23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 10:48

​​​​

REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Entretiens​

 

 

 

 

 

 

 

 

 ​​​​Interview avec la poétesse

 

 

 

Hanen Marouani

 

 

 

 

 

 

 

 

Amal Latrech

 

 

 

 

Hanen Marouani est une poétesse tunisienne qui nous plonge dans son monde de tendresse et nous attire par ses mots manipulés avec toute délicatesse. Nul ne peut lire sa poésie sans se retrouver… Expériences, espérances, chance et malchance, douleur et doute, mort et résurrection s’entremêlent pour miroiter notre vie, nous qui sommes à la recherche de nous-mêmes, à la recherche du « temps perdu », à l’invention de l’euphorie, aux aléas de l’inattendu.

Hanen nous dévoile Les profondeurs de l’invisible pour créer l’espoir et voir Le soleil de nuit, elle partage avec nous Le sourire mouillé de pleurs pour passer à l’autre bout du monde, pour sortir du tunnel et nous dire Tout ira bien. Ces recueils sont marqués par une altérité spatiale et temporelle d’où on peut saisir facilement l’héritage de l’Orient.

Nous nous proposons de mettre en lumière un sujet-orient à partir d’un entretien avec la poétesse. L’Orient dans l’écriture de Hanen Marouani crée ainsi un univers infini à la croisée du monde entier où elle chante l’affranchissement d’un espace à la fois spirituel et géographique. Nous allons découvrir ensemble le profil de Hanen Marouani et le rôle que joue l’Orient dans sa poésie.


 

1 – Parlez-nous de la femme que vous êtes, de votre engagement et votre écriture ?

 

HM – Comme c’est toujours difficile de parler de moi. Je devrais ouvrir une petite parenthèse autour et sur la définition de l’engagement par l’écriture ou comment j’ai pu réaliser au fil de temps ce qu’est un engagement, car auparavant tout ce qui est considéré comme engagement selon les définitions proposées je pense que je l’ai fait volontiers et volontairement. Et en tenant compte du contexte de notre entretien qui peut être aussi contenir et intéresser d’autres contextes et cadres, il me paraît encore trop tôt pour dire que je suis vraiment engagée par l’écriture pourtant les sujets qui m’inspirent souvent renvoient à cette part essentielle de notre existence. C’est vrai qu’être engagé est souvent pris dans le sens de réaction subite, spontanée ou réfléchie faisant partie du mouvement populaire. Il s’agit d’un caractère qui peut être inné et quotidien contre toute forme d’injustice au sein de la société et au profit de l’humain et de tous les êtres vivants sur terre ou même ailleurs. Une sorte de prise de conscience de la diversité dans toute son ampleur et dans toute sa potentialité. Pour pouvoir mener un combat au sens d’idées, il fallait bien un don quelque part et surtout une croyance et...

Je peux te citer des vers de mon poème Elle a fait un chemin qui peuvent synthétiser l’idée d’une femme engagée dans une société patriarcale et pleine de défis à relever :

 

La fleur incarcérée a fait un long chemin

 

Aux couleurs d’une triste et noire solitude

Au silence des enfants dans la culture de lassitude

Aux ruines des maisons des mères bédouines sans ride

Elle a fait un chemin sans parler à quelqu’un à part la mer

Dans le désert d’une sensualité obstruée et sincère

Un chemin sur une mystérieuse lune sans lumière

Couvert de frayés et d’une vraie désespérée solitaire

Harassée de fatigue à l’entrée qu’à la sortie imaginaire

Arrivée à devenir une engagée douloureusement isolée

Une noble étrangère dans un nid de tyrans effrayants

Aux plaisirs insultés et entièrement démesurés sans regret

Tout ira bien, Elle a fait un chemin, Le Lys Bleu, Paris, p. 49.


 

2 – La voix de l’enfance qui s’infiltre dans votre écriture est-elle la source d’inspiration et d’identification ?

 

HM – J’aime bien cette question surtout que tu as pu saisir cette voix d’enfance, car comme les mots de Paul Valéry « j’aime les enfants, car, quand ils s’amusent, ils s’amusent ; et quand ils pleurent ; et cela se succède sans difficulté. Mais ils ne mêlent pas ces visages. Chaque phase est pure l’autre. Mais nous… ».

