12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 18:34

 

Suite à un cas de force majeure

nos publications ont été suspendues entre mars 2018 et novembre 2019

Une partie de la rédaction bénévole reprendra les activités éditoriales dès que possible (fin décembre 2019 ou début janvier 2020)

Merci bien de votre compréhension !

 

En cours de préparation : 

 

 

Lettre

 

n°14

 

Sur la thématique suivante :

 

Être féministe

 

 

Vous avez carte blanche

pour en parler

 

Parution successive des textes sélectionnés (du 24  31 décembre au 28 février 31 mars 12 avril 2020 compris pour la mise en page des contributions déjà sélectionnées ou reçues avant le 23 mars) 

 

Au plaisir de publier vos contributions :

articles, poèmes, nouvelles, contes, pensées, fragments, lettres, chroniques,

traductions, illustrations, dessins, entretiens, courts-métrages, etc.

"Érato la Muse de la poésie lyrique et Éros" par François Boucher (1703-1770). Source : Commons, Wikimédia.

"Érato la Muse de la poésie lyrique et Éros" par François Boucher (1703-1770). Source : Commons, Wikimédia.

Nos dernières informations informations en date...

 

Bonjour à toutes et à tous, 

Je remplace la rédaction grenoboise et surtout la directrice de publication durant l'année 2019-2020, ici, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter), etc. 

​​​​​Féministement, 

​​​​​​David Simon

Directeur de publication

de l'ensemble des projets éditoriaux entrepris par D. Sahyouni

 

28 février 2020

La rédaction a choisi la belle chanson "Big Girl (You Are Beautiful)" de Mika pour fêter la Journée internationale des droits des femmes  et contre la grossophophie et l'invisibilisation des femmes rondes dans la société. Vos textes sur ce point sont souhaités.

29 février 2020

Nous préparons l'édition 2020 du festival numérique "Megalesia" et parmi les sujets proposés figure "Les représentations des personnages féminins handicapés en Poésie", merci aux organismes qui souhaitent s'associer au festival ou de le soutenir de nous écrire jusqu'au 31 mars.

 

16 mars 2020

Voudriez-vous vous défouler un peu durant le confinement à cause de la maladie infectieuse à Coronavirus ? Nous vous proposons de publier vos textes/dessins/chansons sur/contre la pandémie de COVID-19... À vous lire !

Numéro du PAN POÉTIQUE DES MUSES

Réalisation technique :

David Simon (rédacteur depuis novembre 2019)

Contacter l'équipe :

contact@pandesmuses.fr & contact.revue@pandesmuses.fr

Comité de rédaction : Khris Anthelme, Camille Aubaude, Cyril Bontron, Maggy de Coster, Laure Delaunay, Éric Guillot, Mario Portillo Pérez, Dina Sahyouni, David Simon, Nelly Taza & Françoise Urban-Menninger. 

Rappel utile : comme vous le savez bien cher lectorat la revue LPpdm (dans ses versions électronique et imprimée) décline toute responsabilité juridique concernant le contenu publié par elle parce qu'elle considère que chaque auteur-e est libre dans le respect de sa charte déontologique, par conséquent, il est le/la seul-e responsable du contenu de son texte, de son image, etc.

 

En poésie avec vous !

Bonnes fêtes ! 

 


Sommaire 

 

Être féministe

​​

Éditoriaux

 

​​​​David Simon, « Au plaisir de vous rendre service et de vous être utile ! »

Dina Sahyouni & David Simon, « Notre drôle de vie en poésie » 

 

Bémols artistiques

Mustapha Saha, « Zainab Fasiki. La révolution des mœurs par l’art »

 

Critique & réception

 

Dina Sahyouni, « Le bleu des Rêves »

Mustapha Saha, « Le Prix Simone de Beauvoir consacre le Mouvement social Hors-la-loi »

Maggy de Coster, « Pedro Vianna, Sans raison précise, Livre LIV, format A5 juillet-décembre 2019, 72 p. », « Maïde Maurice, Nina, une enfance en Haïti, roman autobiographique, éd. Raisins verts, 2018, 242 p., format A5, 18€ », « Ivanka Paul, Goodby Tito, Mémoires d’une jeune provinciale aux idées arriérées et à rééduquer de manière douce dans la Yougoslavie de Josip Broz, éd. Createspace, 2018, 94 p.,15€ »

