31 décembre 2017 7 31 /12 /décembre /2017 17:33

 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm)


 

REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE

 

ENTRE THÉORIES & PRATIQUES

 

 

 

N°7 | AUTOMNE 2017


 

 

Femmes, poésie & peinture


 

1er volet sous la direction de Maggy de COSTER

 

© Crédit photo : œuvre artistique sans titre de Maggy de Coster

 

 

 

Accéder au sommaire

 

 

ISSN numérique : 2116-1046

 

Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques

 

 diffusée en version électronique (apériodique) 

 

& en version imprimée

 

(4 numéros par an dont un Hors-série & un Numéro spécial) 

 

ISSN imprimé : 2492-0487

ISSN imprimé Hors-série : 2554-8174

 

 

Logodupan

© www.pandesmuses.fr

 

Rappel utile : comme vous le savez bien cher lectorat la revue LPpdm (dans ses versions électronique et imprimée) décline toute responsabilité juridique concernant le contenu publié par elle parce qu'elle considère que chaque auteur-e est libre dans le respect de sa charte déontologique, par conséquent, il est le/la seul-e responsable du contenu de son texte, de son image, etc.

 

...nous suivre sur Face-book & Twitter

 

...suivre la SIEFEGP sur Face-book

 

© Tous droits réservés

 

Initiative labellisée par

le Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes

 

 

Lettre n° 9 (Avant-première de nos dernières publications de 2016)

 

Page créée le 5 octobre 2017

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
31 décembre 2017 7 31 /12 /décembre /2017 17:32

 

 

 

N°7 | Sommaire

 

 

 

N°7 | AUTOMNE 2017

 

 

Femmes, poésie & peinture


 

 

1er volet sous la direction de Maggy de COSTER

 

 

Mise en ligne progressive avant

 

sa parution en version imprimée le 20 décembre 2017

 

 

 

© Crédit photo : œuvre artistique sans titre de Maggy de COSTER

 

 

Équipe de la version en ligne : Maggy de Coster (dir.). Couverture illustrée par Maggy de Coster. Illustrations par Maggy de Coster, Mustapha Saha, Élisabeth Bouillot-Saha, Cristina Rap, Lidia Chiarelli, Linda Bastide, Aurélie-Ondine Menninger, Claude Menninger, Mariem  Garali Hadoussa,  Sarah Mostrel,  Françoise Ducène-Lasvigne,  Isabelle Venet,  Nadine Guilpin, Lucie Turnier, Jennifer Bush, Rikka Ayasaki, Louise Cara, Jacquelyne Lepaul, Claude Luezior, Natacha Guiller, Camille Brès, etc.

Réalisation technique : Dina Sahyouni. Nous écrire : contact.revue@pandesmuses.fr, contact@pandesmuses.fr. ISSN numérique 2116-1046 : Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques. Revue féministe de poésie, électronique, internationale, multilingue et apériodique.

 

 

ISSN numérique : 2116-1046

 

Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques

 

 diffusée en version électronique (apériodique) 

 

& en version imprimée

 

(4 numéros par an dont un Hors-série & un Numéro spécial) 

 

ISSN imprimé : 2492-0487

ISSN imprimé Hors-série : 2554-8174

 

Logodupan

© www.pandesmuses.fr

 

Rappel utile : comme vous le savez bien cher lectorat la revue LPpdm (dans ses versions électronique et imprimée) décline toute responsabilité juridique concernant le contenu publié par elle parce qu'elle considère que chaque auteur-e est libre dans le respect de sa charte déontologique, par conséquent, il est le/la seul-e responsable du contenu de son texte, de son image, etc.

