28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 17:59

​​​

N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège 

​​​​​

 

 

 

 


 

 

Esther Ada, Celle qui dit,

 

J'aimerais embrasser le passé sur la bouche

 

& Léopoldine un soir de juin 

 

​​

 

 

 

 

 

 

Sabine Aussenac

 

Blog et sites officiels :

https://sabineaussenac.blog/

www.sabineaussenac.com

www.sabine-aussenac.com

www.poesie-sabine-aussenac.com

 

 

 

 

 

​​​​​​

Crédit photo : Wall painting of three women (Ladies in Blue) from Knossos (outside Royal Magazines), Heraklion, AM, image de Wikimedia, domaine public. 

 

 

 

Esther Ada

 

 

 

 

Un seul nom

 

demeure sur les tombes

 

de Lampedusa. Elle avait dix-huit ans

 

et la grâce des gazelles.

 

Tant de mains suppliciées

 

disparues au charnier azuréen

 

des poissons avides. Mare nostrum,

 

un cimetière.


 

Je te nomme, seule, Esther Ada,

 

rescapée des fosses communes du silence,

 

je t’adoube immortelle.


 

Une survivante du Titanic portait ce même nom.

 


 

 

 

 

Celle qui dit

 

 




 

J’aurais aimé pétrir une argile torride

Et de mes mains déesses créer de terre aride

Formes femmes fantasmes modelés tel destins

J’aurais été Camille aux côtés de Rodin

 

J’aurais aimé de mes yeux parcourir la planète

En devenir le chantre des gens et des bêtes

D’un objectif rageur capturer injustices

Ou simplement merveilles en beautés de solstices

 

J’aurais aimé devenir une toile infinie

Où mille couleurs d’intense seraient devenues vie

Tournesols ou marines ors flamands et sanguines

Ma peinture au soleil sentirait mandarine

 

J’aurais aimé danser en tutu de p’tit rat

Gracieuse ballerine merveilleuse Coppélia

Mon lac des cygnes aurait couleur d’immense

Isadora Duncan serait entrée en transes

 

J’aurais aimé vibrer au clavier tempéré

De cent accords divins de maîtres inachevés

Devenir concertiste adulée une artiste

Mes mains si assurées se feraient cantatrices

 

Mais je ne sais qu’écrire balbutier radoter

Raconter murmurer ravagée de pensées

Les mots me bouleversent l’émotion me décrit

Au clair de toutes lunes je suis celle qui dit.




 






J'aimerais embrasser le passé sur la bouche

 



 

J’aimerais embrasser le passé sur la bouche,

En un souffle léger, comme on frôle une couche

Où l’amant assoupi frissonne en s’endormant…

Je viendrais regarder tous mes rires d’enfant.

 

Je me verrais rêver au destin qui m’attend,

Toute de vie vêtue, chantonnant sur un banc ;

Et puis toutes ces failles qui craquellent mes nuits,

Je saurais les combler sous la lune qui luit.

 

Quand cette jeune fille passerait devant moi,

Je lui dirais les routes, et la faim, et le froid.

Mais aussi les bonheurs, et tant de mirabelles

 

Que ses jours engourdis deviendraient des soleils.

Je lui tiendrais la main, murmurant à son cou

Que les hommes sont bons, même quand ils sont fous



 

 



 

Léopoldine un soir de juin

 

 




 

Léopoldine un soir de juin

Son rire tendre et cristallin

Brassées de fleurs escarpolette

Et les sourires en pirouettes


 

Des murs envahis de glycines

Des confitures en ma cuisine

Le parc immense un écureuil

Parfois on y voit les chevreuils


 

Nos matins sentent le lilas

La sieste sourde est taffetas

À l’heure où chantent les grillons

Au ciel s’allument des lampions


 

Je vis chargée de mille roses

Et tu me dictes tant de proses

On dit de moi « Madame Hugo »

Mais tes maîtresses te trouvent beau


 

Oh rendez moi nos Feuillantines

Et le rire de Léopoldine

À l’heure où blanchit la campagne

Moi ta modeste compagne.


 

 

***

 

 

Pour citer ces poèmes inédits 

 

Sabine Aussenac​, « Esther Ada », « Celle qui dit », « J'aimerais embrasser le passé sur la bouche » & « Léopoldine un soir de juin », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N° 10 | Automne-Hiver 2021-22 « Célébrations »mis en ligne le 28 janvier 2022. Url : 

http://www.pandesmuses.fr/no10/sa-estherada

 

 

 

Mise en page par Aude

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°10

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 10 Muses et féminins en poésie

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • 2022 | Un Bouquet Poétique pour Toutes à l'École & La Journée Internationale des Droits des Filles
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE L'ÉVÉNEMENT POÉFÉMINISTE UN BOUQUET POÉTIQUE POUR TOUTES À L'ÉCOLE & LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FILLES ÉDITION 2022 QUI FÊTE LE 11 OCTOBRE 2022 LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FILLES CET ÉVÉNEMENT...
  • Fillettes dans l’abîme de l’ignorance !
    Événements poétiques | Un Bouquet Poétique pour Toutes à l'École & La Journée Internationale des Droits des Filles 2022 Fillettes dans l’abîme de l’ignorance ! Mokhtar El Amraoui Crédit photo : Filles afghanes en costume traditionnel, Commons. Loin de...
  • Biographie de Lea NAGY
    Biographie & publications disponibles numériquement Lea NAGY Jeune poétesse hongroise traduite en français par les Éditions du Cygne © Crédit photo : Portrait photographique Lea NAGY. Est une poétesse hongroise née en 2000 à Budapest. Elle a publié trois...
  • Le chaos en spectacle en extraits
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Florilège | Instant poétique avec... Le chaos en spectacle en extraits Poèmes de Lea Nagy Traduction du hongrois par Yann Caspar © Crédit photo : Portrait photographique Lea Nagy. Île Pas de bruit...
  • Lea Nagy, Le chaos en spectacle, préface de Patrice Kanozsai, traduction du hongrois par Yann Caspar, Éditions du Cygne, 2022, format A5, 67 pages, 10€
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Critique & réception Lea Nagy, Le chaos en spectacle préface de Patrice Kanozsai, traduction du hongrois par Yann Caspar Éditions du Cygne, 2022, format A5, 67 pages, 10€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir...
  • No 12 | AUTOMNE 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | AUTOMNE 2022 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* Crédit photo : Anne Vallayer-Coster, "Instruments de musique". Tableau temporaire....
  • J'ai vu la larme
    N°12 | Une Poémusique des Femmes & Genre | Astres & Nature J'ai vu la larme Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit photo : Mokhtar El Amraoui, « J'ai vu la larme », dessin. J’ai vu la larme sur l’eau Se poser tel un pigeon Attendu en regards et semences...
  • No 11 | ÉTÉ 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Strange roses", tableau. SOMMAIRE...
  • N°11 | ÉTÉ 2022 | SOMMAIRE
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE N°11 | SOMMAIRE EN COURS D'ÉDITION... © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Titre...
  • Biographie de Charlène LYONNET
    Biographie & publications disponibles numériquement Charlène LYONNET Chasseuse d'élans poétiques Discrète, vagabonde. chasseuse d'élans poétiques et de rebondissements, mélangeuse d'encritures. Publications : Puissance Dix le Mag, n°4 été 2020, parution...