1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 19:06

​​​

N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège | Poésie des ancêtres 

​​​​​

 

 

 

 

 

Dédicace, À ma patrie,

 

 

 

En traîneau & Avenir

 

 

​​

 

 

Hélène Vacaresco

 

Poèmes choisis & transcrits pour cette revue par Dina Sahyouni

 

 

 

 

 

Crédit photo : Portrait de la femme de lettres Hélène Vacaresco, photographie, image de Commons.

 

Référence livresque :

Les textes reproduits ci-dessous proviennent du recueil de poèmes de VACARESCO, Hélène (1864-1947), Chants d'aurore, 2e éd., Paris, Alphonse LEMERRE éditeur, 23-31 Passage Choiseul, MDCCCLXXXVI/1886. L'œuvre est dédiée à sa mère (voir l'exergue) et appartient au domaine public.

 

La femme de lettres :

 

Hélène Vacaresco, née le 21 septembre 1864 à Bucarest, décède le 17 février 1947 à Paris. On constate non sans étonnement que cette écrivaine de renommée devient méconnue de nos jours.

Elle est romaine et française, essayiste, journaliste, poète, diplomate, traductrice et lauréate de l'Académie française. Elle était la présidente d'honneur de l'Académie féminine de lettres et la première femme élue au sein de l'Académie Roumaine.

 

Poèmes choisis : 

 

 

Dédicace

 

 

Je viens de loin, ô douce France,

Pour t'apporter timidement

Mes doutes et mon espérance

Et mon premier balbutiement.

 

 

Dis à ceux qui peut-être même

N'en voudront pas avoir pitié,

Que j'ai vingt ans et que je t'aime,

Que ce livre t'est dédié ;

 

 

Sois-lui, de grâce, hospitalière,

Entrouvre-lui ton sein puissant,

D'ailleurs je te promets de faire

De meilleurs vers en vieillissant.

 

 

 

À ma patrie

 

 

Si je te deviens étrangère,

Si ma chanson pour s'essayer

N'a pas choisi la langue chère

Que l'on parle autour du foyer,

 

 

Celle qui vient, lorsque je prie,

Sur mes lèvres tout doucement,

Pourras-tu jamais, ô Patrie !

Le pardonner à ton enfant ?

 

 

Voudras-tu seulement entendre

Mes vers et les bénir tout bas

Comme tu bénis, grave et tendre,

Tes guerriers avant les combats ?

 


 

 

En traîneau

 

 

Dieu ! que je voudrais aller avec toi

Au pays du Nord, au pays des neiges,

Vers ces lointains blancs pleins de sortilèges,

Ces grandes forêts où plane l'effroi.

Dieu ! que voudrais aller avec toi

Au pays du Nord, au pays des neiges.

 

 

 

Je sais que là-bas l'on glisse en traîneau

Longtemps, bien longtemps sur une mer blanche,

Le manteau des bois tombe en avalanche

Sur la fleur qui pousse au pied du bouleau.

Je sais que là-bas l'on glisse en traîneau

Longtemps, bien longtemps sur une mer blanche.

 

 

 

Pour rythmer le bruit furtif du baiser,

Nous aurions le son des clochettes grêles.

Tout ce qui frémit dans les branches frêles,

Tout ce que l'hiver ne peut apaiser

Se joindrait au son des clochettes grêles

Pour rythmer le bruit furtif du baiser.

 

 

 

Qu'importe le vent qui pique et qui cingle !

Nous avons assez d'amour dans les yeux,

On ne craint l'hiver que lorsqu'on est vieux,

Et sous ses aigus et vifs coups d'épingle,

Pour braver le vent qui pique et qui cingle

Nous avons assez d'amour dans les yeux !


 

 

 

Dans la steppe immense, infiniment blanche,

Il serait si doux de croire un moment

À l'éternité du divin calmant

Qu'en nous l'amour pur et sans borne épanche,

Pareil à la steppe infinie et blanche,

Il serait si doux d'y croire un moment.

 

 

 

Viens donc avec moi sous le ciel farouche

Au pays que j'aime, au pays du Nord ;

Qu'importe le vent qui cingle et qui mord,

Ton souffle chéri frôlera ma bouche,

Au fond du traîneau, sous le ciel farouche,

Au pays que j'aime, au pays du Nord !

 

(pp. 26-28)

 

 

 

Avenir

 

 

Les poètes futurs, bien plus heureux que nous,

Verront l'humanité pieuse à deux genoux

Bénir dans leurs chansons avec joie écoutées,

Le doux accouplement des rimes veloutées.

