4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 14:06

 

Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Articles sur la poésie | Revue Matrimoine & N° 9 | Dossier mineur permanent

 

 

 

 

 

 

 

Versos azules / Vers bleus

 

de Susana Sánchez Nardón

 

 

 

 

 

Maggy de Coster

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

 

 

 

© Crédit photo :  Jacinta Ceballos, poète maxicaine contemporaine. 

 

À la lecture de « Versos azules » (Vers bleus) de Susana Sánchez Nardón, il me vient à l’esprit ces vers du poète mexicain moderniste Amado Nervo : 

« Para curar la pertinaz / pena, en las almas escondida, / un nuevo amor es eficaz; »

(« Pour soigner la peine / tenace,/ cachée dans les âmes, / un nouvel amour est efficace; »)

 

Comme lui, Susana est marquée par le sceau du chagrin d’amour. Oiseau blessé, elle rêve de trouver une main panseuse pour l’accueillir, la soigner pour qu’elle puisse reprendre son envol à la clarté de l’amour sous un ciel clément :

 

« Un pájaro azul / herido quedo en el olvido » (« Un oiseau bleu / blessé gisant dans l'oubli »)

Cependant, elle nourrit la crainte de ne pouvoir rattraper le temps dans sa fuite inexorable.  « Ô temps suspends ton vol » (Lamartine).

Elle est envahie par la nostalgie d’un amour nourricier parti en fumée, un rêve qui s’est évanoui comme le fugace parfum d’une rose trémière dans l’air.

« Los sueños se difuman en el aire diluidos » (« Les rêves dilués s’estompent dans l'air »)

 

Comme nous le rappelle Pierre Corneille dans le Cid « L’amour est un tyran qui n’épargne personne ». Et l’on comprend bien ce leitmotiv amoureux de la poète qui frise même le masochisme :

 

« necesito amarte, amarte / amarte hasta morir y sofocar… / Necesito desear / Y sentir el dolor / Del deseo carnal… » 

(« J'ai besoin de t'aimer, de t'aimer / t'aimer à en mourir et en suffoquer … (« J'ai besoin d’aimer / Et de sentir la douleur / Du désir charnel… »

 

Impuissante, elle se tourne vers la poésie pour trouver la voie de la libération, je dirais même du catharsis pour déverser sa souffrance. Ainsi nous comprenons bien Alfred de Musset quand en 1832, dans « Namouna », un conte oriental, il nous révèle : « Sachez-le, – c’est le cœur qui parle et qui soupire / Lorsque la main écrit, – c’est le cœur qui se fond ; »

 

Alors la poète percluse de douleur, laisse s’épancher son « cœur fragile » :

 

« Apareces en mis sentimientos / como una ráfaga de viento / en todo momento, / que dejas latiendo / a mi corazón » (« Tu apparais dans mes sentiments  / comme une rafale de vent / à chaque instant/que tu fais battre mon cœur »)

Prisonnière d’un amour déchu qui hante son esprit et peuple ses nuits de cauchemars, elle nourrit l’espoir de voir revenir l’être aimé pour lui offrir « un coffre lleno de amor » (« un coffre rempli d’amour »)

Si pour Calderón « la vie est un songe » pour Susana « La vida es sueño / El sueño es la vida » (« La vie est rêve / Le rêve est la vie »)

 

Puisque l’espoir naît du désespoir, l’on comprend bien que Susana Sánchez Nardón nourrit l’espoir de voir l’idylle défunt renaître de ses cendres comme le Phénix. Pour ce faire, elle serait sans doute prête à donner sa vie :

 

« No tengo más que regalarte / sino mi propia vida » (« Je n'ai plus que ma vie / à t’offrir »)

 

Nous relevons de très belles images qui reflètent l’esprit romantique de la poète sans oublier ce bel oxymore : « Esperaba la dulce tortura de tus besos »  («  J’attendais la douce torture de tes baisers »)  

Pour finir, apprécions ces vers qui de par leur éloquence, traduisent bien l’état d’âme de Susana Sánchez Nardón.