 

Entretiens poétique & féministe

Maggy de Coster, « Entrevista con Celia Vázquez »« Interview avec Celia Vázquez », « Le Petit Prince illustré autrement par Nicole Durand » 

Catherine Andrieu« Douze questions suivies de six poèmes en guise de présentation » 

 

Articles & témoignages 

Sarah Mostrel, « ​L’image de la femme  (Extrait de « Pour un humanisme éclairé », éditions Au Pays Rêvé) », « Être féministe est-il une question à se poser ? »

Barbara Polla, « La poésie : une arme  sans blessure, une arme du combat féministe »

Natacha Guiller, « Par voie et voix militantes (ou la mégalomanie msp à l’œuvre) »

​​​​​Maggy de Coster, « ​​​​Postface du conte Bo Ya et Ziqi de Zhifang Tang », «  Comprendre « La douleur » chez Baudelaire » 

​​​​​​​​​

Textes poétiques (poèmes, nouvelles, lettres, fragments, contes, pensées, etc.)

Dina Sahyouni, « Sourdine », « Du courage... »

Mariem Garali Hadoussa« Dans la cité des jasmins »

Sarah Mostrel, « Femmes, allez au bout de vous-mêmes »

Trihn Lo & Cristina Rap« Sans titre »

Paul Tojean, « À propos du poème de Paul Tojean "L’origine du monde" »

​​​​​​​​​​​​Françoise Urban-Menninger, « Les femmes courage »

Tiphaine Mora, « La beauté ne suffit pas », « Kane » & « Une journée de septembre »

Maggy de Coster (sélection & traduction en espagnol), « Des poèmes de Hédi Bouraoui »

Anick Roschi, « Courage » 

​​​​​Jean-Charles Paillet, « Elle se joue » 

​​​​Barbara Polla, « Homme libre toujours tu chériras la mer »

 

Sourires & rires féministes

........... 

Poésie, musique & art audiovisuel

Invitations

Dina Sahyouni, « Invitation à écouter l'album Different ​de Monsieur », « Le Care artistique est foncièrement poétique  »

Mustapha Saha, « Le Matrouz de Simon Elbaz. De la musique et de la poésie en toute chose »

Un nouvel album digital de MIKA paraît le 31 janvier 2020 : MIKA [Live At Brooklyn Steel] Apple Music

 

Muses au masculin

(articles, témoignages & poèmes) 

Ouattara Gouhé, « Le Vallon et Le Lac de Lamartine : une écriture écopoétique de réinitialisation de la nature »

Stephen Blanchard, « Écrire à Jean Ferrat »

 

Travestissements poétiques

Dina Sahyouni, « Lettre de l’amoureux » & « Je le travesti du moi »

 

Poésie érotique

Renée Vivien, « Désir » & « Sonnet féminin », poèmes extraits de Cendres et Poussières (1902) choisis, transcrits, remaniés, présentés brièvement & annotés par Dina Sahyouni

 

Poésie de circonstance

Faits divers & catastrophes en poésie

Dina Sahyouni, « Bonjour liberté d'expression »

Maggy de Coster, « Covid19 »

​​​​​Mustapha Saha, « Quelles mains invisibles injectent la peste et contaminent les mouches ?  »

Didier Colpin, « Henri plaie... »  & « Et si... » 

 

Revue culturelle d'Europe

Maggy de Coster, « Carnet de Voyage », ​​​« Carnet de voyage. Un été à Barcelone 25 juillet-1er Août 2019 »

 

Revue culturelle d'Afrique & d'Orient

Mustapha Saha, « Présentation des ouvrages "Penseur de la diversité" et "Ainsi parlait ma mère" au Maghreb-Orient des Livres à l'Hôtel de Ville de Paris en février 2020 »

​​​​​Maggy de Coster, « ​​​​Postface du conte Bo Ya et Ziqi de Zhifang Tang » 

 

S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. 