 

Appel à contribution du n°7 : "Femmes, poésie & peinture"

Sommaire

 

Dina SAHYOUNI, « Gazouillis ou être artiste » (Avant-propos) & « Poétiser le monde » (Éditorial)

 

Bémols artistiques & LPpdm a rencontré 

Maggy de Coster, « L’apport des femmes haïtiennes dans la peinture »

Sylvain Josserand, « Jennifer Bush : une artiste de la Lumière »

Françoise Urban-Menninger, « Camille Brès, son exposition "PAON" à la Galerie Jean-François Kaiser »

 

Entretiens

 

Maggy de Coster, « Interview avec l’artiste peintre Isabelle Venet », « Rencontre avec Nadine Guilpin une artiste au parcours atypique », « Entrevista con Judivan J. Vieira »

 

Articles & témoignages

 

Dossier majeur

 

Femmes, poésie & peinture

 

 

Maggy de Coster, « La Place des femmes dans la peinture de Camille Pissarro », « Frida Kahlo ou la sublimation de la douleur par l’art pictural », « Rocío Durán-Barba, Regards croisés/Miradas cruzadas, Alpamanda, Editorial, 2016, 238 p., 15€ », « Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout »

Nicole Barrière, «  La peinture de Louise Cara ou l'espace du monde en son féminin »

Michel Bénard, « Rikka Ayasaki, peintre »

 

Dossier mineur 

Muses & Poètes

 

Poésie, Femmes & Genre

 

 

Françoise Urban-Menninger, « Jacquelyne Lepaul, son œuvre extraordinairement moderne à redécouvrir ! », illustrations par Jacquelyne Lepaul

Maggy de Coster, « Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout »

 

Textes poétiques des dossiers

 

Linda Bastide (poèmes & illustrations), « La peinture, ah, la peinture ! », « Dans le chaos de la toile blanche »

Natacha Guiller (texte & illustration), « Un endroit où aller »

 Mustapha Saha, « Trouville en hiver », « Ilham Laraki Omari au salon d'automne 2017 de Paris » illustrations par Élisabeth Bouillot-Saha

Laure Delaunay, « Parsemillage »

Mariem Garali Hadoussa, « Pluies de vie », « Voix de femmes ! », « Automnale-hivernale »

Ghyslaine Leloup, « Les belles ancêtres »

Pascale Rabesandratana Coutoux, « Couleurs », « Histoire de rose et de couleurs »  

Maggy de Coster, « Pour une maman aimée/Para una mamá amada », « Femme, je pense à toi/Mujer, pienso en ti »

Françoise Urban-Menninger, « au bout de l'indicible », illustration par Aurélie-Ondine Menninger

Trihn Lo, « Plis de chair. Litanie profane », poème visuel illustré par Cristina Rap

Claude Luezior (texte & illustration), « Elle »

Sarah Mostrel (poème & illustrations), « Influence picturale »

Camille Aubaude, « Lever de lune »

Paul Tojean, « Le travail du peintre »

 

Instant poétique en compagnie de...

 

Lidia Chiarelli (poème & illustration), « Le Jardin des Tarots »

 

Poésie de la jeunesse

 

Julien Servent, « Brest », « Cause onirique », « Découverte » & « Monarchie magmatique »

 

Poèmes des ancêtres (aïeules/aïeux)

Louise Ackermann, « À une artiste » & «  Pygmalion »

 

Poésie érotique

Nicole Hardouin, « L’office de la brûlure »

 

Poésie, musique & art audiovisuel [uniquement en ligne]

Trihn Lo, « A.T.O.N. (A.) (L.) E. (ou en jouant sur un vieux piano désaccordé) »

 

Travestissements poétiques

 

Claude Luezior, « Confessionnal »

Paul Tojean, « Le travail du peintre »

 

Muses au masculin

Claude Luezior, « Confessionnal »

Mustapha Saha

Critique & réception

 

Françoise Urban-Menninger, « Michèle Finck, Connaissance par les larmes. Poèmes parus aux Éditions Arfuyen »

Maggy de Coster, « Rocío Durán-Barba, Regards croisés/Miradas cruzadas, Alpamanda, Editorial, 2016, 238 p., 15€ », « Maïa Brami, Paula Becker la peinture faite femme, Éditions de L’Amandier, 2015, 141 p. 20€ »

