14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 17:25

 

Littérature de jeunesse & critique

Rubrique créée à l'initiative de Laure Delaunay

 

« Le voyage de Chihiro » et mai 68

 

 

 

Laure Delaunay 

Rédactrice de la revue LPpdm et responsable des rubriques

"Poésie & Théâtre",  "Poésie italienne" & Littérature de jeunesse"

Site officiel : https://lauredelaunay.com/

 

 

 

Il y a longtemps, en 2002, je crois, j’ai vu le film « Le voyage de Chihiro » et cela a été une expérience bouleversante. Et cela m’a posé d’infinies questions sur mon éducation.

 

Mon père a été maoïste, ma mère fille d’instituteurs communistes m’a transmis de profondes valeurs de gauche.

Mais voilà, en voyant ce film, je les ai reconnus. J’ai reconnu peut-être leur côté obscur.

Au début du film, la petite arrive avec ses parents dans une sorte de fête foraine déserte. Les parents se mettent à manger, la laissant seule. En mangeant, ils se transforment en cochons. Et la petite est seule, seule. Alors elle entreprend un voyage. Un long et périlleux voyage, un périple....

J’en ai beaucoup voulu à mes parents d’avoir été des sortes de jouisseurs insouciants. Mon père disait souvent : « on n’est pas sérieux quand on a 17 ans et moi, j’ai toujours 17 ans ». Alors pourquoi devenir père si on rêve d’être un éternel adolescent ?

Et puis. Et puis la vie m’a appris à reconnaitre le profond humanisme qui les habite tous les deux. La vie m’a appris qu’ils s’aiment profondément et que c’est pour cela que, parfois, ils s’occupent aussi d’eux. La vie m’a appris que le plaisir, sexuel, de bouche, est la seule réalité appréhendable qui peut dissiper toutes nos illusions.

La vie m’a appris que mes critiques à leur égard étaient peut-être légitimes mais qu’elles étaient aussi amères.

Aujourd’hui, donc, je suis en voyage. Je voyage. Oui, je voyage. C’est un plaisir infini. Que je leur dois.

Parce qu’ils m’ont montré le chemin de l’audace et de la responsabilité, le chemin qui vibre et qui jouit et non pas celui qui se tait, coupable. Le chemin de la vie.

J’ai le souvenir de beaucoup de heurts avec mon père. À table. Sobre mesa. Discussions intellectuelles infinies.  J’y prenais un grand plaisir. Mais lorsqu’avec les études j’ai compris que j’avais le droit de penser autre chose que lui, j’ai fini par devenir féministe et par prendre conscience qu’inconsciemment, il utilisait l’argument d’autorité du sexe pour asseoir sa pensée. Je me suis violemment rebellée. Il y a eu beaucoup de vagues. Ma mère, féministe dans sa jeunesse, toujours féministe d’ailleurs, a été d’un grand secours, sans jamais blesser mon père.

 

Aujourd’hui, je sais que nous avons construit ensemble, tous les trois, un féminisme intelligent qui a deux principes forts et indéracinables : l’amour des hommes et le respect des femmes.

C’est en ce sens que je m’engage en féminisme. J’ai récemment découvert la pensée de Judith Butler qui est essentielle et souvent, je le crois, mal comprise. Deux concepts cardinaux l’animent : celui de la vulnérabilité et celui de la performativité du langage.

Ces deux principes pour moi sont tout à fait compatibles avec ce que m’ont appris mes parents. La puissance de la parole de mon père m’a appris à savoir dire ce que je pense. La vulnérabilité assumée mais non complaisante de ma mère a créé en moi le désir d’un homme qui sache être une vraie épaule sans jamais être une cage.

Je crois donc très profondément que les progrès du féminisme ne se feront pas sans les hommes. J’avais ainsi lu, au hasard de mes lectures, dans un livre dont s’était occupé Andrea Fabiano, professeur de littérature italienne à la Sorbonne, quelque chose qui m’avait beaucoup marquée. Il disait que la réputation des femmes tient beaucoup aux hommes. Oui, je crois à cela. Je crois que notre responsabilité de femme c’est de savoir aimer les hommes qui ont compris cette vérité. Pas les autres.

 

***

 

 

Invitation à lire cet écrit : cette critique censée être adressée à la jeunesse et liée à un film destiné à la jeunesse et aux adultes illustre en partie le modèle méthodologique de l'interprétation intitulé la "Madeleine de Proust" (dont parle D. Sahyouni, voir « Pierre Le Pillouër ou l’infatigable acteur du renouveau de la poésie française ») qui permet de vivre et d’interpréter l’œuvre artistique comme une expérience esthétique empirique de la subjectivité. Ce texte est absolument à lire !

***

Pour citer ce texte

Laure Delaunay, « "Le voyage de Chihiro" et mai 68 »Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°8 [En ligne], mis en ligne le 14 juillet 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/07/chihiro.html

© Tous droits réservés   Retour au sommaire

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 10 | AUTOMNE 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 10 | AUTOMNE 2021 CÉLÉBRATIONS DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE AVEC LES INVITÉES...
  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. Ce premier numéro sera entièrement mis en ligne le 30 septembre...
  • Vision d’Iran / Visión de Irán
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège Vision d’Iran / Visión de Irán* Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Crédit photo : photographie d'une villageoise du désert iranien,...
  • À une Soudanaise et La mort d'une joyeuse
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations , Événements poétiques | Justice pour elles ! | Poésies féministes & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège À une Soudanaise & La mort d'une joyeuse* Imèn Moussa Poétesse, Docteure en Littératures...
  • Le Prix Littéraire de Dina Sahyouni
    N° 10 | Célébrations | Actions en faveur des femmes & LGBT+ [parution numérique uniquement] Le Prix Littéraire de Dina Sahyouni SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie. Crédit photo : Image d'une auteure "Ana de...
  • No 8 | ÉTÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 8 | ÉTÉ 2021 PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo :...
  • No 8 | Sommaire
    N° 8| SOMMAIRE PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en fin septembre...
  • Éditorial
    N°8 | Penser la maladie & la vieillesse en poésie | Édito Éditorial Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème La vieillesse en poésie existe-t-elle réellement ? On peut en douter quand on découvre le magnifique livre de Léo Henry qui...
  • La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience de la peintre tunisienne Youssra Chouchène
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations | Entretien artistique & Féministe | Réflexions féministes sur l'actualité | Revue culturelle d'Afrique & d'Orient La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience...
  • À Béatrice Bonhomme
    N° 10 | Célébrations | Dossier majeur | Florilège À Béatrice Bonhomme Michel Orban Ta poésie est souffle d’oiseau, Parole du regard, silence de la lumière. Elle métamorphose l’anonymat du désert En lieu-dit du bout du monde. Elle déshabille la pierre,...