22 décembre 2022 4 22 /12 /décembre /2022 14:48

Calendrier du matrimoine poétique 2022 & N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier majeur | Florilège 

 

​​​​​​

​​​​​

 

 

 

 

 

 

 

​​​​​j’ai une voix en moi

 

 

 

 

​​​​​

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

 

 

Crédit photo : John Singer Sargent, Carnation, Lily, Lily, Rose", Wikipédia, domaine public.

 


 

j’ai une voix en moi

qui m’invite à passer

de l’autre côté des mots

 

 

chaque fois que j’écris

je franchis cette lisière invisible

qui me sépare de moi et de moi-même

 

 

les mots s’y perdent

ma raison s’y égare

mon âme s’y fourvoie

 

 

mais le ciel sur ma tête

m’invite à danser

dans le bleu des songes

 

 

où plus rien n’a d’importance

si ce n’est cette musique

qui me porte et m’emporte

 

 

plus rien n’est essentiel

si ce n’est cette nuit qui s’éclaire

quand le poème surgit

 

 

 

© Françoise Urban-Menninger, 2022.

 

 

***


Pour citer ce poème inédit du matrimoine poétique

 

Françoise Urban-Menninger, « j’ai une voix en moi »Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poéféministes 2022 | « Calendrier du matrimoine poétique 2022 » & N°12 | HIVER 2022-23 « Poémusique des Femmes & Genre », mis en ligne le 22 décembre  2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no12/matrimoinepoetique22/fum-voix

 

 

Mise en page par Aude

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°12

Retour au Calendrier poéféministe 2022

 

Lien à venir...

Repost0
19 décembre 2022 1 19 /12 /décembre /2022 17:00

N°12 | Poémusique des femmes & genre | Chroniques de Camillæ

 

 

​​​​​

 

 

 

 

 

Lettre à Nol 2

 

 

 

 

 

 

Camille Aubaude

Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/

& www.lamaisondespages.com/

Blog officiel : https://camilleaubaude.wordpress.com/


 

 

 

Crédit photo : Annie Ernaux, via Wikipédia.

 

 

La doxa Annie Ernaux atteint un sommet qui n’est qu’anéantissement. Tout est calibré pour les médias, à savoir un discours schématique, attendu, univoque, sans /e/ muet et ductile.

Pourtant j’aime ce que cette chère Annie Ernaux a matérialisé dans l’Ombre de la lumière. Elle a tant parlé, elle a tant « donné » que… La réussite de Son Nobel témoigne du goût profondément ancré en France pour la littérature.

Il n’est jusqu’à la colère d’un vieux et charmant poète du PEN Club pour faire usiner la machine, puisque tout est mécanisé, plus que jamais dans les balbutiements de l’ère cybernétique. Un chant du cygne, donc.

Le « j’ai vengé ma race », en parallèle au discours égotiste du bon Mabanckou « à voix nue » sur France culture, atteint bien son public. Lequel n’est ni lettré, ni cultivé, mais des années 70, comme vous, comme moi. Du Barthes et du Françoise Guyon, qui intègrent, désintègrent, jettent, récupèrent en tirant à boulets rouges sur ceux qui ne font pas partie du temple, que dis-je… ils envoient des boulets qui ne sont que reprises, échos, anadiplose — re-donc.

 

L’aspect si poussiéreux de ces artifices me reconduit à ma mère. Personnage que l’autrice de Passion simple pourrait être dans ma vie, puisque mes grands-parents normands tenaient une petite épicerie chez eux dans un hameau près de Dieppe. Annie Ernaux a écrit cela de façon dogmatique. Une  digne et vraie copie d’agreg (= ad gregis) tout en cultivant une grandeur narcissique, et jamais pour faire rire. La narration épurée est convaincante. Certes, Annie Ernaux a remplacé une morte, tandis que ma mère a eu une sœur de lait, une double qu’il a fallu détruire, voiler, mais qui n’est pas morte, juste anéantie dans ces existences-là, obscures, sans émerveillement, chère Nol... Une morte, une voilée, voici les âmes amies qui poussent au sacrifice d’écrire. Et les rebondissement, les répétitions favorisent l’humour et l’auto-dérision.

