25 mai 2020 1 25 /05 /mai /2020 10:42

 

Megalesia 2020 | Chroniques de la pandémie de COVID-19 | Articles & témoignages

 

 

 

 

Quand le Coronavirus induit un champ

 

lexical emprunté également

 

au théâtre antique

 

 

 

 

Maggy de Coster

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

​​​​​​​Crédit photo : Image de la signature de Bertolt Brecht, domaine public, Wikimedia.

 

 

Le Coronavirus a fait fleurir notre champ lexical par l’émergence de toute une série de mots ou concepts dont La distanciation sociale. Ce concept en particulier m’interpelle parce qu’il me fait tout simplement penser au théâtre de Bertolt Brecht où l’effet de distanciation qui peut se traduire par l’effet d’étrangeté se trouve transposé dans notre vie quotidienne. Ainsi nos us et coutumes se trouvent modifiées : plus de poignée de main, plus d’embrassade, bref, bannissement de tout geste de proximité, ce sont les gestes barrière qui prévalent, des gestes qui sauvent, bien évidemment. 

La distanciation sociale est le summum des mesures barrière qui bouleversent toute notre structure sociale. Tout cela nous semble bien étrange. Insolite !

 

« Devant lui on portait les masques » (B. Brecht, L’Arche).

N’est-ce pas qu’aujourd’hui on porte le masque au contact des gens ? 

On n’est plus soi-même, on se dépouille de sa manière d’être, on adopte une nouvelle gestuelle, de nouveaux codes sociaux : on se tchèque avec les pieds, on se coudoie amicalement, on se prosterne devant l’autre, la main sur le cœur, c’est la symbolique de la cordialité. Peut-on parler ici d’une recherche d’esthétisme et de stylisation en comparaison au théâtre japonais dont s’inspire Brecht ? On déploie des trésors d’inventivité.  

 

Le théâtre est mis à mal depuis le confinement dû à la crise sanitaire mais un autre théâtre se joue au quotidien sur la scène nationale et internationale.  

Dans le théâtre de Brecht il y a bien sûr un jeu d’acteur. Avec la pandémie, les acteurs sont multiples : ils sont médicaux, sociaux, politiques et économiques. Chacun joue son propre rôle. Pour certains la médecine est même devenue une science prédictive. Si le théâtre avait pour but de divertir mais ce n’est point le cas ici. 

La moralité qui en découle ce sont les limites de la médecine et la mise au jour des failles de la gestion managériale de notre système de santé. Quel bel enseignement ! 

 

« […] une telle époque de confusion [sanglante]

De désordre institué, d’arbitraire planifié

D’humanité déshumanisée »

(Bertolt Brecht, L'exception et la règle)

 

Le virus se fait invisible mais inspire ceux qui sont encore debout. Le surréalisme et l’invraisemblance se côtoient et décoiffent la logique. La parole fausse fait autorité quand elle émane d’une personnalité éminente.

La télévision et les réseaux sociaux sont des espaces scéniques modernes qui révèlent les nouveaux acteurs sociaux en mal de notoriété. 

La scène est dématérialisée dans cette culture magique où les acteurs mesurent leur popularité par la montée exponentielle des « vues » et des « like ». Avec le phénomène de massification qu’induisent les réseaux sociaux la perméabilité des messages et l’adhésion des récepteurs (le public virtuel) sont un signe de satisfaction de leurs émetteurs (acteurs). Cela remplace bien les applaudissements dans les salles de spectacles classiques. 

Poserions-nous la question à l’instar de Bertolt Brecht dans La bonne âme du Se-Tchouan ?

 

« Faudrait-il d’autres hommes ? Un monde changé ?»

Ou dirions-nous encore ?

« La seule issue à ce problème qui irrite

Serait que vous réfléchissiez et tout de suite

À la manière de trouver la bonne personne

À trouver la fin qui soit bonne » (Bertolt Brecht, La bonne âme du Se-Tchouan).

 

MDC

 

***

 

Pour citer cet article

 

Maggy de Coster, « Quand le Coronavirus induit un champ lexical emprunté également au théâtre antique », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesMegalesia 2020|V - Chroniques de la pandémie de COVID-19mis en ligne le 25 mai 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/coronavirus-scènes

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la table de Megalesia

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
  • Table
    Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
  • "I LOVE BEIRUT". Pour Beyrouth, pour un monde solidaire !
    Megalesia 2020 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. "I LOVE BEIRUT" Pour Beyrouth, pour un monde solidaire ! "En solidarité avec le Liban, nous publions vos témoignages et poèmes qui soutiennent la population libanaise durement touchée...
  • « Me, Myself » ou du Care lyrique et philosophique
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel |Le néopaganisme & la sexualité dans la culture populaire du XXIe siècle | Articles & témoignages « Me, Myself » ou du Care lyrique & philosophique Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la chanson...
  • « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la sortie de la chanson "Reality Scares Me" de MONSIEUR, c apture d'écran...
  • Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter
    REVUE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES | Invitations à visiter Page en construction... Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter Crédit photo : Une représentation de la déesse japonaise Amaterasu sortant de la caverne. Amaterasu est la déesse...
  • L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines"
    Megalesia 2020 | Annonces diverses L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines" © Crédit photo : L'affiche du festival, image transmise par la maison d'édition de l'artiste-autrice citée. L'artiste Catherine Gil Alcala présente le 13 septembre...
  • « Éviter les secrètes surprises du diable » !
    Megalesia 2020 | Réflexions féministes sur l'actualité « Éviter les secrètes surprises du diable » ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Joovs van Cleve, "La Vierge à l'enfant", domaine public, Wikipédia, Commons. Cet...
  • Papillon à la rose
    Megalesia 2020 | Astres & animaux en Poésie | Travestissements poétiques Papillon à la rose Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Claude Menninger, " Papillon à la rose", photographie...
  • Jean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€
    Megalesia 2020 | Critique & réception J ean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédits photos : "Première de couverture illustrée du recueil...