« Mis ojos se llenan de lágrimas de cristal, / que surcan como torrentes infernales»

(« Mes yeux se remplissent de larmes cristallines, / Qui perlent comme des torrents infernaux ») et : 

« Soy carne no deseada / En un herrumbre desgastada / Por lágrimas heladas »

(« Je suis chair non désirée / Délaissé sur métal rouillé / Par des larmes glacées »)*

 

 

 

 

* NDLR, Suasana Sánchez Nardón est enseignante et poète argentine. 

 

 

***

 

Pour citer cet article 

 

Maggy De Coster, « "Versos azules / Vers bleus" de Susana Sánchez Nardón », œuvre traduite de l’espagnol du Mexique par Maggy DE COSTER, texte reproduit avec l'aimable autorisation des auteures et leur maison d'édition, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 15 « Eaux oniriques : mers/mères » &  N°9 | FIN D'ÉTÉ 2021 « Femmes, Poésie & Peinture », 2ème Volet sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 4 février 2021. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettre15/no9/mdc-versosazules

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire de la Lettre n°15 

Retour au sommaire du N°9 ​​​​​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans La Lettre de la revue LPpdm Numéro 9 Amour en poésie

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 12 | AUTOMNE 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | AUTOMNE 2022 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* Crédit photo : Anne Vallayer-Coster, "Instruments de musique". Tableau temporaire....
  • Les robes d'Ewa Bathelier
    N°11 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques Les robes d'Ewa Bathelier Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peintures de Artiste peintre Ewa Bathelier © Crédit photo : Les robes de l'artiste Peinture Ewa Bathelier, Balticum...
  • 2022 | Un Bouquet Poétique pour Toutes à l'École & La Journée Internationale des Droits des Filles
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE L'ÉVÉNEMENT POÉFÉMINISTE UN BOUQUET POÉTIQUE POUR TOUTES À L'ÉCOLE & LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FILLES ÉDITION 2022 QUI FÊTE LE 11 OCTOBRE 2022 LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FILLES CET ÉVÉNEMENT...
  • Que musique le monde !
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier majeur | Florilège / Muses au masculin Que musique le monde ! Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit photo : Mokhtar El Amraoui, « Que musique le monde ». Il est des airs Qui toujours nous accompagnent,...
  • les femmes font tourner la terre
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier majeur | Florilège les femmes font tourner la terre Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Artiste peintre & sculptrice Maria-Grazia Surace Ses sites & page facebook officiels : http://mariagrazia-surace.com...
  • No 11 | ÉTÉ 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Strange roses", tableau. SOMMAIRE...
  • N°11 | ÉTÉ 2022 | SOMMAIRE
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE N°11 | SOMMAIRE EN COURS D'ÉDITION... © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Titre...
  • Le petit oiseau prisonnier par Désirée Pacault
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Astres & animaux | Réception d'autrefois / Poésie des aïeules Le petit oiseau prisonnier par Désirée Pacault Auguste de Roosmalen (18??-18??) Désirée Pacault (1798-1881) Texte choisi, transcrit, corrigé & commenté brièvement...
  • Nourdine Tabbai expose une peinture allégorique de l'Apocalypse à la Fondation Mohammed VI en octobre 2022
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Revue culturelle d'Afrique & d'Orient Nourdine Tabbai expose une peinture allégorique de l'Apocalypse à la Fondation Mohammed VI en octobre 2022 Mustapha Saha Sociologue, poète, artiste peintre © Crédit photo : Tableau...
  • La fleur sans parfum
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules La fleur sans parfum Désirée Pacault (1798-1881) Texte choisi & transcrit avec une photographie de la poète par Dina Sahyouni © Crédit photo : . Dessin, portrait de Désirée...