C’est le reflet d’une voix intérieure qui peut nous habiter depuis notre arrivée à ce monde sans jamais nous quitter et au milieu de chaque être saigne une frontière d’enfance. Je le crois et je le pense aussi.


 

3 – Vous êtes une jeune tunisienne résidente en Italie, votre poésie est-elle la création d’une identité perdue.

 

HM – Je suis plutôt entre l’Italie et la France et je me suis trouvée beaucoup plus en Italie ces deux dernières années vu la situation sanitaire. Cette dernière était pour moi une occasion pour me retrouver autrement, mais pour répondre à ta question concernant ce que j’écris ou je crée par rapport à l’identité perdue, je pense qu’on ne peut jamais perdre une identité et la preuve en est c’est qu’elle est là même au-delà de l’écriture, c’est plutôt un vécu et une sensibilité au quotidien et ceux qui me connaissent de près peuvent mieux comprendre. Mais ce n’est pas le lieu de résidence qui détermine cette présence ou absence d’identité, mais bien au contraire la rencontre avec d’autres gens et cultures permet de mieux manifester l’identité d’après ma propre expérience et le voyage et le départ nourrissent l’identité et moyen pour se reconnaître dans la diversité et la richesse de l’identité.


 

4 – L’Autre par toutes ses facettes est partie prenante dans votre écriture. Peut-on nous retrouver dans l’altérité une façon pour mieux se reconnaître et mieux se définir ?

 

HM Le « je » ne peut pas exister sans l’autre, il est mieux assumé et affirmé quand il rejoint le « nous » et l’ensemble. Il faudrait également comprendre dans certaines phases de notre parcours soit individuel, psychologique ou social que cet autre n’est pas toujours notre reflet ou plutôt notre altérité désirée et voulue me rappelant ici de Sartre « l’autre est l’enfer » et pourtant il fallait savoir prendre distance et apprendre de plus en plus l’objectivité afin de défendre certains inconnus par la distance, mais ils demeurent nos frères et proches par l’humanité. Je voudrais bien mettre l’accent sur l’empathie et l’importance de la solidarité dans l’évolution des peuples et des mentalités. Peut-être, il y a eu beaucoup de gens qui ne comprennent pas convenablement leur hypersensibilité ou ils la voient mal, mais il serait intéressant d’apprendre que c’est le pont ou le chemin vers beaucoup de belles choses dans et de la vie, car d’après ce que j’essaie de transmettre comme idée ou émotion par mes écrits est destiné à l’autre, mais il est fait aussi pour et par l’autre. On fuit cet autre quelques fois, mais on se retrouve à ses travers parfois. C’est comme ça la vie, elle nous cesse pas de nous surprendre de ses contraires et de ses oxymores.


 

5 – Selon Edward Saïd le souvenir de l’Orient est en conflit avec l’imagination ? Êtes-vous d’accord ?

 

HM – Il faudrait que je sois vraiment plus outillée pour répondre à cette question ou du moins d’avoir un point de vue plus recherchée sur cette position conflictuelle entre l’imagination et le souvenir de l’Orient . Mais je pense que ce qui caractérise l’orient d’après d’Edward Saïd est l’importance du souvenir qui prend un seul sens et qui a tout c’est cette nécessité de dire tel qu’il est le passé sans innovation et sans vouloir se révolter par les arts et les mots. Cette revendication de revenir à ce passé tout étant d’aujourd’hui, je la vois comme une arme de reconstruction identitaire, de remise en question perpétuellement. C’est peut-être que par le souvenir s’enrichit l’imagination et dans ce cas l’orientalisme puisse s’inscrire dans la diversité, l’identité et la continuité sans rester stagné ou figé.  Quant à l’aspect imaginatif, l’Orient est à mon humble avis, une source d’inspiration énorme et unique au niveau artistique et poétique et qui continue à donner des ailes et des élans pour suivre un rythme innovant et une certaine forme plus libre et imagée.


 

6 – Êtes-vous à la recherche de communiquer une image plus fidèle de l’Orient ?

 

HM – J’apprécie bien cette question, mais avant de rentrer dans les détails, je voudrais insister que l’expression d’ une image fidèle de l’Orient nous met dans la tête une seule image et un seul paysage de l’Orient or qu’il existe plusieurs images, paysages et manières variés pour le représenter et l’exprimer. Cette manière de faire communiquer et de dialoguer ces différences et variantes pour aller au-delà de cette idée à sens unique. Il fallait bien traverser les frontières de tout dans ce cas-là.

