11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 15:46

 

REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Articles & Témoignages

​​​​​

 

 

 

 

 

 

 

 

Interview avec Dorra Azzouz

 

 

 

 

 

 

​​

Propos recueillis par

 

Hanen Marouani

 

 

Entrevue avec

 

Dorra Azzouz

 

 

© Crédit photo :  Dorra Azzouz, première peinture.

 

 

 

HM – Dorra Azzouz, vous cherchez-vous plus une voie dans le monde de la poésie ou de l’art ? Et lequel de ces deux, s’invite le premier chez vous ?

 

D.A – Pour moi, la poésie et la peinture sont un couple uni, soudé et inséparable. Chacune de ces disciplines n’existe pas sans l’autre dans ma vie personnelle ou professionnelle. Donc, il n’est pas seulement une question d’écrire poétiquement mais aussi et surtout de peindre poétiquement. Et encore, j’écris ma poésie, je la peins, je la sens, je la pense et je la vis pleinement en chaque instant.

Les sentiments qui m’accompagnent s’expriment de la manière la plus spontanée et parfois raisonnée et qui ont cette motivation de vouloir s’extérioriser sur un papier comme sur une toile ; les deux à la fois, en même temps et en parallèle. Ils vont spontanément, naturellement et involontairement ensemble et cela me permet d’être plus créative de plus en plus. Des sentiments qui se manifestent à travers ces deux vaisseaux et qui me sont très productifs et très généreux à mon égard pour alimenter continuellement et fréquemment ma poésie et ma peinture.

 


 

H.M – Comment vous êtes-vous retrouvée dans ce monde poétique et artistique ?

 

D.A – Depuis mes 13 ans, je me cherchais alors je m’enfermais des heures et des heures dans ma chambre afin de trouver cette quiétude et cette paix pour lire et surtout pour rêver. À partir de ces moments d’intimité ou de solitude agréable, j’ai découvert en moi ce talent ou cette envie d’écrire des vers, des lignes, des poèmes, des haïkus ; sans savoir même les nommer ou les intituler comme aujourd’hui, d’ailleurs. Je ne sais pas donner des titres à mes toiles ou à mes textes que rarement ou après un conseil. Tout était fait dans l’immédiateté, dans l’urgence et dans la spontanéité. J’étais trop jeune et je ne comprenais pas vraiment la différence entre rédiger un texte ou un poème mais j’étais complètement prise par l’emprise de la sonorité, du rythme, de la musicalité et de ce soin posé et imposé accordé nécessairement à la similarité vocalique à la fin de chaque vers.



 

H.M – Vous avez évolué dans un univers de mode et de design comme votre biographie le mentionne clairement. Dans ce monde où le côté esthétique est central et primordial, votre orientation vers la peinture est-elle due spécifiquement à ce point-là ?

 

 

D.A – Oui, malgré mes études menées dans le domaine des beaux-arts, je ne vous cache pas que mon amour pour la peinture s’est révélé plus tard et surtout après avoir voyagé et travaillé dans le monde de la mode et du design qui ont profondément influencé mes choix et mes décisions pour me lancer dans cette belle aventure.


 

 

H.M – Quelle est votre astuce ou stratégie pour améliorer votre prestation ou rendement dans l’écriture et dans la peinture ou autrement dit comment pouvez-vous prendre soin de ces deux talents à la fois puisque vous insistez sur leur indissociabilité ?

 

D.A – Mes deux astuces et conseils sont la persévérance et la confiance en soi malgré tous les défis et les contraintes qu’on peut rencontrer dans la vie au quotidien et dans le domaine culturel et artistique qui n’est pas, entre autres, un domaine facile du tout.

Personnellement, j’écris et je peins presque tous les jours. J’adopte mes deux passions comme une discipline régulière car sans le travail constant, on ne saura pas évoluer et on ne saura pas aller trop loin. Je les adapte à mes préoccupations de tous les jours pour ne pas les écarter de mon vécu une seule seconde ou pour ne pas me retrouver étouffée sans moyen d’expression artistique et poétique. Mon amour pour la poésie et pour la peinture me représente en tant que personne et en tant que femme ambitieuse, sensible, immigrée et surtout en tant que citoyenne du monde.