Littérature de jeunesse

Laure Delaunay, « Fantaisie, sentiment, sensation : de la fin d'une œuvre (Jacques Rebotier, Les trois jours de la queue du dragon) »

 

Encart des langues étrangères

Barbara Polla & Charia Bertini, « HOPE. Mounir Fatmi (focus artist), Janet Biggs, Debi Cornwall & Alexandre d’Huy. Beirut Art Fair »

 

S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes

Sylvain Josserand, «  Le Courage et le militantisme d’une plasticienne luxembourgeoise »

Mustapha Saha, (texte et illustration) « Nocturnes avec Chopin », « Le temps des barricades. En hommage à Jacques Sauvageot (1943 - 2017), figure historique de Mai 68»

Lidia Chiarelli (poème & illustration), « Le Jardin des Tarots »

 

Revue culturelle des Amériques

Maggy de Coster, « Pour une maman aimée/Para una mamá amada », « Le regard de Judivan J. Vieira, juriste féministe, sur la lutte des femmes : le cas du Brésil »

Françoise Urban-Menninger, « Rencontre Buenos-Aires-Strasbourg à la galerie Art’Créenvol de Strasbourg », photographie par Claude Menninger (parution imprimée dans le 2ème volet en 2018)

 

Revue culturelle d'Orient & d'Afrique

Barbara Polla & Charia Bertini, « HOPE. Mounir Fatmi (focus artist), Janet Biggs, Debi Cornwall & Alexandre d’Huy. Beirut Art Fair » ( parution imprimée dans le 2ème volet en 2018 )

    Repost0
    Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
    19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 16:16


     

    N °7 | Avant-propos & Éditorial


     


     

    Gazouillis ou être artiste

     

    &

     

    Poétiser le monde

     

     

    Dina Sahyouni

     

     

    Gazouillis ou être artiste

     

    Il y a toujours des gens qui voient les poètes comme des rêveurs*, utopistes et irréalistes teintés de nonchalance et d’insouciance. En somme, des Icare qui brûlent leurs ailes en voulant voler plus haut au plus près du soleil. D’autres pensent que pour faire de la poésie, il faut être riche et/ou oisif. Malheureusement, les préjugés sur les poètes et sur leurs types foisonnent et causent des torts à leurs poésies depuis (au moins) Platon... Et pourtant, les poètes sont tout simplement des artistes comme les autres.

    Les poètes sont parfois des intellectuels et des politiques habiles. Par ailleurs, la poésie est souvent leur unique richesse. La poésie est un art accessible aux petits comme aux adultes, aux riches comme aux pauvres, à tout le monde même si tout le monde ne peut pas être poète. Le seul instrument nécessaire pour faire de la poésie est soi-même. En faire et la partager est l’une des plus belles de nos qualités humaines : celle d’être dans la joie de créer et de transmettre. Oui, la poésie est souvent notre unique richesse. Soyons alors riches d’être des trouvères même en temps de guerres et de misères. Gazouillons haut et fort, remplissons l’air des murmures et des silences in-soupçonnables même si gazouiller est devenu un art oublié.

    Partager de la poésie est toujours une joie, bonne Lecture !

     

     

    * Le neutre français est employé dans le billet pour ne pas alourdir les phrases en m’adressant à l’ensemble des poètes au-delà de leur genre social. Toutefois, je suis consciente que son usage n’est pas du tout neutre et je vous prie de bien vouloir m’en excuser.

