23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 17:57

 

Premier colloque 2017

Rubrique : "Colloques en ligne"

 

 

Portrait de Monsieur de La Motte

par feue Madame la Marquise de Lambert*


 

 

[PDF p. 19 / Livre p. I] Monsieur de La Motte me demande son Portrait ; il me paraît très difficile à faire ; ce nest pas par la stérilité de la matière, cest par son abondance. Je ne sais par où commencer, ni sur quel talent marrêter davantage. M. de La Motte est Poète, Philosophe, Orateur. Dans sa poésie il y a du génie, de linvention, de lordre, de la netteté, de lunité, de la force, & quoiquen aient dit quelques Critiques, de lharmonie et des images : toutes les qualités nécessaires y entrent ; mais, son imagination est réglée ; si elle pare tout ce quil fait, cest avec sagesse ; si elle répand des fleurs, cest avec une main ménagère, quoiquelle en pût être aussi prodigue que toute autre : tout ce quelle produit, passe par lexamen de la raison.

M. de La Motte est Philosophe profond. Philosopher, cest rendre à la raison toute sa dignité, et la faire rentrer dans ses droits ; [PDF p. 20/ Livre p. II] cest rapporter chaque chose à ses principes propres, et secouer le joug de lopinion et de lautorité. Enfin, la droite raison bien consultée, et la nature bien vue, bien entendue, sont les maîtres de M. de La Motte. Quelle mesure desprit ne met-il pas dans tout ce quil faut ? Avec quelles grâces ne nous présente-t-il pas le vrai et le nouveau ? Naugmente-t-il pas le droit quils ont de nous plaire ? Jamais les termes nont dégradé ses idées ; les termes propres sont toujours prêts et à ses ordres.

Son éloquence est douce, pleine et toute de choses. Il règne dans tout ce quil écrit, une bienséance, un accord, une harmonie admirables. Je ne lis jamais ses Ouvrages, que je ne pense quApollon et Minerve les ont dictés de concert. Un Philosophe a dit que quand Dieu forma les âmes, il jeta de lor dans la fonte des unes, et du fer dans celle des autres. Dans la formation de certaines âmes privilégiées, telles que celle de M. de La Motte, il a fait entrer les métaux les plus précieux : il y a renfermé toute la magnificence de la nature. Ces âmes à Génie, si lon peut parler ainsi, nont besoin daucun secours étranger ; elles tirent tout delles-mêmes. Le Génie est une lumière et un feu de lEsprit, qui conduit à la perfection par des moyens faciles.

[PDF p. 21/ Livre p. III] Lâme de M. de La Motte est née toute instruite, toute savante ; ce nest pas un savoir acquis, cest un savoir inspiré. On sent dans tous ses ouvrages cette heureuse facilité qui vient de son abondance; il commande à toute les facultés de son âme, il en est toujours le maître, aussi bien que de son sujet. Nous navons pas vu en lui de commencement ; son Esprit na point eu denfance ; il sest montré à nous tout fait et tout formé.

Ses malheurs lui ont tourné à profit. Quand ce monde matériel a disparu à ses yeux par la perte de la vue, un monde intellectuel sest offert à son âme ; son intelligence lui a tracé une route de lumière toute nouvelle dans le chemin de lEsprit. La vue, plus que tous les autres sens, unit lâme avec les objets sensibles. Quand tout commence a été interrompu avec eux, lâme de M. de La Motte destituée de ces appuis extérieurs, sest recueillie et repliée sur elle-même ; alors elle a acquis une nouvelle force, et est entrée en jouissance de ses propres biens.

Laissons lhomme à talents et envisageons le grand homme. Souvent les talents supérieurs se tournent en malheur et en petitesse ; ils nous exposent à la vanité, qui est lennemie du vrai bonheur et de la vraie [PDF p. 22/ Livre p. IV] grandeur. Ce sont les grands sentiments qui font les grands hommes. Nulle élévation sans grandeur dâme et sans probité. M. de La Motte nous a fait sentir des mœurs et toutes les vertus du cœur dans ce quil a écrit ; ses qualités les plus estimables nont rien pris sur sa modestie ; cet orgueil lyrique quon lui a reproché, nest que leffet de sa simplicité, un pur langage imité des Poètes ses prédécesseurs, et non un sentiment. M. de Fénelon, cet homme si respectable, dit de Monsieur de La Motte que son rang est réglé parmi les premiers des modernes ; quil faut pourtant linstruire de sa supériorité et de sa propre excellence.

Cest un spectacle bien digne dattention, disaient les Stoïciens, quun homme seul aux mains avec les privations et la douleur. Quelle privation que la perte de la vue, pour un homme de Lettres ! Ce sont les yeux qui sont les organes de la jouissance ; cest par les yeux quil est en société avec les Muses ; elles unissent deux plaisirs qui ne se trouvent que chez elles, le désir et la jouissance. Vous nessuyez avec elles ni chagrin, ni infidélité ; elles sont toujours prêtes à servir tous vos goûts, et nous offrent toujours des grâces nouvelles ; mais nous ne jouissons de la douceur de leur commerce, que quand lesprit est tranquille [PDF p. 23/ Livre p. V] et que le cœur et les mœurs sont purs. Non seulement M. de La Motte soutient de si grandes privations, mais sil est livré à la plus vive douleur, il la souffre avec patience ; il est doux avec elle, il fait sentir quil na point usé dans les plaisirs, ce fond de gaieté que la nature lui a donné, puisquil sait la retrouver dans ses peines. dans la douleur, il faut que lâme soit toujours sous les armes, quà tout moment elle rappelle son courage, et quelle soit ferme contre elle-même.

