21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 15:35

 

Megalesia 2020 | Instant poétique avec Ernesto DÍAZ RODRÍGUEZ

 

 

 

 

​À contrevent

par

Ernesto DÍAZ

RODRÍGUEZ

 

 

 

 

Textes sélectionnés & traduits de l'espagnol par

Maggy de Coster

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

Poèmes traduits avec l'aimable autorisation de l'auteur et de sa maison d'édition

 

 

Crédit photo :  Théodore Géricault (1791-1824), "Le Radeau de La Méduse", toile, domaine public, Wikimedia. 

 

Tous ces poèmes sont tirés de « À Contre Vent »,  préface de Zoé Valdes, Trafford Publishing, 2011.   

 

 

Né à Cuba en 1937, Ernesto DÍAZ- RODRÍGUEZ a été  condamné à 40 ans de prison par le régime de Fidel Castro, libéré le 23 mars 1991 au bout de 22 ans,  il réside actuellement à Miami où il prépare un film « Plantado » (Planté) sur son vécu et celui des co-détenus. Il est l’auteur de neuf recueils de poèmes et d’un livre de mémoires sur ses années de bagne intitulé « Rehenes de  Castro (Otages de Castro).

Ce recueil qui comporte deux  parties,  « Libre entre les grille » et « Sur les ailes du vent », est selon l’auteur, « un chant à l’amour, à la foi, et à l’espérance, la première partie a été écrite en 1985 dans la prison de Boniato »

 

 

 

À contrevent

 

Ici tout est couleur 

de boue et de déjection,

de rats qui habitent les égouts

et des chiens errants

et des merveilleuses prostituées

qui urinent leur misère dans le calice de l’aube.

 

Il ne suffit pas d’assister à l’enterrement

des centaines d’yeux,

des milliers d’oreilles

des milliers de centimètres de peau

magnifiquement tondue :

il faut être au centre même du naufrage,

boire,  au moins, 

une gorgée grise de ce vin insoluble

qui nous inonde la gorge,

pour arriver à comprendre

pourquoi on navigue à contrevent.

 

 

 

Destin

 

Ma voix se perd sous l’aile

d’une colombe noire ;

on l’a fondue comme un métal indéchiffrable

au milieu du désert ;

on l’a condamnée à l’oxydation de la quarantaine.

 

Mais ma voix est plus que cela :

c’est l’envers du crépuscule,

le brin qu’on désigne comme l’œil de la pierre,

le bond du saumon dans la cascade.

 

Ma voix est l’espace clos,

la rue innomée

le chien poursuivi

(pour être chien à contretemps).

 

Mais ma voix est plus que cela :

c’est le destin inéluctable 

qui me pousse 

au-delà de l’instant du poème. 

 

 

Prisonnier

 

 

Verse tes larmes sur ma solitude.

Que je les sente couler dans mes veines.

Puis donne-moi un baiser,

un baiser de ceux qui sont tiens

insondables,

et endors-toi dans mes bras

tandis que je te redis que je t’aime

et caresse la paume de ta main,

où maintenant c’est toi 

qui me fais prisonnier.

 

 

 

 

 

 

Ainsi l’ai-je voulu

 

 Mon fils est si petit

que parfois il se perd entre mes doigts.

 

Ainsi l’ai-je voulu,

pour qu’il puisse atteindre l’arc-en-ciel

par un fil de soie

et courir à travers les tunnels des fourmis

jusqu’au centre même de la Terre

 

Quand viendra le temps des fleurs,

mon fils s’en ira avec les abeilles

et apprendra à fabriquer des miels

(les abeilles aussi apprendront

à tresser la cire des bougies).

 

Mon fils est aussi petit 

que l’œil d’un merle.

Ainsi l’ai-je voulu,

 pour qu’il puisse s’étendre

sur mon épaule 

pour compter les étoiles

et marcher sur les mers

avec ses bottes en osier. 

 

Quand viendra le temps des neiges,

mon fils s’en ira avec les écureuils

vivre sur le tronc d’un noyer,

et là on lui apprendra

à dénoyauter  les noix

avec ses dents de pluie. 

 

Aïe, mon fils est si petit

qu’il s’adapte dans une goutte de rosée.

ainsi l’ai-je voulu,

pour qu’on ne puisse pas

me l’enfermer derrière les barreaux.

 

 

***

 

Pour citer ces poèmes

 

Maggy de Coster (sélection & traduction de l'espagnol), « "À contrevent" par Ernesto DÍAZ RODRÍGUEZ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesMegalesia 2020mis en ligne le 21 avril 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/acontrevent

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la table de Megalesia

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
  • Table
    Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
  • "I LOVE BEIRUT". Pour Beyrouth, pour un monde solidaire !
    Megalesia 2020 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. "I LOVE BEIRUT" Pour Beyrouth, pour un monde solidaire ! "En solidarité avec le Liban, nous publions vos témoignages et poèmes qui soutiennent la population libanaise durement touchée...
  • « Me, Myself » ou du Care lyrique et philosophique
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel |Le néopaganisme & la sexualité dans la culture populaire du XXIe siècle | Articles & témoignages « Me, Myself » ou du Care lyrique & philosophique Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la chanson...
  • « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la sortie de la chanson "Reality Scares Me" de MONSIEUR, c apture d'écran...
  • Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter
    REVUE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES | Invitations à visiter Page en construction... Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter Crédit photo : Une représentation de la déesse japonaise Amaterasu sortant de la caverne. Amaterasu est la déesse...
  • L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines"
    Megalesia 2020 | Annonces diverses L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines" © Crédit photo : L'affiche du festival, image transmise par la maison d'édition de l'artiste-autrice citée. L'artiste Catherine Gil Alcala présente le 13 septembre...
  • « Éviter les secrètes surprises du diable » !
    Megalesia 2020 | Réflexions féministes sur l'actualité « Éviter les secrètes surprises du diable » ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Joovs van Cleve, "La Vierge à l'enfant", domaine public, Wikipédia, Commons. Cet...
  • Papillon à la rose
    Megalesia 2020 | Astres & animaux en Poésie | Travestissements poétiques Papillon à la rose Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Claude Menninger, " Papillon à la rose", photographie...
  • Jean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€
    Megalesia 2020 | Critique & réception J ean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédits photos : "Première de couverture illustrée du recueil...