2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 15:05

​​​

N°8 | Dossier majeur | Florilège de poétextes

 

​​​​​

 

 

 

 

Une larme d'encrier

 

 

​​

Dina Sahyouni

 

Poéticienne, éditrice, lyreuse & fondatrice de la SIÉFÉGP

 

 

 

 

​​​​​​​​​​​​Crédit photo :  Melting snow on tomb, Wikimedia, domaine public. 

​​​​​

 

Tu n'es pas là, non, 

et je t'écris pourtant

avec les larmes 

en guise d'encre, d'armes

éphémères pour estomper cette solitude,

guérir mon âme des habitudes,

de toi, chère enfant tissée de perles, de mots, de papiers et de guirlandes de rêves éveillés


 

 

Tu n'es pas là, non

mais ton parfum s'exhale 

telle une rose éclose au petit matin

telle la rosée bleutée de songes suaves, d'espoir 


 

 

Petite fille, fillette, larme bleue d'encrier, 

tu grandis chaque instant, 

tu grandis là-bas

dans le bleu des mots

et moi.. en pleurs, je t'écris.. crie,

je demeure ici, je meurs.

 

 

©DS, "Rêves de Rêva", 2021.

 

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Dina Sahyouni, « Une larme d'encrier  » poème inédit, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques :  N°8 | Été 2021 « Penser la maladie & la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, ​​​​mis en ligne le 2 septembre 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no8/ds-unelarmedencrier

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°8 

Repost0
29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 11:05

 

N° 10 | Célébrations | Instant poétique avec...

​​

 

 

 

 

 

Danse, danse

 

 

&

 

 

Le monde est dur, mon fils

 

 

 

 

 

 

 

[Invitée]

 

 

Maram Al-Masri

 

Photographie de

 

 

Philippe Barnoud

​​​​​

 

 

 

​​​​​© Crédit photo : Philippe Barnoud, "Maram Al Masri" 2013, photographie fournie par la poète.

 

 

 

 

Danse, danse

mon fils

car tu es né

pour apprendre aux oiseaux

à voler

 

 

Danse, danse

mon fils

pour que le cœur agité du monde se calme

sous le rythme de tes pas

 

 

Danse, danse

mon fils

pour apprendre toi-même à voler

 

 

 

 

 

 

 

Le monde est dur, mon fils

Dur comme un chargeur de mitrailleuse

dur comme les murs d’un centre de rétention

dur comme un regard de mépris

Je ne t’ai pas dit de patienter avant de venir me rejoindre

Je ne t’ai pas dit que les petites plantes

sont facilement écrasées

Je ne t’ai pas dit de venir en étant fort

Ici on les aime avec des diplômes

on les aime avec un compte en banque

Je te dis que les noyés

ne peuvent pas sauver

les noyés

Immigré,

tu seras toujours

dans le viseur du doute

Je ne t’ai pas dit que les immigrés arrivent fragiles

comme les enfants

 

 

 

***

 

 

Pour citer ces deux extraits

 

Maram Al-Masri« Danse, danse » & « Le monde est dur, mon fils », poèmes reproduits avec l'amiable autorisation de l'auteure & des éditions Bruno Doucey, photographie par Philippe Barnoud, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N° 10 | Automne 2021 « Célébrations », mis en ligne le 29 août 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no10/mas-2extraits

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°10 À venir

Repost0
29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 10:16

​​​​

​​​​REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations​ / Invitées

 

 

 

 

 

 

 

 

 ​​​Neuf mois

 

 

&

 

 

De ma fenêtre je vois des maisons

 

 

 

 

 

 

 

Maram Al-Masri

 

 

Photographie de

 

 

Salvatore Marrazzo

​​​​​

 

 

 

 

​​​​​© Crédit photo : Salvatore Marrazzo, "Maram Al Masri", photographie fournie par la poète. 

 

 

 

Neuf mois

Et la vie pousse dans les entrailles

comme un poème pousse dans l’imagination

Neuf mois

et un corps grandit dans un autre corps

Neuf mois

et l’attente tricote l’espoir et le rêve

Neuf mois

pour que le silence grandisse

jusqu’au cri

comme une miche de pain qui a levé

comme la lune ronde et pleine

arrivée à son terme

Neuf mois

pour qu’un cœur palpite

dans un cœur

Neuf mois

pour qu’une vie commence

 

 

 

 

 

De ma fenêtre je vois des maisons

leurs fenêtres sont souvent fermées

J’imagine ce qui bouge derrière ces murs épais

Je vois un homme qui rentre chez lui

et une femme qui sort avec un manteau noir

Ils ont deux enfants

La vie leur a permis de les voir grandir

Une maison comme la mienne

cache peut-être des blessures

cache peut-être des histoires

Un jour de dimanche

le jour de la fête de l’amour

je vois l’homme qui revient

avec un bouquet de fleurs

vers sa maison

Une maison qui n’est pas la mienne

s’habille de joie

 

© M. Al-Masri

 

 

Pour citer ces extraits

 

Maram Al-Masri, « Neuf mois » & « De ma fenêtre je vois des maisons », poèmes reproduits avec l'amiable autorisation de l'auteure & des éditions Bruno Doucey, photographie par Salvatore Marrazzo, Revue Orientales, « Les figures des orientales en arts et poésie », n°1, mis en ligne le 29 août 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no1/mas-2extraits

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

© Tous droits réservés

 

Retour au N° 1

Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 13:36

​​​​

​​​​REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations​ / Invitées

 

 

 

 

 

 

 

 

 ​​​Bénis soient ceux...,

 

 

 

Qui va dire aux arbres...

