6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 13:44

 

No 8 & Événements poétiques | Megalesia 2021 | Textes poétiques du dossier mineur permanent | Varia de textes poétiques​​​​​​​​​​

 

 

 

 

 

 

 

Como decíamos /

 

Comme nous disions hier.

 

Poèmes de Celia Vázquez

 

 

 

 

 

 

Poèmes de

 

Celia Vázquez

 

Poèmes choisis & Œuvre traduits en français par

 

Maggy de Coster

 

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

 

 

© Crédit photo : Couverture illustrée du recueil de poèmes de Celia Vázquez traduits en français par Maggy De Coster. 

​​

 

« Comme nous disions hier », Celia Vázquez, collección AMPALIT, Poesía, 2020, 131 p., traduit de l’espagnol par Maggy De Coster


 

 

 

El paciente olvido


 

¿Qué es el amor sino un horizonte sin línea

que diluye al ser que ama?

¿Qué es el amor sino una dolencia constante
que vuelve anémica la sangre?

¿Qué es el amor sino un canto de sirenas
para un Odiseo sin mares? 

Es salva de incoherencias que disuelve la libertad,

un presagio de vidente

que nos ancla el alma a un dueño:

el paciente olvido espeso. 


 

Le patient oublié

 

 

Qu'est-ce que l'amour sinon un horizon sans ligne

qui dilue l'être qui aime?

Qu'est-ce que l'amour sinon une souffrance constante

qui anémie le sang?

Qu'est-ce que l'amour sinon  une chanson de sirène

pour une odyssée sans mers?

 

Il est sauvé des incohérences que dissout la liberté,

un présage de voyant

qui ancre notre âme à un propriétaire:

Le patient a oublié l’aspérité.

 

 

 

 

Distancia 

 

Ahora estoy, amor, lejos de ti,

tan lejos que me cuesta extasiarme,

conseguir evocarte, traerte hasta mi misma.

Se me quiebra en las manos tu recuerdo más puro :

tu ser indefinible.

 

Lo accesorio lo tengo. El paisaje,

lo que te rodea y que de ti es parte:

la larga, desesperante, inmensa llanura.

El horizonte remoto, pura línea,

la pincelada azul del vibrante aire,

el sol, fulgente, duro e implacable ;

el anchuroso espacio

que marca la distancia,

el quiebro áspero de la sombra cortada,

la inclemente cuchillada del sol.
 

Todo me acerca tu recuerdo en un instante:

los veranos calientes, las hirientes cales;

las casas chicas, humildes o nobles.

Llevo mi mente a todo lo que me inspira

y me permite evocarte :

A la plaza, al escudo y a la iglesia ;

al tapial, a la grieta y al molino ;

al árbol solitario, altivo y seco

que como tú me mira de soslayo;

al castillo en lo alto del otero,

sin sueños, sin gigantes,

sin vientos, sin anhelos.

 

A ti, sí, te tengo, aquí, clavado ;

tu rostro, erial de suaves surcos,

marca el tiempo que nos amamos ;

el horizonte remoto de tu cuerpo,

la pincelada azul de mis ojos,

el delineado de tus labios,

el sol fulgente de mi cabello

el anchuroso espacio de tu espalda…

la inclemente cuchillada de tu ausencia.

 

 

Distance

 

Maintenant je suis, mon amour, loin de toi,

si loin qu'il m'est difficile d'être extatique,

de t'évoquer, te ramener vers moi.

Ton souvenir le plus pur se brise entre mes mains:

ton être indéfinissable.

 

J'ai l'accessoire. Le paysage,

ce qui t'entoure et ce qui fait partie de toi :

La longue plaine immense et désespérante.

L'horizon lointain, la ligne pure,

le coup de pinceau bleu de l'air vibrant,

le soleil, brillant, dur et implacable ;

le vaste espace

qui marque la distance,

la rupture brutale du tranchant de l'ombre,

la lame incisive du soleil.

 

Tout en un instant me rappelle à ton bon souvenir:

étés chauds, chagrins blessants;

les petites maisons, humbles ou nobles.

tout ce qui m'inspire me revient à l'esprit

et me permet de t'évoquer :

la place, le blason et l'église,

le pisé, la fissure et le moulin

l'arbre solitaire, hautain et sec

qui comme toi me regarde de travers;

le château perché sur la colline,

sans rêves, sans géants,

 

Toi, oui, je t'ai, ici, cloué ;

ton visage, hérissé de sillons doux,

marque le temps de nos amours;

l'horizon lointain de ton corps,

la peinture bleue de mes yeux,

le tracé de tes lèvres,

le soleil éclatant de mes cheveux

la largeur de ton dos...

la lame tranchante de ton absence.