 

​​​Mustapha Saha, « Les mots nus. Hommage à Aimé Césaire (1913 – 2008)​ »

 

 

 

 

Annonces diverses

 

Événements en faveur des femmes

 

« Une rencontre théâtrale et musicale consacrée à la vie et à l'œuvre de Valentine de Saint-Point » 

 

 

Événements & manifestations avec des membres de notre équipe

 

SIÉFÉGP & LPpdm

Repost0
Rédaction de la revue LPpdm - dans La Lettre de la revue LPpdm
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 18:33

 

Lettre n°14 | Être féministe | Megalesia 2020| Travestissements poétiques

 

 

Lettre de l’amoureux

&

Je le travesti du moi

 

 

Dina Sahyouni

 

Poèmes reproduits respectivement des recueils Murmures, et Lettres à Océan de savoir 2009-2010 avec l'aimable autorisation de l'autrice/auteure et de sa maison d'édition.

 

 

Lettre de l’amoureux

 

 

Le temps passe et un soupçon de vanité hante mes jours, rompt au fond, l’insolence de velours que je porte dans les yeux.

 

Je voudrais t’écrire, la plume se tait.

Les mots flottent dans la sphère des idées.

Je voudrais te dire, la parole se noue

Au fond de ma gorge, une truble floue

Mon regard amoureux de tout

Ce qui fait de toi

Mon âme sœur.

 

.........................que faire d’une passion dévorante qui pourchasse mon être quand ton ombre traverse mes rêves…

 

Je ne dors plus, je suis l’homme insomniaque qui rôde sur les supports,

 

Je me rends victime de ton amour, ultime voltige de mes sens…

 

Je ponce le regard pour veiller bien tard sur ta présence.

 

Les troubles envahissent mes contrées, je suis le mâle des souhaits de certaines mais point des tiens,

 

Je n’obtiens que le désordre et les frémissements du soi.. Guéris-moi.

 

Je meurs..

 

Je meurs..

 

Je meurs…

 

Ô

 

Eau d’amour,

 

Ode d’amour,

 

Ressuscite-moi…

 

Poème de Murmures.

 

​​​​​Crédit photo :​ Commons, domaine public, "CSD in Munich lila Drag Queen". 

 

 

Je le travesti du moi

 

Le je travestit mon identité, il me procure des modes de pratiques de soi* : des tas de processus d’assujettissement…

 

La loi Je me hèle, elle renferme mon être dans l’assujettissement discursif…

 

Je marche le long de mes ombres énonciatives et quête l’instant de Devenir…

 

« [...] Ne me demandez [plus] qui je suis »**, le je me clone…

 

Ne me redemandez plus qui je suis, ce Je ne me suffit guère…

 

Le je prostitue mon être, il m’étrangle en m’épousant…

 

S’il m’assujettit, il reste pourtant l’autre qui me façonne à son image.

 

Je passe par lui pour exister, je le revendique pour exister mais il est temps de dénoncer la supercherie, on ne devient pas Je par accoutumance mais presque toujours par sollicitude…

 

Je est le travesti du moi, il amuse la galerie en troublant toujours l’ordre linguistique…

 

Travestis-moi encore, il me reste toujours du temps pour retourner ma veste…

 

 

* et ** proviennent des écrits de Michel Foucault

 

Poème de Lettres à Océan de savoir.

 

 

***

 

Pour citer ces poèmes

 

Dina Sahyouni, « Lettre de l’amoureux » & « Je le travesti du moi », poèmes reproduits de Murmures et Lettres à Océan de savoir, 2009-2010, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°14|Être féministe & Megalesia 2020, mis en ligne le 12 avril 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettreno14/megalesia20/dinah

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés                                 Retour au sommaire 

Retour à la table de Megalesia​​

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia La Lettre de la revue LPpdm
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 10:42

 

Megalesia 2020 | Lettre n°14 | Être féministe | Poésie érotique 

 

 

Désir &

 

Sonnet féminin 

 

 

Renée Vivien

Poèmes choisis, transcrits, remaniés, présentés brièvement & annotés par Dina Sahyouni

Crédit photo : Renée Vivien, domaine public.

Crédit photo : Renée Vivien, domaine public.

