4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 08:52

 

Femmes, poésie & peinture                                             

Avant-première

 

 

Rocío Durán-Barba

 

Regards croisés/Miradas cruzadas

 

Alpamanda, Editorial, 2016, 238 p., 15€

 

 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture de l'ouvrage illustrée de l'éditeur

(image fournie par Maggy de Coster)

 

 

 

Henri Michaux en 1929 avait,  dans son roman Ecuador,  fait la lumière sur les us et coutumes des Indigènes. Aujourd’hui c’est Rocío Durán-Barba, poète, juriste et journaliste franco-équatorienne, qui avec une anthologie bilingue français-espagnol, inscrit la France et l’Équateur dans une horizontalité picturo-poétique en créant une synergie entre 12  peintres équatoriens  et 12 poètes français avec 45 tableaux.

Depuis l’Antiquité la peinture et la poésie ont toujours évolué en parfaite harmonie tout en gardant chacune sa place, sa personnalité, son autonomie et ce, parce que tout simplement l’une peut exister sans l’autre. La peinture a un effet miroir par rapport à la poésie car le poète en s’inspirant d’un tableau fait un décryptage des éléments perçus par son imaginaire tout en scrutant la toile. Ce sont ses émotions, c’est  sa perception des éléments qu’il traduit, c’est-à-dire tout ce que l’œuvre lui évoque. Il  lui apporte un éclairage qui peut être considéré comme une valeur ajoutée, il est en quelque sorte le défenseur de l’œuvre car il la met en lumière par un jeu de  mots et d’images, donc le poète est un peintre en puissance qui offre une vision dynamique de l’œuvre picturale.

Et c’est avec raison que le poète lyrique grec Simonide de Céos opine : « La peinture est une poésie muette et la poésie une peinture parlante. »

Plus près de nous, c’est Apollinaire qui volait au secours des peintres, en vulgarisant leurs œuvres par ses écrits comme dans son ouvrage intitulé Les Peintres Cubistes.

Cela dit, le poète peut être tellement imprégné d’une peinture qu’il verse dans une sorte d’appréciation salutaire, véritable parti-pris de l’esthétique de l’œuvre qu’il traduit en langage poétique sans la démonter. Il y a tant à dire…

 

***

 

L’anthologie s’ouvre sur 4 poèmes de Francis Combes, inspirés des toiles du peintre Enriquestuardo Àlvarez. Un des deux tableaux inspirateurs est éponyme du poème intitulé : Bienaventuranzas (cf. P. 31)

 

Sur le mur dédoré de l’histoire,

le peuple se dresse toujours

drapé dans son suaire de sang

et c’est de ses propres mains

qu’il posera

sur sa tête

 

Ce poème est paré d’un réalisme troublant tant il est en corrélation avec sa  source, ce qui illustre mon assertion ci-dessus.

 

Sylvestre Clancier, a opté  pour la toile de Jorge Perugachy : Virgenes del sol (trad. Vierges du soleil) à laquelle il a consacré deux poèmes sans titre. Dans le premier dont l’incipit est « Miroirs sans tain », il met en lumière le mystère qui se dégage de la toile, les évocations de lumière :

 

Les corps ont leurs mystères

Que les dieux nus ignorent

Ils gardent leurs secrets

Quand leurs corps enlacés

Se font ombres et lumières

(cf. P. 140, § 11)

 

Quant à Françoise Coulmin, elle  a eu un coup de cœur pour le peintre Hernán Zúñiga, qu’elle  célèbre dans son poème intitulé : « Triompher des extrêmes »

 

Des corps glorieux

dégoulinant de laves froides

seins cicatrices chairs griffées rayées

comme pour se purifier de boues anciennes

( cf. P. 207, 4ème §)


 

De   Rocío Durán-Barba, nous donnons à lire un extrait de son intitulé « Poème Bleu » :

« Devant moi le bleu. Langage invisible. Dans le courant du temps. Le tremblement du pinceau. Murmurant souvenirs. Désespérés-tendres. Entre Quito et Paris. Murmurant chemins. Aux bords dénudé Étales. » Dans la contemplation :

 

Bleu le Bleu

Il ne me dit pas une couleur

Me dit un climat

une ambiance

un théâtre

 

Climat d’identité

ponctué de rites

        mœurs

            mémoires

                mythes

 

Ambiance du haut plateau andin

avec son arcane

    ses lutins

    son arc-en-ciel

        Suspendus près du soleil

 

Il me dit le théâtre

        de notre histoire

        de notre printemps     bleu

(cf. P. 225)

 

 

La préférence de Christophe Dauphin va à la peinture de Jorge CHALCO qui glorifie « les esprits qui gardent la sagesse et la nature. »

L’Amazonie trouve tellement grâce à ses yeux de poète qu’il lui prête une plastique de femme. Très belle description qui donne à voir une forêt avec une végétation luxuriante comme un éden retrouvé.