Irai-je plus loin ? Ernaux ne parle pas de souillure. Sa réintégration est propre. Blanche. Elle a quitté le cloaque où macère sa jeunesse pour en recomposer un, qui est un foyer intellectuel. Je replonge dans une étude isiaque sur Herculanum, en réécrivant un mythe, mon mythe d’Isis, qui n’est pas une simple recomposition. Quelle puissance de vie dans ces ruines ! , d’après les pierres, et de rares inscriptions. La passion des archéologues est volonté de connaître le temps passé. J’y ajoute l’espoir de retrouver les vertiges de la Mater Deum… 

Si Ernaux s’est circonscrite à elle-même et à sa famille, c’est qu’elle n’a pas la notion de bâtardise, de mélange, essentielle à la poésie, à ce qui chante et sonne dans une résonance sans raison.

 

© Camillæ

 

 

***


Pour citer ce texte inédit

 

 

Camille Aubaude, « Lettre à Nol 2 »Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°12 | HIVER 2022-23 « Poémusique des Femmes & Genre », mis en ligne le 19 décembre  2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no12/aubaude-lettreanol2

 

 

 

Mise en page par Aude

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°12

Lien à venir...

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 12 Muses et féminins en poésie
19 décembre 2022 1 19 /12 /décembre /2022 15:44

 

Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 & N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Articles & témoignages / Revue matrimoine

 

​​​​​

 

 

 

 

 

 

Brève présentation de

 

 

Conceição Evaristo

 

 

 

 

 


 

Claire Tastet

Professeure agrégée de Lettres Modernes

 

 

 

Crédit photo : Fora do Eixo, Conceição Evaristo au Festival Latinidades 2013, Creative Commons, image fournie par l'autrice.

 

 


 

Grande voix de la littérature brésilienne, Conceição Evaristo s’est illustrée à la fois dans le récit (romans et nouvelles) et dans la poésie.  Née en 1946, elle a grandi dans une favela et est publiée à partir des années 1990. Femme engagée, elle prête sa voix et sa plume aux luttes sociales, plaidant pour une société plus égalitaire, dénonçant sans relâche le racisme et la violence dont sont victimes tout particulièrement les femmes afro-descendantes.  

 

Dans ses « escrevivências » (traduit par « écrits-vie »), les héroïnes sont précisément ces femmes, vivant dans les quartiers les plus pauvres du pays, renouant avec leurs origines, se réappropriant une mémoire collective effacée par la colonisation, luttant contre les injustices, organisant une sororité salvatrice, ne renonçant jamais, toujours insoumises (tel est le titre de l’une de ses œuvres).

En France, ses œuvres sont publiées par les éditions Anacaona et par les éditions des Femmes.

 

Bibliographie

 

L’Histoire de Poncia, 2015, traduit du portugais par Paula Anacaona, éditions Anacaona

Banzo, mémoires de la favela, 2016, traduit du portugais par Paula Anacaona, éditions Anacaona

Insoumises, 2018, traduit du portugais par Paula Anacaona , éditions Anacaona

Poèmes de la mémoire et autres mouvements, 2019, Traduit du portugais (Brésil) par Rose Mary Osorio et Pierre Grouix, Préface dIzabella Borges et Postface de Pierre Grouix, éditions Des Femmes

Ses yeux d’eau, 2020, Traduit du portugais (Brésil) par Izabella Borges, Préface d’Izabella Borges, éditions Des Femmes 


 

 

Pour la petite fille

 

 

Pour toutes les petites filles et les petits garçons aux cheveux tressés ou sans tresses


 

Je dénoue les tresses de la petite fille

et mes doigts tremblent

de peur dans les chemins

divisés de ses cheveux.


 

Je lave le corps de la petite fille

et mes mains butent

douleurs dans les marques-souvenirs

d’un fouet traître.


 

J’habille la petite fille

et à mes yeux

la couleur de ses vêtements

insiste et se confond

avec le sang qui coule

du corps-sol d’un peuple.