 

 

&

 

 

L’acte d’écrire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maram Al-Masri

 

 

Photographie de

 

 

Salvatore Marrazzo

​​​​​

 

 

 

 

​​​​​© Crédit photo : Salvatore Marrazzo, "Maram Al Masri", photographie fournie par la poète. 

 

 

 


 

 

Bénis soient ceux qui dorment profondément

Moi, je dors comme les gardiennes du monde

les yeux mi-clos

comme une mère allongée

avec un nouveau-né dans les bras qui tète son lait

les oreilles attentives à sa respiration


 

 

 

 

Qui va dire aux arbres qu’ils sont coupables

Quand ils laissent chuter leurs feuilles ?

Qui va accuser la mer d’abandonner les coquillages sur le sable ?

Moi mère-femme, femme-mère

Avec deux seins pour le plaisir

Et deux seins pour la maternité

Qui donne le lait de la musique

La logique des contes

L’appellation du jeu

Le résumé des sentiments

Et la grammaire des pensées

Moi, qui suis femme de volupté

Et femme de tendresse

Vertueuse et pécheresse

Mûre et enfantine 

Avec ma bouche 

Je donne à manger le pain des lettres

Des consonnes et des voyelles

Des phrases, des synonymes et des comparaisons.

Qui va m’accuser, moi, 

De faire don de mon corps

À l’amour ?

 

 

 

 

 

L’acte d’écrire

n’est-il pas un acte scandaleux en soi ? 

 

Écrire

c’est apprendre à se connaître, dans ses pensées les plus intimes

 

Oui, je suis scandaleuse

car je montre ma vérité et ma nudité de femme  

 

Oui, je suis scandaleuse

car je crie ma douleur et mon espoir, 

mon désir, ma faim et ma soif

 

Écrire

c’est décrire les multiples visages de l’homme :

le beau et le laid, le tendre et le cruel

 

Écrire c’est mourir devant une personne

qui te regarde sans bouger

 

C’est se noyer devant un bateau qui passe tout près sans te voir

 

Écrire

c’est être le bateau qui sauvera les noyés

 

c’est vivre sur le bord d’une falaise

et s'accrocher à un brin

d'herbe.

 

Quand j’écris, mon moi est celui de l’autre 

c’est avec cette conviction que je réussis à atteindre la liberté

 

 

©M. Al Masri

 

 

Pour citer ces extraits féministes

 

Maram Al-Masri, « Bénis soient ceux... », « Qui va dire aux arbres... »  & « L’acte d’écrire  », poèmes féministes reproduits avec l'amiable autorisation de l'auteure & des éditions Bruno Doucey, photographie par Salvatore Marrazzo, Revue Orientales, « Les figures des orientales en arts et poésie », n°1, mis en ligne le 28 août 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no1/mas-3extraits

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

© Tous droits réservés

 

Retour au N° 1

Repost0

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Table de Megalesia 2022
    Table de Megalesia 2022 Édition du 1er avril au 15 juin* Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie (SIÉFÉGP)...
  • André Seleanu, "Le Conflit de L’Art Contemporain. Art tactile, art sémiotique", L’Harmattan, 2022, 225 pages, 23€
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques André Seleanu, Le Conflit de L’Art Contemporain Art tactile, art sémiotique, L’Harmattan, 2022, 225 pages, 23€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo : Première de couverture...
  • Le chant de mon oud
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Poésie, musique art audiovisuel | Poésie érotique & N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège | Poésie érotique Le chant de mon oud Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit...
  • Pour que cesse !!
    Événements poétiques | Concours Féministes | Festival des poésies féministes 2021 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes Pour que cesse !! Nouria Diallo-Ouedda Crédit photo : Mimosa rouge de l'été.jpg", image Wikimedia,...
  • Bains de lumière
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Témoignages & articles Bains de lumière Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Edgar Degas, (1834-1917), "Une baigneuse s'épongeant la jambe" (1883). Image libre de droits. Dans...
  • Parfum de couleurs
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège Parfum de couleurs Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit photo : Mokhtar El Amraoui, « Parfum de couleurs ». Pourquoi, humain, ne voudrais-tu être Que froide et laide nuit Alors qu’au fond...
  • La fleur et la fée
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | I. Le merveilleux féerique au féminin | Poésie des aïeules/Astres & animaux La fleur & la fée Zoé Fleurentin (1815-1863) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni Crédit photo : Rose sous...
  • Scepticisme
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Poésie des aïeules/ Philosophies & sagesses en poésies Scepticisme Zoé Fleurentin (1815-1863) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni Crédit photo : "Terracotta statuette of à draped goddess",...
  • La nature
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | I. Le merveilleux féerique au féminin | Poésie des aïeules/Astres & animaux | Travestissements poétiques La nature Zoé Fleurentin (1815-1863) Poème choisi & transcrit avec un commentaire par...
  • Astarté l’immortelle
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | II. Le merveilleux féerique féministe | Florilège & Recueil de nouvelles de Dicé | Avant première Astarté l’immortelle Mona Azzam Crédit photo : la déesse "Astarté l’immortelle ", Commons,...