8 mai 2024 3 08 /05 /mai /2024 17:02

Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | II. « Elles » | Florilège / S’indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages 

 

 

​​​​

 

​​​​​​​

​​​​​

 

​​​​​​Elle.. nullement morte !

 

 

 

 

​​​​​

 

Dina Sahyouni 

 

 

 

Crédit photo : Sarah Bender de Wolfe « A basket of roses », 1896, peinture tombée dans le domaine public. Capture d'écran de la photographie libre de droits du site Commons.

 

 

 

Poème pour éliminer les violences conjugales et les féminicides.

En mémoire de celles qui furent.

 

 

 

 

Perdue dans les nuages

effacés de leurs visages

ton sourire, ton visage

ô femme sans bagages

battue, rendue un mirage

virevoltant dans les orages

d'âge en âge

continue leur naufrage

 

 

©DS, Samedi 4 mai 2024.

 

 

***

 

 

Pour citer ce poème féministe luttant contre les violences sexistes, sexuelles & féminicides

​​​​

Dina Sahyouni, « Elle.. nullement morte ! »Le Pan poétique des muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies », « Elles », mis en ligne le 8 mai 2024. URL :  http://www.pandesmuses.fr/megalesia24/ds-nullementmorte

 

 

 

 

 

 

 

Mise en page par David 

 

 

Retour à la Table du festival Megalesia 2024

Lien à venir 

Repost0
28 avril 2024 7 28 /04 /avril /2024 16:08

Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | Réflexions féministes sur l'actualité | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages 
 

 

 

​​​​​​​

​​​​​

 

 

 

« PAS UNE DE PLUS »

 

​​​​​

 

 

 

 

 

 

Camillæ (Camille Aubaude)

Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/

​​​​​​ www.lamaisondespages.com/

https://litterature-lieux.com/fr/guide/lieu/428-la-maison-des-pages-de-camille-aubaude

 

Blogue officiel :https://camilleaubaude.wordpress.com/ ​​​​​​

 

 

 

J’ai reçu par Françoise Urban Menninger cet article accablant sur un jugement de tribunal de justice à propos d’un poète qui frappe sa femme.

 

Il s’agit d’un certain « Maulpoix », très en vogue, très « monsieur Partout » dont les livres sont dans les médiathèques, ce qui est toujours une marque de métayage de la poésie, et non de désintéressement. Le poète Maulpoix est devenu l’homme qui cogne, et ses juges le ravalent au rang de « Monsieur Tout le monde ». Terrifiante façon de la justice d’exprimer une totale puissance des femmes battues et dévalorisées, et la totale impunité des bourreaux. Disons que c’est le guerrier d’autrefois qui prenait tant de plaisir à brûler les cités... 

Le jugement du tribunal est diffusé, et il doit l’être. On le doit à l’intervention salutaire de la sœur de la victime. Certes, par peur, les victimes se font complices des bourreaux, le système piège les épouses de ces soldats désireux d’infliger des blessures et d’en avoir, par avide ambition. Le cas de ce « poète » agresseur est exemplaire : il n’est pas en cavale, il assume ses maltraitances… Sachant qu’il ne sera pas poursuivi, que ces révélations prêteront sourire, il se compare au poète Verlaine, pris dans une relation mortifère avec Rimbaud et sa femme, et à Picasso. Pourquoi pas Aristote, qui prône la supériorité de l’homme sur la femme ? Femme à qui il doit la vie, mais les esprits pervers pratiquent avec un zèle hors pair l’ingratitude.

Le discours, aussi concret et direct que les coups du « possesseur », sa façon de marquer sa propriété dans le système patriarcal mondial, multi millénaire, imprégné de la culture du viol, est actuellement analysé. Pourvu que ça dure, et que ce ne soit pas au service d’un idéal autocratique !

 

Un autre poète proférateur de glose parle de « dénonciation » ! Il s’agit de protéger une femme battue quand elle était enceinte mais on dévie, on colle des étiquettes... Le même poète générateur de glose parle de « sale » et très « vilain fait divers ». Seulement un fait divers… seulement du « Monsieur Tout le monde » ! La Tribune des 400 femmes contre les violences genrées dans le milieu littéraire affirme que pas une seule d’entre nous a échappé aux agressions. C’est facile d’arrêter le discours sur la barbarie par le poison ! Allez, c’est un monstre, c’est un marginal, un Autre, et notre démocratie ne peut produire des hommes violents envers les femmes, des hommes qui les dominent pour leur interdire une vie propre. 

