23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

 

Poème intédit

 

 

 

Les Porteuses exilées

 

 

 

 

 

Angèle Bassolé-Ouédraogo

 

 

 

 

Il est des portes qui s’ouvrent

Il est des portes qui se ferment

Les portes de l’exil s’ouvrent et se ferment

 

 

S’ouvrent et se ferment

Pour des Porteuses en quête d’Afrique

Des Porteuses en quête d’humanisme

 

 

L’Humanité a perdu le Nord

Une fois le Cap de Bonne Espérance franchi

Ici

Les cœurs sont froids

Comme l’hiver

 

 

Les mains ne se tendent pas

Même pas pour le salut de Paix du Christ

Non !

 

 

 

 

 

 

 

L’autre est une menace

Menace perpétuelle

Menace permanente

Partout

 

 

Au travail

Dans la rue

Dans les églises

 

 

Peur

Peur de l’autre

Peur de ce que l’on ignore

Peur de ce que l’on n’est pas

Ne saurait être

 

 

On parle d’Amour

On parle de Charité

On parle de Fraternité

Paroles

 

 

 

 

 

 

 

 

Paroles dans mon cœur en exil

Mon cœur et mon âme

Hors de mon corps

Mon être désintégré

 

 

Ma Lune et mon Soleil

Brillent et se lèvent au vent du sud

Le nord a épuisé  mes réserves

 

 

Car le soleil y brille inutilement

Il brille et me fait manquer de

Vitamine D

 

 

Ce soleil de décor

Que poursuivent des âmes désespérées

Désespérées et prêtes à mourir sur les côtes de Lampedusa

Pour un soleil

Qui ne se lèvera jamais au-dessus de leurs yeux fermés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Porteuses sont là

Tenaces

Tenaces et fermes

Fermes et déterminées

Déterminées

Comme une armée rangée en bataille

 

 

Les Porteuses restent Debout

Les Porteuses restent braves

Parce que telle est leur destinée

 

 

Rester Debout

Debout toujours

Même couchées

Les Porteuses sont à  jamais

Debout

 

 

Debout

Pour garder le flambeau allumé

Allumé

Pour les générations de Porteuses

À venir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gardiennes du feu sacré

Elles ne renoncent pas

Ne renoncent jamais

Grande est l’adversité

Forte est leur résistance

 

 

Debout

Est leur devise

Debout toujours

Debout à jamais!

 

 

Comme Yennenga

Comme Abla-Pokou

Comme Ndette Yalla

Comme Nzingha

Comme Wêemba

Debout

 

 

Salut,

Mères!

Les Porteuses regardent

Altières et fières

L’horizon plein d’incertitudes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Porteuses écrivent Demain

Avec Aujourd’hui

Car Hier N’existe plus

 

 

Demain est bleu

Bleu indigo

Comme l’horizon

L’horizon que dessine ma grand-mère sur ses batiks

 

 

Il est de portes qui s’ouvrent

Il est des portes qui se ferment

Se ferment et se referment

Mais l’Espérance des Porteuses

Demeure

Intacte !

 

 

Intacte

Comme leur Foi

En Demain

Demain

Qui ne saurait ressembler à Hier

 

 

 

 

 

 

 

 

Hier est passé  avec sa boue

Sa boue de hontes

Sa boue d’humiliations

Sa boue de railleries

 

 

Hier est passé

Avec sa horde d’errances

 

 

J’ai planté  ma tente

Dans un pays nommé 

Exil

 

 

Être et ne pas être

Dans une île

Exister

Dans l’ailleurs

 

 

Être ici

Être ailleurs

Être nulle part

Nulle part ailleurs

Nulle part au monde

 

 

Car les Sans Pays

Ont pour citoyenneté

Nulle Part

 

 

 

 

 

 

Ni d’ici

Ni d’ailleurs

Jamais de Nulle Part

 

 

Les Étoiles sont nos compatriotes

Car nous avons toujours les yeux fixés au Firmament

Là où se dessinent nos rêves

Là où s’écrivent nos poèmes

 

 

Je suis née là

Depuis des lunes

Je viens de là depuis des pluies

 

 

Je vis ici depuis

Des printemps

Automnes

Étés et

Hivers

 

 

Mais toujours de Nulle Part

Nulle Part ailleurs

Est mon Pays

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon Pays

Mon Pays

N’est plus de là

Ne sera jamais d’ici

 

 

L’exil est empreint

Dans mes paumes

Comme un stigmate

 

 

Un stigmate précieux

En moi

Précieux en mon cœur

Précieux en mon âme

 

 