Ce que je suis en tant qu’être se trouve dans mes vers et dans mes toiles et c’est la raison pour laquelle j’ai été créée. Voilà, je le pense de cette manière.

 

 

 

© Crédit photo :  Dorra Azzouz, deuxième peinture. 

 

 

 

H.M – Un rituel de chaque jour pour apprécier et préserver au plus mieux votre créativité et activité artistique et poétique dans un monde qui menace, chaque jour, notre sensibilité et humanité ?

 

D.A – J’écris chaque jour et j’utilise plusieurs langues pour m’exprimer dans ma poésie. J’ai appris à écouter bien et même trop tout au long de ma journée.

J’écoute pour ne pas oublier. J’écoute pour apprendre plus de mots, plus de leçons, plus de sensibilité et pour m’enrichir surtout sur tous les plans. J’écoute beaucoup les autres artistes, les écrivains, les acteurs, les psychiatres et même les histoires racontées par des personnes dans la rue parce que je crois en cette notion d’échange et de partage surtout. J’aime aussi écouter de la musique.

Il m’arrive aussi de me réveiller à trois heures du matin pour écrire des mots qui sauront former au réveil un texte ou un poème puis je prends mon temps pour contempler et méditer cette composition, cette évolution dans le silence absolu. Je prends également mon temps pour regarder attentivement les objets qui m’entourent, les gens qui passent à côté de moi, qui me transmettent une énergie particulière ou différente.  Et mon bonheur suprême et extrême est dans la nature qui m’aide à me ressourcer et à me renouveler.

Pour la peinture, c’est de la mode et de l’architecture d’intérieur que je m’inspire beaucoup surtout pour la combinaison des couleurs qui ne cesse pas de s’enrichir et de se manifester différemment et chromatiquement sur ma toile à chaque fois que je change de lieu, je voyage ou je change de paysage. Aussi, en écoutant de la musique classique, ma main et mon corps accompagnent ces rythmes bien étudiés et bien structurés et cela inspire et nourrit aussi ma touche du pinceau.

 

 

H.M – Vous qui n’avez pas hésité à évoquer dans l’une de vos déclarations que vous n’avez pas fini vos études et que vous êtes fièrement autodidacte dans le domaine artistique ainsi que dans la vie, quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes qui nous lisent et qui peuvent être dans le besoin d’avoir un conseil bien ciblé ?

 

DA – Comme je l’ai déjà affirmé précédemment, il faut avoir une grande confiance en soi. La sensibilité artistique et poétique est un don divin. Un cadeau du ciel qui est né en nous et pour nous et non pas contre nous.

Ce n’est pas parce qu’on n’a pas eu de diplôme qu’il ne faut pas continuer à apprendre autrement, à s’éduquer et à s’informer sans retenue. Peut-être, plus librement, plus richement et plus humainement.  Le plus important est de garder cette flamme de curiosité et ne jamais baisser les bras peu importe la délicatesse des situations.  Il faut y croire : « Tout vient à temps à qui sait attendre ». La patience, le courage et la persévérance sont aussi un art. Tenez donc bien, tenez bon et croyez en vous sans cesse et infiniment !

 

 

 

© Crédit photo :  Dorra Azzouz, troisième peinture. 

 

 

 

H.M – L’immigration et la résilience par l’art ? Comment les gérer et les digérer pour faire une force ou pour se remettre debout à nouveau ?

 

D.A – C’est à travers l’art que j’ai pu m’intégrer et que j’ai pu faire face à toute cette ignorance ou indifférence envers la migrante ou l’émigrée que je suis en faisant preuve chaque jour ou à chaque fois que l’occasion se présente à moi, que je ne suis pas une « profiteuse » mais une « travailleuse » des lumières et donneuse de richesse artistique. Cela, je l’affronte avec beaucoup de courage et d’endurance.

