8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 16:29

 

Lettre n°12 | Poèmes

 

 

 

 Trois extraits de

 

 

 

« Fiançailles et promesses »

 

 

 

 

Laure Delaunay

 

Extraits reproduits avec l'aimable autorisation de l'autrice/auteure

 

Site officiel : https://lauredelaunay.com/

 

 

 

 

Pour demander pardon

 

 

Il est des amertumes que l’on aurait voulu ne pas connaître.

Mais elles sont là, comme perdues dans le vide de nos pauvres existences. Petits fantômes. Pauvres pantins. Tristes dérisions. Fausses profondeurs.

Nous les regardons avec une sorte de désespérant étonnement et nous ne savons pas quoi en faire.

Ainsi parfois le vin sans fond nous fait faire ce que certains appellent avec beaucoup de complaisance des écarts et ce que d’autres nomment peut-être un peu trop durement un adultère.

L’important, dans ce désastre presque sinistre, est de rester très fidèle à une radicale justesse du sentiment. Seule compte en effet la difficile sincérité. C’est elle qui fait naître les plus profondes douceurs et les amours les plus solides.

Le temps forge les poètes. Mais aussi les épreuves.

L’amour est une chose puissante que la faute effleure et fait vaciller mais l’amour aussi se nourrit de certaines douloureuses chutes qu’il guérit et transpose.

 

 

***

 

 

Se déposer quelque part

                     

                    Sans jamais citer le nom de cet endroit unique, cherchons, cherchons à nous déposer quelque part.

                    Le paradis n’existe pas et nous l’avons péniblement découvert.

                    Mais un lieu tout simple et bien réel, un lieu où l’on puisse enfin échapper à la malédiction de l’errance, un lieu d’adoption, cela oui, nous l’espérons et nous l’appelons de toutes nos forces.

                    Un lieu nourricier et où la vérité n’est jamais cruelle.

                    Un lieu ou un être. Un point d’appui. Un endroit où écrire et où nos fausses souffrances pourrait enfin trouver l’air qui leur manque.

                    Un lieu subtil mais un lieu simplement où il serait doux de marcher.

                     

                     

                    ***

                     

                    Naissance du rire

                     

                    Il n’est pas de chose plus mystérieuse que la commissure des lèvres et le filet musculaire savamment architecturé autour qui la fait se mouvoir.

                    Les médecins disent avec une confiance en eux sans doute un peu excessive que tout vient et tout retourne à une réalité bien scientifique qu’ils nomment d’un mot comiquement barbare : le zygomatique.

                    Et l’on pourrait s’en tenir là. Finalement, effectivement, c’est ce petit brin là tout rose qui se tendant fait naître la divine ouverture et il n’y a là, alors, n’en déplaise aux amoureux des vérités mouvantes, rien de magique.

                    Le poète pourtant ne saurait se satisfaire d’une si laconique explication. Un peu idiot peut-être ou mieux délicieusement naïf, le poète veut croire que cette illumination bouleversante du visage naît d’un mouvement global du corps où il a bien longtemps mûri.

                     

                     

                    Voir aussi : https://lauredelaunay.com/textes-poetiques-2/fiancailles-et-promesses/

                     

                      ***

                      Pour citer ces poèmes

                       

                      Laure Delaunay, « Trois extraits de "Fiançailles et promesses" », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°12, mis en ligne le 8 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/10/extraits-fiancailles.html

                       

                      © Tous droits réservés                            Retour au sommaire

                          Partager cet article

                          Repost0
                          Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
                          Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

                          Publications

                           

                          Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

                          Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

                           

                           

                          Rechercher

                          À La Une

                          • Megalesia 2020
                            LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
                          • Table
                            Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
                          • "I LOVE BEIRUT". Pour Beyrouth, pour un monde solidaire !
                            Megalesia 2020 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. "I LOVE BEIRUT" Pour Beyrouth, pour un monde solidaire ! "En solidarité avec le Liban, nous publions vos témoignages et poèmes qui soutiennent la population libanaise durement touchée...
                          • « Me, Myself » ou du Care lyrique et philosophique
                            Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel |Le néopaganisme & la sexualité dans la culture populaire du XXIe siècle | Articles & témoignages « Me, Myself » ou du Care lyrique & philosophique Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la chanson...
                          • « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur
                            Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la sortie de la chanson "Reality Scares Me" de MONSIEUR, c apture d'écran...
                          • Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter
                            REVUE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES | Invitations à visiter Page en construction... Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter Crédit photo : Une représentation de la déesse japonaise Amaterasu sortant de la caverne. Amaterasu est la déesse...
                          • L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines"
                            Megalesia 2020 | Annonces diverses L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines" © Crédit photo : L'affiche du festival, image transmise par la maison d'édition de l'artiste-autrice citée. L'artiste Catherine Gil Alcala présente le 13 septembre...
                          • « Éviter les secrètes surprises du diable » !
                            Megalesia 2020 | Réflexions féministes sur l'actualité « Éviter les secrètes surprises du diable » ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Joovs van Cleve, "La Vierge à l'enfant", domaine public, Wikipédia, Commons. Cet...
                          • Papillon à la rose
                            Megalesia 2020 | Astres & animaux en Poésie | Travestissements poétiques Papillon à la rose Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Claude Menninger, " Papillon à la rose", photographie...
                          • Jean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€
                            Megalesia 2020 | Critique & réception J ean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédits photos : "Première de couverture illustrée du recueil...