7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 18:19

 

Megalesia 2020 | Critique & réception 

 

 

 

Jean-François Blavin,

 

« Oscillations vagabondes au crépuscule »,

Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€

 

 

 

Maggy de Coster

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

​​​​​​​© ​​​​​​​​​​Crédits photos : "Première de couverture illustrée du recueil aux Éditions Unicité ".

 

 

Ces poèmes rehaussés des beaux dessins de la talentueuse Nicole Durand reflètent les pérégrinations urbaines d'un poète à l’œil affûté. Ils sont aussi chapeautés d’une très longue préface de  Laurent Desvoux- D’Yrek intitulée : Les terrasses de la divine comédie humaine ». 

Le poème luminaire court mais très parlant décrit l’état d’esprit d’un poète pèlerin parcourant les allées d’un quotidien  à géométrie variable:

 

 « Entre extase et accablement

Je chemine ici ou là ».

 

Et Notre-Dame dans son martyre de trouver une place d'honneur dans le recueil ! Il fallait y penser ! Ainsi peut-on lire : 

 

« Notre- Dame de Paris martyrisée

Mais c’est Paris tout entier qui suffoque »

 

Et c’est aussi le constat de l’hiver qui saisit la ville et la soumet à son « poignard de gel » car « Ce jour il gèle à pierre fendre » mais le poète courageux et téméraire ne cède pas à la panique: « Pas à pas dans la rue il marche ». « Il », c’est bien lui le poète qui se nomme à la troisième personne car le « je » peut bien paraître ostentatoire, il vaut mieux s’effacer derrière le « il » et c’est bien là son jeu. Il est aussi cet homme mûr qui dans la montée des ans se souvient avec

 

bonheur de l’enfance et c’est ainsi que :

 

«  Des jeux enfuis il se souvient

De la pêche sur la jetée  « 

………………….. 

» Et  les sirènes  de sa vie

Voltigent devant l’homme mûr »

 

La nuit, les songes du poète semblent peuplés « d’oiseaux migrateurs » histoire de penser que ses nuits seraient le prolongement de ses journées de balades enchanteresses :

 

« Oiseaux migrateurs de mes curieux sommes

Est-ce souvenance au tamis des jours »

Il ne manque pas de faire un clin d'œil à Rimbaud dans le poème sur le très chic restaurant Le Zimmer de la Place du Châtelet à Paris avec de très belles images ou évocations : 

 

«  Quand le val n’est point tragique

au dormeur

il est d’étranges escales »

 

Avec un luxe de détails, le poète nous invite à découvrir le charme de ce lieu feutré et chaleureux : 

 

« Au-dessus des marbres durs

Il y a comme la scène et le promenoir

d’un théâtre

les tentures rouges, les rideaux écarlates

les lettres de flétrissure, les miroirs,

les sièges cossus, les penseurs, les faux-penseurs,

les imposteurs »

 

Référence est également faite aux héros mythologiques qui veillent sur la Fontaine  Médicis dans un poème dédié à Elsa, la fille du poète, comme cadeau d’anniversaire, aussi considère-t-il :

 

«  Polyphème enfouit sa haine

D’Ulysse sous tant de flocons

Quand la neige caresse Acis

Créant l’émoi en Galatée »

 

Il joue avec les sonorités sans verser dans une  rimaillerie insipide et banale. Il a pour particularité d'omettre les déterminants et de forger des locutions verbales comme dans les vers suivants : " Où se ruaient dames affolées", « dresser constat de l’inavouable » (locution verbale) bien d'autres emplois similaires : originalité qui le rapproche du registre classique : 

 

« C’est déjà intrigante mélopée

A ravir pauvres éperdus et blêmes » p. 89

 

Lancer pelletées :  « […]il  lance

Pelletées de rimes en rade. »p. 41

 

Se créer chemins : « Des laves se créent chemins en rigoles »

Poursuivre quête : « Poursuis alors quête de l’oasis » p.48

 

« Signant clôture d’une vie

Pour l’échoppe de vie vibrante » p.54.

Ici, il y a coexistence d’allitérations et de locutions verbales.