 

Elle se dessine comme un corps de femme qu’emporte

Un courant d’air qui roule

Entre les pages des condors de l’automne


 

On remarque bien que chez ces poètes le rapport au corps est manifeste et la symphonie des couleurs est très présente. C’est aussi la célébration des mémoires d’un peuple, la révélation des Andes dans toute leur splendeur.

 

    ***

 

En fin de compte disons que la peinture donne à la poésie un corps et la poésie lui donne un esprit. La poésie est immatérielle, elle interpelle l’oreille par la lecture mais la peinture interpelle la vue. La peinture accompagne la poésie qui, à son tour, lui rend hommage.

 

Regards croisés/Miradas cruzadas de Rocío Durán-Barba est une anthologie où la poésie semble être le corollaire de la peinture. Cependant, nous regrettons qu’il n’y ait pas eu de parité en ce qui concerne les peintres car nous n’avons relevé que la présence deux femmes : Mariella García et Rosy Revello. Tout de même nous saluons cette belle initiative qui est celle d’une femme.*

 

 

* Un appel à contribution pour un dossier sur « Femmes, poésie & peinture » sera prochainement lancé par le périodique Le Pan poétique des muses.

***

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Rocío Durán-Barba, Regards croisés/Miradas cruzadas, Alpamanda, Editorial, 2016, 238 p., 15€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture »/Lettre n°10, mis en ligne le 4 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/miradas.html

 

© Tous droits réservés                              Retour au sommaire

Partager cet article

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Rechercher

À La Une

  • N°6|Sommaire
    N°6|Printemps 2017 Mise en ligne progressive avant sa parution en version imprimée en juin prochain © Crédit photo : Fanny , par l'artiste photographe Claude Menninger . Équipe de la version en ligne : Françoise Urban-Menninger (dir.). Couverture illustrée...
  • Jeanne Guizard, Des étoiles, TheBookEdition, 2014, coll. Pictures, 113 p., 16/46€
    N°6 | Critique & réception Jeanne Guizard , Des étoiles TheBookEdition, 2014, coll. Pictures, 113 p. Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Quoi de plus beau que l’hommage d’une fille...
  • Rencontre avec Valérie Schott à Widensolen dans le café-épicerie de son arrière-grand-mère
    N°6 | Bémol artistique | Invitation à se passionner pour la Rencontre avec Valérie Schott à Widensolen dans le café-épicerie de son arrière-grand-mère Françoise Urban-Menninger Photographies de Claude Menninger © Crédit photo : Claude Menninger, "Image...
  • Hommage aux agents de police
    N°6 | S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes Hommage aux agents de police Dina Sahyouni © Crédit photo : image du "Compte Twitter de la Police nationale" prise par LPpdm Ces êtres voués à l'invisibilité que l'on oublie depuis l'éternité nous...
  • Interview avec l'artiste peintre Martine Séchoy-Wolff
    N°6 | Entretien artistique Interview avec l'artiste peintre Martine Séchoy-Wolff Françoise Urban-Menninger Illustration de Martine Sechoy-Wolff © Crédit photo : Martine Séchoy-Wolff, La Fête des Morts au Mexique, 2015. Françoise Urban-Menninger – Pourriez-vous...
  • Marguerite d’automne
    Dossier majeur | Textes poétiques Marguerite d’automne Poème et illustration de l'artiste Anick Roschi Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et des éditions Stellamaris © Crédit photo : Henri Roschi, Vieille & oiseau Sur son...
  • Lettre à Assureur
    Dossier majeur | Textes poétiques Lettre à Assureur Claude Luezior Site officiel : www.claudeluezior.weebly.com/ Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et des éditions tituli Illustration de l'artiste Henri de Lescoët © Crédit...
  • « Ô temps contre lequel il n’est repaire ». La poésie de la vieillesse de Giovanna Bemporad
    Dossier majeur | Articles « Ô temps contre lequel il n’est repaire » La poésie de la vieillesse de Giovanna Bemporad Giovanna Bellati Università di Modena e Reggio Emilia Les poèmes de Giovanna Bemporad sont reproduits et traduits par Giovanna Bellati...
  • À regarder passer le temps & Partance
    Dossier mineur | Textes poétiques À regarder passer le temps & Partance Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Le premier poème est un extrait reproduit avec l'aimable autorisation...
  • Lettre n°10
    Publication successive Lettre n°10 Nous fêtons dans cette Lettre Le Printemps des Poètes au féminin & le festival Megalesia 2017 jusqu'au 31 mars 2017 30 avril 2017 Mise en ligne jusqu'au 14 mai compris Crédit photo : Allegoria dell'Inclinazione 1615-1616...