 

7 – L’Orient, dans les écrits littéraires en général, et poétiques en particulier, est-il encore lié à cet aspect exotique, ou s’est-il transcendé à d’autres choses ?

 

HM – Entre les deux rives, les deux conceptions du monde et entre les genres d’écriture, il existe toujours une fascination réciproque et le terme exotique définit bel et bien cette sensation de fascination qui n’est pas forcément propre à l’orient dans le sens que nous comprenons autrefois ou aujourd’hui. Il y a une évolution et même un élargissement de sens. Plus on voyage, on s’éloigne, on s’évade, plus on comprend mieux les choses et les définitions et plus on est dans notre zone de confort et dans la solitude, plus la définition de l’exotisme reste incomplète et ambiguë.


 

8 – Face aux crises sévères dans lesquelles cet Orient se débat politiquement, socialement et économiquement, quelle fonction de la poésie voyez-vous au milieu de tout cela ?


 

HM – Mes recueils publiés mettent en lumière les paysages ensoleillés de mon pays, la Tunisie et de la Méditerranée. Mais ce n’est pas tout et je le dis vraiment avec beaucoup de tristesse, car par exemple dans Le sourire mouillé de pleurs, la majorité des poèmes pointent de doigt un système politique injuste à l’égard de ses jeunes et ce n’est pas qu’en Tunisie, il y a plusieurs textes dédiés spécialement à l’âme de Aylan et à tous les enfants comme Aylan qui en fuyant la guerre mort naufragé e l’intolérance de certains individus qui font la guerre et qui sont responsables de ces vies innocentes qui partent comme ça sans avoir eu le temps de vivre la vie qui devrait normalement les attendre. J’écris donc pour exprimer ma colère.


 

9 – Avez-vous été influencé par des poètes orientalistes dont les poèmes ont habité l’Orient, comme Goethe ou Constantine Cavafy ?


 

HM – Franchement je n’ai pas trop cherché à savoir cette signification d’influence et encore plus ce qui caractérisent ces figures que tu viens d’illustrer. Je pense que tout est venu à moi et de moi en toute spontanéité. Et on peut revenir là à ta question précédente sur l’identité perdue, on ne perd pas une identité, elle est là en nous, elle disparaît peut-être, elle s’efface peut-être aussi, mais elle réapparaît et elle a ses traces et ses empreintes qui restent en nous et qui nous rappellent d’où nous venons après avoir abandonné peut-être, l’identité ou l’enfant que nous étions.

Une sorte de renaissance de la petite fille rêveuse en moi que j’avais abandonnée quelque part, un jour sans me retourner. Quant à la couverture, oui elle est de moi, elle traduit cet assemblage de couleurs, d’images, de mots, de choses improbables auxquelles j’aime redonner vie sous une autre forme, une sorte de pied de nez au déterminisme et à la finitude qu’on retrouve également dans ma poésie.


 

10 – À votre avis, comment l’Orient écrit-il poétiquement, écrit-il à travers les questions de l’individu en lui, à travers son âme épique ?

 

HM – Je pense que  l’écriture de l’Orient dans la poésie était toujours une occasion pour renouer avec notre sensibilité et avec l’humain qui est en nous. Malgré le temps qui passe et le décalage entre les époques, il est possible de dire que l’Orient a eu une évolution voire une progression dans les écrits poétiques en variant les thèmes et les contextes au fur et à mesure, mais il a toujours gardé sa touche à lui qui d’ailleurs réussit toujours à nous toucher en tant que lecteurs. Et je rappelle ici qu’on ne peut pas séparer l’individu de son âme épique ou glorieuse, car c’est inné et naturel de vouloir chanter cette part d’espoir même dans certaines pages et non pas dans la réalité, mais c’est bien là la magie de l’écriture poétique orientale qui donne des frissons, des émotions et un plaisir intense qui reste même en quittant la page.


 

11 – Comme dernier mot, qu’est-ce que vous voulez ajouter ? Et merci pour cet échange !

 

HM – Même quand on écrit en français, l’âme arabe et orientale est présente et criante d’une identité multiple. L’écriture et la poésie nous permettent certainement de se découvrir encore et encore. L’orient demeure alors découverte et conquête.