     

    ***

     

    Poétiser le monde

     

    Des artistes peintres font de la poésie comme elles font de la peinture. Pour elles, l’art est l’art, mais la manière de le matérialiser en œuvres diffère. Et pourtant, ces artistes demeurent historiquement dans l’ombre des artistes hommes. Si l’histoire est souvent genrée et confère aux femmes, comme à beaucoup d’autres minorités, des places secondaires et des rôles minoritaires, il incombe donc aux femmes et hommes de questionner l’histoire et de rétablir au fil du temps la réalité patente sur les présences puissantes de femmes artistes dans tous les domaines de l’expression artistique. Être une artiste mineure ne revoie pas foncièrement à avoir un rôle mineur mais permet surtout de se référer à une histoire (artistique) genrée fabricatrice d’inégalités.

     

    La poésie est un acte libérateur et une expression de notre créativité. Comme la peinture, elle poétise le monde à travers le symbolique. La poétisation du réel est ainsi un acte d’humanité. Ce volet intitulé « Femmes, peinture & poésie » sous la direction de Maggy de Coster inaugure notre série d’ouvrages portant sur les rapports entre la poésie, la peinture et le genre. Il permet également d’esquisser quelques réflexions sur la notion de l’artiste sans omettre de faire surgir des questions sur la manière dont les femmes poétisent le monde. Poétiser, c’est apprendre à être créatif, à représenter, à fabriquer du symbolique. Poétiser, c’est aussi faire advenir l’humain et les expressions de son humanité. La peinture et la poésie sont étroitement liées au féminin, aux femmes et à l’apparition de l’Homme. L’histoire de l’Homme et celle de l’art confirment cela. Ce qui lie la femme peintre à la femme poète, c’est aussi la domination linguistique, historique et symbolique du modèle du créateur/créatif représenté au masculin. « Le peintre » et « le poète », sont d’abord des hommes inspirés par les Muses. Les figures antiques de l’artiste Pygmalion et du poète Orphée sont dominantes malgré la présence des figures féminines puissantes.

    Les figures mythiques des Muses sont supplantées par celles dApollon et de Bacchus. Toutefois, les allégories de la peinture et de la poésie révèlent souvent la place primordiale des femmes dans ces premiers arts dès leur apparition. Par ailleurs, l’un des objectifs de cet ouvrage est de démontrer que les femmes sont des inspiratrices mais aussi des créatrices créatives inspirées par les hommes, les femmes, la nature, etc. (voir par exemple les textes de Maggy de Coster sur les inspiratrices peintres, sur l’apport des femmes à la peinture haïtienne, les poèmes de Ghyslaine Leloup et Sarah Mostrel). En outre, les termes « poésie » et « peinture » sont féminin en français et témoignent entre autres de l’importance du féminin dans les arts et les lettres.

    Les modèles masculins ont en effet marqué l’Histoire de l’art comme celle de la littérature. Ainsi, être peintre, comme être poète, renvoie souvent à un homme (le neutre renferme le masculin et l’homme) et exceptionnellement à une femme. On dit d’ailleurs que le masculin représente le genre neutre et universel dans la langue française. On dit aussi que le masculin l’emporte sur le féminin. Ce travestissement langagier, au singulier et au pluriel, des termes « poète/[poëte] », « peintre », « sculpteur », « auteur »... au masculin est l’apanage d’un choix genré qui a privilégié un sexe sur l’autre au lieu de chercher à mettre en place un genre neutre ou épicène pour nommer une personne et/ou de parler de son métier.

    Ce travestissement langagier de la personne créatrice-créative en créateur-créatif est présent dans plusieurs langues et cultures, il génère aussi de nombreuses inégalités, voire des formes de rejets et de mise à l’écart qui touchent les femmes et les minorités. Or, le handicap comme le sexe, l’ethnie, l’âge, le milieu social et la sexualité continuent à fabriquer des formes de rejets et de minimisation de la créativité d’autrui. Le poème intitulé « Le travail du peintre » de Paul Tojean met à nu ce travestissement culturel et témoigne de la difficulté ontologique de penser l’artiste sans évoquer son genre social. De même, pour Maggy de Coster lorsqu’elle emploie le terme « peintre » en épicène (voir in situ p. 67). Toutefois, « Le » peintre est généralement représenté en homme. Cette histoire genrée est pourtant la nôtre et elle est universelle. Nous devons donc tenter de la comprendre pour nous en défaire. La philosophe Judith Butler préconise de défaire le genre dans son ouvrage éponyme pour comprendre l’inégalité et ses enjeux. La complexité de cette histoire genrée ne doit pas nous effrayer, mais plutôt cela devrai nous pousser à travailler ensemble pour démêler ses fils au gré des jours.

