26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 14:41

 

Dossier majeur | Textes poétiques

 

 

 

Vive la Retraite !

 

Joan Ott

 

 

 

 

 

 

 

© Crédit photo : (illustration à venir)

 

Synopsis

 

Enfin retraités après une longue vie de labeur, Aline et Germain ont acheté une île déserte au beau milieu du Pacifique où ils comptent couler des jours heureux, loin de l'occident en faillite. Benoît et Francine ont fait de même. Ils vont bientôt se rendre compte qu'ils ont été arnaqués. Pire peut-être : manipulés par le Système…

 

Décor

 

Au sol, du sable. Fond bleu.

 

Costumes

 

Chemises à fleurs, paréo…

 

Scène 1

 

Dans le noir, bruit d'hélicoptère qui s'envole. Quand la lumière se fait, Germain et Aline sont debout, tournés vers le fond, deux gros sacs de voyage à leurs pieds. Ils vont ensuite lentement faire un tour sur eux-mêmes, pour découvrir l'ensemble du paysage

Aline

Ce ciel…

Germain

Oui, n'est-ce pas ?

Aline

Ce qu'on va être heureux !

Germain

Oui, mon amour : heureux, seuls tous les deux, jusqu'à la fin de nos jours.

Aline

Tu n'as pas l'air convaincu…

Germain

Mais si ! Puisque c'était mon idée.

Aline

C'était la mienne aussi.

Germain

C'était notre idée à tous les deux.

Aline

Germain

Il faut reconnaître que leur publicité était vraiment bien faite !

Aline

Plus de pollution ! Du soleil toute l'année !

Germain

Oubliée, la Crise !

Aline

Oubliés les chômeurs, oubliés les millions de pauvres et de malheureux !

Germain

Vivre simplement, sans rien ou presque ! Vivre sainement !

Aline

Vivre nus !

Germain

Face à l'Océan !

Aline

Somnoler sur la plage, bercés par le bruit des vagues !

Aline

Le bonheur absolu !

Germain

Le bonheur parfait.

Aline

Et ça ressemble tout à fait à la photo du catalogue. Sauf que je ne vois pas le bungalow.

Germain

Il doit être un peu plus loin dans les terres. Question de sécurité, en cas de tempête.

Aline

Il n'y a jamais de tempêtes ! Ni ouragans, ni séismes, ni tsunami, ni raz de marée d'aucune sorte. C'est ce qu'ils nous ont affirmé, à l'agence.

Germain

Ils n'allaient pas nous dire le contraire. Ils sont payés pour vendre, figure-toi !

Aline

Je suis naïve, c'est ça ?

Germain

Non, chérie. Peut-être juste un peu crédule, parfois.

Aline

Et toi, défaitiste, toujours !

Germain

On ne va pas se disputer, hein !

Aline

Non, bien sûr que non…

On entend un bruit d'hélicoptère qui approche.

Qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce qui se passe ? On a oublié un bagage ?

Germain

Non, tout est là.

Le bruit d'hélicoptère se fixe un instant, puis s'éloigne.

Aline

On dirait qu'il est reparti…

Germain

Tant mieux ! On se met à la recherche de notre maison ? On n'a qu'à laisser les bagages ici pour le moment.

Aline

C'est ça qui est bien sur une île déserte. Aucun risque, rien à craindre, pas l'ombre d'un voleur !

Ils sortent à cour.

Scène 2

 

À jardin entrent Benoît et Francine, chacun un gros sac de voyage à la main. Ils avisent les bagages d'Aline et Germain.

Benoît

Qu'est-ce que c'est que ça ?

Francine

C'est pas possible : il n'y a que nous !

Benoît

Qu'est-ce que je t'avais dit ? Les îles désertes, ça n'existe plus depuis longtemps. Seulement toi, toi… tu n'écoutes jamais !

Francine

On s'est fait arnaquer, c'est ça ?

Benoît

On n'a plus qu'à rentrer chez nous. Sauf qu'on a tout vendu pour pouvoir acheter ici... Quant à se faire rembourser…

Francine

On ne peut pas rentrer, chéri. En tout cas, pas avant le ravitaillement. Trois mois… On ferait mieux de trouver notre bungalow, en attendant.

Benoît

Si au moins on avait le téléphone…

Francine

C'est toi qui as insisté pour qu'il n'y en ait pas : Tant qu'à vivre sur une île déserte, coupons-nous du monde carrément. Plus de kit mains libres ! Vivre libres, tout à fait ! C'est ce que tu as dit. Ces mots-là, exactement.

Benoît

C'était une boutade ! Je ne faisais que répéter les mots de la pub !

Francine

Pas du tout. Si ça n'avait tenu qu'à moi…

Benoît

Bon, on ne va pas se disputer, hein ?

Francine

Non, bien sûr que non…

Benoît

Alors, on le cherche, notre bungalow ?

Francine

On emporte nos sacs ?

Benoît

Ils sont trop lourds.

Francine

Et si on nous les vole ?

Benoît

Les voleurs n'iraient pas bien loin…

Ils sortent à cour.

 

Scène 3

 

Germain et Aline entrent à jardin.

Germain

Si on ne l'a pas trouvé, c'est qu'il n'y en a pas.

Aline

On va vivre où, alors ?

Germain

Je ne sais pas… Je ne sais pas.

Aline

On va mourir !

Germain

Mais non, on ne va pas mourir.