Dans cet exemple, l’impunité s’étend dans les débauches littéraires. Monsieur Tout le monde-poète reçoit en 2022 un prix de poésie aux éditions Gallimard. Le même jour, il a cassé le poignet de sa femme pour qu’elle ne puisse plus écrire. « Riez », écrivais-je dans La Malcontente

Ces agressions contre les femmes sont préméditées. Admises comme la guerre, comme le pillage des villes incendiées, ces multiples agressions expriment une toute puissance virile dont l’adversaire invisible est la féminité. La déesse tutélaire d’une ville réduit à peu de choses l’égoïsme du vaillant petit soldat. La propriété d’un homme du corps de la femme, c’est la maman qui, sous contrat, lui assure une postérité, c’est la putain qu’il achète comme un simple objet. Dans les systèmes mafieux, les femmes sont enlevées et prostituées. L’élément structurant du patriarcat est que les femmes sont des territoires que les hommes possèdent pour les échanger. Ce système de pouvoir se retrouve en poésie, avec la spectacularisation du corps de la femme (cf. Elle par bonheur et toujours nue…). Les exemples de femmes sur-tuées foisonnent, car l’Etat marche sur le corps des femmes. Tant que les victimes de violences conjugales sont « invisibilisées », le silence préside à l’écriture des poétesses, notamment quand elles s’énervent sur le terme qui les désigne. 

Le jeune poète proférateur de glose le prouve en reprenant le mythe de Philomèle, sans citer Tant de Philomèles en ce monde paru sous ma direction au Pan poétique ! Ah, la priorité des idées… Pour sortir de silence qui paralyse, il faut identifier la violence mentale (lire Laurène Daycard, Nos absentes). Le slogan « quand on touche à une femme, on touche à toutes les femmes », assure l’unité, sans uniformité.

Plus on monte dans la hiérarchie sociale, moins les femmes portent plainte pour maltraitance. La professeure Laure Helms est une survivante alors que la maîtresse de conférence Cécile Poisson* est décédée. 

 

© Crédit photo :  Capture d'écran du site Babilo de la page dédiée à Laure Helms. Image fournie par la l'autrice.

 

Dernier fait exemplaire de cette société qui a déployé tous ses rets pour arnaquer les femmes, le tribunal a aussi condamné Laure Helms ! Ancienne élève de l'ENS (Ulm), agrégée de Lettres modernes, docteure en littérature, professeure en classes préparatoires littéraires au lycée de Fustel de Coulanges, à Strasbourg, publiant comme moi chez Armand Colin un essai sur la présence des femmes en littérature... Tout s’éclaircit :  Monsieur Tout le monde l’accusait sans doute de ne pas être assez gentille avec lui (lire « pas assez pute »). Le grand poète ne s’évanouit plus dans l’égoïsme mais dans le despotisme…

 

 

© Crédit photo :  Portrait de Cecile Poisson. Image fournie par la l'autrice.

 

Dans la France d’aujourd’hui, les violences conjugales et les viols sont des délits pénaux ce qui n’était pas ainsi dans le passé, et ne l’est toujours pas dans d’autres pays. Pourtant la société a du mal a en parler, et les femmes opprimées se taisent, ne vont pas jusqu’à la révolte et encore moins au commissariat. Esclaves de cette longue suite d’actions dévalorisantes, heurtées, destructrices, il est vital pour elles de ne pas aller au-devant de plus de souffrances et de se protéger des violence psychologiques. C’est ce qu’illustre une sanction mi-figue mi-raisin (cas de Laure Helms), ou dans le mien, un jugement rendu inopérant après des années d’embarras juridiques qui massacrent la création. Bien qu’elles aient besoin de la plus grande attention, les femmes agressées sont jugées castratrices. Leur sensibilité, leurs vapeurs, leur sensualité sont les caisses de résonnance des mauvais traitements et des traumatismes qui accroissent le risque de développer une pathologie mentale. L’agresseur de mon bureau d’écrivaine m’a lancé dans la rue : « sorcière, pas encore suicidée ». Tout trahit le désordre et la haine. Le spectre de la violence que les femmes subissent commence enfin à être analysé par les néo-féministes, qui œuvrent à une prise de conscience dans l’espérance d’être plus humains.   