    De Lala à la légende de la fille du potier qui a inventé la peinture en passant par les ouvrages des siècles passés et par ceux de ces dernières années sur les femmes et le genre, on découvre que les femmes en peinture souffrent de presque les mêmes maux qui frappent les femmes en poésie. D’emblée, les termes connotés, « peintresse », « paintresse », « poétesse », « poétride » démontrent la difficulté de nommer non seulement la créativité des femmes sans les affilier (ou les comparer) bonnement aux hommes mais aussi de leur reconnaître le statut d’artiste à part entière. Ce volet tente d’en rendre compte et cherche à dépasser les préjugés sexistes sur la créativité des femmes à travers des contributions liminaires, variées et joliment illustrées. Les substantifs féminins poète, autrice, autoresse, peintresse, paintresse, poétesse, poétride existent historiquement mais ont été négligés et rejetés maintes fois. En fait, ces féminins présents dans les écrits de l’Ancien Régime mais n’ont pas été retenus ni par l’usage, ni par l’Académie française comme termes appropriés puis peu à peu ils ont été rejetés au profit de « femme auteur », « femme poète », « femme peintre » (etc.) et le terme épicène « artiste » dès le XVIIIe siècle1. Un retour historique sur ces notions devrai être réalisé par ce périodique afin d’éclairer un pan de l’histoire des femmes. Le substantif « artiste » et la formule « artiste peintre » semblent constituer un remède parmi d’autres pour atténuer le sexisme d’une histoire culturelle genrée. De plus, selon les points de vue de Hugo Paul Thieme sur la poésie (voir chap. III « Arts poétiques ») et l’abbé de Fontenai et sur l’« artiste », nous avons pu étendre ce terme aux poètes. Cependant l’essentiel pour les femmes et les minorités est de continuer à poétiser différemment le monde pour explorer les beautés de notre humanité !

    Bibliographie sélective sur les artistes

    • FIDÈRE Octave, Les Femmes artistes à l’Académie royale de peinture et de sculpture, Paris, Charavay frères, 1885.
    • FONTENAI (de BONAFONS) Louis-Abel, Dictionnaire des Artistes, ou Notice Historique Raisonnée des Architectes, Peintres, Graveurs, Sculpteurs, Musiciens, Acteurs et Danseurs ; Imprimeurs, Horlogers & Méchaniciens, Paris, Chez Vincent, Imprimeur-Libraire, rue des Mathurins, Hôtel de Clugny, H, M. DCC. LXXVI/1776, 2 tomes.
    •   MATHEY François, Six femmes peintres : Berthe Morisot, Eva Gonzalès, Séraphine de Senlis, Suzanne Valadon, Maria Blanchard, Marie Laurencin, Paris, Éditions du Chêne, 1951.
    • NOËL Denise, « Les femmes peintres dans la seconde moitié du XIXe siècle », revue Clio – Histoires, femmes et société, Toulouse, Université du Mirail, no 19, 2004, p. 85-103.
    • THIEME Hugo Paul, Essai sur l’histoire du vers français, Préface de M. Gustave LANSON, Paris, Librairie ancienne, Honoré-Champion, 1916.
    • VERGINE Léa, LAutre Moitié de l’avant-garde : 1910-1940 : femmes peintres et femmes sculpteurs dans les mouvements d’avant-garde historiques, Paris, Des Femmes, 1982.
    • Le site du National Museum of Women in the Arts (NMWA).