 

Présentation brève

 

Quelques phrases sur la poésie érotique de Renée Vivien :

 

Elle est picturale, classique cependant indémodable. Elle se réfère constamment à l'Antiquité, aux figures féminines païennes (ex. Volupté) et à La Poète (c'est-à-dire Sappho), vous pouvez le constater dans les poèmes extraits ci-dessous. La poésie érotique de Renée Vivien est puissante, limpide, revendicative, et rythmée. Elle est aussi féministe, et teintée d'une beauté et d'une fraîcheur provenant de la passion poétique vécue comme Extase et Volupté de l'être tout entier. Cette poésie relève également du lyrisme féministe parce qu'elle dévoile et sublime entre autres le corps et la sexualité non seulement féminins mais aussi lesbiens par l'intermédiaire de la création poétique.

Poétiser devient érotiser la vie. On retrouve ce même lyrisme féministe dans la poésie et les écrits de Sappho et des contemporaines comme Barbara Polla, Françoise Urban-Menninger (dans des écrits érotiques hétérosexuels...) et bien d'autres Angèle et MIKA (dans des chansons sur l'amour homosexuel).

 

 

 

Ces deux poèmes sont des extraits de Renée Vivien (1877-1909), Cendres et Poussières, Paris, Alphonse Lemerre, éditeur, 23-31, passage Choiseul, 23-31, 1902. Le recueil est adressé à l'amie de Renée Vivien H. C. L. B. et il a été imprimé le 27 mai 1902 à Paris.

Le poème "Désir" est un portrait érotique, descriptif, expressif et pictural de l'amante désirante et tant désirée. Ce poème explicite du désir amoureux lesbien permet de comprendre sa ressemblance au désir amoureux héterosexuel et normé. En outre, cette expression lyrique et féministe trouve des échos dans la culture populaire et musicale comme la récente chanson de l'artiste Angèle intitulée "Ta Reine" (voir le lien ci-dessous vers la chanson citée) ou chez l'artiste MIKA, auteur de plusieurs chansons qui portent sur la sexualité et l'amour homosexuels. Néanmoins, les difficultés de parler ouvertement de l'érotisme dit "homosexuel" persistent et continuent à attiser des tensions et même des discours de haine à l'égard des LGBTQAI+.

Quant au "Sonnet féminin", qui relève aussi de l'érotisme dit "homosexuel" et du lyrisme féministe, il permet de tracer un fil conducteur avec le matrimoine de la poésie de Sappho. Ce sonnet comporte aussi un blason élogieux de la voix de la personne aimée même si les rimes du sonnet ne sont pas plates, la litanie est là. D'autres parties du corps sont aussi érotisées comme les mains par exemple. La voix renvoie au souffle et à la poésie, car avant tout être poète, c'est être une voix, un souffle (cela a un rapport étroit avec les origines mythiques et légendaires de la poésie, le chant des Sirènes, Apollon, Mnémosyne, les Muses, Pan, Orphée, les Aèdes...)

 

​​​​​​Parmi les autres poèmes d'amour et d'érotisme du recueil "Cendres et Poussières", le "Sonnet féminin" se distingue par une sublimation claire du désir proprement "féminin" à l'égard du "féminin" pour le transfigurer en poésie, en une passion de la poésie. Renée Vivien a été ainsi étreinte par la poésie elle-même par le biais de l'être aimé (transfiguré en Muse) comme elle l'explique dans le premier tercet du sonnet. Et le "bleu" divin des clartés infinies" est le bleu de la poésie... On retrouve cette affirmation sur le fait que le bleu est féminin et Poésie dans le recueil "Une histoire de bleu" de Jean-Michel Maulpoix et bien d'autres poèmes de ses écrits et dans le poème chanté "Blue" de MIKA (voir lien ci-dessous vers la chanson citée). Dans le dernier vers du sonnet, la poète use encore de la métaphore pour décrire la "volupté" poétique qui transfigure sa bien-aimée en Muse libératrice et inspirante. Ainsi, la "blanche volupté" est une pureté symbolique et synonyme d'innocence poétique et de virginité des sensations érotiques rendues esthétiques ; une source d'inspiration, de créativité et un support de liberté. Ainsi, le lyrisme féministe se caractérise par une liberté créative.

 

Je voudrais par ailleurs en écrivant ces lignes renouveler ma proposition annoncée dans des billets datant de décembre 2019 pour tenter avec d'autres collègues de penser le lyrisme féministe dans tous ses états et toutes ses expressions. Il me reste de vous souhaiter une bonne lecture.

