols artistiques (réception cinématographique) | Revue culturelle d'Europe Huitième épisode du reportage-feuilleton d'Occupation du Théâtre de l'Odéon Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur Mustapha Saha Sociologue,...
  • Chante l’amour
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Varia de Poétextes Chante l’amour Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire des Poètes...
  • Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!!
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réflexions féministes sur l'actualité Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Capture d'écran...
  • Firmaman, textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret...
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Critique & réception Firmaman textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret. Ouvrage paru aux éditions Sans Escale avec une couverture signée par Jacques Cauda Françoise Urban-Menninger Blog officiel...
  • Agnieszka Holland, "Le Procès de l’herboriste", avec Ivan Trojan, Josef Trojan et Juraj Loj ​​​​
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Chroniques de Camillæ/Poésie & Cinéma ou Chroniques cinématographiques Agnieszka Holland, Le Procès de l’herboriste, avec Ivan Trojan, Josef Trojan & Juraj Loj Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/...
  • Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réception d'autrefois | Presse, média, femmes & genre Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier Paul Smith Réception journalistique choisie & transcrite par Dina Sahyouni Crédit photo : Des inondations...
  • Pluie de caresses
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Pluie de caresses Michel Orban Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et de sa maison d'édition. © Crédit photo : Présentation visuelle avec extraits du recueil de...