31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 07:00

 

 

Critique & réception

 

 

 

À propos du recueil
 
Je veux juste être tranquille  
 
d’Anne-Marie Reine Le Pape

 

          

 Dina Sahyouni

 

 

 

Je veux être tranquille

 

© Crédit photo : couverture du recueil

 

 

 

 

Titre : Je veux juste être tranquille

Auteure : Anne-Marie Reine Le Pape

Éditions : Anne-Marie Reine Le Pape  

Parution : 2012
Taille du fichier : 296 KB
Genre : Poésie 
Langue : Français
 Format : Format Kindle
Pages de l'édition imprimée : 137 p.
ASIN : B0091VIDKS
Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.

Prix : 5, 15

Url.http://www.amazon.fr/veux-juste-être-tranquille-ebook/dp/B0091VIDKS

  

Auteure

 

Anne-Marie Reine Le Pape : est avocate. Sous le nom de plume d'Anne-Marie Reine Le Pape, elle a publié Je veux juste être tranquille, recueil de 25 textes sur la violence conjugale, en ebook (gratuitement téléchargeable pour un usage personnel les, 21, 22 et 23 novembre 2012 sur le site Amazon en l'honneur de 1) la journée internationale des droits de l'enfant (20 novembre), 2) la journée mondiale pour l'élimination des violences faites aux femmes (25 novembre à venir) et 3) du mois extraordinaire des talents des personnes handicapées (qui se déroule tout le mois de novembre à Paris). Site : url. blog.jeveuxjusteetretranquille.net/  

***
L'auteure nous livre dans Je veux juste être tranquille vingt-cinq poèmes poignants qui incitent à la réflexion surtout dans nos sociétés postmodernes qui fabriquent à la chaîne des formes nouvelles de violences envers autrui. Les réseaux sociaux n’échappent pas à cela et parfois on se demande pourquoi certaines personnes tombent dans la violence et agressent les autres ?
Des histoires d’adolescentes, d’écolières, d’étudiantes (pour ne citer que les violences faites aux femmes) peuplent les réseaux sociaux, l'internet et les médias. Des cas de suicides, des vies gâchées, des femmes arrachées par la violence à leurs familles. L’incompréhension, la tristesse, l’indignation et la colère hantent nos jours…
Comment faire face à tout cela ? Que faire pour réveiller les consciences, comment dire et prévenir pour préserver la vie des femmes ?
 
Le recueil d’Anne-Marie Reine Le Pape est une oasis d’espoir, un lieu de mémoire, un geste envers elles, un cri poétique qui résonne dans un dialogue de sourd.e.s.
Je suis peut-être partiale dans ma critique de cet ouvrage mais c’est surtout l'avis d'une femme qui sait, qui a un certain vécu et qui réalise à quel point les violences ravagent des vies et détruisent les sociétés. Faut-il encore que toutes les femmes se mettent à crier pour réveiller le monde ?
 
Cette femme poète s’inspire, comme l’indique sa préface (voir p. 5), des faits et des témoignages bien réels. Ses poèmes traduisent la violence faite aux femmes (et aux enfants qui assistent aux scènes de violences conjugales)…
Des violences « physique[s] » et/ou « psychique[s)] » (sic) qui trouvent leurs racines dans la différence conçue par certain.e.s comme une forme d’infériorité…
Le recueil est bien présenté et documenté. Il met en évidence le poids des préjugés dans la vie de chacun.e d'entre nous. Les violences « physique[s] » et/ou « psychique[s)] » (sic) ne sont pas l'apanage des sociétés modernes mais elles existent depuis toujours.
Dire Non autrement, c'est ce qui motive le geste créatif d'Anne-Marie Reine Le Pape qui donne la parole tour à tour aux victimes comme au personnage qui tombe dans l'engrenage de la violence.
 