 

 

 

Su encanto  

 

Su voz de tono grave e impostada 

que jamás vacilaba ante la mentira, 

se derritió con la rutina un día.

La costumbre habitó su alma; 

la fragancia de su viril encanto

se colgó de su camisa de once varas

rasgada con la inercia de la vida.

 

 

 

Son charme

 

 

Sa voix profonde et imposante 

 

qui n'avait jamais hésité face aux mensonges, 

 

un jour, s'est fondue dans la routine.

 

L'habitude habitait son âme ; 

 

le parfum de son charme viril

 

s'est pendu à sa chemise à onze points

 

déchirée par l'inertie de la vie. 

 

 

 

 

Oubli

 

Olvidarte me arroja a la más burda indolencia, 

a un cielo rojo y añil, a la intolerancia absurda, 

a la nada macilenta, a la máscara sin perfil,

a la disolución sin huella. 

Por eso me niego a olvidarte.

 

Prefiero ser un perfume sin aroma

una hoguera sin fuego, la pleamar sin olas,

un verano sin calor, un pájaro sin vuelo,

un poema sin rima, una fuente sin agua,

una canción sin letra, paradoja sin sentido,

para no perder la ilusión de esa amistad eterna

que parpadea en la noche convertida en una estrella,

que cuelga del firmamento, que sueña con el mañana, 

en un tiempo de futuro y en el sonoro plural,

en el tatuaje del alma de un amor atemporal.


 

 

 

 

Oubli

 

 

 

L’oubli me jette dans la plus grande indolence,

à un ciel rouge et indigo, à une intolérance absurde,

au néant blafard, au masque sans profil,

à la dissolution sans trace.

Pour cela je me refuse de t'oublier.

 

Je préfère être un parfum sans odeur

un foyer sans feu, la pleine mer sans vagues,

 un été sans chaleur, un oiseau sans vol,

un poème sans rime, une fontaine sans eau,

une chanson sans paroles, paradoxe insignifiant,

pour ne pas perdre l'illusion de cette amitié éternelle

qui clignote la nuit transformée en étoile,

suspendue au firmament, qui rêve au matin,

dans un futur pluriel et sonore,

d'un amour intemporel au tatouage de l’âme.

 


 

Vestigios de amor

 

 

El poeta del amor,

a quien las adolescentes 

admirábamos,

no parecía tener claro

 a qué mujer amaba

y a algunas de nosotras,

sus poéticos retratos

más de un disgusto han dado 

y nos dejan ahora intuir

que el poeta y su querer 

no nos ha quedado claro.

 

Empeño inútil me parece,

en nuestro tiempo, averiguar 

quiénes fueron las mujeres

de las que Bécquer

anduvo enamoriscado :

la que hablaba como Julieta, 

en el balcón donde anidaban 

las golondrinas

y donde se enredaban

las madreselvas ;

la que le hizo exclamar :

“¡Hoy creo en Dios!” ; 

la que con su mano

arrancaba melodiosos sones

del arpa olvidada ;

la que prueba,

con una sola afirmación,

que ella es la poesía ;

la que evoca por su solo recuerdo

 

al amor que pasa, entre olas de armonía ;

la que acorta el vivir del poeta, cuyo espíritu,

se propone esperarla

a las puertas de la muerte

para poder decirle

todo lo que ha callado.

 

Nuestro admirado Bécquer 

vivía de ensueños

y al final de su vida no sabía

qué había sido sueño

y qué realidad en su vida amorosa:

solamente soñándose dormido,

así tan solo, vivía en plenitud 

la vida que había soñado.

 

Nombres y fechas

se confundían en su mente.

Para él todo había sido

amor verdadero, sentido,

amor real. Un gran sueño.

 


 

 

Vestiges de l'amour

 


 

Le poète de l'amour,

que les adolescentes admiraient,

ne semblait pas savoir 

clairement quelle femme il aimait

et à certaines d'entre nous,

ses portraits poétiques

révèlent plus ses déconvenues

et nous laissent deviner

que le poète n’était pas clair  

sur son sentiment amoureux.