​​​​​

 

Désir

 

 

Elle est lasse, après tant d'épuissantes luxures.

Le parfum émané de ses membres meurtris

Est plein du souvenir des lentes meurtrissures.

La débauche a creusé ses yeux bleus assombris.

 

 

Et la fièvre des nuits avidement rêvées

Rend plus pâles encor ses pâles cheveux blonds.

Ses attitudes ont des langueurs énervées.

Mais voici que l'Amante aux cruels ongles longs

 

Soudain la ressaisit, et l'étreint, et l'embrasse

D'une ardeur si sauvage et si douce à la fois,

Que le beau corps brisé s'offre, en demandant grâce,

Dans un râle d'amour, de désirs et d'effrois.


 

Et le sanglot qui monte avec monotonie,

S'exaspérant enfin de trop de volupté,

Hurle comme l'on hurle aux moments d'agonie1,

Sans espoir d'attendrir l'immense surdité.

 

Puis, l'atroce silence, et l'horreur qu'il apporte,

Le brusque étouffement de la plaintive voix,

Et sur le cou, pareil à quelque tige morte,

Blêmit la marque verte et sinistre des doigts.

(pp. 43-44)

 

 

 

Sonnet féminin

 

 

 

Ta voix a la longueur des lyres lesbiennes2,

L'anxiété des chants et des odes saphiques3,

Et tu sais le secret d'accablantes musiques

Où pleure le soupir d'unions anciennes.

 

Les Aèdes4 fervents et les Musiciennes

T'enseignèrent l'ampleur des strophes érotiques

Qui versent dans la nuit leurs ardentes suppliques,

Ton âme a recueilli les nudités païennes.

 

Tu sembles écouter l'écho des harmonies ;

Bleus de ce bleu divin des clartés infinies,

Tes yeux ont le reflet du ciel de Mytilène5.


 

Les fleurs ont parfumé tes étranges mains creuses ;

De ton corps monte, ainsi qu'une légère haleine,

La blanche volupté des vierges amoureuses.

 

(pp. 93-94)

 

 

Notes

 

1. Il s'agit d'une métaphore classique mais toujours employée et explicite comparant l'extase amoureuse féminine à l'agonie qui précède la mort. C'est tout le poème qui constitue en fait une métaphore comparant la volupté ardente du désir amoureux en action aux instants de la mort ; une sorte de tremblement saisissant l'être tout entier et le laissant ébahi.

2. Les "lyres lesbiennes" sont à la fois une inspiration, une référence, une affiliation revendicative féministe, créative et sexuelle. Elles renvoient à la poésie de Sappho.

3. Idem.

4. Comme Homère, les aèdes sont des poètes de l'antiquité grecque. Ils sont nomades, conteurs et musiciens comme Orphée. Il s'agit des premiers poètes qui déclamaient des épopées...

5. Le terme a été rectifié par nous pour correspondre au nom de la ville grecque décrite dans le poème.

 

 

***

 

Pour citer ces  poèmes

Renée Vivien, « Désir » & « Sonnet féminin » poèmes extraits de Cendres et Poussières (1902) choisis, transcrits, remaniés, présentés brièvement & annotés par Dina Sahyouni, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°14|Être féministe & Megalesia 2020, mis en ligne le 12 avril 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettreno14/desir-feminin

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour au Sommaire 

Retour à la Table de Megalesia

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans La Lettre de la revue LPpdm Megalesia
1 avril 2020 3 01 /04 /avril /2020 12:48

 

Lettre n° 14 | Être féministe|Éditorial

 

 

 

   

​ Notre drôle de

 

vie en poésie​​​​​​

​​​​​

 

 

Dina Sahyouni & David Simon 

 

 

Crédit photo : William Blake, une allégorie de l'Europe aidée par l'Amérique et l'Afrique, gravure de 1796, domaine public, Commons. 

 

 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES a suspendu ses publications en mars 2018 pour la deuxième fois depuis sa création suite à des ennuis techniques très graves et un cas de force majeure. Ce périodique revient donc de très loin et continue à illuminer notre vie par sa capacité à rayonner dans le monde et à attirer la curiosité et la bienveillance des personnes passionnées de poésie, littérature, musique et culture. Il est un lien contigu entre vous et nous. Une source-ressource de savoir limpide. 