Il a passé par lépreuve de lenvie. Quand lâme ne sait pas sélever par une noble émulation, elle tombe aisément dans la bassesse de lenvie. Quelle injustice na-t-il pas souffert quand ses Fables parurent ? Je crois que ceux qui les ont improuvées navaient pas en eux de quoi en connaître toutes les beautés ; ils ont crû quil ny avait pour la Fable que le simple et le naïf de M. de la Fontaine ; le fin, le délicat, le pensé de M. de La Motte leur ont échappé, ou ils nont pas su le goûter. À ses Tragédies, on a vu les mêmes personnes pleurer et critiquer ; leur sentiment, plus sincère, déposait contre leur injustice ; ils se refusaient à ses douces émotions, et mettaient limprobation à la place du plaisir.

Avec quelle dignité et quelle bienséance [PDF p. 24/ Livre p. VI] n’a-t-il pas répondu à la Critique amère de Madame Dacier ? Enfin, nous jouissons de son mérite et de ses talents, et la malignité du siècle lempêche de jouir de sa gloire et de son immortalité. Pour moi, je le vois avec les mêmes yeux que la postérité le verra.

La constante amitié de M. de Fontenelle pour M. de La Motte, fait léloge de tous les deux ; le premier ma dit que le plus beau trait de sa vie était de navoir pas été jaloux de M. de La Motte. Jugez du mérite dun Auteur, quun aussi grand homme que M. de Fontenelle a trouvé digne de sa jalousie.

 

 

* Il s'agit d'Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles, marquise de Lambert (1647-1733).

 

Source bibliographique : LA MOTTE, Antoine Houdar de (1672-1731), Œuvres de Monsieur Houdar de La Motte, l'un des Quarante de l'Académie française, dédiées à S.A.S.M. Le duc d'Orléans, première Partie, premier tome, Paris, Prault l'aîné, 1754, 9 tomes en 10 vol. ; in-12, format document PDF, domaine public, Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Z-23372, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30729954k, Bibliothèque nationale de France. Transcription et remaniement par Dina SAHYOUNI.
 
 

***

Pour citer ce texte

Mme de Lambert, « Portrait de Monsieur de La Motte par feue Madame la Marquise de Lambert », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Premier colloque international & multilingue de la SIÉFÉGP sur « Ce que les femmes pensent de la poésie : les poéticiennes », mis en ligne le 23 janvier 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/lamotte.html

Dernière mise à jour : 15 juin 2017

© Tous droits réservés                            Retour à la table des matières 

Partager cet article

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans colloques en ligne

Rechercher

À La Une

  • N°6 | Printemps 2017 | Penser la maladie et la vieillesse en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°6 | PRINTEMPS 2017 Penser la maladie & la vieillesse en poésie Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo : Claude...
  • N°6 | Sommaire
    N°6 | Sommaire Mise en ligne progressive avant la parution du numéro en version imprimée Le Pan poétique des muses publie aussi un Supplément au sixième numéro afin de répondre à vos nombreuses demandes de publication Merci bien de votre intérêt pour...
  • Pour une main tendue
    Dossier majeur | Textes poétiques Pour une main tendue Jean-Claude Paillet Pour une main tendue Un sourire, une voix Au bord de la vie Pour un autre regard, une attention D’une brindille d’espoir Allumez un feu de joie Pour l’enfant qui joue Insouciant...
  • Catherine Gil Alcala, La Somnambule dans une Traînée de Soufre, éd. La Maison Brûlée, 2017, 108 p., 13€
    Critique & réception Catherine Gil Alcala La Somnambule dans une Traînée de Soufre éd. La Maison Brûlée, 2017, 108 p., 13€ Dina Sahyouni © Crédit photo : image de la 1ère de couverture illustrée par Catherine Gil Alcala Joliment présenté, le recueil intitulé...
  • Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha
    Compte-rendu Bémol artistique & poétique Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha Texte & illustrations Mustapha Saha © Crédit photo : « Adonis, Mustapha Saha et Élisabeth Bouillot-Saha...
  • Contribuer à l'Encyclopédie évolutive de la poésie mineure
    Appel à contribution Contribuer à l'Encyclopédie évolutive de la poésie mineure « La poésie est le langage naturel à tous les cultes » (Germaine de Staël (Mme la Baronne de Staël-Holstein, 1766-1817)* La poésie est partout et nulle part, elle brode nos...
  • La poésie malgré la pluie !
    Compte rendu du récital d'Apollonia Événement poétique avec un membre de la revue LPpdm La poésie malgré la pluie ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Récital d'Apollonia , image fournie par Françoise Urban-Menninger...
  • Adonis en fraternité poétique
    N°6 | Muses au masculin (/genre en poésie) Article Adonis en fraternité poétique Cette rubrique est dédiée aux hommes & au masculin qui inspirent les hommes poètes & artistes Mustapha Saha Sociologue, poète, artiste peintre © Crédit photo : "Adonis et...
  • Polychromies lyriques avec Adonis, Haider et Mustapha Saha
    Bémol artistique & poétique Polychromies lyriques avec Adonis, Haider et Mustapha Saha Texte & illustration de Mustapha Saha © Crédit photo : Portrait d’Adonis par Mustapha Saha Peinture sur toile. Dimensions : 100 x 81 cm Adonis est sans doute aujourd’hui...
  • À la dérive & Elles s'en vont les joyeuses pensées
    Dossier majeur | Textes poétiques Poèmes d'une aïeule À la dérive & Elles s'en vont les joyeuses pensées Amélie Gex À la dérive [P. 182/P. 186 PDF, « En fermant le livre »] J'ai vu s'enfuir ma riante jeunesse Comme un parfum s'envole d'une fleur !......