 

Il me semble inutile, 

à notre époque, de chercher à comprendre

que  des individus comme Becquer

soient  tombés amoureux:

celle qui parlait comme Juliette, 

sur le balcon où se nichaient

les hirondelles

et où les chèvrefeuilles s’emmêlaient;

celle qui le fit s'exclamait: 

« Aujourd'hui, je crois en Dieu! »

celle qui de sa main

arracha des sons mélodieux 

de la harpe oubliée;

celui qui prouve,

en affirmant fermement, 

qu’elle est la poésie ;

celle qui évoque par son seul souvenir

 l'amour qui passe,

 entre les vagues d'harmonie ;

ce qui raccourcit la vie du poète, 

dont l'âme,

se propose de l'attendre

aux portes de la mort 

pour pouvoir lui dire

tout ce qu’il a tu.

 

Notre Bécquer admiré 

vivait de rêveries

et à la fin de sa vie, il ne savait pas

qu’il avait rêvé

en réalité dans sa vie amoureuse: 

qu’il rêvait sa vie dans son sommeil,

ainsi tout en étant si seul, il vivait dans la plénitude

de la vie rêvée.

 

Noms et dates

se confondaient dans son esprit. 

Pour lui, tout avait été 

de l’amour vrai, ressenti,

le véritable amour. Un grand rêve.



 

 

 

NDLR : Celia Vázquez est docteur en philologie anglaise à l’Université Complutense de Madrid, chercheur, conteuse, poète et essayiste ; elle a été professeur titulaire de l’Université Polytechnique de Madrid et de l’Université de Vigo et aussi Directrice du Département de Philologie anglaise pendant quelques années.

 

 

***

 

 

Pour citer ces poèmes  d'amour traduits

 

Maggy De Coster, « Como decíamos / Comme nous disions hier. Poèmes de Celia Vázquez », poèmes d'amour bilingues inédits choisis & traduits en français par Maggy DE COSTER, textes reproduits avec l'aimable autorisation des auteures et leur maison d'édition, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Megalesia 2021/I « Poésies printanières & colorées » & N°8 « Penser la maladie & la vieillesse en Poésie » volet 2, sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 6 avril 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/megalesia21/no8/cv-nousdisions 

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

 

Retour au sommaire no 8 

 

 

Retour à la Table de Megalesia 2021 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia Numéro 8 Amour en poésie

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 10 | AUTOMNE 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 10 | AUTOMNE 2021 CÉLÉBRATIONS DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE AVEC LES INVITÉES...
  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. Ce premier numéro sera entièrement mis en ligne le 30 septembre...
  • Vision d’Iran / Visión de Irán
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège Vision d’Iran / Visión de Irán* Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Crédit photo : photographie d'une villageoise du désert iranien,...
  • À une Soudanaise et La mort d'une joyeuse
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations , Événements poétiques | Justice pour elles ! | Poésies féministes & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège À une Soudanaise & La mort d'une joyeuse* Imèn Moussa Poétesse, Docteure en Littératures...
  • Le Prix Littéraire de Dina Sahyouni
    N° 10 | Célébrations | Actions en faveur des femmes & LGBT+ [parution numérique uniquement] Le Prix Littéraire de Dina Sahyouni SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie. Crédit photo : Image d'une auteure "Ana de...
  • No 8 | ÉTÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 8 | ÉTÉ 2021 PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo :...
  • No 8 | Sommaire
    N° 8| SOMMAIRE PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en fin septembre...
  • Éditorial
    N°8 | Penser la maladie & la vieillesse en poésie | Édito Éditorial Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème La vieillesse en poésie existe-t-elle réellement ? On peut en douter quand on découvre le magnifique livre de Léo Henry qui...
  • La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience de la peintre tunisienne Youssra Chouchène
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations | Entretien artistique & Féministe | Réflexions féministes sur l'actualité | Revue culturelle d'Afrique & d'Orient La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience...
  • À Béatrice Bonhomme
    N° 10 | Célébrations | Dossier majeur | Florilège À Béatrice Bonhomme Michel Orban Ta poésie est souffle d’oiseau, Parole du regard, silence de la lumière. Elle métamorphose l’anonymat du désert En lieu-dit du bout du monde. Elle déshabille la pierre,...