Enfin, je reste toujours abasourdie devant cette majorité qui ne croit pas à la force que peut offrir la différence et la diversité par la mise et la remise en valeur de la richesse et la variété des idées humaines quand elles s’unissent et quand elles se présentent ensemble sous une forme d’une belle mosaïque pour le bien de l’humanité.

 

 

H.M – À ma connaissance, vous préparez des publications de poésie dans l’avenir proche. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 

 

D.A – Oui, je prépare présentement un blog qui me permettra de publier mes poèmes et mes peintures. Je compte aussi rassembler et publier mes poèmes dans un recueil dès que je vais avoir une réponse favorable de la part de l’une des maisons d’éditions que j’ai pu contacter, dernièrement. J’attends encore et je garde toujours espoir. Sinon, je contacterai d’autres éditeurs jusqu’à ce que mon recueil voie le jour un jour. J’ai la totale et l’entière conviction que j’ai un cadeau à partager avec le monde tôt ou tard. Il sera donc prochainement entre les mains et sous les yeux de qui saura l’apprécier.  Je publie pour être lue et pour promouvoir les bonnes valeurs surtout de l’échange et du partage.

 

 

© Crédit photo :  Dorra Azzouz, quatrième peinture.

 

 

 

H.M – Avez-vous un projet d’exposition artistique de vos tableaux quelque part ?

 

D.A – Pour l’instant, je préfère finir ma nouvelle collection ; une collection monochrome qui sera différente de sa précédente qui était imbibée de couleurs. Et comme toujours, je me rendrai à des galeries habituelles ou nouvelles pour les exhiber.

 

 

H.M – Avant de vous laisser partir et avant de vous dire merci de ce bel échange, quel est votre mot de la fin ou que proposez-vous comme recettes de vie qui peuvent nous servir toutes et tous dans notre vie ?

 

D.A – Si vous aimiez ce que vous faites, vous aimeriez ce que vous êtes. Croyez en vous, vous êtes la seule ou le seul à avoir cette capacité et à savoir la valeur de ce cadeau qui est le talent. Rappelez-vous que même les jumeaux ou les jumelles n’ont pas les mêmes empreintes et là, je ne parle pas seulement de l’acte d’écrire ou de peindre mais aussi de celles ou ceux qui aimaient cuisiner, préparer des gâteaux, faire de la broderie ou coudre (etc.) parce que tout travail manuel fait par la passion est un art. Et malgré le rejet et toutes les misères du monde et malgré la faim et la soif dans le sens vrai ou figé, avec l’amour, tout peut s’affronter et s’affranchir surtout si vous tenez bon et vous ne résignez pas.

Elle viendra, cette personne qui croira en vous, et oui ! Une seule suffit et tout se déclenchera et ne s’arrêtera jamais. Affichez-vous sans honte et sans crainte. Ne restez surtout pas caché-e-s et dépassez vos doutes et peurs.

Rassurez-vous que tous les mensonges du monde ne sachent jamais vous freiner, si vous ne les écoutez pas.

 

 

© H. Marouani

 

 

Biographie de Dorra AZZOUZ

 

 

© Crédit photo : Portrait de la poète Dorra AZZOUZ.

 

 

 

Prénom & nom : Dorra AZZOUZ

Profession : Poète et Peintre

Pages Facebook : DORRA /Poetry

Dora Az/ Art Création

Instagram : dora_artist_

Blog et site internet sont en cours de réalisation. 

