21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 15:48

 

Critique & réception

 

Le paradis des livres :

 

ReLIRE FeniXX la SOFIA & l’ ÉDEN

 

 

 

Camille Aubaude

Rédactrice de la revue LPpdm, membre de la SIEFEGP

responsable de la rubrique en ligne Chroniques de Camille Aubaude

Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/

& www.lamaisondespages.com/

Blog officiel : https://camilleaubaude.wordpress.com/

 

 

 

L’être humain qui ne dort ni ne rêve meurt.

Que faire d’une vie sans idéal ?

La Bibliothèque nationale de France (BNF) est dépositaire des rêves des auteurs publiés. Leurs livres dorment dans les tours en forme de livres ouverts du nouveau quartier de Bercy. Ils dorment comme une belle femme dans un bois grâce au dépôt légal instauré en 1974. Un système voulu au départ comme une protection des auteurs vient d’être inversé pour devenir une commercialisation.

Après un demi-siècle, le dispositif s’écroule. La plupart des auteurs n’ayant pas le génie du cabotinage, leur livre est rangé sur le rayonnage de l’oubli. La Maison des Livres explose sous la pression de ses trop nombreux locataires.

Auteurs écoutez bien : 15 à 20 000 livres sont numérisés chaque année. Les exploitants ont fait voter la loi du 1er mars 2012, affichant un « projet patrimonial d’envergure ». La face visible de l’opération est constituée par le site ReLIRE (notez les majuscules) et la société FeniXX (notez l’orthographe moderne) qui gère l’exploitation technique et commerciale. Ils ont en outre pensé à la protection des intérêts des auteurs en créant la SOFIA, Société Française des Intérêts des Auteurs de l’Écrit (199bis bd Saint Germain, 75345 Paris Cédex 07) pour reverser les droits d’auteur. La sage décision commerciale mène à l’ÉDEN livres, une plateforme de diffusion, le rêve pour les auteurs.

Pour les morts, pas de problème, le nouveau dispositif protège si bien l’exploitation que la moindre notice est protégée par le copyright ÉLECTRE.

Quant à ceux qui ne sont pas encore morts, il n’est pas possible de tous les informer de la reprise de leur travail, qui renaît de ses cendres, défendu par ÉLECTRE.

Soulevant le rideau de fumée, j’ai cherché à savoir qui a fabriqué la copie de mon Mythe d’Isis, format dit opt-out, avec les notes et les passages qu’il faut recopier à la main. Est-ce mon propre document qui appartient à ReLIRE ? Réponse : « Les détails nous tuent ! »

Les prédateurs nous rassurent. On peut lire : « Nos ebooks, d’une qualité de numérisation optimale, sont accessibles à tous et interopérables, sans DRM. En attendant notre catalogue en ligne, retrouvez nos ebooks dans notre large réseau de librairies en ligne. »

Selon la technique de Maître Renard, ils nous appâtent en s’occupant de nous : « Vos livres ne sont plus diffusés, on va les sortir de l’oubli ». Ils flattent l’auteur : « Votre livre est partout ».

J’ai répondu qu’il y avait deux livres, Le Mythe d’Isis et Le Voyage en Égypte de Gérard de Nerval, ce qui a déconcerté mon protecteur. L’éditeur de 1997 a jugé « plus vendeur »  un volume à moins de cent francs, Le Voyage en Égypte. Il a été volé par un fan à la Bibliothèque Publique d’Information (BPI) de Beaubourg, tandis que le volume à cent cinquante francs censé se vendre moins a dépassé les mille trois cents euros, peu avant que l’exploitant technique et commercial, qui est aussi protecteur, prenne un des exemplaires remis gratuitement à la BNF pour le vendre à 7,99€ dans « plus de 160 librairies en ligne ».  Le protecteur fuit devant les arguments de l’auteur, négligeant la vérité du détail au profit de la stylisation massive.

« Le catalogue FeniXX comprend des milliers d'ouvrages numériques destinés à un très large public ». Estampé « ReLIRE », avec une notice copyright ÉLECTRE, pour protéger le travail de celui qui a passé moins d’une heure à écrire la notice pour la librairie en ligne, mon Mythe d’Isis reste un livre spécialisé. Douze ans d’études portées à leur plus haut degré, invention d’un nouveau mythe littéraire, et que le contenu ne doit pas déranger les lois mortifères du marché, je comprends pourquoi mon premier article de recherche littéraire s’intitulait « L’exaltation après l’effondrement » : la cause de la dépression déclenche l’émerveillement, après des situations d’endurance extrême.

Un mot sur la « malédiction de l’idéal d’Isis ». Vilains, législateurs, marchands font tout ce qu'ils peuvent pour sabrer les auteurs. L’auteur a l’obligation de vivre dans un rêve car la société ne prend pas en charge les victimes de sévices. Octroyer aux victimes un statut est une ambition presque folle. Il reste la création littéraire, facile d’accès. Elle pallie autant aux amnésies qu’aux inaltérables reviviscences des traumatismes. Nous sommes loin d’un système favorisant la réappropriation de soi pour sortir de l’humiliation. Ce type de vécu correspond à la volonté des tortionnaires, que je me suis employée à détourner en écrivant Voyage en Orient, Impression inimaginable et La Malcontente, à l’heure où la légende d’Isis bat de l’aile. Elle ne peut s’incarner. J’ai fait éclater les cadres de l’œuvre littéraire en élaborant la « transpoésie » pour désavouer le système qui a pour but de réduire les personnes maltraitées à néant, bien que ce soit celles qui ont le plus besoin de réparation.