    Note

    • On trouve l’emploi au féminin du terme « poète » (anciennement « poëte ») chez l’abbé Claude Buffier, voir aussi la page du mot « poète » sur le site du CNRTL, section étymologie, http://www.cnrtl.fr/etymologie/po%C3%A8te, voir aussi la « Guerre des mots » de la Société Internationale pour l’Étude des Femmes de lAncien Régime (sigle SIÉFAR), http://siefar.org/la-guerre-des-mots-dictionnaire/les-mots-de-a-a-z-lettre-p/#Peintresse, Louis-Abel Fontenai (de Bonafons), Dictionnaire des Artistes, ou Notice Historique Raisonnée des Architectes, Peintres, Graveurs, Sculpteurs, Musiciens, Acteurs et Danseurs ; Imprimeurs, Horlogers & Méchaniciens, Paris, Chez Vincent, Imprimeur-Libraire, M. DCC. LXXVI/1776, 2 tomes.

     

    ***

     

    Pour citer ces textes

     

    Dina Sahyouni, « Gazouillis ou être artiste » & « Poétiser le monde », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 19 décembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/12/poetiser-le-monde

     

    © Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

    Repost0
    Le Pan Poétique des Muses - dans Numéro 7
    19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 16:15

     

    N °7 | Dossier majeur | Textes poétiques

     

     

     

    Un endroit où aller

     

     

     

    Natacha Guiller

     

     

    © Crédit de photo : Natacha GUILLER, Vision I, dessin, octobre 2016.

     

     

    Ce numéro contient les deux premiers épisodes du récit poétique « Un endroit où aller ». Les autres épisodes bénéficieront dune publication dans le deuxième volet de la thématique « Femmes, peinture & poésie ».

     

    Froid août side, et après

     

    I – Pas de deux – Échappée


     

    Je déglutis, et sens la tubulure qui me gratte serpentueusement la gorge. Après avoir refermé ma chambre numérotée, je croise, en traversant l’infini couloir, ce regard orange, mêlé d’inquiétude et d’excitation. Ces yeux profonds empreints d’un tourment irrationnel, et ce « je sais où tu vas, mais fais bien attention. Ici c’est une bulle, dehors l’explosion des grenades… »

    Dès lors que que je bascule dans l’autre partie du Monde, la « vraie » vie, mes chaussettes s’enlisent dans le bitume du trottoir défraîchi. Survient alors à mon esprit la séance spirit de la veille, la pause rêve-éveillé post-médication. Avec mes collègues de couloir, j’entreprends des entretiens sans sens, associations libres d’idées, alors que les stupéfiants prennent peu à peu le contrôle de nos esprits détraqués. Au dehors, la ville, l’agitation. Je traverse furtivement des trottoirs encombrés de gens inattentifs à ma fugue en femme majeure. Je danse accrochée au tube qui en moi virevolte, les yeux grands ouverts à l’effroi du vide dans le déplacement.


     

     

    II – La Fête de la Lune

     

    HOLZWEGE

     

    Les semelles couinent, assoiffées, déshydratées par le macadam. Je file, me faufile et furette, cavale d’un pas entendu, qui fait frémir ma silhouette crêpe. Warrior.

    Outside, les regards anxieux, intrigués. Qui voyage seul ? Personne. J’erre en bordures de terrasses blindées, où des gens, jamais en moins de deux, bavardent et ricanent au son des sirènes ambulantes. Paris capitale de la ferveur, Cap instance d’être seule. Je marche confirmée, guys together around me. Les plantes mécaniques en mouvement continu, je ne peux calmer la course, jusqu’à perdre mes membres, dans l’embrun pollué de la ville. Je ne sais courir, mais les jambes coupées, j’en viens presque à m’envoler, l’illuminée body light… L’œil grand ouvert sur le Monde a refermé ses paupiettes. Je dors à la ferme. On étable mon corps parmi les bêtes. À penser. À table. Cellule de gavage, de bourrage et de crise, de crâne vide et de ventre chou, repu, froid. Chambre froide où le squelette alité repasse ses couches de matière.