 

 

Dorra AZZOUZ, est née à Tunis le 20 décembre 1973. Elle a fait des études dans le domaine des beaux-arts à l’École d’Art et de Design (EAD) en Tunisie. Elle a travaillé aussi en tant qu’hôtesse de l’air dans la compagnie aérienne Kuwait Airways au Koweit pendant quelques années pour réussir à bien s’intégrer dans les plus prestigieuses maisons de haute couture et de mode comme : Chanel, Valentino, Bulgary aux Émirats Arabes Unis en occupant, en leur dedans, le poste d’assistante de vente. Elle a enseigné l’art au consulat Français d’Abou Dhabi et continue à le faire jusqu’à nos jours dans de divers centres culturels finnois. Elle ne se lasse pas de découvrir le monde et de se découvrir par elle-même et pour elle-même afin de donner le meilleur d’elle-même et afin de servir poétiquement et artistiquement le monde dans lequel nous vivons par ses mots réconfortants et ses couleurs éclatantes.

 

Elle a participé à plusieurs expositions et anthologies artistiques et elle a cité à titre d’exemple le travail collectif qui a regroupé des écrivains de plusieurs nationalités dans le cadre d’une collaboration avec l’université de Tampere en Finlande.

 

Il s’agit bel et bien d’un travail collectif qui a été mis déjà en ligne sur le site Amazone et qui s’intitule :  « Opening Boundaries Toward Finnish Heterolinational Litratures », édité par Mehdi Ghasemi. Aussi, elle a participé avec SKS « The Finnish Literature Society » par un récit qui raconte l’histoire d’une réfugiée et ce travail est en cours de publication. Un programme riche d’expositions artistiques à Helsinki est en perspectives dans plusieurs endroits comme à la Galleria Fogga, au centre culturel Caisa, à la Galleria Kookos, à l’Ambassade de la Tunisie, au centre culturel français (...)

 

Extraits poétiques 

 

Certains de ses poèmes publiés sur les réseaux :

© Crédits photos :  Dorra Azzouz, poèmes visuels

poème photographie Dorra Azzouz 2.jpg

 

 

© D. Azzouz

 

 

***

 

Pour citer ce témoignage

 

Hanen Marouani, « Interview avec Dorra Azzouz », texte inédit, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N° 10 | Automne-Hiver 2021-22 « Célébrations » & Revue Orientales, « Les figures des orientales en arts et poésie », n°1mis en ligne le 11 janvier 2022. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no1/no10/hm-dorraazzouz

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

© Tous droits réservés

 

Retour au N° 1

Retour au sommaire du N°10

Repost0
REVUE ORIENTALES ET LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 10 REVUE ORIENTALES Féminismes Muses et féminins en poésie
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 10:00

 

PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales...

 

 

 

 

 

 

 

 

Les figures des

 

 

orientales en arts & poésie

 

 

 

© Crédit photo :  Mariem Garaali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. 

 

 

Ce premier numéro sera entièrement

 

mis en ligne le 10 octobre 2021. 

 

 

 

Crédit photo : Mariana Marrache (1848-1919), auteure et poète syrienne, domaine public, Wikimedia. 

 

 

Sommaire

 

 

 

Éditorial

Dina Sahyouni, « Pourquoi Orientales ? Naissance d'un mouvement » [inédit & disponible uniquement en papier] 

 

 

Dossier 

(peut contenir des articles, biographies, enquêtes, entretiens-témoignages, chroniques, critiques, introductions, portraits, postfaces, préfaces, témoignages, etc.)

 

Mona Azzam, « Nadia Tuéni : une figure inclassable » 

Renée Vivien (aïeule), « Biographie de Psappha » 

Catherine Dubuis, « Les "Orientales" de Marguerite »   

Hanen Marouani, « Entretien avec l'artiste Martine Nicole Geronimi », « Interview de Samar Miled », « Discussion avec Imèn Moussa » & « Portrait & entretien de Myriam Soufy : Belle et Re...Belle » 

Rym Gamanda, « La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience de la peintre tunisienne Youssra Chouchène », illustré par quatre œuvres de l'artiste Youssra Chouchène

Maggy De Coster, « Zohreh Khaleghi, celle qui immortalise en photographie des instants fugitifs », portrait artistique illustré par Zohreh Khaleghi

Hanen Marouani, « Interview avec Dorra Azzouz » [texte inédit] 

Des textes restent inédits pour le numéro papier. 