Ce qui reste encore peu intelligible, ce sont les doctrines sans doute pérennes que j’ai étudiées dans Le Mythe d’Isis pour une société sans radicalité (cf. La Thréicie de Quintus Aucler, l’initiation aux Mystères d’Isis…). Le sentiment d’infériorité implanté notamment par l’École Normale Supérieure produit une culture d’automates qui, entre antagonisme et mimétisme, interdit l’épanouissement des femmes dans la création. Que France-Culture énonce des écrivains pour le bac, ou désigne des poètes, il n’y a que des hommes. Nec plus ultra, les désirs de propriété, de gloire et de puissance qui s’érigent en modèles creusent la tombe à larges pelletées, dessèchent le cœur et ne rendent jamais heureux.

« Une révolution est en marche ». « La peur change de camp », « c’est à l’agresseur d’avoir peur » (slogans…), pour qu’une voix s’élève, claire, inespérée, portant une vérité constante, ferme et paisible.

 

 

 

© Crédit photo :  « Plus une en plus », capture d'écran du slogan espagnol luttant pour l'élimination des feminicides. Image fournie par la l'autrice.

 

 

 

Sangre mía,

de alba,

de luna partida,

del silencio.

de roca muerta,

de mujer en cama,

saltando al vacío,

Abierta a la locura.

Sangre clara y definida,

fértil y semilla,

Sangre incomprensible gira,

Sangre liberación de sí misma,

Sangre río de mis cantos,

Mar de mis abismos.

Sangre instante donde nazco adolorida,

Nutrida de mi última presencia.

 

 

La poétesse, psychologue et activiste mexicaine Susana Chávez a été violée et asphyxiée à 36 ans, le 6 janvier 2011 ; ses trois agresseurs ont coupé la main avec laquelle elle écrivait. Voir la série de France-Culture, Féminicides.

 

 

*https://www.liberation.fr/societe/droits-des-femmes/sa-mort-nous-regarde-un-an-apres-le-feminicide-de-luniversitaire-cecile-poisson-un-emouvant-hommage-lui-est-rendu-a-lens-20240320_2ZK5Y32X7FFWNJFOS6VCMSRGTM/)

 

 

***

 

 

Pour citer ce texte féministe, inédit & engagé 

 

Camillæ (Camille Aubaude), « "PAS UNE DE PLUS" », Le Pan poétique des muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies », « Elles », mis en ligne le 28 avril 2024. URL :

http://www.pandesmuses.fr/megalesia24/camillae-pasunedeplus

 

 

 

 

 

Mise en page par David

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du festival Megalesia 2024▼

Lien à venir

Repost0
29 mars 2024 5 29 /03 /mars /2024 17:59

Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | II. « Elles » | Florilège | S’indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages

 

 

 

​​​​​​​

​​​​​

 

 

 

Une vie si fragile

 

 

​​​​​

 

 

 

 

Berthilia Swann

 

 

 

 

Crédit photo : « Rape of Tamar », peinture tombée dans le domaine public, capture d'écran de la photographie libre de droits du site Commons.

 

 

 

Ce poème a été écrit en soutien aux femmes vivant sous l'emprise de pervers narcissiques.


 

 

 

 

La vile maladresse d’un geste, de mots mal intentionnés n’ont de cessent de faire croire à autrui

Qu’une main légère et de jurons envoyés

Donne un plein droit à son auteur aux multiples masques portés 

Agissant sans scrupules

Sans bon cœur, ni bonnes pensées

D’en accroître toute relation aimée

Auprès d’une proie minutieusement encerclée

Assujettie à une dépendance affective malmenée. 


 

 

D’un regard sombre ou romancé

Le bourreau tangue selon ses humeurs énoncées

Au gré, de ses pulsions et ambiances animées

Se jouant d’une entière assemblée

Au sein d’une famille, d’amis et d’une collectivité

Leurs dévoilant le doux visage d’un être galant bien éduqué. 


 

 

Dès lors, aux rideaux baissés

La face cachée du fallacieux apparaît dans un éclat le plus obscur

D’un égo surdimensionné

Qui à l’ombre de regards portés sur sa vie privée

À la débauche démesurée et emplie d'hostilités camouflées

S'adonne à profusion à des coups bas balancés

À des noms d’oiseaux et de jeux de mains violentées

D’un mal être, mal géré envers lui-même et mettant en détresse l'innocent à ses côtés

Préférant battre de plein fouet son appât 

Sous une mise de contrôle justifiée 

Avide d’emprisonner la liberté de penser et d’agir de sa soi-disant protégée

Inversant ses rôles du dominant dominé

Au fil de ses besoins et de ses usages fait sur l’instanté 

À ses risques et périls, d’en penser d’entretenir un pacte d’un lien celé.

