19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 16:16


 

N °7 | Avant-propos & Éditorial


 


 

Gazouillis ou être artiste

 

&

 

Poétiser le monde

 

 

Dina Sahyouni

 

 

Gazouillis ou être artiste

 

Il y a toujours des gens qui voient les poètes comme des rêveurs*, utopistes et irréalistes teintés de nonchalance et d’insouciance. En somme, des Icare qui brûlent leurs ailes en voulant voler plus haut au plus près du soleil. D’autres pensent que pour faire de la poésie, il faut être riche et/ou oisif. Malheureusement, les préjugés sur les poètes et sur leurs types foisonnent et causent des torts à leurs poésies depuis (au moins) Platon... Et pourtant, les poètes sont tout simplement des artistes comme les autres.

Les poètes sont parfois des intellectuels et des politiques habiles. Par ailleurs, la poésie est souvent leur unique richesse. La poésie est un art accessible aux petits comme aux adultes, aux riches comme aux pauvres, à tout le monde même si tout le monde ne peut pas être poète. Le seul instrument nécessaire pour faire de la poésie est soi-même. En faire et la partager est l’une des plus belles de nos qualités humaines : celle d’être dans la joie de créer et de transmettre. Oui, la poésie est souvent notre unique richesse. Soyons alors riches d’être des trouvères même en temps de guerres et de misères. Gazouillons haut et fort, remplissons l’air des murmures et des silences in-soupçonnables même si gazouiller est devenu un art oublié.

Partager de la poésie est toujours une joie, bonne Lecture !

 

 

* Le neutre français est employé dans le billet pour ne pas alourdir les phrases en m’adressant à l’ensemble des poètes au-delà de leur genre social. Toutefois, je suis consciente que son usage n’est pas du tout neutre et je vous prie de bien vouloir m’en excuser.

 

***

 

Poétiser le monde

 

Des artistes peintres font de la poésie comme elles font de la peinture. Pour elles, l’art est l’art, mais la manière de le matérialiser en œuvres diffère. Et pourtant, ces artistes demeurent historiquement dans l’ombre des artistes hommes. Si l’histoire est souvent genrée et confère aux femmes, comme à beaucoup d’autres minorités, des places secondaires et des rôles minoritaires, il incombe donc aux femmes et hommes de questionner l’histoire et de rétablir au fil du temps la réalité patente sur les présences puissantes de femmes artistes dans tous les domaines de l’expression artistique. Être une artiste mineure ne revoie pas foncièrement à avoir un rôle mineur mais permet surtout de se référer à une histoire (artistique) genrée fabricatrice d’inégalités.

 

La poésie est un acte libérateur et une expression de notre créativité. Comme la peinture, elle poétise le monde à travers le symbolique. La poétisation du réel est ainsi un acte d’humanité. Ce volet intitulé « Femmes, peinture & poésie » sous la direction de Maggy de Coster inaugure notre série d’ouvrages portant sur les rapports entre la poésie, la peinture et le genre. Il permet également d’esquisser quelques réflexions sur la notion de l’artiste sans omettre de faire surgir des questions sur la manière dont les femmes poétisent le monde. Poétiser, c’est apprendre à être créatif, à représenter, à fabriquer du symbolique. Poétiser, c’est aussi faire advenir l’humain et les expressions de son humanité. La peinture et la poésie sont étroitement liées au féminin, aux femmes et à l’apparition de l’Homme. L’histoire de l’Homme et celle de l’art confirment cela. Ce qui lie la femme peintre à la femme poète, c’est aussi la domination linguistique, historique et symbolique du modèle du créateur/créatif représenté au masculin. « Le peintre » et « le poète », sont d’abord des hommes inspirés par les Muses. Les figures antiques de l’artiste Pygmalion et du poète Orphée sont dominantes malgré la présence des figures féminines puissantes.

Les figures mythiques des Muses sont supplantées par celles dApollon et de Bacchus. Toutefois, les allégories de la peinture et de la poésie révèlent souvent la place primordiale des femmes dans ces premiers arts dès leur apparition. Par ailleurs, l’un des objectifs de cet ouvrage est de démontrer que les femmes sont des inspiratrices mais aussi des créatrices créatives inspirées par les hommes, les femmes, la nature, etc. (voir par exemple les textes de Maggy de Coster sur les inspiratrices peintres, sur l’apport des femmes à la peinture haïtienne, les poèmes de Ghyslaine Leloup et Sarah Mostrel). En outre, les termes « poésie » et « peinture » sont féminin en français et témoignent entre autres de l’importance du féminin dans les arts et les lettres.