 

Je rêve les jours de la petite fille

et la vie surgit avec gratitude

décroisant ses tresses,

et son vêtement surgit ample

juste et défini

et le sang se tarit

se promène tranquille

dans la veine de nouveaux chemins

d’espoir.*

 

 

*Conceição Evaristo, Poèmes de la mémoire et autres mouvements, Traduit par Rose Mary Osorio et Pierre Grouix, Éditions Des Femmes, 2019.


 

 

 

© Claire Tastet est professeure agrégée de Lettres Modernes.  Elle enseigne le français au lycée.  Passionnée par la littérature, elle a à cœur de faire vivre le matrimoine littéraire français  et  de lire les autrices contemporaines en partageant ses lectures sur les réseaux sociaux.

 

***


Pour citer ce texte inédit du matrimoine poétique

 

Claire Tastet, « Brève présentation de Conceição Evaristo »Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poéféministes 2022 | « Calendrier du matrimoine poétique 2022 » & N°12 | HIVER 2022-23 « Poémusique des Femmes & Genre », mis en ligne le 19 décembre  2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no12/matrimoinepoetique22/clairetastet-conceicaoevaristo

 

 

 

 

Mise en page par Aude

Dernière mise à jour : le 19 décembre 2022

 

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°12

Retour au Calendrier poéféministe 2022

Lien à venir...

Repost0
17 décembre 2022 6 17 /12 /décembre /2022 15:10

 

N°12 | Poémusique des femmes & genre | Chroniques de Camillæ/Muses au masculin

 

​​​​​

 

 

 

 

 

Chronique Godard

 

 

 

 

 

 

Camille Aubaude

Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/

& www.lamaisondespages.com/

Blog officiel : https://camilleaubaude.wordpress.com/


 

 

 

Crédit photo : Jean–Luc Godard via Wikipédia

 

 

 

 

Lettre à Alain Finkielkraut, à la suite de son émission, Répliques, sur France Culture, le 17 septembre 2022.

 

 

 

Septembre 2022, le président de la République Emmanuel Macron a lu un discours sur la rafle du Vél d’Hiv que vous avez admirablement commenté en parlant de références non historiques. Je n’y reviens pas, puisque l’émission est en ligne. Les débats que vous présidez donnent du grain à moudre et des moissons chaleureuses qui servent d’antidote au poison de l’uniformité… Quand les apprentis-sorciers sont devenus banquiers…

Créatrice du mythe littéraire d’Isis, j’aime observer les dérives symboliques du « tout-monde » dont les turpitudes s’opposent à la « gelassenheit », la qualité de la vie qui vit, du laisser vivre. Je parle de « dérives » — voir le jeu de mots facile des poètes avec « des rêves » — pour les discours culturels du Président Macron qui reviennent périodiquement. Jean-Luc Godard lui conseillerait d’apprendre le latin et le grec, comme il l’a fait auprès de mes étudiants de cinéma à la FÉMIS, à la fin des années 1990.

Pour plaisanter, si on peut encore le faire, et laisser agir une pensée en étoile, je reprends l’expression d’un homme "retiré des affaires" sur le discours de repentance de M. Macron sur l’Algérie (février 2022) : « il baisse son froc ». Le grand théorème imposé, ressassé par le chef de la France fait de l’ennemi (et émir) Abd el Kader un Victor Hugo à la barbe fleurie, et ne tient pas compte du fait réel suivant : quand on tape Victor Hugo/Abd el Kader sur Google, on tombe sur un horrible massacre décrit dans un poème. 

L’Algérie en février, Laval en septembre. Et après ?

Qui peut faire face à la déshérence ? La Maison des Pages d’Amboise, « creusée dans la poésie » recèle des objets magiques d’Alep mais côtoie des versets du Coran, payés fort cher par « la France » pour un pompeux « Jardin d’Orient » au château d’Amboise.