    Prendre le pli, alors que l’expert même, origamiste, ne peut choisir la tournure de ses chairs; déloger le gras, caser ici ou là, ici-bas en jachère. Reconstitution de restaurateur amateur. Bye bail la charte Patrimoine épigénétique. La silhouette m’effare. Fondre en larmes et réaliser que l’émotion existe encore.

    C’yeux, je suis capable de pleurer

     

    ***

     

    Pour citer ce roman-feuilleton poétique

     

    Natacha Guiller (texte et illustration), « Un endroit où aller », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 19 décembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/12/aller.html

     

    © Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

    Repost0
    Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7

    Publications

     

    Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

    Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

     

     

    Rechercher

    À La Une

    • Événements poétiques | Reconfinement | Rêveries fleuries
      LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DE RECONFINEMENT EN FRANCE Rêveries fleuries Crédit photo : Jane Atché (1872–1937), "Rêverie", Peinture sur porcelaine, dessin de J. Atché, peinture de Evalina Guenthoer, domaine public,...
    • Calendrier poéféministe 2021 portant sur le féminicide
      Événements poétiques | Calendrier poéféministe 2021 contre le féminicide Calendrier poéféministe 2021 pour lutter contre les violences faites aux femmes et particulièrement le féminicide © Crédit photo : Sarah Mostrel, Stop . 2020. En cours d'édition.......
    • MAI 2021 | Déphasage
      Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | Mai 2021 Déphasage Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Poème reproduit de Maggy de Coster avec son aimable autorisation et celle de la maison d'édition Unicité Illustration...
    • Le petit pays qui n’aimait pas ceux qui l’aimaient
      Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 27 Le petit pays qui n’aimait pas ceux qui l’aimaient Nadine Adra Poème reproduit de Dr. Nadine ADRA avec son aimable autorisation Histoire poétique et philanthropique sur les explosions...
    • Les yeux parlent aux yeux
      N°9 | Sourires & rires féministes Les yeux parlent aux yeux Nsanzimana Avec tes gros trous dans les narines Tu ne peux manquer d’hémoglobines Ni de globules rouges et tes babines Injectent une profondeur féline À tes baisers tant doux que mirifiques Il...
    • Les yeux clos. Je respire
      Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 27 Les yeux clos. Je respire Sarah Fekonja Auteure, rédactrice Web, transcriptrice Sites officiels : www.sarahfekonja.com www.auteure.sarahfekonja.com Crédit photo : Design pour un livre,...
    • Éternellement et Sur le sable, dans son essence
      N°8 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. | Poésie, musique & art audiovisuel Éternellement & Sur le sable, dans son essence Nicole Coppey Site officiel : http://www.nicolecoppey.com/ Chaîne officielle YouTube : https://www.youtube.com/channel/UC_Mt28JgxfzPW91iaO7TS1g Description...
    • In memoriam. Soutiens & amitiés à Nicole Coppey & sa famille
      In memoriam | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. In memoriam. Soutiens & amitiés à Nicole Coppey & sa famille Crédit photo : "Tristesse" par Tom Franz, image de Commons, domaine public. In memoriam Nous apprenons avec une grande tristesse...
    • AVRIL 2021 | Je les hais
      Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | Avril 2021 Je les hais Djurdja Raskovic Site officiel : djurask.wordpress.com Illustration de Sarah Mostrel Site : www.sarahmostrel.online.fr Facebook : www.facebook.com/sarah.mostrel...
    • Doux rêve ne durant que quelques instants
      Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 26 Doux rêve ne durant que quelques instants Rana Alam Doux rêve ne durant que quelques instants Je ne fais que rêver D’être à tes côtés mon chéri adoré Sous un ciel azuré Couvrant une plage...