 

Le temps nous traverse et nous vieillissons au gré des ans mais l'amour de la poésie demeure vif et puissant en nous. Et il faut du courage pour affronter les misères, laideurs, joies et beautés de la condition humaine. La poésie distille du courage en nous et en vous aussi qui vous nous accompagnez dans cette aventure expérimentale et poétique sur les traces livresques des femmes aïeules et contemporaines, fictives et réelles. L'ennui et la lassitude nous guettent dans notre tâche ardue mais la passion de la poésie ne souffre aucune tiédeur, elle est une vocation, un chemin de croix, un sacerdoce et un magnifique don de la vie. 

Vivons-y toutes et tous, pleinement dans ses affres et ses jouissances.  

 

Les cités ont besoin criant de personnes passionnées de poésie pour rendre à ce monde une étincelle de sa beauté originelle d'avant le premier meurtre commis par l'humain contre son semblable, contre des vivants dotés d'une grande sensibilité et contre l'environnement.

 

Ainsi, nous ne revenons pas en arrière pour combler les blancs du festival Megalesia de 2018 qui restent comme une drôlerie de coïncidence dans notre parcours comme des points de suspension drôlement romanesques et inexplicables, comme un fatum ou une épochê. Nous y préférons pour ainsi dire de clore 2019 et commencer 2020 par "La lettre n°14" dédiée aux féminismes dans toutes ses expressions pour rappeler l'importance des nuances et de ne pas renfermer cet élan constructeur, qu'est le féminisme porté fièrement par nos sociétés du XXIe siècle, dans des dogmes idéologiques ou des pensées totalitaires. 

 

Il nous reste de vous souhaiter de belles promenades à travers nos pages et de vous redire ô combien la poésie nous unit et nous rend solitaires. 

 

Belle continuation, avec tout notre égard, 

Dina et David pour le périodique 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES et tous les projets portés depuis 2010, cette revue et Dina Sahyouni qui ont également été suspendus. Janvier 2020

 

***

 

Pour citer ce texte

​​​​Dina Sahyouni & David Simon, « Notre drôle de vie en poésie », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°14|Être féministe, mis en ligne le 1er avril 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettreno14/edito

 

Page publiée par le rédacteur David Simon

 

© Tous droits réservés                                 Retour au sommaire 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
  • Table
    Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
  • COVID 19 en Javel majeur
    Megalesia 2020 | Chroniques de la pandémie de COVID-19 (confinement, déconfinement, etc.) | Textes poétiques COVID 19 en Javel majeur* Mariem Garali Hadoussa Artiste peintre & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" Ce poème a été également...
  • Le chemin de la vie
    Megalesia 2020 | Les figures des philosophes chez les écrivaines en Sciences Humaines & Sociales | Philosophies & sagesses en poésie Le chemin de la vie Mariem Garali Hadoussa Artiste peintre & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" Faire...
  • "I LOVE BEIRUT". Pour Beyrouth, pour un monde solidaire !
    Megalesia 2020 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. "I LOVE BEIRUT" Pour Beyrouth, pour un monde solidaire ! "En solidarité avec le Liban, nous publions vos témoignages et poèmes qui soutiennent la population libanaise durement touchée...
  • « Me, Myself » ou du Care lyrique et philosophique
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel |Le néopaganisme & la sexualité dans la culture populaire du XXIe siècle | Articles & témoignages « Me, Myself » ou du Care lyrique & philosophique Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la chanson...
  • « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la sortie de la chanson "Reality Scares Me" de MONSIEUR, c apture d'écran...
  • Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter
    REVUE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES | Invitations à visiter Page en construction... Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter Crédit photo : Une représentation de la déesse japonaise Amaterasu sortant de la caverne. Amaterasu est la déesse...
  • L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines"
    Megalesia 2020 | Annonces diverses L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines" © Crédit photo : L'affiche du festival, image transmise par la maison d'édition de l'artiste-autrice citée. L'artiste Catherine Gil Alcala présente le 13 septembre...
  • « Éviter les secrètes surprises du diable » !
    Megalesia 2020 | Réflexions féministes sur l'actualité « Éviter les secrètes surprises du diable » ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Joovs van Cleve, "La Vierge à l'enfant", domaine public, Wikipédia, Commons. Cet...