30 avril 2020 4 30 /04 /avril /2020 11:50

 

Megalesia 2020 | Équinoxe | Poèmes, textes & chansons

 

 

 

S’ABSTRAIRE Les ennemis du signe

 

 

Orianne Castel

 

 

C’est une toile à taille humaine disposée à l’horizontale. Elle pourrait tout aussi bien être accrochée dans l’autre sens mais elle est trop grande.  

 

Si elle peut être orientée différemment c’est parce que sa surface est en tout point semblable. Les éléments qui la composent sont répartis uniformément.  

 

Ce sont des superpositions de projections d’un même spectre de couleurs, des éclaboussures d’un bleu acier, des coulures métalliques qui couvrent la toile bord à bord.  

 

C’est un flux de marques spontanées, de traces instinctives, d’empreintes pulsionnelles car derrière chaque trait, derrière chaque tache, il y a un geste, un corps en mouvement.  

 

C’est l’exaltation de l’action elle-même, la transcription de sa rapidité, la traduction de sa force et parce que dans ce tableau ces modalités sont des valeurs, l’expression de sa nécessité. 

 

Le jet de couleur saisit l’intensité de l’élan, il célèbre le faire car le faire est la norme.  

 

Et parce que la norme est une fixation, l’énergie d’un instant se transforme en éternel.  C’est l’image de l’évènement permanent, de l’avènement immuable que fige la matière, épaisse et compacte. 

 

Mais, parce que les traits s’accumulent sur les taches, parce que les giclures s’amoncellent sous les coulures, la toile est opaque.  

 

La peinture en abondance recouvre l’ensemble du tableau, il n’y a pas le moindre espace pour échapper à ce bouillonnement de couleur. Le dynamisme se confond avec l’occupation de la surface, l’ensemble est confus.  

 

Enseveli sous cette composition chaotique le tableau décide de ralentir le rythme. 

  

Il commence par effacer les éclaboussures qui se trouvent à sa surface, les premiers signes de l’agitation s’estompent. 

 

Mais chaque trait qui s’éclipse laisse apparaître celui qu’il recouvrait. Chaque tache qui disparaît en découvre une autre.  

 

Au fur et à mesure que le tableau supprime de la matière des marques de moins en moins incohérentes, des tracés de plus en plus consistants se révèlent.   

 

Finalement, après plusieurs épaisseurs enlevées émerge la substance de la toile ; la peinture à cet endroit n’a pas eu le temps de sécher, protégée qu’elle était par les nombreuses couches qui la masquaient.  

 

Ici, loin de la frénésie extérieure, les pigments adhèrent à la toile. Ils n’ont pas pris de forme, ne se sont dispersés dans aucune expression.  

 

Les teintes sont mélangées. Elles forment un aplat bleu presque noir et, à force de pellicules enlevées, la toile surgit enfin derrière elles. Claire, irradiante, c’est l’appel de l’inertie. 

 

Apaisé par la blancheur du support, le champ coloré se laisse aller à la langueur. Il se repose, s’absorbe dans la contemplation de sa propre texture.  

 

C’est un plan indolent, une fine couche paresseuse qui se laisse traverser par la lumière derrière elle.  

 

Engourdi par cette atmosphère opalescente, le plan coloré s’atténue encore. Diaphane, il sombre dans le vide, s’abîme dans l’image  vaporeuse. 

 

Sa texture translucide varie au gré des percées du halo lumineux. Ce sont des éclaircies fugitives et le champ de couleurs s’abandonne à ces intuitions éphémères. Il n’y a ni trait ni forme, aucun élément palpable sur lequel fixer son attention.  

 

Pourtant, l’espace semble plus fluide qu’auparavant. Détachée du geste, la couleur se renouvelle. Elle n’est plus l’expression d’un présent tumultueux mais l’émanation d’une pensée sereine. Au sein de ce brouillard, les choses se précisent, l’avenir apparaît plus distinctement. 

 

C’est un plan ininterrompu de bleu outremer et le tableau comprend son orientation en paysage : le flou de l’inaction est une méditation. 

 

***

 

Pour citer ce poème

Orianne Castel, « S’ABSTRAIRE Les ennemis du signe », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Megalesia 2020|IV-ÉQUINOXE sous la direction de Barbara Polla, mis en ligne le 30 avril 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/equinoxe/castel

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés                                 Retour au volume Équinoxe

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Équinoxe Megalesia

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!!
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réflexions féministes sur l'actualité Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Capture d'écran...
  • Firmaman, textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret...
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Critique & réception Firmaman textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret. Ouvrage paru aux éditions Sans Escale avec une couverture signée par Jacques Cauda Françoise Urban-Menninger Blog officiel...
  • Agnieszka Holland, "Le Procès de l’herboriste", avec Ivan Trojan, Josef Trojan et Juraj Loj ​​​​
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Chroniques de Camillæ/Poésie & Cinéma ou Chroniques cinématographiques Agnieszka Holland, Le Procès de l’herboriste, avec Ivan Trojan, Josef Trojan & Juraj Loj Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/...
  • Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réception d'autrefois | Presse, média, femmes & genre Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier Paul Smith Réception journalistique choisie & transcrite par Dina Sahyouni Crédit photo : Des inondations...
  • Pluie de caresses
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Pluie de caresses Michel Orban Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et de sa maison d'édition. © Crédit photo : Présentation visuelle avec extraits du recueil de...
  • No 8 | ÉTÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 8 | ÉTÉ 2021 PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo :...
  • No 8 | Sommaire
    N° 8| SOMMAIRE PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en septembre 2021....
  • la rose en fer forgé
    N°8 | Dossier majeur | Florilège de poétextes la rose en fer forgé Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Françoise Urban-Menninger, "la rose en fer forgé", photographie prise dans un cimetière à Strasbourg. c'est...
  • L'inondation de 1856
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poésie des ancêstres | Faits divers & catastrophes L'inondation de 1856 Fanny Forestier Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni Crédit photo : Des inondations de 1856 en France, image de Commons. III...