La misère sexuelle dit-on est une des sources des violences faites aux femmes mais on parle peu des ravages de la misère affective issue de la Révolution de l’amour des temps modernes et encore moins de la misère qui combine les deux et s’exprime par la dénonciation, le harcèlement moral, voire même par le viol en réunion...
Si les luttes contre les violences faites aux femmes, aux enfants, aux hommes, aux animaux sont un des moteurs de la pensée contemporaine, l'auteure s'inscrit, quant à elle, dans la tradition des écrits féministes (ou au moins engagés en faveur des minorités) des femmes de lettres comme Olympe de Gouges, Cornélie Wouters de Vassé et bien d’autres.
Ses poèmes sont des scènes vives où les drames des femmes se jouent. Une épopée lyrique de l’hypercontemporain et d’un quotidien anodin mis à nu... Ses poèmes vont de pair avec les statistiques qui narrent en chiffres l’indescriptible douleur. Ces statistiques traquent sans fard et en quelques lignes ce qui se déroule souvent à huis clos…
 
Le recueil est une chorale de voix, une polyphonie de cris mêlés de sang et d’espoir. Le silence n’est là que pour ponctuer et faire défiler les voix l‘une après l‘autre, l‘une avec l‘autre…
À l’instar de Françoise Urban-Menninger en parlant de l'œuvre de Dacia Maraini, je répète avec elle pour parler cette fois-ci d'Anne-Marie Reine Le Pape : « Les associations où elle milite lui fournissent des informations qui sont autant de matériaux qui nourrissent ses écrits et dont le but est d’éclairer notre conscience dans un monde où la cause des femmes est un combat qui se gagnera sur le front de l’intelligence et à la faveur d’une réelle évolution culturelle. » (voir cf. url. http://www.e-litterature.net/publier3/spip/spip.php?page=article5&id_article=303).
 
On déroule le livre de l'auteure tel un papyrus et on se remplit page après page, vers après vers de cette révolte sacrée qui anime déjà les personnes qui défendent la vie. On fête le 25 novembre la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes et ce recueil vient en témoigner, rendre hommage à ces héroïnes de tous les jours et renouveler notre engagement à l'égard des aïeules qui se sont battues pour que chaque être humain soit libre et respecté dans le monde.
 
Notre poète représente cette poésie engagée qui nomme l‘insoutenable et met en cage le mal qui rôde dans les rues, routes et ruelles de la planète. Ce mal qui frappe ici et là nos consœurs et les rend invisibles.
Crions ensemble donc. 
 
À bas les mutilations sexuelles des femmes !
À bas les violences conjugales !
À bas le viol et le viol en réunion !
Donnez aux fœtus XX le droit à naître.
Donnez aux filles le droit à l'éducation.
Donnez aux femmes âgées et/ou handicapées le droit à une vie digne.

 

 

Pour citer ce texte

 

Dina Sahyouni, « À propos du recueil Je veux juste être tranquille d’Anne-Marie Reine Le Pape » , in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Dossiers « Poésie des femmes romandes », « Muses & Poètes. Poésie, Femmes et Genre », n°2|Automne 2012 [En ligne], (dir.) Michel R. Doret, réalisé par Dina Sahyouni, mis en ligne le 31 octobre 2012.

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-n-2-a-propos-du-recueil-je-veux-juste-etre-tranquille-112801431.html/Url. http://0z.fr/R7wza

 

Auteur(e)

 

Dina Sahyouni

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans n°2|Automne 2012

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Une trilogie poétique pour un ténor à la voix d’airain : Jonas Kaufmann
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Critique & réception | Poésie & musique | Muses au masculin Une trilogie poétique pour un ténor à la voix d’airain : Jonas Kaufmann Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédits photos , Couvertures illustrées...
  • Un enfant n'est pas un partenaire sexuel !
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité Un enfant n'est pas un partenaire sexuel ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Fillette à l'orange par Louise Catherine Breslau (1856-1927), wikimedia, domaine public. Si...
  • perdre la mer
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques | S'ndigner, soutenir, Lettres ouvertes, Hommages, etc. | Poésie féministe pour lutter contre les violences faites aux femmes perdre la mer Houle Crédit photo : Édouard Debat-Ponsan (1847-...
  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Adrien Cannamela, Le Petit Prince aux douze pieds, L’Harmattan, 2018, 125 p.
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Critique & réception Adrien Cannamela , Le Petit Prince aux douze pieds, L’Harmattan, 2018, 125 p., format A5, 20€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo , Première de couverture illustrée...
  • Les dépossédé.e.s
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Les dépossédé. e. s Charlène Lyonnet Mélodie des sirènes alarmées, Par le passage, Du navire près des rochers. Naufrage. Dépêchées sur la plage, Les mariées ont retrouvé, Emportés par l’orage,...
  • l’après-midi d’un Rossignol
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie l’après-midi d’un Rossignol Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...