24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 12:29

 

Nouvelle pour La journée internationale de la femme

 

La baronne de la rue

 

 

 

Valéry Meynadier

 

Illustration de Dominique Bertrand

La baronne de la rue

 © Crédit photo :  Sans titre par l'artiste Dominique Bertrand, 2016

 

Sur ma tombe, je le veux ce mouchoir. La croix si vous voulez, à vot’bon cœur messieurs dames, mais ce mouchoir je le veux, je l’exige. & si je n’ai pas de tombe… alors dans la bouche, il vient avec moi. Là-dedans, il y a des larmes d’amour. Les seules jamais versées.

Pas rose la vie d’une pute. Oui pardon je suis j’étais, de cette profession ténébreuse. La nuit se fait autour de nous quand l’orgasme au rendez-vous. Déjà un pied dans la tombe.

Suffit de pas grand chose, une bonne petite misère, des frères, des sœurs & la notion de sacrifice qui plane l’air de rien, sans mot, innomé qui tombera sur la plus belle d’entre nous.

J’étais belle, le printemps à côté, les neiges éternelles, le corniaud qui sort de la matrice ; y en a un je me souviens il était venu me voir, juste pour fêter l’avènement, tout juste papa d’une heure & le vlà la queue percussive dans mon ciel vaginal. & je suis douée d’un silence de rossignol quand il vient juste de se taire, qu’on entend encore la vibration.

Le silence on l’a ou on l’a pas, c’est un client qui m’a dit ça un jour. Lui, il me demandait de chantonner pour le mettre au garde-à-vous. & après bah la routine.

Je suis de Nice. Faut bien être de quelque part. J’aurais aimé naître dans le ciel, je veux dire dans un avion, apatride.

Une pute c’est un peu ça.

Dans ses yeux à lui, je me sentais devenir pays. Dans mes yeux d’aucuns pays, j’étais sa terre.

Nice, une ville carte postale toute blanche, peut être pour ça que mes parents m’ont appelé Blanche. Y a des villes, faudrait les rayer de la carte. Cette Promenade des Anglais qui longe la Baie des Anges & toujours fleurie avec ça été comme hiver. Ça me rappelle la tombe de ma grand-mère, des chrysanthèmes à perpétuité.

Je travaillais à l’Alhambra, un hôtel qui se la jouait oriental, flanqué de deux minarets sur son toit terrasse, tu pénétrais la bâtisse, t’étais déjà ailleurs, pourtant toujours à Nice, dans le quartier de Cimiez. On m’appelait la baronne de la rue.

Au deuxième étage, ma chambre avec vue sur palmiers géants, palmiers nains tout ébouriffés. Ça sentait bon l’eucalyptus. Il montait sur cet arbre pour me rejoindre. Un petit saut sur le balconnet, il était là. Il planquait son bicloo plat comme une limande entre deux Mercedes & se faufilait ni vu ni connu par un trou qu’il avait fait à coups de cisailles dans le grillage. Je mettais un mouchoir flocon de neige sur le balconnet, signe que l’heure était venue.

 

Vingt ans de moins que moi. Le premier homme de ma vie. Mon fantôme du futur. Après lui pas d’après. Pourquoi cela a si mal tourné ?

 

Il apparaissait dans l’encadrure de la fenêtre sur le fil de fer de la balustrade, il se détachait du fond de l’air, se déchirait de l’air pour venir jusqu’à moi, en moi. Brise folle & me brisait, me laissait en totale méconnaissance de mon être pour ne laisser qu’un désir primitif d’être auprès de lui. Sans rien d’autre que ce désir dans un silence accompli. Après il partait, sa voix allait habiter d’autres espaces tandis que son silence m’appartenait.

Combien de fois, avant qu’il ne soit là j’ai enceint avec tendresse la rampe du balconnet, je craignais qu’il ne tombe à la renverse. Il ne s’agissait que d’une fraction d’instant mais… rien ne devait lui arriver.

Coucher avec toi c’était… mon visage se répandait, descendait en profondeur & jouissait à l’unisson de nos sexes enfin heureux. Je veux dire, nos sexes toujours cachés devenaient visages de l’humanité en proue dans le temps & qu’ils enfantaient d’autres visages sur mon visage renaissant.