 

 

© Berthilia Swann

                        

 

***

 

 

Pour citer ce poème gnomique, inédit, féministe & engagé pour l'élimination des violences sexistes, psychologiques & physiques

 

Berthilia Swann, « Une vie si fragile », Le Pan poétique des muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies », « Elles », mis en ligne le 29 mars 2024. URL :

http://www.pandesmuses.fr/megalesia24/bswann-uneviesifragile

 

 

 

 

Mise en page par Aude

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du festival Megalesia 2024▼

Lien à venir

Repost0

Bienvenue !

 

LE SITE « PANDESMUSES.FR » DEVRA BASCULER EN HTTPS DÈS LA FIN DE SA MAINTENANCE ET LE COMPTAGE DE SES PAGES À ACTUALISER. CELA PRENDRA DES MOIS VOIRE UN AN. NOTRE SITE AURA AUSSI UN THÈME GRAPHIQUE UN PEU DIFFÉRENT DU THÈME ACTUEL. POUR UNE MAINTENANCE À COMPTER DU 20 OCTOBRE 2023. CETTE OPÉRATION POURRAIT PERTURBER VOIRE RALENTIR LA MISE EN PAGE DE NOUVEAUX DOCUMENTS. MERCI BIEN DE VOTRE COMPRÉHENSION ! 

Rechercher

Publications

Dernière nouveautés en date :

VOUS POUVEZ DÉSORMAIS SUIVRE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES  SUR INSTAGRAM

Info du 29 mars 2022.

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

À La Une

  • FESTIVAL INTERNATIONAL MEGALESIA 2024
    BIENVENUE ! RAPPEL UTILE ! CE SITE ET SES PÉRIODIQUES SONT DEVENUS UNE RÉFÉRENCE MONDIALE EN LEUR DOMAINE DE COMPÉTENCES ET CE SUCCÈS POUSSE DES PERSONNES À SOUVENT IMITER ET PLAGIER CE SITE, SES CONCEPT ET CONTENUS. SE RÉFÉRER À NOTRE TRAVAIL DE BÉNÉVOLES...
  • Non coupable !
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | II. « Elles » | Florilège Non coupable ! Lydia Kowicz Loriot Crédit photo : Virginie Élodie Marie Thérèse Demont-Breton (1859-1935), « Into the water », peinture tombée...
  • « L'Homme Aux Mille Visages », un film de Sonia Kronlund
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | Critiques & réception / Chroniques cinématographique de Camillæ | Poésie Audiovisuelle L'Homme Aux Mille Visages , un film de Sonia Kronlund Camillæ (Camille Aubaude)...
  • « Le jardin qui bascule », de Guy Gilles
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | Critiques & réception / Chroniques cinématographique de Camillæ | Astres & animaux Le jardin qui bascule, de Guy Gilles Camillæ (Camille Aubaude) Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/...
  • Poème pour Cécile Kohler
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | II. « Elles » | Florilège | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Poème pour Cécile Kohler Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit...
  • Pilier de mon foyer / Pillar of my home
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | II. « Elles » | Florilège / S’indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Pilier de mon foyer / Pillar of my home Louise Hudon © Crédit photo : « Portrait photographique...
  • RENCONTRE AVEC GIO SAINT-PÈRE ARTISTE-PEINTRE COLOMBIEN VIVANT EN FRANCE
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | Entretiens poétiques, artistiques, (éco)féministes | RENCONTRE AVEC GIO SAINT-PÈRE ARTISTE- PEINTRE COLOMBIEN VIVANT EN FRANCE Propos recueillis par Maggy de Coster Site...
  • ENTREVISTA CON GIO SAINT-PÈRE PINTOR COLOMBIANO DE  FRANCIA
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | Entretiens poétiques, artistiques, (éco)féministes ENTREVISTA CON GIO SAINT-PÈRE PINTOR COLOMBIANO DE FRANCIA Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel Le...
  • Elle.. nullement morte !
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | II. « Elles » | Florilège / S’indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Elle.. nullement morte ! Dina Sahyouni Crédit photo : Sarah Bender de Wolfe « A basket of...
  • Bona Dea. Texte original de Renée Vivien, transcrit et annoté
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2024 « Amies » & « Elles » | II – « Elles » | Florilège / Poésie des aïeules Bona Dea Texte original de Renée Vivien, transcrit & annoté * Poème en prose de Renée Vivien transcription & annotations...