Je lis et écris l’exil

Dans ma paume

L’exil

Dans mon cœur en miettes

L’exil

Dans mon âme désorientée

 

 

L’exil de mes rêves

Rêves de Liberté

Rêves d’Égalité

Rêves de Fraternité

 

 

 

 

 

 

 

J’ai chanté être

À tous les temps

Je suis de là et d’ailleurs

Je suis d’ici et de là

Je serai toujours

L’Exil

 

 

 

 

Les Porteuses exilées

Chantent des Cantates

Pour des Soleils Libres

 

 

Exilées pour rêver

Rêver la Liberté

La Liberté enfouie dans nos déserts sans noms

Nos déserts sans limites

Nos déserts sans frontières

 

 

Les Porteuses exilées

Vous saluent !

Les Porteuses exilées

Vous disent

Mères,

Merci !

 

 

 

 

 

Pour citer ce poème

 

 

Angèle Bassolé-Ouédraogo, « Les Porteuses exilées »,  in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques :  « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai 2012.

URL.  http://www.pandesmuses.fr/article-porteuses-exilees-103740903.html ou URL. http://0z.fr/8629m
  

 

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent,

 

 

http://www.cief.org/nouvelles/2004/index.html

 

http://www.cief.org/congres/2004/ecrivains/bassole.html

 

http://www.africultures.com/php/index.php?nav=livre&no=2763

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ang%C3%A8le_Bassol%C3%A9-Ou%C3%A9draogo

 

Avertissement

Les documents présents au-dessous sont protégés tous droits réservés aux éditions L'Interligne et à la revue Amina, ne les téléchargez pas.

 

Communique Yennenga[1] Communique Yennenga[1]

Article de la revue AMINA, n°454, 2008 du livre Les porteuses d'Afrique (Angèle Bassolé-Ouédraogo Article de la revue AMINA, n°454, 2008 du livre Les porteuses d'Afrique (Angèle Bassolé-Ouédraogo

 

 

Auteur(e)


 

Angèle Bassolé-Ouédraogo

 


 

Née en 1967 à Abidjan en Côte d'Ivoire, Angèle Bassolé est chercheuse associée à l'Institut d'études des femmes de l'Université d'Ottawa. Elle est aussi écrivaine et éditrice.


Journaliste de formation et de profession, critique littéraire, elle est détentrice d’un Doctorat en Lettres françaises. Spécialiste de poésie (sociocritique) et des études de femmes (EFH : Égalité femmes/hommes), sa thèse a porté sur la poésie des femmes d’Afrique francophone.

 

En 2004, elle remportait le Prix Trillium de poésie pour son recueil Avec tes mots. Son 5erecueil,Yennenga est sorti en librairie au mois de février 2012. Elle anime une chronique socio-politique et culturelle dans le bi-hebdomadaire L’Événementipublié au Burkina Faso.

 

 

Note

i L’Événement, bi-hebdomadaire d’informations publié au Burkina Faso est spécialisé dans le journalisme d’enquête (url. www.evenement-bf.net)

 

 

 

 


 



 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!!
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réflexions féministes sur l'actualité Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Capture d'écran...
  • Firmaman, textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret...
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Critique & réception Firmaman textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret. Ouvrage paru aux éditions Sans Escale avec une couverture signée par Jacques Cauda Françoise Urban-Menninger Blog officiel...
  • Agnieszka Holland, "Le Procès de l’herboriste", avec Ivan Trojan, Josef Trojan et Juraj Loj ​​​​
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Chroniques de Camillæ/Poésie & Cinéma ou Chroniques cinématographiques Agnieszka Holland, Le Procès de l’herboriste, avec Ivan Trojan, Josef Trojan & Juraj Loj Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/...
  • Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réception d'autrefois | Presse, média, femmes & genre Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier Paul Smith Réception journalistique choisie & transcrite par Dina Sahyouni Crédit photo : Des inondations...
  • Pluie de caresses
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Pluie de caresses Michel Orban Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et de sa maison d'édition. © Crédit photo : Présentation visuelle avec extraits du recueil de...
  • No 8 | ÉTÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 8 | ÉTÉ 2021 PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo :...
  • No 8 | Sommaire
    N° 8| SOMMAIRE PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en septembre 2021....
  • la rose en fer forgé
    N°8 | Dossier majeur | Florilège de poétextes la rose en fer forgé Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Françoise Urban-Menninger, "la rose en fer forgé", photographie prise dans un cimetière à Strasbourg. c'est...
  • L'inondation de 1856
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poésie des ancêstres | Faits divers & catastrophes L'inondation de 1856 Fanny Forestier Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni Crédit photo : Des inondations de 1856 en France, image de Commons. III...