4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 11:23

 

S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages


 

 

La transphobie tue, 

 

elle commence à l'Université !

 

 

Pomme François-Ferron pour le Collectif Copines

 

 

 

Le 20 novembre, c'est la Journée internationale de la mémoire transgenre.

Cette journée, nous nous recueillons pour les victimes de transphobie assassinées ou poussées au suicide par un système excluant.

Nous nous recueillons pour des personnes qui meurent toute l'année.
 

Nous nous recueillons pour y penser tout le temps, et pour pousser encore un cri d'alerte pour les années à venir.
 

Combien de victimes encore pour réagir ?

 

La transphobie commence au niveau politique : par l'État, les collectivités ; et se perpétue dans les autres institutions et sphères sociales.

 

L'Université de Strasbourg EST concernée, en tant qu'institution et sphère sociale.

 

Parce que les étudiant.e.s trans sont plus sujet.te.s à être harcelé.e.s sur le campus, à abandonner leurs études ; que le taux de chômage des personnes trans est dramatique.

 

Il n'y a qu'à regarder les nombreuses études à ce sujet, et parmi celles disponibles de nombreuses aux États-Unis notamment.
 

Parce qu'en France 69% des jeunes trans de 16 à 26 ans auraient déjà pensé au suicide, selon un rapport d'Homosexualité Et Socialisme daté de 2014, d'après une enquête réalisée en ligne. Qu'en général 3 à 4 personnes trans auraient déjà tenté de se suicider.

 

Dans la vie d'une personne trans à l'Université, la transphobie est un problème quotidien.
 

La politique universitaire actuelle mène au mégenrage, à l'outing forcé (la révélation publique de la transidentité d'une personne), à la mise en cause de la légitimité de l'identité de genre de ses étudiant.e.s et salarié.e.s, des prénom et pronom utilisés quotidiennement dans leur vie sociale, etc.
 

Nous profitons des élections du CA et de la présidence de l'Université pour passer cet appel.
 

Nous exigeons...

 

  1. le respect du prénom d'usage de tout.e étudiant.e, professeur.e ou autre salarié.e sur simple demande, sur tous les documents administratifs, pédagogiques ou autres (dossier étudiant, listes d'appel, résultats d'examens, carte étudiante, nom des professeur.e.s sur les programmes, etc.),


 

C'est une mesure si simple à mettre en place. Elle ne gêne en aucun cas la reconnaissance administrative des étudiant.e.s et du personnel, et des mesures similaires sont déjà mises en place dans des universités à travers le monde sans avoir à attendre les changements législatifs sur la mention du genre à l'état civil.

 

Elle facilite et allège le processus de transition. Elle évite une confusion qui peut survenir à tout moment quand l'étudiant.e/la.e salarié.e et/ou son interlocuteur.rice est confronté.e à une identité qui n'est pas la sienne, alors même qu'on l'utilise quotidiennement, l'obligeant souvent à s'expliquer, à être confronté.e au regard des autres, pouvant ainsi mettre son intégrité physique et morale en danger, réduisant toujours au genre assigné à la naissance.


 

  1. la formation et la sensibilisation du personnel administratif et pédagogique de l'université, en contact avec les étudiant.e.s et leurs collègues, aux enjeux trans,


 

Si doute il y a sur l'identité de genre des étudiant.e.s et salarié.e.s, éviter les « Monsieur/Madame », éviter de genrer, sinon demander les prénoms à utiliser. Préférer un contact inclusif, non-genré, non-discriminant. Être préparé.e à recevoir des étudiant.e.s et du personnel trans, à les orienter vers les procédures qui pourraient les concerner comme le changement de prénom.


 

  1. la demande à tou.te.s les étudiant.e.s par leurs professeur.e.s, au moins à chaque début d'année, du pronom qui leur correspond le mieux,


 

Pour signifier à tou.te.s les étudiant.e.s, quelle que soit leur identité, que nous sommes les bienvenu.e.s en tant que nous-mêmes. Pour offrir un espace sécurisé, en désarçonnant dès le début les préjugés potentiels des classes sur l'identité de genre, et une ouverture aux personnes trans qui n'osent pas faire leur scolarité sous l'identité de genre qui leur correspond et en souffrent. Ce pronom est ensuite respecté par l'ensemble des professeur.e.s, sauf bien entendu rectification de la part d'un.e étudiant.e quant au pronom à utiliser.


 

  1. la formation et la sensibilisation des responsables associatifs aux problématiques des étudiant.e.s trans, pour garantir une vie associative inclusive,


 

Les événements associatifs où les rôles de genres sont caricaturés, cloisonnés, et autres événements sexistes, homophobes, biphobes, transphobes, etc., sont oppressifs pour les personnes trans, binaires ou non-binaires. Il est nécessaire d'informer sur les mots, les comportements, les règles à suivre, les représentations qui seraient le relai de cette oppression.


 

  1. la mise en place de toilettes neutres sur le campus,


 

À l'Université comme partout, les étudiant.e.s, salarié.e.s transgenres et les personnes non conformes dans le genre en général, comme les autres, ont besoin d'utiliser les toilettes, mais se retrouvent souvent à ne pas pouvoir soit par crainte du regard que vont porter les autres sur le genre (réel ou supposé) qui leur a été assigné à la naissance, soit parce que ce sont personnes assignées garçon à la naissance mais d'une identité ou  expression de genre féminine qui souhaitent utiliser des urinoirs, soit parce que ce sont des personnes non-binaires qui ne se reconnaissent ni d'un côté ni de l'autre...