Aline

Si ! C'est tout ce qu'on peut faire !

Germain

Ne pleure pas, mon amour. Je suis là. Je serai toujours là.

Aline

Et tu nous construiras une jolie maison ?

Germain

Mais oui, ma chérie. Une case toute mignonne, avec une terrasse et un auvent. Et tout autour, un jardin.

Aline

Arrête, tu veux ? Maladroit comme tu es ! Deux mains gauches dans des moufles !

Germain

Avise les sacs de Francine et Benoît

Mais qu'est-ce que c'est que ça ?

Aline

Ils ne sont pas à nous, ces sacs !

Germain

Ou alors, les nôtres ont fait des petits…

Aline

On n'est pas seuls…

Germain

Apparemment…

Aline

On s'est fait gruger.

Germain

Voler.

Aline

Arnaquer.

Germain

Rouler. Empaffer en profondeur.

Aline

Délester de tous nos biens.

Germain

Envolés tous nos espoirs.

Aline

Mortes nos douces illusions…

Un long silence bien lourd

Bon, c'est pas tout ça. Qu'est-ce qu'on fait ?

Germain

On attend. Ils vont revenir. Ils ne doivent pas être bien loin. S'ils ont l'air gentil…

Aline

On fait amis-amis. Et sinon…

Germain

L'île est assez grande pour quatre. Un couple à chaque bout, on ne se gênera pas.

Aline

Et si ce n'est pas un couple ?

Germain

Il y a deux sacs. Les mêmes que les nôtres. Ceux donnés par l'agence. C'est un couple, forcément.

Aline

Non, pas forcément. Ça peut tout aussi bien être…

Germain

Chut ! Les voilà !

Scène 4

Francine et Benoît reviennent à jardin.

Les quatre ensemble

Vous êtes qui, vous ? Qu'est-ce que vous faites là ?

Aline

C'est notre île. On l'a achetée. On est chez nous.

Francine

Pas du tout ! C'est nous qui l'avons achetée.

Germain

C'est notre île à nous.

Benoît

C'est bien ce que je pensais : l'agence nous a arnaqués. Elle a vendu l'île deux fois. Et elle ne s'est sans doute pas arrêtée là…

Germain

Une belle escroquerie ! Ah ils vont m'entendre !

Aline

Vous avez un téléphone ?

Germain

Non… Et vous non plus, n'est-ce pas ?

Francine

Secoue la tête, montre ses mains vides…

Mais on ne s'est pas présentés… Francine.

Ils se présentent.

Germain

On ne va pas se laisser abattre. On va trouver un joli coin et construire un abri, en attendant…

Benoît

En attendant quoi ?

Aline

Le ravitaillement, dans trois mois.

Germain

Quel ravitaillement ? Vous n'avez donc pas compris ? Personne ne viendra. L'hélicoptère nous a déposés et il est reparti. Les bungalows n'existent pas, les vivres non plus. Il faudra qu'on se débrouille seuls. Et pour commencer, trouver une source.

Bruit d'hélicoptère

Aline

Ils reviennent ! Ils reviennent ! On est sauvés !

L'hélicoptère se fixe. Voix amplifiée par un mégaphone.

La Voix

Chers résidents ! Ceci est un message du Système. Les personnes de longue expérience représentant une charge que la société n'est plus en mesure d'assumer, elles seront désormais confinées par lots de six à huit cents individus dans des îles paradisiaques semblables à celle-ci : eaux poissonneuses et gibier à profusion. Le Système ne doute pas de votre capacité d'adaptation et vous souhaite une heureuse retraite.

Bruit de l'hélicoptère qui s'éloigne tandis que se fait le noir.

Fin

***

 

Pour citer ce texte théâtral

 

Joan Ott, « Vive la Retraite ! », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°6|Printemps 2017 « Penser la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 26 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/vivelaretraite.html

 

© Tous droits réservés                   Retour au n°6|Sommaire

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 6

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. IMPORTANT : Suite à un problème technique grave et indépendant...
  • Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide)
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide) Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire...
  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur
    Lettre n°16 | Bémols artistiques (réception cinématographique) | Revue culturelle d'Europe Huitième épisode du reportage-feuilleton d'Occupation du Théâtre de l'Odéon Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur Mustapha Saha Sociologue,...
  • Chante l’amour
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Varia de Poétextes Chante l’amour Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire des Poètes...
  • Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!!
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réflexions féministes sur l'actualité Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Capture d'écran...
  • Firmaman, textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret...
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Critique & réception Firmaman textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret. Ouvrage paru aux éditions Sans Escale avec une couverture signée par Jacques Cauda Françoise Urban-Menninger Blog officiel...
  • Agnieszka Holland, "Le Procès de l’herboriste", avec Ivan Trojan, Josef Trojan et Juraj Loj ​​​​
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Chroniques de Camillæ/Poésie & Cinéma ou Chroniques cinématographiques Agnieszka Holland, Le Procès de l’herboriste, avec Ivan Trojan, Josef Trojan & Juraj Loj Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/...
  • Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réception d'autrefois | Presse, média, femmes & genre Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier Paul Smith Réception journalistique choisie & transcrite par Dina Sahyouni Crédit photo : Des inondations...
  • Pluie de caresses
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Pluie de caresses Michel Orban Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et de sa maison d'édition. © Crédit photo : Présentation visuelle avec extraits du recueil de...