 

Biographies 

 

Hanen MAROUANI est une tunisienne résidente entre l’Italie et la France. Elle est docteure en langue et littérature françaises de l’université de Sfax et auteure de quatre recueils de poésie(s) publiés entre Tunis et Paris et traductrice. Elle est diplômée aussi de l’université de Sienne (Toscane) en langue italienne et de l’université de Rouen en didactique et pédagogie du FLE. Elle s’intéresse dans ses recheches à la position de la femme dans la littérature et la société à partir de l’analyse des pratiques discursives et énonciatives et à la problématique de l’immigration et des inégalités de genre. Elle a participé à des colloques, des festivals et des évènements culturels nationaux et internationaux. Ses textes ont été publiés dans des revues et anthologies internationales et traduits en d’autres langues comme l’espagnol, l’ anglais et l’

italien. Elle a reçu également des prix lors de sa participation à des concours de poésie. 

 

 

Amal LATRECH est une doctorante en littérature française qui consacre ses recherches à l'écriture de femmes et au discours paratextuel. Elle s'intéresse, également, à l'égalité femme-homme et au militantisme politique et social. Elle est diplômée en pédagogie du Fle de l'université de Rouen et enseigne le français langue étrangère à l'institut français de Tunisie.

 

 

Pour citer cet entretien 

 

Amal Latrech, « Interview avec la poétesse Hanen Marouani », entretien inédit, Revue Orientales, « Les figures des orientales en arts et poésie », n°1, mis en ligne le 23 août 2021. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no1/al-hanenmarouani

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

© Tous droits réservés

 

Retour au N° 1

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
REVUE ORIENTALES - dans REVUE ORIENTALES

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. Ce premier numéro sera entièrement mis en ligne le 30 septembre...
  • La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience de la peintre tunisienne Youssra Chouchène
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations | Entretien artistique & Féministe | Réflexions féministes sur l'actualité | Revue culturelle d'Afrique & d'Orient La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience...
  • No 10 | AUTOMNE 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 10 | AUTOMNE 2021 CÉLÉBRATIONS DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE AVEC LES INVITÉES...
  • À Béatrice Bonhomme
    N° 10 | Célébrations | Dossier majeur | Florilège À Béatrice Bonhomme Michel Orban Ta poésie est souffle d’oiseau, Parole du regard, silence de la lumière. Elle métamorphose l’anonymat du désert En lieu-dit du bout du monde. Elle déshabille la pierre,...
  • La formation universitaire AGDA de l'Université Bourgogne Franche-Comté
    N° 10 | Célébrations | Propositions & Demandes de formation & d'emploi (parution uniquement numérique) La formation universitaire AGDA* de l'Université Bourgogne Franche-Comté Source de l'information : Responsable pédagogique du AGDA Nous vous informons...
  • L'art est une fête de Barbara Polla, illustré par Julien Serve, livre paru aux éditions Slatkine
    N° 10 | Célébrations | Critique & Réception | Dossier majeur | Articles & Témoignages L'art est une fête de Barbara Polla, illustré par Julien Serve, livre paru aux éditions Slatkine © Crédit photo : Couverture illustrée par Julien Serve, livre paru aux...
  • Orientales
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations / Invitées & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège Orientales [Invitée] Poème & dessin Catherine Gil Alcala Dramaturge, poète & Artiste Site officiel : www.lamaisonbrulee.fr/ © Crédit photo...
  • Avis de parution de « Vi♀lence(s) »​​​​
    N°10 | Célébrations | Annonces diverses Avis de parution de Vi♀lence(s) © Crédits photos : Première de couverture du livre & Paule Andrau, images fournies par les éditions Maurice Nadeau. Mon roman, Vi♀lence(s), n’est ni une « autofiction » parmi d’autres,...
  • Portrait et entretien de Myriam Soufy : Belle et Re...Belle
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Articles & Témoignages Portrait & entretien de Myriam Soufy : Belle et Re...Belle Propos recueillis par Hanen Marouani Entrevue avec Myriam Soufy Portrait de Myriam SOUFY :...
  • Discussion avec Imèn Moussa
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Articles & Témoignages Discussion avec Imèn Moussa Propos recueillis le 8 juin 2021 par Hanen Marouani Entrevue avec Imèn Moussa © Crédit photo : Portrait de la poétesse Imèn...