 

Après dans le miroir, je n’étais plus la même. Jamais la même. Jamais plus la même & il repartait sur ses jambes, les jambes de ma vie. Quand je le chevauchais, je devenais centauresse. Il n’avait pas qu’un pénis entre les jambes, il avait des mots durs comme la pierre pour me construire un barrage, une maison & une alliance & … attention, le bonheur, ça rend jaloux. Surtout le bonheur d’une pute.

De moins en moins, j’étais la baronne de la rue, je « désevenais » je veux dire. Dans le hall de l’Alhambra quand j’allais chercher le client, mon image ne collait plus à la foule de miroirs. Quelque chose qu’ils ne parvenaient plus à saisir, un sourire, une buée…  

J’avais une pute-amie, une marquise, une vraie, elle me disait : fais attention Blanche, quand on vient de là, on a pas le droit de partir, ça va mal finir…

Je lui rétorquais : Je veux faire une grève de la fin avec lui, jamais de fin…

 

En vérité, la fin n’est jamais venue. Mon mouchoir de neige fondue noire est toujours là. Il reviendra, il le verra. C’est la mort qui s’est mis en travers de nous. Ni la sienne, ni la mienne mais celle d’un gueux. Même si la mort de ce gueux n’a gêné personne, la justice s’en est mêlée.

C’était il y a longtemps, à la suite d’une fornication en règle avec le gueux, j’ai eu le droit à un tabassage en règle. Ce n’était pas la première fois. Seulement Patrick était là dans ma vie & quand il a vu mon visage démonté… il m’a harcelé une semaine durant. J’ai tenté de protéger l’aut’gueux, un bon client tout de même. À bout de silence j’ai fini par cracher le nom du pharmacien, c’était lui le gueux. Mon Patrick avait des biceps à faire saliver les taureaux. Il l’a laissé dans la rue rampant comme un asticot bien vivant.

Seulement, deux jours plus tard, ce sale asticot bien vivant était poignardé dans le dos & devenait bien mort. Il baissait le rideau de fer de sa pharmacie. Lâchement dans le dos plusieurs fois. Pas de témoin. Pas le genre de Patrick mais coupable désigné. Il était avec moi quand c’est arrivé.

Je n’ai eu cesse de le répéter : À 20 heures, je vous dis … avec moi.

La parole d’une pute n’a aucune valeur. Il a été contraint de fuir & vite.  


 

Je pensais continuer la besogne, seulement j’ai été débaptisée & rebaptisée : la baronne de la poisse. Le pharmacien avait une certaine notoriété.

& puis je ne pouvais pas rester enterrée vive dans une carte postale avec plus personne pour écrire dessus. J’ai été envoyé à Paname. Un peu de Paris me ferait du bien…

Dans la poche la rue Saint-Denis où la rumeur court toujours que les putes sont là depuis plus de mille ans. J’avais mille ans. Juste à côté la Sainte Eustache, grande dame de pierre où les prières s’accrochaient & s’envolaient sans jamais t’exaucer. M’exaucera un jour. Il ne pouvait pas ne pas revenir.

À Paris, j’ai perdu le cœur & quand il ne reste que le vagin, ça pulse pas. J’avais envie de revenir. Comment ? Jusqu’à ce que je reçoive une lettre rue Blondel, tout près de la Saint Denis, je créchais là dans un hôtel saligaud. D’un ancien client, Guillaume, Guigui je l’appelais à l’époque, raide dingue de moi, il me proposait un petit studio dans l’est de Nice, en échange de… c’était pas inscrit noir sur blanc mais bon, j’ai assez turluté dans ma vie, j’ai appris à lire entre les lignes.

L’âge de la retraite étant dépassé, j’ai pas demandé mon reste, j’ai répondu : j’arrive Guigui.

Au début, on s’est promenés bras dessus dessous sur la Promenade des Anglais puis on a arrêté, c’était pas le bon bras, pas un gramme de biceps sous la chemise & autre chose d’indéfinissable.

