18 juillet 2024 4 18 /07 /juillet /2024 17:44

N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Dossier mineur | Florilège  & REVUE ORIENTALES (O) | N° 4-1 | Créations poétiques

 

 

 

 

​​​

 

 

 

Inclinaison :

 

 

I. Berceau & II. L’abat-jour

 

 

 

 

 

 

 

Emna LOUZYR

 

 

 

Crédit photo : « Sunset seascape morning ». Capture d'écran de l'image libre de droits du site Depositphotos.

 

 

I. Berceau

 

 

Je regarde par la fenêtre. Une rue passante. Il est 13h. Un moment comme un autre de cette journée interminable. Le grand bougainvillier du quartier danse avec le vent, presque malgré lui. Ses feuilles se ramollissent, jaunissent et finiront par tomber.

On sonne à la porte. Un vieux monsieur vient récupérer le berceau en bois massif. La girafe y est toujours accrochée. Elle a perdu un œil et a le cou légèrement tordu. 

Mon berceau…

Je n’aime pas ce monde.

Depuis  le cocon et jusqu’à l’aube à la lumière hésitante. Depuis le berceau en bois à bascule dans lequel on m’avait posée en pensant que ce dernier aurait des vertus protectrices et relaxantes. J’avais le tournis. Une sorte de vertige de naissance. Plus je pleurais, plus mes tendres mères, car je pense que j’en ai eu plusieurs, s’adonnaient à cœur joie dans l’art  de la balance. Je transpirais et les draps en soie rose  fleuris me collaient à la peau. La chambre sentait le talc, la rose et le lait en poudre. Une girafe multicolore accrochée au dessus du lit, pour assurer l’éveil de mes sens, me regardait. Elle louchait légèrement. 

L’été on enveloppait mon berceau en bois massif d’une moustiquaire de chine. Ce bout de tissus donnait une autre allure aux visages des taties et des tontons qui se penchaient, toujours souriants, pour admirer mes gigotements. Je n’en pouvais plus. Exaspérée, j’ai appris à parler très jeune pour exprimer mon mécontentement après de longs  mois de souffrance et de silence. Personne ne comprenait d’où venait mon caractère coriace contracté à la naissance. C’était un instinct de survie. Je ne me sentais pas, et ne me sens toujours pas en sécurité avec les adultes.

Je n’aime pas ce monde depuis le premier jour. 

Je regarde par la fenêtre. Une rue passante. Il est 13h. Un moment comme un autre de cette journée interminable…

 

 

II. L’abat-jour

 

La nuit arrive lentement. La lumière est déjà allumée comme pour raviver un matin qui ne respire plus.

Le chapeau de cet abat- jour gothique, appartenant à une autre vie, est incliné.

Mille fois j'ai tenté de le redresser. Il revient à chaque fois à sa posture initiale. Il est moche. Exactement comme la lumière qu'il propage et autant que cette fin de journée.

La télé diffuse un reportage sur les tueurs en série.

Tout semble banal ici : la colère, les inclinaisons, les incertitudes...

C'est laid un abat -jour gothique avec un chapeau incliné.

 

© Emna Louzyr

 

___________

 

 

Pour citer ces poèmes inédits en prose

​​​​

Emna Louzyr, « Inclinaison : I. Berceau et II. L’abat-jour », photographies fournies par l'autrice, Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : ÉTÉ 2024 | NO III « Florapoétique », 1er Volet & Revue Orientales, « Déesses de l'Orient », n°4, volume 1, mis en ligne le 18 juillet 2024. URL : 

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientalesno4/2024/noiii/el-inclinaison

 

 

 

Mise en page par Aude

 

© Tous droits réservés 

Retour aux Sommaires des numéros ▼ Liens à venir

 

Autres poèmes de l'autrices sont  en cours d'édition pour demain & après...

Repost0
12 juillet 2024 5 12 /07 /juillet /2024 15:35

N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Critique & réception | Dossier mineur | Articles & témoignages & REVUE ORIENTALES (O) | N° 4-1 | Critiques poétiques & artistiques 

 

 

 

​​​​​​​

 

 

 

Coralie Akiyama, « Éternelle Yuki »,

 

 

Éditions du Cygne, 2024, 55 p., 12€

 

​​​​​

 

 

 

Maggy de Coster

 

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

© Crédit photo : Première de couverture illustrée ​​​​​​du recueil de Coralie Akiyama, « Éternelle Yuki » aux Éditions du Cygne, 2024..

​​​​​​

 

« Quand la main écrit, c’est le cœur qui parle et qui soupire. » Alfred de Musset.

C’est le cri d’un cœur saignant de douleur.  C’est le dit d’un être mal aimé par son pays d’adoption, le pays du soleil levant, aux us et coutumes implacables.