Fuyant les lâches harcèlements, je tente de survivre avec des poètes dans une église massacrée, parce qu’elle était rare, fine, subtile et belle. Louis-Ferdinand Céline y a soigné des blessés de la Grande Guerre, étant lui-même mutilé. Je n’ai cessé de penser à l’acte 3 de sa pièce L’Église une maison qui accueille tout, en vous écoutant. Hélas, la pertinence de vos interprétations s’est effondrée quand vous avez repris l’accusation d’antisémitisme adressé à Jean-Luc Godard. Tout en reconnaissant son importance dans le cinéma, fait que nul ne peut nier, vous laissez entendre qu’il faudrait mettre au rebut l’auteur de Pierrot le Fou

En dialoguant avec les étudiants de la FÉMIS, Jean-Luc Godard annonçait sirupeusement, comme il savait le faire pour se gausser du conformisme suisse, que le métier de monteuse est féminisé parce qu’il y a des trous dans les pellicules des films... J’aurais pu monter au créneau, mais il était tellement plus intéressant de s’amuser avec un artiste délicat, allusif et sans dévotion. Si j’avais ressassé éternellement ce constat misogyne, ravalant les femmes à être monteuses et non créatrices, c’était pire que la provocation. Bien pire, car enchâssant une parole fugace pour la donner en modèle aux générations futures. 

Quoi de pire que la fixité dans l’intelligence humaine ? Mieux vaut encore l’enfermement, le prix à payer dans une société où tout se marchande, jusque, sous Vichy, les Juifs français et les Juifs étrangers. « Le pire n’est pas toujours sûr » (titre d’un roman de Françoise d’Eaubonne). Clin d’œil au cri d’Edgar dans Le Roi Lear (je cite de mémoire) : « le pire est là quand on dit c’est le pire » !

 

© Camillæ

 

URL. https://www.nytimes.com/2022/09/13/movies/jean-luc-godard-dead.html?campaign_id=51&emc=edit_mbe_20220914&instance_id=71880&nl=morning-briefing%3A-europe-edition&regi_id=78278427&segment_id=106234&te=1&user_id=b1f7fcbcbcd66765b38d933475e37d37

 

 

***


Pour citer ce texte inédit

 

 

Camille Aubaude, « Chronique Godard »Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°12 | HIVER 2022-23 « Poémusique des Femmes & Genre », mis en ligne le 17 décembre  2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no12/aubaude-chronique-godard

 

 

 

Mise en page par David

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°12

Lien à venir...

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 12 Amour en poésie Muses et féminins en poésie

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 12 | HIVER 2022-23
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | HIVER 2022-23 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* © Crédit photo : Delphin Enjolras (1865-1945), ce tableau représente des musiciennes...
  • De la finance à l'art
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens artistiques, poétiques & féministes | Dossier majeur | Articles & témoignages De la finance à l'art Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Entrevue avec & peintures de...
  • Douleur de Manfred
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Douleur de Manfred Pierre Zehnacker Poète & artiste peintre Crédit photo : Gauguin,...
  •  la chevelure du vent
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia la chevelure du vent Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit...
  • À Marlene Dumas, pour la peur abolie
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil À Marlene Dumas, pour la peur abolie Barbara Polla Crédit photo : Berthe Morisot, La cage, 1885, image capturée via Wikipédia. Un poème inspiré par votre exposition (Venise, 2022-2023),...
  • Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023
    N°13 | (Auto)Portraits poétiques & artistiques des créatrices | Appel à bénévoles | Agenda poétique Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023 SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes et de Genre en Poésie Crédit photo : Conteuse,...
  • Chevelure dorée, prix de la liberté
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Chevelure dorée, prix de la liberté رنا علم / Rana Alam A enseigné au Liban & en...
  • Déchirons le voile de l’obscurantisme
    Événements poétiques | Concours Féministes| Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & filles & N°12 | Poémusique... | Dossier mineur | Florilège | Revue Poépolitique Déchirons le...
  • Les voix des femmes afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Réflexions féministes sur l'actualité Les voix des femmes afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Reportage photographique par Claude Menninger © Crédit photo : Reportage...
  • Soyons la voix des soeurs afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Soyons la voix des sœurs afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Le visuel du rassemblement à Strasbourg...