21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 10:46

 

Critique & réception

 

Cuisse froide


 

une exposition de Laure André

 

à la Galerie Bertrand Gillig

 

de Strasbourg

Françoise Urban-Menninger

Rédactrice de la revue LPpdm et membre de la SIEFEGP

Responsable de la rubrique Lettres & Arts

© Crédit photo : Cuisse froide, une exposition de Laure André à la Galerie Bertrand Gillig de Strasbourg, voir url :

http://www.bertrandgillig.fr/IMG/arton256.jpg?1457432311

 

Diplômée de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, Laure André poursuit un travail singulier dans lequel le corps est appréhendé à l’aune du quotidien, du médical et du religieux sur le mode d'un ésotérisme très personnel.


Autant dire que dans les œuvres de l’artiste, le profane et le sacré ont partie liée ! La série « couvre-feu » plus particulièrement dédiée au corps féminin, en est l’un des meilleurs exemples. Dessinées au bic bleu, des nonnes vouées à l’abstinence, crient leur désir sous leur robe qui s’ouvre sur une fente béante. Leur sexe qui bée n’est autre qu’une deuxième bouche, protubérante, dentée, affamée…

Sous le signe récurrent de la blessure et de la disparition, Laure André poursuit un inlassable questionnement sur l’empreinte, les souvenirs des défunts, leurs prolongements à travers les actes de dévotion.

Sur les médias les plus improbables tel l’organdi de soie,  elle pique et brode à petits points serrés les liens ténus qui font tenir ensemble dans un même espace, à la fois tangible et conceptuel, les vivants et les morts.

Une broderie fine sur une hostie ou sur des pétales de monnaies du pape nous renvoient à cette aiguille du temps qui faufile ou surfile notre vie, l’entrelace à notre mort.

Laure André n’hésite pas à prendre pour support des garnitures hygiéniques, suprême tabou qu’elle fait voler avec grâce et éclat, par le biais de minutieuses et subtiles broderies.  On songe inéluctablement aux images pieuses brodées ou aux canivets, voire aux ex-voto... Et voilà rapprochés dans notre imaginaire, le sang du Christ et de tous les saints avec celui des menstrues nous renvoyant inéluctablement à cette blessure originelle qui creuse en nous le sillon du deuil, de l’absence et de la perte.

L'infinie précision que Laure André apporte à chacune des ses œuvres génère un sentiment d’aboutissement dans lequel on appréhende dans le même temps, le merveilleux, l'indicible et cette angoisse inextinguible d'être au monde qui n'a de cesse de ronger notre âme et notre esprit.

 

Voir également :

 

Exposition jusqu'au 9 avril

 

url : http://www.bertrandgillig.fr/spip.php?article256

 

Galerie Bertrand Gillig

11, rue Oberlin à Strasbourg

www.bertrandgillig.fr

« Le travail de Laure André est très riche de significations. Elle se définit elle-même comme plasticienne, exerçant son art sur tous types de médias, dont les plus incongrus, comme des pétales de monnaies du pape, des hosties, des boites d’entomologie, des napperons, des robes, etc … elle a même crée des œuvres en chocolat moulé. Son travail se construit autour de la mémoire et de l’empreinte : souvenirs des défunts, des objets qui leur ont appartenu, de la trace de leur présence sur Terre… et sa perpétuation à travers les actes de dévotion. De ceci découle un exercice plastique sur la mort et sur la peur de la blessure et de l’accident où la notion d’apparition/disparition est omniprésente. Laure André s’ingénie à trouver la technique adéquate à chaque idée artistique pour servir cette direction : carton piqueté à l’aiguille pour figurer la mémoire de gueules cassées, organdi de soie pour suggérer la fragilité de l’enfance et pour créer des effets de dédoublement, broderies sur des hosties pour exprimer la préciosité, gravure sur lentille de verre pour engendrer des ombres… L’univers de Laure André n’est pas purement conceptuel, car elle s’attache à créer des œuvres "finies", à la conception technique réfléchie, empreinte d’une minutie du geste et d’un esthétisme très recherché. Voir l’installation à la galerie lors de l’exposition personnelle de Laure André en mars-avril 2014 » (cf. Galerie Bertrand Gillig de Strasbourg, url : http://www.bertrandgillig.fr/spip.php?article217

 

Pour citer cette critique

Françoise Urban-Menninger « Cuisse froide, une exposition de Laure André à la Galerie Bertrand Gillig de Strasbourg »Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°7 [En ligne], mis en ligne le 21 mars 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/03/laure-andre-galerie-bertrand-gillig-strasbourg.html

 

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Adrien Cannamela, Le Petit Prince aux douze pieds, L’Harmattan, 2018, 125 p.
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Critique & réception Adrien Cannamela , Le Petit Prince aux douze pieds, L’Harmattan, 2018, 125 p., format A5, 20€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo , Première de couverture illustrée...
  • Les dépossédé.e.s
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Les dépossédé. e. s Charlène Lyonnet Mélodie des sirènes alarmées, Par le passage, Du navire près des rochers. Naufrage. Dépêchées sur la plage, Les mariées ont retrouvé, Emportés par l’orage,...
  • l’après-midi d’un Rossignol
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie l’après-midi d’un Rossignol Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...
  • Inutile [enfer]tile
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Biopoépolitique | Réflexions féministes sur l'actualité Inutile [enfer]tile CAM[...]ILLE Je me présente, au moins vous serez témoins : J’ai été privée de ce qui devait être un besoin Je suis celle qu’on plaint, celle...
  • C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles Dina Sahyouni Crédit photo : " Gousses de Haricot Tarbais", Patrick Boilla, Commons. Les témoignages associés à #MeTooInceste sur les crimes...
  • Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise et écologique Centre d'impression numérique Everest
    Lettre n°15 | Eaux oniriques...| Revue des éditrices & éditeurs ou Revue des Métiers du livre Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise & écologique Centre d'impression numérique Everest Propos recueillis par David Simon pour LE PAN POÉTIQUE DES MUSES...