Son cœur bat la chamade quand elle pense à appelle «  ma grande murée adorée », « ma silencieuse » : 

« Mon enfant prisonnière, d’un royaume épais […] Je t’aime plus que tout tant j’écris pour toi sur un balcon étranger aux oiseaux de cuivre et feuilles rondes plus il y a de douleur et plus il y a d’oiseaux. »

S’adapter ou retourner au bercail pour réapprendre à être soi-même car il est impossible d’accepter d’être autre que soi-même. Se fondre dans le décor, s’effacer et devenir la grande muette tel était le sort de Coralie Akiyama, Française d’origine, laissant malgré elle sa fille au Japonais : 

« Je suis le je (u) qui s’efface, tu as gagné ». S’effacer au profit du collectif car l’individu n’existe pas.

En dépit de sa grande souffrance, elle sait faire la part des choses : 

« Cruauté, tu n’enlèves rien à la beauté des couloirs de portes vermillon dans les montagnes. »

Elle ne peut s’empêcher de s’extasier devant la beauté de ce pays. Aussi évoque-t-elle : 

Le « Mirifique vol blanc de papillon dans l’eau »

Le paroxysme de la froideur et le silence gagnent même le sentiment amoureux et les relations conjugales : 

«  Trois ou treize ans sur une pierre j’ai craqué mes dernières allumettes de paroles et tu ne me tends pas de briquet mon mari est d’or l’amour silence un métal froid. »

« Le silence est grand ; tout le reste est faiblesse ». Alfred de Vigny in  « La mort du loup ».

C’est peut-être dans le silence que ce peuple puise sa force. Il y a peut-être aussi une alchimie à découvrir, donc il convient de percer les arcanes de la culture japonaise. 

« On parlait saison, on parlait cuisine » dit-elle.

Les saisons rythment la vie et la cuisine utilise les fruits de la terre pour nourrir les êtres humains et les maintenir en vie, donc il y a une harmonie entre les saisons et la cuisine. Manger les fruits de saison est un mot d’ordre salutaire. Cela dit, les êtres humains intègrent les saisons tout comme l’art culinaire dans le maintien de leur vie.

Elle n’oublie pas que dans ce pays, les relations c’est comme « les neiges éternelles » car « elles ne s’éteignent jamais ».

Ses considérations sur la gent masculine portent sur leur discrétion :

Ils sont  « de(s) trésors peu photogéniques en éblouissements/ juste comme il faut/ tu passeras à côté si tu passes »

Le Japon, «  ce pays qui ne se laissera pas prendre dans les bras » semble vouloir être un parangon de stoïcisme et de perfection ; pas de juste milieu, « le reste du monde […] un lit défait. 

C’est pour ne pas « finir sublime anesthésiée d’harmonie molle comme la mort des belles endormies » qu’elle se sauve de ce pays paradoxal qui lui offre à la fois beauté et cruauté mais le cœur serré d’avoir laissé sa fille qui n’est là que pour écouter et rester docile.

 

© Maggy DE COSTER

À consulter également

*la page d’autrice aux Éditions du Cygne, URL.

http://www.editionsducygne.com/editions-du-cygne-coralie-akiyama.html

**la page du recueil aux Éditions du Cygne, URL.

http://www.editionsducygne.com/editions-du-cygne-eternelle-yuki.html

 

————

 


Pour citer ce texte inédit 

 

Maggy De Coster, « Coralie Akiyama, « Éternelle Yuki », Éditions du Cygne, 2024, 55 p., 12€ », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques :  ÉTÉ 2024 | NO III « Florapoétique », 1er Volet, & Revue Orientales, « Déesses de l'Orient », n°4, volume 1, mis en ligne le 12 juillet 2024. URL :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientalesno4/noiii/mdc-caeternelleyuki

 

 

 

Mise en page par Aude

 

© Tous droits réservés

  

Retour aux Sommaires des numéros ▼ Liens à venir

Repost0
10 juin 2024 1 10 /06 /juin /2024 17:21

Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | II. « Elles » | Articles & témoignages | Fictions féministes

 

 

​​​​​​​

 

 

 

 

La femme brune

 

 

​​​​​

 

 

 

​​

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

Crédit photo : Gustav Klimt, l'« Espoir II », Google Art Project, œuvre artistique tombée dans le domaine public, capture d'écran de l'image libre de droits du site Wikipédia.

 

 


 

La femme est très brune, très vive. Ses gestes sont élégants, précis, inscrits dans l’ordre des choses, du temps et de la vie même.

Elle bouge comme le ferait une abeille dans le soleil. De ses lèvres vermeilles sortent des sons aux saveurs exquises de fruits exotiques.