 

 

Florilège de créations poétiques

 

 

Dina Sahyouni, « Orientale » & « Incommensurable douleur »

 

رنا علم / Rana Alam, « فيروز »

 

Vivian O'Shaughnessy (traduction), « "Space Boy Wearing Skirt" by Lee Jenny » 

 

Mariem Garaali Hadoussa (fragments, poèmes & peintures inédits), « Femme et désirs »« Les mains tisseuses de rêves », « Je m'aime »,  « Charme andalou », « Je ne suis pas poète ! » &  « Dans la cité des jasmins »

 

Armelle Dupiat-Aellen (poème & illustrations inédits), « La Prêtresse des câlins qui parle d'Amma »

نادين عدرة / Nadine Adra, « بين قوسين » 

Nadine Adra, « J’ai été poisson » écopoème féministe

 

Corinne Delarmor, « Israélienne », « Fille du désert » & « Pied de lys »

 

Renée Vivien (aïeule), « Caravanes »

 

Marceline Desbordes-Valmore (aïeule), « Agar (fragment) »

 

Francis Friedlander, « Lotika », poème inédit avec deux illustrations inédites du poète et de Lotika

Lise Coquillon (aïeule), « L'Orient »

Michel Orban, « À Andrée Chedid »« À Alexandra David-Néel »

Amable Tastu (aïeule), « L'odalisque »

Maria Delcambre (aïeule), « L'esclave (Imité de l'Oriental) »

Sarah Mostrel, « Arabesque »

Nessrine Naccach, « Acte de (dé)naissance géo-senti-mentale »

Mona Gamal El Dine, « Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide) » 

Imèn Moussa (poèmes & photos), « À une Soudanaise » & « La mort d'une joyeuse » 

Maggy De Coster, « Vision d’Iran / Visión de Irán », poème bilingue français-espagnol

 

/Invitées

Maram Al-Masri, « Maram Al Masri, « Bénis soient ceux... »​​​​​​, « Qui va dire aux arbres... », « L’acte d’écrire », « Neuf mois » & « De ma fenêtre je vois des maisons », photographie de Salvatore Marrazzo

Evelyne Charasse,  « Déposée » & « Longtemps »

Karen Cayrat, « Dans l'ombre des dunes » 

Catherine Gil Alcala (poème & dessin inédits), « Orientales »

 

 

Carte blanche à une artiste

 

[Poésie audiovisuelle pour la version numérique]

Nicole Coppey, « Savoir discerner dans la prudence », « Savoir pardonner dans la simplicité », « Savoir espérer dans la foi »  & « Au jardin de l'amour »

[Avec une surprise pour le numéro papier] 

 

Matrimoine 

Merci de votre patience !

[Texte disponible uniquement dans le numéro papier par Dina Sahyouni]

 

 

Entretien

 

Amal Latrech, « Interview avec la poétesse Hanen Marouani » 

 

Varia & Actualité

 

Revue ORIENTALES, « Les figures des orientales en arts et poésie (argumentaire) » 

Corinne Delarmor, « L’Aïd-el-Fitr »

 

 

 

L'édition électronique de ce numéro se termine le 10 octobre 2021. La rédaction remercie infiniment toutes les personnes qui ont pris part à ce numéro (publiées ou pas...)

La mise en ligne complète des textes inédits de la version imprimée se fait du le 11 janvier au 11 février 2022.

 

 

ORIENTALES

Revue poéféminologique*, internationale & multilingue

 

ISSN électronique :

 

à venir

 

Périodique annuel proposé en parution

imprimée (aura lieu en Automne 2021)

numérique dans la revue 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES

 

 

 

Pour citer cet avis de parution

 

REVUE ORIENTALES, « Les figures des orientales en arts et poésie| Sommaire »Revue Orientales« Les figures des orientales en arts et poésie », n°1, mis en ligne le 9 mars 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no1

 

 

 

Page en construction créée

le 9 mars 2021 par Aude Simon

Dernière mise à jour : le 10 octobre 2021

Parution du numéro papier le 30 novembre 2021.

