11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 15:15

 

Megalesia 2020 | Muses au masculin 

 

 

Napoléon le faux,

 

Le navarque éphémère

 

   & Réveille-toi Jaurès

​​​​​

 

 

Mustapha Saha

 

Sociologue, poète, artiste peintre*

© Crédit photo : Mustapha Saha dans son bureau au Palais de l'Élysée sous la présidence de François Hollande (2012-2017). Un sociologue parmi des technocrates robotisés et des golems insensibilisés.

 

 

Napoléon le faux

 

 

Son navire a surgi sous pavillon corsaire
Dans le tourbillon noir de l’horrible cyclone
De quel pouvoir occulte est-il l’ogre émissaire
De quel maître invisible est-il le vaillant clone

 

 

Pandore aux souliers d’or dans son ombre gouverne
Sous le sceau du secret se trame l’aventure
Entre chacal et loup dans l’obscure taverne
Le concile installe l’autre commandature

 

 

Le pont s’illumine d’un ultime festin
L’indolent prétendant force son beau sourire
La destinée se change et non point le destin
L’enfarineuse en verve explose les fous rires

 

 

La Fata Morgana s’interpose en matrone
Le prince migraineux coupe enfin les amarres
Nul ne sait sa force ni sa faiblesse au trône
L’intrépide guerrier endosse la simarre

 

 

La nef appareille pour un nouveau pillage
Fond de cale investi de plus-values des banques
Les profits prospèrent dans le grand gaspillage
Sur mât de misaine voltige un saltimbanque

 

 

Le tsunami gronde du bruit sourd de l’enfer
Fukushima flamboie des feux d’apocalypse
Le petit amiral brandit sa main de fer
Tout retourne à la mer la vie n’est qu’une ellipse

 

 

Le capitaine fier raide droit dans ses bottes
Navigue en eaux basses pour couvrir son naufrage
L’horizon se voile du gris de Caillebotte
Le port franc disparaît dans l’éternel coffrage

 

 

Sur marche funèbre paradent les corbeaux
Une étrange épitaphe achève l’opuscule
Le trésor englouti sera-t-il son tombeau
La légende a vécu le temps d’un crépuscule




 

Le navarque éphémère

 

 

Il traverse l'époque comme alarme sifflante

Navarque éphémère de croisades sabreuses

Entre basse intrigue et promesse ronflante

Ne garde mémoire qu'anecdotes scabreuses

 

 

Son règne s'entame dans la joie populaire 

Sous mortel carnaval et bouffonnes sornettes

Le migrant s'encoffre dans goulag asilaire

Le tzigane s’expulse à coups de baïonnette

 

 

Son pouvoir impose son absurde interface

Le brasier s'attise l’autocrate ironise

La culture explose la mémoire s’efface

Le pompier pyromane sur débris s'intronise

 

 

Il parcourt le monde sanglé d’un écriteau

Armes postmodernes pour guerres satinées 

Quand le cirque dresse son royal chapiteau

Il est clown blanc matin noir en fin de journée

 

 

Se dévoile aussitôt son programme à l’envers

Sa marque est nulle part son image partout

Maître invraisemblable d'infernal univers

Le bâtisseur de rien veille et surveille tout

 

 

Sous buste d’albâtre l’écumeur survivant

Troque faux testament contre éloge funèbre

Le vent de l’histoire sur fleuve dérivant

L’enterre sans appel sous profondes ténèbres







Réveille-toi Jaurès

 

 

Le démon de minuit saisit la Présidence
L’estoc décapite quiconque n’obtempère
L’autocrate s’adjuge prestige et dissidence
La pensée s’absente la raison désespère

 

 

Les causes s’estompent sous grands effets d’annonce
L’Assemblée s’agite la loi se désaccorde
L’étranger se terre son voisin le dénonce
Le tzigane acquitte la potence et la corde

 

 

Le cynisme sans fin multiplie ses facettes
Le travailleur oublie le goût de la cerise
L’expert aux enchères surcote ses recettes
L’agioteur prospère à l’abri de la crise

 

 

L’esprit des ténèbres déroule son emprise
La liberté s’égruge entre enclume et marteau
Maurras de son caveau dirige l’entreprise
Le bouc émissaire s’exécute au château

 

 

Tes enfants s’étripent pour un bout de pouvoir
Les dragons du passé sous projecteurs s’acclament
Les sages interdits taisent leur bon savoir
Les apprentis sorciers nouveaux rois se proclament

 

 

La bête en fanfare tisonne son flambeau
La voix de la guerre sur réseaux s’amplifie
Les chemises brunes profanent ton tombeau
Réveille-toi Jaurès la paix se crucifie

 

 

 

*Nouveau livre : Mustapha Saha, "Haïm Zafrani, Penseur de la diversité", éditions Hémisphères / éditions Maisonneuve & Larose, Paris, 2020.

 

***

 

Pour citer ces poèmes

 

​Mustapha Saha, « Napoléon le faux », « Le navarque éphémère », « Réveille-toi Jaurès », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Megalesia 2020, mis en ligne le 11 avril 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/jaures

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés                                 Retour à la Table de Megalesia

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
  • Table
    Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
  • "I LOVE BEIRUT". Pour Beyrouth, pour un monde solidaire !
    Megalesia 2020 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. "I LOVE BEIRUT" Pour Beyrouth, pour un monde solidaire ! "En solidarité avec le Liban, nous publions vos témoignages et poèmes qui soutiennent la population libanaise durement touchée...
  • « Me, Myself » ou du Care lyrique et philosophique
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel |Le néopaganisme & la sexualité dans la culture populaire du XXIe siècle | Articles & témoignages « Me, Myself » ou du Care lyrique & philosophique Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la chanson...
  • « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la sortie de la chanson "Reality Scares Me" de MONSIEUR, c apture d'écran...
  • Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter
    REVUE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES | Invitations à visiter Page en construction... Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter Crédit photo : Une représentation de la déesse japonaise Amaterasu sortant de la caverne. Amaterasu est la déesse...
  • L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines"
    Megalesia 2020 | Annonces diverses L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines" © Crédit photo : L'affiche du festival, image transmise par la maison d'édition de l'artiste-autrice citée. L'artiste Catherine Gil Alcala présente le 13 septembre...
  • « Éviter les secrètes surprises du diable » !
    Megalesia 2020 | Réflexions féministes sur l'actualité « Éviter les secrètes surprises du diable » ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Joovs van Cleve, "La Vierge à l'enfant", domaine public, Wikipédia, Commons. Cet...
  • Papillon à la rose
    Megalesia 2020 | Astres & animaux en Poésie | Travestissements poétiques Papillon à la rose Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Claude Menninger, " Papillon à la rose", photographie...
  • Jean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€
    Megalesia 2020 | Critique & réception J ean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédits photos : "Première de couverture illustrée du recueil...