29 avril 2021 4 29 /04 /avril /2021 16:26

 


Événements poétiques | Megalesia 2021 | Poésie des aïeules | Pionnières en poésies féministes | Florilège de textes poétiques | Faits divers & catastrophes en poésie 

 

​​​​​​

 ​​

 

 

 

 

Margarita Fuller​​​​​​

 

 

 

 

 

 

 

Louise Colet

Texte choisi, transcrit & remanié par Dina Sahyouni

 

 

 

 

​​​​​Crédit photo :  Portrait de la féministe Margaret Fuller, domaine public, Wikimedia.

 ​​​​

 

 

À M. Jules Favre,

Souvenir reconnaissant

 

    Je suis fatiguée [de] penser, je suis fatiguée de vivre. Ô mon Dieu ! prends-moi ! baigne-moi dans les eaux vivantes de ton amour !

(Margarita Fuller.)

    Chaque noble doctrine, chaque poétique manifestation, prophétisent à l'homme ses destinées possibles.

(La Même)

 

 

Où sont tes grands aspects et les beautés sauvages,

Vieux globe qu'on ratisse en jardins d'opéra ?

L'utile t'enlaidit de ses mornes ravages,

Et dans sa cuve immense un jour t'asphyxira.

L'Amérique a laissé dépouiller vos rivages,

Large Meschacébé, fougueux Niagara.

 

 

La digue vous étreint, l'usine vous profane :

Plus de rocs fracassés par les flots écumants ;

De l'un à l'autre bord plus de pont de liane

Où jouaient au soleil hérons bleus et flamants ;

Plus de vierge forêt, plus de haute savane,

Où paraissaient les troupeaux des buffles ruminants.

 

 

Partout la main de l'homme, ô nature splendide !

Ose effacer la tienne, et sur ton front sacré

Creuse brutalement une précoce ride,

Stigmate de l'esprit de ce peuple affairé.

Où trouver, où trouver aux champs de la Floride

Le bois de romarin où Chactas a pleuré ?

 

 

Où trouver, au milieu du fracas des machines,

Acier, flamme, vapeur, grincement colossal

Des rails-ways éventrant forêts, vallons, collines,

Dans ces peuples rivés à l'amour du métal,

Où trouver, [où] trouver quelques âmes divines

Ne se désaltérant qu'au lait de l'idéel ?

 

 

Pauvre Margarita, ta jeunesse navrée

A bu longtemps amer ce lait qui la nourrit ;

Comme d'un noble cerf des chiens font la curée,

De ces âpres colons la meute te meurtrit ;

Perdue au milieu d'eux, grande et triste inspirée,

Pour écho de ton cœur tu n'eus que ton esprit !

 

 

Dans leur cercle étouffant tu n'eus que ta pensée

Qui montait et voyait les horizons saillir !

Les chaînes s'acharnaient à ton aile blessée ;

Les ténèbres, au jour que tu faisais jaillir.

Leur stupide raison, ô sublime insensée !

Piétina sur ton cœur et le vit défaillir.

 

 

Mais dans tes fiers sanglots des âmes attractives

Surprirent du génie un accent précurseur ;

Cooper, le vieux conteur, l'Homère de ces rives,

Ilawthorne l'humoriste, Emerson le penseur,

Arrachant ton esprit aux tristesses oisives,

T'ont révélé ta force en te nommant leur sœur.

 

 

Oh ! comme tu planas alors avec audace !

De tes pas dénoués secouant le lien,

Tout ce que sent le cœur, tout ce que l'âme embrasse,

Tout ce qui fait monter l'intelligence au bien,

Tu te l'assimilais dans ta force et ta grâce,

Et tu le répandais en sublime entretien.

 

 

Dans des âmes longtemps à la terre enchaînées

Tu versa l'idéal, frère aîné de la foi !

Tu leur prophétisas d' altières destinées ;

Tu leur dis : La chair rampe et l'esprit seul est roi.

Les vérités brillaient sur ton front incarnées ;

Par elles inspirée, elles charmaient par toi.

 

 

Art, poésie, amour, sœurs aux ailes de flamme

Dont le céleste chœur guide l'humanité ;

Dogme immortel et pur que transmet l'âme à l'âme,

Par elle un continent a compris ta beauté !

Les foules se courbaient aux pieds de cette femme,

Puis relevaient leurs fronts vers la Divinité !