 

Il a aussi l’art d’adjectiver les substantifs comme dans « monts aventuriers » (p. 89) et dans le dernier poème (à la page 91) qui fait retour au premier vocable du titre du recueil : « Oscillations » qui dénote son amour de la montagne, il récidive en adjectivant le mot « moraine » : « Et ma souvenance est moraine » et tout s’achève : 

 

« Comme une transe poétique

Où se lient malheur et bonheur »

 

Le champ lexical de l’auteur relève nettement du registre de la langue soutenue et c’est à loisir qu’il emploie des mots comme : « libation », « vaticination » et bien d’autres. De par sa formation de juriste il puise aussi dans le vocabulaire juridique aussi peut-on lire : « invite comminatoire ». 

 

L’auteur s’accorde certaines licences académiques en employant par exemple le mot « ténèbre » au féminin singulier : « Où est le vrai dans la ténèbre » p.45. 

Emploi rare, usité dans le langage littéraire comme ce fut le cas pour Léon Daudet dans (Bacchantes, 1931, p. 143) : « La nuit était devenue absolument calme et silencieuse, d'une ténèbre douce et ouatée. »

 

Nous relevons d’exquis vers enchâssés dans une succession d'allitérations que nous prenons plaisir à lire :

 

« Et la tornade tordait l’arbre » p.44.

« Le temps si charmant des charmilles » idem.

 

« Des essaims d’huissiers consignant leurs comptes » p. 46.

« En chaos des courants contraires » p.68.

 

Grave, il se révèle également en s’attardant sur le sort de ces migrants désespérés qui s’embarquent sur « Ces esquifs précaires dans le tumulte »

 

Avec lui on comprend que le poète se livre à un « perpétuel travail d’Hercule » par : 

 

 « L’effort des mots pour rendre l’indicible

Pari fou à ne point sortir indemne »

 

C’est dans l’ambiance du Cafés parisiens comme le Hall-1900 du IIIe arrondissement, après avoir savouré son café noir parallèlement aux « Buveurs enflammés de leur vin » et lu son quotidien préféré qu’il se rend disponible à l’accueil des muses. 

Promeneur solitaire, il aime également à se retrouver par « Les radieux matins dans les jardins »

 

C’est la vie dans tous ses aspects qui est consignée dans ce recueil rehaussé d’une belle écriture. 

 

 

***

 

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Jean-François Blavin, "Oscillations vagabondes au crépuscule", Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesMegalesia 2020mis en ligne le 7 septembre 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/decoster-oscillationsvagabondes-blavin

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la table de Megalesia

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
  • Table
    Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
  • "I LOVE BEIRUT". Pour Beyrouth, pour un monde solidaire !
    Megalesia 2020 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. "I LOVE BEIRUT" Pour Beyrouth, pour un monde solidaire ! "En solidarité avec le Liban, nous publions vos témoignages et poèmes qui soutiennent la population libanaise durement touchée...
  • « Me, Myself » ou du Care lyrique et philosophique
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel |Le néopaganisme & la sexualité dans la culture populaire du XXIe siècle | Articles & témoignages « Me, Myself » ou du Care lyrique & philosophique Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la chanson...
  • « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la sortie de la chanson "Reality Scares Me" de MONSIEUR, c apture d'écran...
  • Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter
    REVUE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES | Invitations à visiter Page en construction... Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter Crédit photo : Une représentation de la déesse japonaise Amaterasu sortant de la caverne. Amaterasu est la déesse...
  • L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines"
    Megalesia 2020 | Annonces diverses L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines" © Crédit photo : L'affiche du festival, image transmise par la maison d'édition de l'artiste-autrice citée. L'artiste Catherine Gil Alcala présente le 13 septembre...
  • « Éviter les secrètes surprises du diable » !
    Megalesia 2020 | Réflexions féministes sur l'actualité « Éviter les secrètes surprises du diable » ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Joovs van Cleve, "La Vierge à l'enfant", domaine public, Wikipédia, Commons. Cet...
  • Papillon à la rose
    Megalesia 2020 | Astres & animaux en Poésie | Travestissements poétiques Papillon à la rose Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Claude Menninger, " Papillon à la rose", photographie...
  • Jean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€
    Megalesia 2020 | Critique & réception J ean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédits photos : "Première de couverture illustrée du recueil...