Leurs ailes s'ouvriront brillantes au grand jour,

La foule sur leurs pas portée avec amour

Couronnera leurs fronts de lauriers et de roses,

Leurs vers retentiront dans leurs apothéoses !

Mais je vivrai pas dans ces âges lointains

Dont nos temps orageux ne sont que les matins,

Et pour précipiter mon voyage au but sombre,

Déjà quelque embryon qui s'ébauche dans l'ombre,

Paupière impatiente avide du réveil,

Songe à me déloger de ma place au soleil.

Il doit, (le monde est fait de ces tristes échanges),

Chercher dans mon linceul à se tailler des langes.

Comme on entend de loin, d'abord soupir confus,

Grossir bientôt la voix menaçante du flux,

J'entends, sans redouter son croissant voisinage,

Le grand flux de la mort qui monte vers la plage.

Ô Muse souriante, à d'autres tes baisers,

Tes doigts d'or, sur mon luth un seul instant posés,

Pour d'autres frémiront dans les nuits extatiques,

Lorsque j'irai dormir sur la foi des cantiques,

En rêvant que les jours seront bien tard venus

D'une immortalité sous des cieux inconnus ?

 

(pp. 119-120)

 

 

***

 

 

Pour citer ces poèmes

 

​Hélène Vacaresco, «  Dédicace », « À ma patrie », « En traîneau » & « Avenir », poèmes extraits de VACARESCO, Hélène (1864-1947), Chants d'aurore (1886). textes choisis & transcrits par Dina Sahyouni, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N° 10 | Automne-Hiver 2021-2022 « Célébrations », mis en ligne le 1er janvier 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no10/hv-avenir

 

 

 

 

Mise en page par Aude

 

 

 

© Tous droits réservés 

 

Retour au sommaire du N°10

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Bel été à vous et À bientôt !!!
    Bel été à vous & à bientôt !!! Crédit photo : Hiding Flower, Image de Commons. Cher lectorat, Nous vous souhaitons un bel été ! Une partie de notre rédaction sera de retour en ligne avant le 5 juillet pour reprendre les publications. Message du 27 juin...
  • La deuxième édition du Prix Littéraire de Dina Sahyouni
    N° 1I | Parfums, Poésie & Genre | Actions en faveur des femmes & LGBT+ [publication numérique uniquement du texte] La deuxième édition du Prix Littéraire de Dina Sahyouni SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie....
  • L’eau de mon univers
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège | Astres & animaux L’eau de mon univers Mariem Garaali Hadoussa Artiste plasticienne & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" Crédit photo : Edvard Munch, Woman in Blue against...
  • Table de Megalesia 2022
    Table de Megalesia 2022 Édition du 1er avril au 15 juin* Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie (SIÉFÉGP)...
  • 2-4 | Les vertiges du mystérieux et du merveilleux : l’art poétique de Fatma Gadhoumi
    REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Entretiens & Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | I. Le merveilleux féerique au féminin | Articles & témoignages Les vertiges du mystérieux & du merveilleux : l’art poétique de Fatma Gadhoumi Propos...
  • Biographie de FATMINA ou Fatma GADHOUMI
    Biographie & publication disponibles numériquement Fatma GADHOUMI ou FATMINA Artiste peintre, sculptrice & ingénieure © Crédit photo : L’artiste F atma GADHOUMI ou FATMINA est une fée. « Il faut commencer dans le noir pour trouver la lumière . » Fiche...
  • Miroirs infinis
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Poésie érotique Miroirs infinis Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit photo : Mokhtar El Amraoui, « Miroirs infinis ». De chauds rêves frétillent encore dans le feu de nos doigts Un reste de lune Un ressac de caresses...
  • André Seleanu, "Le Conflit de L’Art Contemporain. Art tactile, art sémiotique", L’Harmattan, 2022, 225 pages, 23€
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques André Seleanu, Le Conflit de L’Art Contemporain Art tactile, art sémiotique, L’Harmattan, 2022, 225 pages, 23€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo : Première de couverture...
  • Le chant de mon oud
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Poésie, musique art audiovisuel | Poésie érotique & N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège | Poésie érotique Le chant de mon oud Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit...
  • Pour que cesse !!
    Événements poétiques | Concours Féministes | Festival des poésies féministes 2021 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes Pour que cesse !! Nouria Diallo-Ouedda Crédit photo : Mimosa rouge de l'été", image Wikimedia,...