7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 18:19

 

Megalesia 2020 | Critique & réception 

 

 

 

Jean-François Blavin,

 

« Oscillations vagabondes au crépuscule »,

Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€

 

 

 

Maggy de Coster

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

​​​​​​​© ​​​​​​​​​​Crédit photo : "Première de couverture illustrée du recueil aux Éditions Unicité ".

 

 

Ces poèmes rehaussés des beaux dessins de la talentueuse Nicole Durand reflètent les pérégrinations urbaines d'un poète à l’œil affûté. Ils sont aussi chapeautés d’une très longue préface de  Laurent Desvoux- D’Yrek intitulée : Les terrasses de la divine comédie humaine ». 

Le poème luminaire court mais très parlant décrit l’état d’esprit d’un poète pèlerin parcourant les allées d’un quotidien  à géométrie variable:

 

 « Entre extase et accablement

Je chemine ici ou là ».

 

Et Notre-Dame dans son martyre de trouver une place d'honneur dans le recueil ! Il fallait y penser ! Ainsi peut-on lire : 

 

« Notre- Dame de Paris martyrisée

Mais c’est Paris tout entier qui suffoque »

 

Et c’est aussi le constat de l’hiver qui saisit la ville et la soumet à son « poignard de gel » car « Ce jour il gèle à pierre fendre » mais le poète courageux et téméraire ne cède pas à la panique: « Pas à pas dans la rue il marche ». « Il », c’est bien lui le poète qui se nomme à la troisième personne car le « je » peut bien paraître ostentatoire, il vaut mieux s’effacer derrière le « il » et c’est bien là son jeu. Il est aussi cet homme mûr qui dans la montée des ans se souvient avec

 

bonheur de l’enfance et c’est ainsi que :

 

«  Des jeux enfuis il se souvient

De la pêche sur la jetée  « 

………………….. 

» Et  les sirènes  de sa vie

Voltigent devant l’homme mûr »

 

La nuit, les songes du poète semblent peuplés « d’oiseaux migrateurs » histoire de penser que ses nuits seraient le prolongement de ses journées de balades enchanteresses :

 

« Oiseaux migrateurs de mes curieux sommes

Est-ce souvenance au tamis des jours »

Il ne manque pas de faire un clin d'œil à Rimbaud dans le poème sur le très chic restaurant Le Zimmer de la Place du Châtelet à Paris avec de très belles images ou évocations : 

 

«  Quand le val n’est point tragique

au dormeur

il est d’étranges escales »

 

Avec un luxe de détails, le poète nous invite à découvrir le charme de ce lieu feutré et chaleureux : 

 

« Au-dessus des marbres durs

Il y a comme la scène et le promenoir

d’un théâtre

les tentures rouges, les rideaux écarlates

les lettres de flétrissure, les miroirs,

les sièges cossus, les penseurs, les faux-penseurs,

les imposteurs »

 

Référence est également faite aux héros mythologiques qui veillent sur la Fontaine  Médicis dans un poème dédié à Elsa, la fille du poète, comme cadeau d’anniversaire, aussi considère-t-il :

 

«  Polyphème enfouit sa haine

D’Ulysse sous tant de flocons

Quand la neige caresse Acis

Créant l’émoi en Galatée »

 

Il joue avec les sonorités sans verser dans une  rimaillerie insipide et banale. Il a pour particularité d'omettre les déterminants et de forger des locutions verbales comme dans les vers suivants : " Où se ruaient dames affolées", « dresser constat de l’inavouable » (locution verbale) bien d'autres emplois similaires : originalité qui le rapproche du registre classique : 

 

« C’est déjà intrigante mélopée

A ravir pauvres éperdus et blêmes » p. 89

 

Lancer pelletées :  « […]il  lance

Pelletées de rimes en rade. »p. 41

 

Se créer chemins : « Des laves se créent chemins en rigoles »

Poursuivre quête : « Poursuis alors quête de l’oasis » p.48

 

« Signant clôture d’une vie

Pour l’échoppe de vie vibrante » p.54.

Ici, il y a coexistence d’allitérations et de locutions verbales.