Dernière actualisation de la page janvier 2022. 

 

© Tous droits réservés

Repost0
30 septembre 2021 4 30 /09 /septembre /2021 14:08

 

REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier Florilège de créations​​ & N°9 | Femmes, poésie & peinture | Dossier majeur | Articles & Témoignages

 

 

 

 

​​​​​

 

Zohreh Khaleghi,

 

 

celle qui immortalise en photographie

 

 

des instants fugitifs

 

 

 

 

 

Portrait par

​​​​​​

Maggy de Coster

​​​​Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

Photographies de

Zohreh Khaleghi

 

 

© ​​​​​​​​​​​​​​​​​Crédit photo : Autoportrait artistique de & par Zohreh Khaleghi, figure no 1.

 

 

 

Zohreh Khaleghi s’est mise à l’écriture dès l’âge de vingt ans en s’adonnant à la biographie de la grande chanteuse iranienne Ghamar Moluk Vaziri.

 

 

© ​​​​​​​​​​​​​​​​​Crédit photo : Zohreh Khaleghi, figure no 2.

 

 

Elle s’est également prise de passion pour la photographie. Avec son appareil photo Yashika elle prit pour cible les musiciens traditionnels, les chercheurs ou tout autre personne de renom.

 

 

© ​​​​​​​​​​​​​​​​​Crédit photo : Zohreh Khaleghi, figure no 3.

 

Cette fascination de l’image continue de la poursuivre encore aujourd’hui où en tant que chasseur d’images elle délaisse l’appareil photo traditionnel pour son Smartphone, modernité oblige, pour immortaliser des instants insolites.

 

 

© ​​​​​​​​​​​​​​​​​Crédit photo : Zohreh Khaleghi, figure no 4.

 

 

Sa sensibilité artistique est telle qu’elle nous apprend : « L’ombre d’un arbre sur le sol par un après-midi d’été, les yeux étincelants dans la nuit d’un chat perché sur un mur de briques, les jasmins dansant dans le vent, tout cela me fascine. ».

 

 

© ​​​​​​​​​​​​​​​​​Crédit photo : Zohreh Khaleghi, figure no 5.

 

Elle a toujours l’œil bien affûté pour trouver l’image on ne peut plus évocatrice, ou parlante et avec son art elle la vivifie, la magnifie, l’intensifie. Elle n’est pas poète pour rien car sa poésie se révèle même dans ses photos. 

 

 

 

© M. DE COSTER

 

***

 

 

Pour citer ce portrait artistique 

 

Maggy De Coster, « Zohreh Khaleghi, celle qui immortalise en photographie des instants fugitifs », portrait artistique inédit illustré par des photographies de l'artiste Zohreh Khaleghi, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°9 | Fin d'Été 2021 « Femmes, Poésie & Peinture », 2ème Volet sous la direction de Maggy de Coster & Revue Orientales, « Les figures des orientales en arts et poésie », n°1, mis en ligne le 30 septembre 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no1/no09/mdg-zohrehkhaleghi

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au N°1

Retour au sommaire du N°9 

Repost0
REVUE ORIENTALES ET LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 9 REVUE ORIENTALES Muses et féminins en poésie
25 septembre 2021 6 25 /09 /septembre /2021 16:52

 

REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations​​ & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège

 

 

 

​​​​​

 

Vision d’Iran /

 

 

 

Visión de Irán*

 

 

 

 

 

 

Maggy de Coster

​​​​Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

 

 

​​​​​​​​​​​Crédit photo : photographie d'une villageoise du désert iranien, comnons. 