Les modèles masculins ont en effet marqué l’Histoire de l’art comme celle de la littérature. Ainsi, être peintre, comme être poète, renvoie souvent à un homme (le neutre renferme le masculin et l’homme) et exceptionnellement à une femme. On dit d’ailleurs que le masculin représente le genre neutre et universel dans la langue française. On dit aussi que le masculin l’emporte sur le féminin. Ce travestissement langagier, au singulier et au pluriel, des termes « poète/[poëte] », « peintre », « sculpteur », « auteur »... au masculin est l’apanage d’un choix genré qui a privilégié un sexe sur l’autre au lieu de chercher à mettre en place un genre neutre ou épicène pour nommer une personne et/ou de parler de son métier.

Ce travestissement langagier de la personne créatrice-créative en créateur-créatif est présent dans plusieurs langues et cultures, il génère aussi de nombreuses inégalités, voire des formes de rejets et de mise à l’écart qui touchent les femmes et les minorités. Or, le handicap comme le sexe, l’ethnie, l’âge, le milieu social et la sexualité continuent à fabriquer des formes de rejets et de minimisation de la créativité d’autrui. Le poème intitulé « Le travail du peintre » de Paul Tojean met à nu ce travestissement culturel et témoigne de la difficulté ontologique de penser l’artiste sans évoquer son genre social. De même, pour Maggy de Coster lorsqu’elle emploie le terme « peintre » en épicène (voir in situ p. 67). Toutefois, « Le » peintre est généralement représenté en homme. Cette histoire genrée est pourtant la nôtre et elle est universelle. Nous devons donc tenter de la comprendre pour nous en défaire. La philosophe Judith Butler préconise de défaire le genre dans son ouvrage éponyme pour comprendre l’inégalité et ses enjeux. La complexité de cette histoire genrée ne doit pas nous effrayer, mais plutôt cela devrai nous pousser à travailler ensemble pour démêler ses fils au gré des jours.

De Lala à la légende de la fille du potier qui a inventé la peinture en passant par les ouvrages des siècles passés et par ceux de ces dernières années sur les femmes et le genre, on découvre que les femmes en peinture souffrent de presque les mêmes maux qui frappent les femmes en poésie. D’emblée, les termes connotés, « peintresse », « paintresse », « poétesse », « poétride » démontrent la difficulté de nommer non seulement la créativité des femmes sans les affilier (ou les comparer) bonnement aux hommes mais aussi de leur reconnaître le statut d’artiste à part entière. Ce volet tente d’en rendre compte et cherche à dépasser les préjugés sexistes sur la créativité des femmes à travers des contributions liminaires, variées et joliment illustrées. Les substantifs féminins poète, autrice, autoresse, peintresse, paintresse, poétesse, poétride existent historiquement mais ont été négligés et rejetés maintes fois. En fait, ces féminins présents dans les écrits de l’Ancien Régime mais n’ont pas été retenus ni par l’usage, ni par l’Académie française comme termes appropriés puis peu à peu ils ont été rejetés au profit de « femme auteur », « femme poète », « femme peintre » (etc.) et le terme épicène « artiste » dès le XVIIIe siècle1. Un retour historique sur ces notions devrai être réalisé par ce périodique afin d’éclairer un pan de l’histoire des femmes. Le substantif « artiste » et la formule « artiste peintre » semblent constituer un remède parmi d’autres pour atténuer le sexisme d’une histoire culturelle genrée. De plus, selon les points de vue de Hugo Paul Thieme sur la poésie (voir chap. III « Arts poétiques ») et l’abbé de Fontenai et sur l’« artiste », nous avons pu étendre ce terme aux poètes. Cependant l’essentiel pour les femmes et les minorités est de continuer à poétiser différemment le monde pour explorer les beautés de notre humanité !