J’étais pas à l’aise en face de lui, ses yeux toujours amourachés me restaient sur le cœur. Tiens donc j’avais un cœur de nouveau & qui me disait quelque chose. Pas pu rester au service du Guigui.

J’ai repris du collier dans le quartier de la gare. Trois mois j’ai tenu. Une pute ça devrait pas vieillir. Suis allée pleurer dans le bureau de la mairie, un ancien client, j’ai osé. Il avait le bras long, la pitié a fait le reste. Il a mis mon dossier sur le haut de la pile & la ville m’a relogée dans un HLM au bord du Paillon. Nice est traversée par deux fleuves : le Var & le Paillon. On était bien mon mouchoir & moi, près de l’eau le temps passe plus vite.


 

Une nuit, j’ai fait un rêve : je voyais le Guigui avec un couteau, il frappait frappait. Au petit matin, je me suis dis que ce rêve je l’aurais toute ma vie sur le cœur, il fallait que je le raconte à Guigui. Je suis allée l’attendre à la sortie de l’Uzine, dans le port, il était chef cuisinier. Ce qu’il était heureux de me voir ! On s’est retrouvés à marcher le long des bateaux. Quand je lui ai raconté le couteau & lui qui frappait, j’ai vu le masque du temps. C’était il y a trente ans & ce n’était pas un rêve, juste un souvenir où je n’étais pas & qui appartenait à Guillaume. Il m’a dit : pardonne-moi.


 

Je suis tombée à la renverse, pas que, dans la picole aussi, j’y étais déjà un peu mais là, chute libre. Très bas, très bas. J’ai été expulsé de mon HLM.

Ça ne m’empêche pas de rêver. Pas plus tard qu’hier, j’ai vu Patrick avec l’éduc-spé du coin. Pas possible que Patrick vienne jusqu’ici, trente ans plus loin. Je vivote dans une baraque dans un terrain vague qui clôture la ville. Une fenêtre sans vitre. Cassée la vitre avant même que je m’installe. Y a du plastique à la place & ça me va parce que sur le plastique, j’ai scotché mon mouchoir & devant le perron, j’ai étalé quelques coussins en soie devenus cradoques à force du temps.


 

Il fait froid, le mistral se lève, je me chauffe un café. J’habite aux quatre courants d’air & lalali lalère, j’habite lala li lala. Je rattrape un coussin qui s’envole quand brusquement ma carte du ciel s’enflamme, je veux dire que sur le mur devant le butagaz, j’ai punaisé une carte du ciel & une flamme échappée, haute déjà,  que faire, j’imite le vent, je souffle si fort de mon seuil, je suis loin du butagaz que la flamme s’éteint ! S’il se pouvait je regarde mon souffle. D’où il sort celui-là ? Tandis que lentement, minusculement la combustion continuait, grignotait de noir les constellations : Petit cheval, Flèche, Lynx… Longtemps, j’ai regardé le ciel des hommes disparaître sous mes yeux. Le gueux, Guigui, tous les autres, Patrick. Tremblante. Puis j’ai jeté le café & j’ai pris un grand verre d’eau fraîche, pour la première fois depuis longtemps, je me suis sentie désaltérée. Pardon accordé. Je venais de pardonner à Guillaume. Ce souffle jeté à la face du feu avait éteint en moi la haine ignoble & triste que je ressentais pour ce pauvre assassin. Tuer par amour. Quelle absurdité. & ce rêve ! Pourquoi ce rêve ? Pourquoi savoir ? Presque, à cet instant j’en ai voulu davantage à ce rêve qu’à Guillaume. J’ai pardonné aussi à mon rêve. C’est vrai, pourquoi savoir quand ça ne sert plus à rien ? Le gueux était mort. Patrick loin. C’était l’affaire de Guillaume, pas la mienne !

C’est fini, respire Baronne !

Ce rêve est-il allé voir Patrick ?

Bien sûr que j’ai eu de quoi boire, boire à rendre l’âme, mais c’est fini, fini.

Quelqu’un vient.

J’entends des pas dans la boue, c’est la gueule cabossée d’hier qui parlait avec l'éduc-spé, il prend mon mouchoir, le porte à sa bouche.