 

 

 

 

Vision d’Iran 

 

 

À Zohreh

 

 

 

Par les chemins d’Ispahan

Dans l’opale du matin

Se dévoile le visage pourpre

D’une joviale paysanne

Portant sur sa tête

Les fruits de Déméter en offrande

Au peuple des mille et une nuits

   

**

 

 

Visión de Irán 

 

A Zohreh

 

 

 

Por los caminos de Ispahán

En el ópalo de la mañana

Se devela el rostro purpúreo

De una jovial campesina

Llevando sobre su cabeza

Las frutas de Deméter como ofrenda

Al pueblo de mil y una noches


 

 

* © Maggy DE COSTER, Entre éclairs et pénombre / Entre relámpagos y penumbra, L’Harmattan, 2013.

 

 

 

***

 

 

Pour citer ce poème bilingue français-espagnol

 

Maggy De Coster, « Vision d’Iran / Visión de Irán », poème bilingue français-espagnol reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteure et de sa maison d'édition, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N° 10 | Automne 2021 « Célébrations » & Revue Orientales, « Les figures des orientales en arts et poésie », n°1, mis en ligne le 25 septembre 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no1/no10/mdg-visiondiran 

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON

 

 

© Tous droits réservés

Retour au N°1

Retour au sommaire du N°10 ▼À venir

Repost0
REVUE ORIENTALES ET LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 10 REVUE ORIENTALES Muses et féminins en poésie

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Numéro Spécial | PRINTEMPS 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES NUMÉRO SPÉCIAL | PRINTEMPS 2022 HUMOUR AU FÉMININ Crédit photo : "Madame Vigée Le Brun et sa fille, 1786, musée du Louvre, Paris, huile...
  • Les policiers italiens refusent de porter un masque rose !
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier majeur | Articles & témoignages Les policiers italiens refusent de porter un masque rose ! Texte par Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Image de masque canard FFP2, domaine...
  • No 10 | AUTOMNE-HIVER 2021-22
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°10 | AUTOMNE- HIVER 2021-22 CÉLÉBRATIONS VOLETS 1 & 2 DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE...
  • No 10 | Sommaire
    N°10 | AUTOMNE-HIVER 2021-22 N°10 | SOMMAIRE CÉLÉBRATIONS Page en construction... Fin de la mise en ligne du numéro le 31 janvier 2022 pour le numéro en ligne & deux volumes imprimés 2022 CÉLÉBRATIONS © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Les mains...
  • Portrait d'elle / لوحة منها
    N°10 | Célébrations | Dossier majeur | Florilège Portrait d'elle / لوحة منها Dina Sahyouni Poéticienne, éditrice, lyreuse & fondatrice de la SIÉFÉGP © Crédit photo : Première de couverture, illustrée par une photographie de Françoise Urban-Menninger,...
  • Biographie de Christine VILLENEUVE
    Biographie & publication disponible numériquement Christine VILLENEUVE Juriste, a rejoint le MLF en 1980 Christine VILLENEUVE, juriste, a rejoint le MLF en 1980. Elle a commencé à travailler aux éditions des femmes -Antoinette Fouque alors qu'elle était...
  • Biographie de Catherine GUYOT
    Biographie & publication disponible numériquement Catherine GUYOT Journaliste, militante du MLF & de l'Alliance des femmes pour la démocratie Catherine GUYOT, journaliste, militante du MLF et de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie, signataire du...
  • Biographie de Élisabeth NICOLI
    Biographie & publication disponible numériquement Élisabeth NICOLI Avocate, militante du MLF & de l'Alliance des femmes pour la démocratie Élisabeth NICOLI, avocate, militante du MLF et de l'Alliance des femmes pour la démocratie depuis sa création. Elle...
  • Poèmes de Lea Nagy
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier mineur | Florilège Poésie hongroise Poèmes de Lea Nagy Traduction par Maggy De Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Traduction en français par Lea Kovács Poésie de Lea Nagy © Crédit photo : La poétesse hongroise,...
  • Hommage à Giverny
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier mineur | Florilège/ Muses au masculin | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages Hommage à Giverny Hommage par Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peinture de Chris Roro L'artiste...