 

Il a aussi l’art d’adjectiver les substantifs comme dans « monts aventuriers » (p. 89) et dans le dernier poème (à la page 91) qui fait retour au premier vocable du titre du recueil : « Oscillations » qui dénote son amour de la montagne, il récidive en adjectivant le mot « moraine » : « Et ma souvenance est moraine » et tout s’achève : 

 

« Comme une transe poétique

Où se lient malheur et bonheur »

 

Le champ lexical de l’auteur relève nettement du registre de la langue soutenue et c’est à loisir qu’il emploie des mots comme : « libation », « vaticination » et bien d’autres. De par sa formation de juriste il puise aussi dans le vocabulaire juridique aussi peut-on lire : « invite comminatoire ». 

 

L’auteur s’accorde certaines licences académiques en employant par exemple le mot « ténèbre » au féminin singulier : « Où est le vrai dans la ténèbre » p.45. 

Emploi rare, usité dans le langage littéraire comme ce fut le cas pour Léon Daudet dans (Bacchantes, 1931, p. 143) : « La nuit était devenue absolument calme et silencieuse, d'une ténèbre douce et ouatée. »

 

Nous relevons d’exquis vers enchâssés dans une succession d'allitérations que nous prenons plaisir à lire :

 

« Et la tornade tordait l’arbre » p.44.

« Le temps si charmant des charmilles » idem.

 

« Des essaims d’huissiers consignant leurs comptes » p. 46.

« En chaos des courants contraires » p.68.

 

Grave, il se révèle également en s’attardant sur le sort de ces migrants désespérés qui s’embarquent sur « Ces esquifs précaires dans le tumulte »

 

Avec lui on comprend que le poète se livre à un « perpétuel travail d’Hercule » par : 

 

 « L’effort des mots pour rendre l’indicible

Pari fou à ne point sortir indemne »

 

C’est dans l’ambiance du Cafés parisiens comme le Hall-1900 du IIIe arrondissement, après avoir savouré son café noir parallèlement aux « Buveurs enflammés de leur vin » et lu son quotidien préféré qu’il se rend disponible à l’accueil des muses. 

Promeneur solitaire, il aime également à se retrouver par « Les radieux matins dans les jardins »

 

C’est la vie dans tous ses aspects qui est consignée dans ce recueil rehaussé d’une belle écriture. 

 

 

***

 

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Jean-François Blavin, "Oscillations vagabondes au crépuscule", Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesMegalesia 2020mis en ligne le 7 septembre 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/decoster-oscillationsvagabondes-blavin

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la table de Megalesia

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Chante l’amour
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Varia de Poétextes Chante l’amour Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire des Poètes...
  • Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!!
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réflexions féministes sur l'actualité Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Capture d'écran...
  • Firmaman, textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret...
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Critique & réception Firmaman textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret. Ouvrage paru aux éditions Sans Escale avec une couverture signée par Jacques Cauda Françoise Urban-Menninger Blog officiel...
  • Agnieszka Holland, "Le Procès de l’herboriste", avec Ivan Trojan, Josef Trojan et Juraj Loj ​​​​
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Chroniques de Camillæ/Poésie & Cinéma ou Chroniques cinématographiques Agnieszka Holland, Le Procès de l’herboriste, avec Ivan Trojan, Josef Trojan & Juraj Loj Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/...
  • Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réception d'autrefois | Presse, média, femmes & genre Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier Paul Smith Réception journalistique choisie & transcrite par Dina Sahyouni Crédit photo : Des inondations...
  • Pluie de caresses
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Pluie de caresses Michel Orban Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et de sa maison d'édition. © Crédit photo : Présentation visuelle avec extraits du recueil de...
  • No 8 | ÉTÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 8 | ÉTÉ 2021 PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo :...
  • No 8 | Sommaire
    N° 8| SOMMAIRE PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en septembre 2021....
  • la rose en fer forgé
    N°8 | Dossier majeur | Florilège de poétextes la rose en fer forgé Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Françoise Urban-Menninger, "la rose en fer forgé", photographie prise dans un cimetière à Strasbourg. c'est...