***

 

Notices biographiques

Médiatrice artistique, poète, romancière et nouvelliste, Valéry Meynadier a publié Ma mère toute bue, roman, éd. Chèvre feuille étoilée, 2007 et Centaure, roman, éd. Chèvre feuille étoilée, 2010. Elle a collaboré à des livres d'artistes : Présent Défendu et Entre ou l’arbre chez le psy. De nombreuses nouvelles ont été publiées dans des revues littéraires. Page officielle, url :  https://www.facebook.com/valery.meynadier

Voir aussi, url :  http://www.lr2l.fr/acteur/meynadier-valery-montpellier.html

 

Dominique Bertrand : artiste et poète (biographie à venir)

 

Pour citer ce texte

Valéry Meynadier, « La baronne de la rue », illustration de Dominique Bertrand «  Sans titre », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°7 [En ligne], mis en ligne le 24 mars 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/03/baronne.html

© Tous droits réservés   Retour au sommaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Rechercher

À La Une

  • N°7 |Automne 2017|Femmes, poésie et peinture
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°7 | AUTOMNE 2017 Femmes, poésie & peinture 1er volet sous la direction de Maggy de COSTER © Crédit photo : œuvre artistique sans titre...
  • N°7|Femmes, poésie et peinture|Sommaire
    N°7 | Sommaire N°7 | AUTOMNE 2017 Femmes, poésie & peinture 1er volet sous la direction de Maggy de COSTER Mise en ligne progressive avant sa parution en version imprimée en décembre 2017 © Crédit photo : œuvre artistique sans titre de Maggy de COSTER...
  • Lettre n°12 | Vers des vers verts...
    Publication successive du 27 septembre jusqu'au 31 octobre 2017 Lettre n°12 Vers des vers verts... © Crédit photo : Roses par DS, septembre 2017 . ISSN numérique : 2116-1046 Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques...
  • Entretien avec Frédérique Guétat-Liviani à l’occasion de la parution de son recueil espèce aux éditions le Temps des cerises
    Lettre 12 | Hors-série 2017 | Entretien poétique LPpdm a rencontré Entretien avec Frédérique Guétat-Liviani à l’occasion de la parution de son recueil espèce aux éditions le Temps des cerises © Crédit photo : 1 ère de couverture du recueil espèce. – D’abord...
  • Interview avec l’artiste peintre Isabelle Venet
    N °7 | Entretien artistique LPpdm a rencontré Interview avec l’artiste peintre Isabelle Venet Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Avec deux images de la photographe...
  • La peinture de Louise Cara ou l'espace du monde en son féminin
    N °7 | Dossier majeur | Articles & témoignages La peinture de Louise Cara ou l'espace du monde en son féminin Nicole Barrière Illustration de Louise Cara © Crédit photo : Toile "Trames" (157 x 150 cm, TM, 2013) de de l'artiste peintre Louise Cara. La...
  • Les belles ancêtres
    N °7 | Dossiers majeur & mineur | Textes poétiques Les belles ancêtres Ghyslaine Leloup Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'autrice/auteure et des éditions L'Harmattan © Crédit photo : 1ère de couverture illustrée de Sur le seuil,...
  • Le concours international, poétique & artistique du périodique Le Pan Poétique des Muses. Édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie
    Événements poétiques | 2017 | Concours international (1ère édition) Le concours international, poétique & artistique du périodique Le Pan Poétique des Muses Édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie N'hésitez pas à prendre part au 1er concours...
  • La voix d'un enfant inconnu
    1er concours international de poésie Poème inédit pour "Les voix de la paix et de la tolérance" Poème sélectionné sur le thème "la joie" La voix d'un enfant inconnu Mona Gamal El-Dine En souvenir des enfants coptes massacrés sur le chemin de monastère...
  • Inspiration et improvisation sur le poème calligramme « Neige »
    Lettre n°12 | Poèmes Performance poétique & artistique Poésie, musique & art audiovisuel Inspiration et improvisation sur le poème calligramme « Neige » Nicole Coppey Sites officiels : http://www.nicolecoppey.com/ & http://www.123.musique.ch Chaîne officielle...