Sa démarche, légèrement chaloupée, la fait lever vers le ciel, la voile d’un navire en partance vers un monde intérieur, connu d’elle seule.

Ses yeux taillés dans le jade semblent appréhender l’océan au-delà du visible

Quand elle vous tend une tasse de thé, on pourrait croire qu’elle vous offre un bijou finement ciselé, une pierre sertie, délicatement lovée dans un écrin de satin. Elle découpe l’air comme elle le ferait d’une étoffe et le drape autour de son corps où se nouent, en un même lieu, le miracle de sa vie et l’échéance inéluctable de sa mort.

Elle s’exprime parfois avec le gazouillis d’un oiseau. Sa chevelure aile de corbeau l’y apparente.  D’autres fois, elle respire comme une plante et son visage devient un végétal baigné de clartés.

 

Bientôt, elle ne quittera plus sa chambre. Elle attend son cinquième enfant et les débuts sont toujours si aventureux…Elle vous le dit sur le même ton que sur lequel on évoque les saisons et les floraisons. Elle porte toujours, quand elle vous parle, son regard au-delà d’elle-même. Il vous traverse sans même paraître vous reconnaître.

 

Et quand vous avez appris qu’elle avait quitté cette terre en donnant naissance à son dernier enfant,

il vous a semblé l’entendre fredonner dans les feuillages du jardin. Sa voix, telle une âme en peine, s’est enracinée au pied d’un rosier blanc et son regard lumineux s’est enfin posé sur le vôtre dans ce poème de l’indicible où elle repose dans une vasque de lumière.

 

 

© Françoise Urban-Menninger, juin 2024, ce texte porte sur un texte thème peu abordé.

 

 

 

***

 

 

Pour citer cet article engagé & inédit

 

Françoise Urban-Menninger, « La femme brune », Le Pan poétique des muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies », « Elles », mis en ligne le 10 juin 2024. URL :

http://www.pandesmuses.fr/megalesia24/fum-lafemmebrune

 

 

 

 

Mise en page par David

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du festival Megalesia 2024▼

Lien à venir

Repost0
18 mai 2024 6 18 /05 /mai /2024 18:09

Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | II. « Elles » | Florilège 

 

 

 

 

​​​​​

 

 

Non coupable !

 

 

 

 

 

​​

 

 

Lydia Kowicz Loriot

 

 

 

Crédit photo : Virginie Élodie Marie Thérèse Demont-Breton (1859-1935),  « Into the water », peinture tombée dans le domaine public. Capture d'écran de la photographie libre de droits du site Commons.

 

 

 

Des femmes de tous âges se sentent coupables des choix de leur vie et des reproches qu'on en leur fait. Ce poème est une invitation à arrêter de culpabiliser les femmes dans la vie quotidienne au vu de leurs charges mentales, émotionnelles et autres.

 

 

 

Que jamais ne sorte au grand jour

L’aveu de votre culpabilité, Madame

Pourquoi donc se flageller de la sorte ?

J’affirme au risque d’enfoncer des portes

Que vous, femmes, n’êtes que bonté

Dieu vous a faites ainsi pour préserver l’humanité

 

Lorsque votre beau corps connaît la maladie

C’est qu’il est probablement rongé

Par un perpétuel souci pour autrui

 

L’Amour est votre Loi royale

Et quand vous en êtes privées

Vous êtes des guerrières sans rivales

 

Vos juges ont la conscience élastique

Ils aiment à ignorer la souffrance de vos cœurs

Leur attitude vous a endurcies face aux douleurs

 

Ces tyrans devraient plutôt vous dire :

« Je vous absous madame des fautes dont vous faites état

Car les nôtres sont impardonnables

 

Depuis le début du monde, pour tenir le pouvoir,

Nous massacrons hommes, femmes, enfant et bêtes

Nos politiques, nos religions sont toutes faites

 

Pour dominer au prix du sang

Comment pourrions-nous vous juger

Vous qui par votre nature protégez l’humanité ?

 

Mais si d’amour aujourd’hui vous manquez

Regardez au fond de vous et vous serez comblée !

Faites-vous à cet état de bonté et ne regardez pas

 

Ce qui chez vous est seulement apparent

Vos richesses sont en profondeur 

Le pardon pour les fautes conscientes ou inconscientes

 

Viendra de vous, Madame.

Vous seule pouvez vous pardonner une quelconque faute

Dites-le-vous à voix haute.

 

Dieu a prévu cela de cette façon :

Si tu ne te pardonnes pas, lui non plus ne le fera ».   

 

Crédit photo : Virginie Élodie Marie Thérèse Demont-Breton (1859-1935),  « After the bath. Fisherman's wife after bathing her children », 1881, peinture tombée dans le domaine public. Capture d'écran de la photographie libre de droits du site Commons.