 

 

Du culte de l'esprit éloquente prêtresse,

Sa doctrine triomphe et son verbe est vainqueur ;

 

Alors (ainsi dans Rome on rêvait de la Grèce)

Vers notre vieille Europe elle tourne son cœur.

Elle y vint, mais les cris des âmes en détresse

Accueillirent sa foi d'un murmure moqueur.

 

 

La force l'emportait ; partout sa main impure

Violentait l'esprit, cet immortel martyr ;

La liberté saignait d'une immense blessure ;

Margarita comme elle allait s'anéantir.

Tu lui gardais l'amour, bienfaisante Nature ;

Elle l'avait rêvé, tu le lui fis sentir.

 

 

Quand de l'humanité l'âme paraît éteinte,

Que rien de fier ne parle aux peuples abattus,

Ah ! l'hymen des grands cœurs est une chose sainte ;

Ils abritent en eux les publiques vertus ;

Contre le désespoir ils leur font une enceinte :

L'amour des Porcia console les Brutus !

 

 

Margarita croyait au réveil héroïque ;

À sa foi s'inspirait la foi d'un jeune époux.

Les flots la ramenaient vers sa chère Amérique,

Mère d'un bel enfant riant sur ses genoux !

D'où lui vint sa tristesse immense et prophétique ?

Avant de nous frapper, la mort s'agite en nous.

 

 

Sous les traits du bonheur la mort touchait sa tête :

Croire, aimer et mourir, son destin s'accomplit !

Près du libre rivage éclate la tempête :

Son enfant sur son sein, la mer l'ensevelit ;

Elle garde son corps et ronge son squelette,

Et pour l'éternité l'Océan est son lit.

1852.

 

Le poème ci-dessus provient de COLET, Louise (1810-1876), Ce qui est dans le cœur des femmes. Poésies nouvelles par MmeLouiseCOLET suivies du Poème sur la colonie de Mettray Couronné par l'Académie française dans sa séance du 19 août 1852, Paris, Librairie nouvelle, Boulevard des Italiens, 15, en face de la maison dorée, 1852, pp. 51-56. Cet ouvrage appartient au domaine public.

​​​​​​

 

***

 

 

Pour citer ce poème élégiaque 

 

Louise Colet, « Margarita Fuller », poème extrait de COLET, Louise (1810-1876), Ce qui est dans le cœur des femmes. Poésies nouvelles... (1852), a été choisi, transcrit & remanié par Dina Sahyouni pour Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Megalesia 2021/II « Pionnières en poésies féministes », mis en ligne le 29 avril 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/megalesia21/lc-margaritafuller

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

 

 

© Tous droits réservés 

 

Retour à la Table de Megalesia 2021 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia Muses et féminins en poésie

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur
    Lettre n°16 | Bémols artistiques (réception cinématographique) | Revue culturelle d'Europe Huitième épisode du reportage-feuilleton d'Occupation du Théâtre de l'Odéon Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur Mustapha Saha Sociologue,...
  • Chante l’amour
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Varia de Poétextes Chante l’amour Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire des Poètes...
  • Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!!
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réflexions féministes sur l'actualité Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Capture d'écran...
  • Firmaman, textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret...
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Critique & réception Firmaman textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret. Ouvrage paru aux éditions Sans Escale avec une couverture signée par Jacques Cauda Françoise Urban-Menninger Blog officiel...
  • Agnieszka Holland, "Le Procès de l’herboriste", avec Ivan Trojan, Josef Trojan et Juraj Loj ​​​​
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Chroniques de Camillæ/Poésie & Cinéma ou Chroniques cinématographiques Agnieszka Holland, Le Procès de l’herboriste, avec Ivan Trojan, Josef Trojan & Juraj Loj Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/...
  • Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réception d'autrefois | Presse, média, femmes & genre Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier Paul Smith Réception journalistique choisie & transcrite par Dina Sahyouni Crédit photo : Des inondations...
  • Pluie de caresses
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Pluie de caresses Michel Orban Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et de sa maison d'édition. © Crédit photo : Présentation visuelle avec extraits du recueil de...
  • No 8 | ÉTÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 8 | ÉTÉ 2021 PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo :...
  • No 8 | Sommaire
    N° 8| SOMMAIRE PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en septembre 2021....