11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 17:29

 

 

 

Pour toi


 

 

 

Marie-Alice Théard

 

    

 

 

 


Belle et profonde est cette histoire unique. Face aux effluves salins de la mouvance désinvolte des marées, c'est déjà le jour. Tout là-bas, dans le charme prenant de l'immensité océanique, avoir loisir de se laisser aller à rêver. Traverser l'espace quand tout se délabre et avoir la certitude de transcender la douleur, de fuir le malaise mondial, loin des univers gorgés d’horreur. Savoir rompre avec les amertumes de la vie et jeter un regard hors des limites du doute. Vaguer à la recherche du baiser sexuel, laissant libre cours à l’irraison quand, par un curieux coup du sort, l'amour déborde de toutes parts.

Avoir la sensation de chalouper, de tanguer, dans ces plaisirs sans cesse renouvelés. Plaisir du corps élégamment lascif, somptueux, désinvolte, énergique, espiègle et farceur. L’être vigilant, intuitif, s'accrocher à la résonance des choses tues et à l'expressivité du silence pour donner relief à un discours intime.

Se laisser bercer, flotter dans le ruissellement des accords sensuels pour s'y installer douillettement. S’inscrire dans le fourmillement de la cambrure des reins habités d'envies païennes. Tenter l'aventure des convoitises qui séduisent, provocant le volcanique tumulte érotique. Indécemment, s'alanguir dans l'attente de son quota d'amour.

Evoluer, leste, vers les audaces tranquilles. Chavirer dans la luxure tout en nuances de deux corps accolés l'un à l'autre sous les éclaboussures d'un soleil d'été s'attardant dans les ondulations de la coulée d'un dos.

Ah ! L’irrépressible désir de mordre dans une chair. se couler dans un monde connu et pourtant si secret, si neuf. Masquer son impatience quand la tête tourne à mélanger des rires aux gestes faussement innocents. S’arrêter, hésitant, en bordure de l'élégance d'un sexe mâle au paroxysme de sa faim d’une amante mutine, complice et insatiable. Dévaler, fougueusement, les sinuosités de l'exaltante angoisse et débouler, haletant, perpétuel étranger, à l'affût d'un bonheur à découvrir et cascader dans la jubilation de ce voyage initiatique. S’affranchir de tous les interdits et rester prisonnier d'un fourreau enflammé. N’accorder nul répit aux envies tumultueuses de toutes les impertinences sexuelles.

Galvanisé, s'abreuver de tous les sortilèges sortis de ce fleuve de vie. Assouvir sa soif dans l'essence de l'autre. Se pâmer de plaisirs multiples...

Et l'amour est là, dans les replis des draps s'assoupissant dans la tiédeur moite des lèvres mordillant le bout d'un sein repu.
Se retrouver fort et fragilisé sous le charme d'un dernier baiser, et débarquer dans l'insignifiance d'un monde où tu n'es pas, vigilant, comme attentif au phénomène du bonheur accompagnant la délicieuse surprise de l'arrivée de tes pas dans la nonchalance d'un soir évanescent.

Célébrer avec toi la mémoire du bonheur suivant le sillage de la saison des amours folles, faire fête à ton cœur. Brûler du même feu, impatients de la même aventure continûment festive.

Plonger avec toi dans le tourbillon des paroles à dire, intarissables de sensualité, nos corps jumelés, nos haleines mêlées âmes voluptueusement aimées.

 
   

Pour citer ce poème

Marie-Alice Théard, « Pour toi », (extrait de Paroles à dire), in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°2 [En ligne], mis en ligne le 11 avril 2013.

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-pour-toi-116765304.html/Url. http://0z.fr/olL8L

Auteur(e)

Marie-Alice Théard

 


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Les dépossédé.e.s
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Les dépossédé. e. s Charlène Lyonnet Mélodie des sirènes alarmées, Par le passage, Du navire près des rochers. Naufrage. Dépêchées sur la plage, Les mariées ont retrouvé, Emportés par l’orage,...
  • l’après-midi d’un Rossignol
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie l’après-midi d’un Rossignol Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...
  • Inutile [enfer]tile
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Biopoépolitique | Réflexions féministes sur l'actualité Inutile [enfer]tile CAM[...]ILLE Je me présente, au moins vous serez témoins : J’ai été privée de ce qui devait être un besoin Je suis celle qu’on plaint, celle...
  • C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles Dina Sahyouni Crédit photo : " Gousses de Haricot Tarbais", Patrick Boilla, Commons. Les témoignages associés à #MeTooInceste sur les crimes...
  • Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise et écologique Centre d'impression numérique Everest
    Lettre n°15 | Eaux oniriques...| Revue des éditrices & éditeurs ou Revue des Métiers du livre Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise & écologique Centre d'impression numérique Everest Propos recueillis par David Simon pour LE PAN POÉTIQUE DES MUSES...
  • Barbara Polla (dir.), Équinoxe, recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Annonces diverses | Annonce de parution Barbara Polla (dir.), Équinoxe recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020 LE PAN POÉTIQUE DES MUSES a le plaisir de vous annoncer...