 

© Lydia Kowicz Loriot

 

 

***

 

 

Pour citer ce poème féministe, engagé & inédit​​​​​​

 

Lydia Kowicz Loriot, « Non coupable ! »Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : « Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies », « Elles », mis en ligne le 18 mai 2024. URL :

http://www.pandesmuses.fr/megalesia24/lkloriot-noncoupable


 

 

 

 

 

 

Mise en page par David

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du festival Megalesia 2024▼

Lien à venir

Repost0

Bienvenue !

 

LE SITE « PANDESMUSES.FR » DEVRA BASCULER EN HTTPS DÈS LA FIN DE SA MAINTENANCE ET LE COMPTAGE DE SES PAGES À ACTUALISER. CELA PRENDRA DES MOIS VOIRE UN AN. NOTRE SITE AURA AUSSI UN THÈME GRAPHIQUE UN PEU DIFFÉRENT DU THÈME ACTUEL. POUR UNE MAINTENANCE À COMPTER DU 20 OCTOBRE 2023. CETTE OPÉRATION POURRAIT PERTURBER VOIRE RALENTIR LA MISE EN PAGE DE NOUVEAUX DOCUMENTS. MERCI BIEN DE VOTRE COMPRÉHENSION ! 

Rechercher

Publications

Dernière nouveautés en date :

VOUS POUVEZ DÉSORMAIS SUIVRE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES  SUR INSTAGRAM

Info du 29 mars 2022.

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

À La Une

  • ÉTÉ 2024 | NO III | FLORAPOÉTIQUE
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE ET MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES ET PRATIQUES N°III | ÉTÉ 2024 | FLORAPOÉTIQUE 1er VOLET Crédit photo : Anne Vallayer-Coster (1744-1818), « Vase of Flowers with a Bust of Flora »,...
  • Inclinaison : I. Berceau Et II. L’abat-jour
    N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Dossier mineur | Florilège & REVUE ORIENTALES (O) | N° 4-1 | Créations poétiques Inclinaison : I. Berceau & II. L’abat-jour Emna LOUZYR Crédit photo : « Sunset seascape morning ». Capture d'écran de l'image...
  • Saule pleureur
    N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Dossier majeur | Florilège & REVUE ORIENTALES (O) | N° 4-1 | Créations poétiques Saule pleureur Emna LOUZYR Crédit photo : Gravure anonyme tombée dans le domaine public « Couple de jeunes gens sous un saule...
  • je suis partie
    N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Dossier majeur | Florilège je suis partie Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Gustav Klimt (1862-1918), « Jardin de campagne »/« Bauerngarten », peinture tombée dans...
  • Patricio Sánchez-Rojas, « L’exil est une histoire aux nombreuses pages », Éditions de l’Aigrette, 2024, 126 p.,15€
    N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Critique & réception Patricio Sánchez-Rojas, « L’exil est une histoire aux nombreuses pages », Éditions de l’Aigrette, 2024, 126 p., 15 Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo...
  • Emma Filao, « Un crachat de givre », Éditions du Cygne, 2024, 70 p., 15€
    N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Critique & réception | Dossier mineur | Articles & témoignages Emma Filao, « Un crachat de givre », Éditions du Cygne, 2024, 70 p., 15€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo...
  • Coralie Akiyama, « Éternelle Yuki », Éditions du Cygne, 2024, 55 p., 12€
    N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Critique & réception | Dossier mineur | Articles & témoignages & REVUE ORIENTALES (O) | N° 4-1 | Critiques poétiques & artistiques Coralie Akiyama, « Éternelle Yuki », Éditions du Cygne, 2024, 55 p., 12€...
  • Des extraits de l'ouvrage primé « Femmes inspirantes »
    N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Revue Matrimoine Des extraits de l'ouvrage primé Femmes inspirantes Sarah Mostrel Site personnel Page officielle Facebook © Crédit photo : Première & quatrième de couverture de l'ouvrage de Sarah Mostrel...
  • Prix Littéraire Dina SAHYOUNI (4ème édition pour le 8 mars 2025) 
    N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Actions pour l'égalité des sexes [publication numérique uniquement du texte] & REVUE ORIENTALES (O) | N° 4-1 | Varia & Actualité Prix Littéraire Dina SAHYOUNI (4ème édition pour le 8 mars 2025) SIÉFÉGP ou...
  • Interview avec Emna LOUZYR
    N° III | ÉTÉ 2024 | Florapoétique / 1er Volet | Entretiens poétiques, artistiques & féministes & REVUE ORIENTALES (O) | N° 4-1 | Entretiens Interview avec Emna LOUZYR Propos recueillis en j uillet 2024 par Hanen Marouani Entrevue & photographies de Emna...