Le monde livresque virtuel est en expansion accélérée, tel le monde réel. La folie des grandeurs l’étouffe. Le public est « large » : voilà pourquoi les librairies en ligne relayées par la plateforme ÉDEN ont cassé le prix mirobolant du livre « rare » en mettant leur document virtuel à 7,99€... L’autrice a tenté de réagir en créant un site où l’on peut se procurer ce Mythe d’Isis, ce « livre monument », disait Geneviève Laporte. Aucun client.

© Photos fournies par Camille Aubaude*

Le plus grand paradoxe du système marchand se résume en cette phrase : « Où trouver nos livres » ? Les livres du dépôt légal, dont la contrefaçon numérique devenue légale est vendue au paradis (ÉDEN).

Contemplons, restons en dehors ! Fuir, c’est vivre. ReVIVRE est le système d’édition qui s’emploie à faire échouer ce qu’une femme échafaude contre le déni des violences.

Est-ce utile de réagir ? Un poète ne peut se transformer en marchand.

Chut, ne pas troubler le rituel ! Il incite les rêveurs à être auteurs.

 

* Pour agrandir les photos, clic droit de la souris puis choisir "Afficher l'image"

***

 

Pour citer ce texte

  

Camille Aubaude, « Le paradis des livres : ReLIRE FeniXX la SOFIA & l’ ÉDEN », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°9 (publication partielle de nos derniers numéros imprimés de 2016) [En ligne], mis en ligne le 21 novembre 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/livres.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire

Partager cet article

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm Numéros

Rechercher

À La Une

  • N°6|Sommaire
    N°6|Printemps 2017 Mise en ligne progressive avant sa parution en version imprimée © Crédit photo : Fanny , par l'artiste photographe Claude Menninger . Équipe de la version en ligne : Françoise Urban-Menninger (dir.). Couverture illustrée par l'artiste...........................
  • Marguerite d’automne
    Dossier majeur | Textes poétiques Marguerite d’automne Poème et illustration de l'artiste Anick Roschi Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et des éditions Stellamaris © Crédit photo : Henri Roschi, Vieille & oiseau Sur son...
  • Lettre à Assureur
    Dossier majeur | Textes poétiques Lettre à Assureur Claude Luezior Site officiel : www.claudeluezior.weebly.com/ Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et des éditions tituli Illustration de l'artiste Henri de Lescoët © Crédit...
  • « Ô temps contre lequel il n’est repaire ». La poésie de la vieillesse de Giovanna Bemporad
    Dossier majeur | Articles « Ô temps contre lequel il n’est repaire » La poésie de la vieillesse de Giovanna Bemporad Giovanna Bellati Università di Modena e Reggio Emilia Les poèmes de Giovanna Bemporad sont reproduits et traduits par Giovanna Bellati...
  • À regarder passer le temps & Partance
    Dossier mineur | Textes poétiques À regarder passer le temps & Partance Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Le premier poème est un extrait reproduit avec l'aimable autorisation...
  • Lettre n°10
    Publication successive Lettre n°10 Nous fêtons dans cette Lettre Le Printemps des Poètes au féminin & le festival Megalesia 2017 jusqu'au 31 mars 2017 30 avril 2017 Mise en ligne jusqu'au 14 mai compris Crédit photo : Allegoria dell'Inclinazione 1615-1616...
  • Charlie Hebdo
    N°6 | S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes Charlie Hebdo Françoise Urban-Menninger © Crédit photo : Couverture du 10 mai 2017 du journal Charlie Hebdo , image prise et fournie par Françoise Urban-Menninger Charlie Hebdo aujourd'hui j'ai envie...
  • Chna n Nabila (Djehnine), le chant de Nabila (Hommage à Nabila)
    N°6 | S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes Chna n Nabila (Djehnine) le chant de Nabila (Hommage à Nabila) Mhamed Hassani Ce poème extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et des éditions SEFRABER © Crédit photo : Nabila...
  • Christophe Schaeffer, aImer à quatre temps, préface de Werner Lambersy, Éditions Librécrit, coll. « Hors collection », 2017, 82 p.
    Critique & réception Christophe Schaeffer aImer à quatre temps préface de Werner Lambersy, Éditions Librécrit, coll. « Hors collection », 2017, 82 p. Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ ©...
  • Toi en moi
    N°6 | Sourires & rires féministes Nouvelle rubrique dédiée aux poésies caricaturale, humoristique et satirique Toi en moi Laure Delaunay Site officiel : https://lauredelaunay.com/ Illustration de Gordan Ćosić © Crédit photo : Gordan Ćosić, Rosa. Ton pied...