 

Il existe des toilettes neutres dans de nombreux lieux publics. Nous ne demandons pas la construction d'autres toilettes, encore moins la désignation de toilettes « pour personnes trans ». Nous ne demandons à ce qu'on réfléchisse à ne plus genrer les toilettes : pourquoi pas toilettes avec urinoirs et toilettes sans urinoirs ? Avant de se poursuivre ainsi avec les toilettes collectives, en même tant qu'on sensibiliserait sur l'enjeu d'une telle mesure pour éviter les réticences, cela peut commencer très simplement par les toilettes individuelles ; et en attendant garantir l'accès à tout le monde aux toilettes de son choix.


 

  1. les développement des études de genre et plus largement des études culturelles, postcoloniales, etc., en elles-mêmes et dans l'ensemble des filières universitaires.


 

L'enseignement et la recherche ne doivent pas céder face aux illuminé.e.s de la « théorie du genre ». Elle doit ouvrir ses disciplines aux aspects analytiques et critiques des études de genre, pour prendre conscience de la construction des genres, du rôle du genre dans tous les domaines de la vie sociale, même à l'Université. L'enseignement du genre à l'Université doit également pouvoir décentrer le regard de la binarité du genre occidentale pour voir les rôles et les identités de genre ailleurs dans le monde, mais également l'intersection entre genre, race et classe.

 

À l'attention de l'Université de Strasbourg et de ses composantes,

un appel du Collectif Copines avec Support Transgenre Strasbourg,

soutenu par : l'ANT (Association nationale transgenre), CLASH (Convergence des luttes anti-spécistes et humaines), Efigies-Strasbourg, la Krutenau insoumise, La Station – Centre LGBTI Alsace, le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) 67, l'Observatoire des transidentités, Osez le féminisme ! 67, la SIÉFÉGP (Société internationale d'études des femmes et d'études de genre en poésie) et ses différents périodiques, Solidaires Étudiant.e.s Strasbourg, Sud Éducation Alsace, l'UEC (Union des étudiants communistes) de Strasbourg, l'UNÉF (Union nationale des étudiants français) Strasbourg


 

Cet appel est ouvert au soutien de tout.e association, syndicat, amicale, etc., qui souhaiterait y donner de la voix. Nous profitons de cet événement ainsi que de l'approche des élections du CA et du président de l'Université de Strasbourg passer cet appel que nous ouvrons à vos potentielles signatures. Nous adresserons directement ainsi que publiquement cette lettre ouverte telle quelle, sans modification, car nous ne vous contactons pas faire des compromis sur son contenu, avec la liste des groupes qui seront déjà signataires. Cette liste pourra toujours être rallongée ultérieurement.

 

Pour signer cet appel merci d'écrire au Collectif copines à l'adresse suivante : collectif.copines@gmail.com

 

 

***

 

Pour citer ce texte

  

Pomme François-Ferron pour le Collectif Copines « La transphobie tue, elle commence à l'Université ! », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°9 (publication partielle de nos derniers numéros imprimés de 2016) [En ligne], mis en ligne le 4  décembre 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/appel.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire

Partager cet article

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm Numéros

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°10
    Publication successive Lettre n°10 Nous fêtons dans cette Lettre Le Printemps des Poètes au féminin & le festival Megalesia 2017 jusqu'au 31 mars 2017 30 avril 2017 Crédit photo : Allegoria dell'Inclinazione 1615-1616 (Allégorie de l'Inclination) par...
  • Vive la Retraite !
    Dossier majeur | Textes poétiques Vive la Retraite ! Joan Ott © Crédit photo : (illustration à venir) Synopsis Enfin retraités après une longue vie de labeur, Aline et Germain ont acheté une île déserte au beau milieu du Pacifique où ils comptent couler...
  • Dossier majeur | Textes poétiques Vive la Retraite ! Joan Ott © Crédit photo : (illustration à venir) *** Pour citer ce poème Joan Ott , « » , Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques...
  • Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ?
    Dossier majeur | Textes poétiques Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ? Sylvie Troxler © Crédit photo (illustration à venir) Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ? J’suis pas un chien tout de même ! D’accord, j’ai tout...
  • Vieilles dames vénitiennes
    Dossier majeur | Textes poétiques Vieilles dames vénitiennes Chantal Robillard Ce texte est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteure de son blog officiel Venise, poèmes de voyage © Crédit photo : (illustration à venir) Mon hôtesse m’annonce...
  • Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout
    Femmes, poésie & peinture Avant-première Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Crédit photo : La Paix ramenant...
  • Penser la maladie et la vieillesse en poésie
    Dossier majeur | Introduction du n°6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : (illustration à venir) À l'heure où s'achève à Strasbourg la septième édition du Forum Européen...
  • La Place des femmes dans la peinture de Camille Pissarro
    Dossier majeur | Femmes, poésie & peinture Avant-première La Place des femmes dans la peinture de Camille Pissarro Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Crédit photo : affiche de l'exposition...
  • Haiku za Tatjanu Debeljački 2017 / Haiku for Tatjana Debeljački 2017
    Annonce de parution / revue des éditrices Haiku za Tatjanu Debeljački 2017 / Haiku for Tatjana Debeljački 2017 Tatjana Debeljački © Crédit photo : couverture illustrée du recueil fournie par l'auteure Poeta konkurs / Poeta contest Haiku za Tatjanu Debeljački...
  • Brève chronique sur "Adèle" de Patricia Kaas
    Femmes, poésie & musique Pour la Journée Internationale de la Femme Brève chronique sur "Adèle" de Patricia Kaas Dina Sahyouni La chanson « Adèle » interprétée par Patricia Kaas s'adresse à toutes les femmes parce qu'elle éclaire la condition féminine...