Bibliographie sélective sur les artistes

  • FIDÈRE Octave, Les Femmes artistes à l’Académie royale de peinture et de sculpture, Paris, Charavay frères, 1885.
  • FONTENAI (de BONAFONS) Louis-Abel, Dictionnaire des Artistes, ou Notice Historique Raisonnée des Architectes, Peintres, Graveurs, Sculpteurs, Musiciens, Acteurs et Danseurs ; Imprimeurs, Horlogers & Méchaniciens, Paris, Chez Vincent, Imprimeur-Libraire, rue des Mathurins, Hôtel de Clugny, H, M. DCC. LXXVI/1776, 2 tomes.
  •   MATHEY François, Six femmes peintres : Berthe Morisot, Eva Gonzalès, Séraphine de Senlis, Suzanne Valadon, Maria Blanchard, Marie Laurencin, Paris, Éditions du Chêne, 1951.
  • NOËL Denise, « Les femmes peintres dans la seconde moitié du XIXe siècle », revue Clio – Histoires, femmes et société, Toulouse, Université du Mirail, no 19, 2004, p. 85-103.
  • THIEME Hugo Paul, Essai sur l’histoire du vers français, Préface de M. Gustave LANSON, Paris, Librairie ancienne, Honoré-Champion, 1916.
  • VERGINE Léa, LAutre Moitié de l’avant-garde : 1910-1940 : femmes peintres et femmes sculpteurs dans les mouvements d’avant-garde historiques, Paris, Des Femmes, 1982.
  • Le site du National Museum of Women in the Arts (NMWA).

Note

  • On trouve l’emploi au féminin du terme « poète » (anciennement « poëte ») chez l’abbé Claude Buffier, voir aussi la page du mot « poète » sur le site du CNRTL, section étymologie, http://www.cnrtl.fr/etymologie/po%C3%A8te, voir aussi la « Guerre des mots » de la Société Internationale pour l’Étude des Femmes de lAncien Régime (sigle SIÉFAR), http://siefar.org/la-guerre-des-mots-dictionnaire/les-mots-de-a-a-z-lettre-p/#Peintresse, Louis-Abel Fontenai (de Bonafons), Dictionnaire des Artistes, ou Notice Historique Raisonnée des Architectes, Peintres, Graveurs, Sculpteurs, Musiciens, Acteurs et Danseurs ; Imprimeurs, Horlogers & Méchaniciens, Paris, Chez Vincent, Imprimeur-Libraire, M. DCC. LXXVI/1776, 2 tomes.

 

***

 

Pour citer ces textes

 

Dina Sahyouni, « Gazouillis ou être artiste » & « Poétiser le monde », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 19 décembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/12/poetiser-le-monde

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan Poétique des Muses - dans Numéro 7

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Une nuit
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Une nuit Christine Fusarelli © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Désir", peinture. Et cette nuit qui vient Est-elle menace d’immobilité Ou promesse de recommencement...
  • tes mains
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie tes mains* Houle Crédit photo : Hands, domaine public, image de Commons, Wikimedia. je clos mes paupières dans les profondeurs du lit. immobile, comme le poème d'un mort....
  • J'ai jeté l'encre dans les ports
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie J'ai jeté l'encre dans les ports Olympia Alberti Crédit photo : Olympia Alberti en 2 016, image de Commons, Wikimédia. J'ai jeté l'encre dans les ports en pluie en amertume...
  • À mon seul désir
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie À mon seul désir Chantal Robillard Crédit photo : Mon seul désir, un détail de la tapisserie de la dame à la licorne, Commons, Wikimédia. A u milieu du ciel rouge vif et...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Merci Overblog ?
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. Merci Overblog ! Chère plate-forme Overblog France, La revue LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous adresse ses sincères remerciements pour la qualité de votre entreprise,...
  • La Mouille scandaleuse
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie La Mouille scandaleuse* Roxane Darlot-Harel P rofesseur agrégée de lettres modernes Son blog Crédit photo : La naissance de Vénus par Sandro Botticelli, Commons, Wikimédia. Tempus...
  • Mort du grand poète catalan Joan Margarit
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | No 8 | Varia d'articles sur la poésie S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. Mort du grand poète catalan Joan Margarit Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Crédit photo : Le poète catalan...
  • Le récital de Mika : féeries poétique et musicale à l'Opéra Royal de Versailles
    Lettre no 15 | Eaux oniriques... | Poésie & Musique | poésie audiovisuelle Le récital de Mika : féeries poétique & musicale à l'Opéra Royal de Versailles Dina Sahyouni L'émerveillement, dans son double mouvement de surprise (impliquant la prise de conscience...