17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 15:53

 

Nouvelle féministe inédite

 

Les 4 commandements

 

dans un monde de femmes

 

 

 

Raphaëlle Gayon

 

 

Synopsis : dans un monde débarrassé de l'occupant masculin, l'application de quatre nouveaux « commandements » est discutée, afin de mieux régir les relations entre citoyennes. Ce sont les commandements sexuel, marital, maternel et éducationnel.

 

***

 

 


 

Sommet du G13. An 2050. État de New York. Au 72e étage de la Tour du One World Trade Center, dans le Lower Manhattan.

 

 

Le tableau était solennel. Autour de la table de conférence étaient assises treize femmes, les chefs d’État les plus puissantes de la planète Terre.

États-Unis, Japon, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Canada, les pays unis en 1976 pour le G7 étaient toujours là.

La Chine, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud et le Mexique avaient rejoint l’assemblée en 2040, peu avant le début de la Grande Guerre des Genres.

Treizième invitée, la Russie était conviée malgré ses frasques sur la scène internationale. Elle affichait son repentir. Renonçant à reconstituer l’ancien bloc de l’Union Soviétique dont elle était pourtant nostalgique, la Russie avait enfin rétrocédé à l’Europe de l’Est partie des territoires annexés entre les années 2028 et 2030.

L’Arabie Saoudite s’est décommandée à la dernière minute. Réduits à treize, les invités, quand bien même superstitieux, n’avaient rien trouvé à redire. Il valait mieux que l’Arabie, seule figure hostile au changement, ne participe pas aux négociations.

La dirigeante des États-Unis, doyenne naturelle de ce sommet et figure de la grande victoire féminine, accueillit les nouveaux visages de la scène politique mondiale avec un sourire presque maternel.

Après la capitulation masculine, de nouvelles élections avaient dû être menées tambour battant dans la quasi-totalité des pays du monde : s’agissant d’un homme, il était immédiatement relevé de ses fonctions. En l’espace de trois jours, quatre-vingt-dix-huit pour cent des nations avaient hérité d’un nouveau visage pour les gouverner – un visage féminin. Une décision pour le meilleur. Et, on l’espérait, une décision sur laquelle jamais l’on ne reviendrait.

La doyenne porta sur ses pairs un regard ému. Les treize femmes prirent le temps de goûter le sens hautement symbolique de cet instant. Puis la dirigeante des États-Unis se leva pour prendre la parole. Le congrès s’ouvrit.

 

 

9H30. Partie introductive du sommet du G13. Début de la retransmission télévisuelle internationale. Audience estimée : 7 milliards de personnes.


 

« Mesdames les nouvelles hautes dirigeantes, nous voici réunies en ce lieu symbolique de la capitulation masculine pour amorcer cette nouvelle ère, débarrassée à jamais, j’en fais vœu, des vicissitudes d’un monde corrompu par une caste aujourd’hui décimée : la gente masculine. Une nouvelle ère que je souhaite féconde et prospère. »

Deux ou trois chefs d’État tiquèrent au mot « féconde », ne le jugeant pas adapté à la situation nouvelle : la question de la perpétuation de l’espèce humaine n’avait pas encore été soulevée. Toutes les autres applaudirent avec zèle. Ce discours officiel ayant été rédigé à l’avance, chaque mot choisi devait y avoir sa place, non ?

Quand le tumulte des applaudissements cessa, la dirigeante américaine invita les treize puissances à se rasseoir. La tension était retombée d’un cran.

« Nous devons commémorer le jour de notre entrée dans l’ère nouvelle, reprit la dirigeante américaine. Pour cela, je tiens à vous informer que deux grandes décisions ont été ratifiées par l’ensemble de la Communauté Internationale. Elles prennent effet dès aujourd’hui. »

Toutes les femmes retinrent leur souffle.

« Un nouveau calendrier mondial va débuter ce jour. J’anticipe votre question, oui, nous restons bien le vendredi 1er juillet. Cependant, nous voici à la date du 1er juillet de l’an 0. »

Les applaudissements reprirent de plus belle.

« Deuxième décision, reprit la présidente du sommet, j’ai le plaisir de vous annoncer que, dès la rentrée prochaine, les dictionnaires du monde entier seront réédités, dans toutes les langues, avec un mot en moins : celui de femme. Par cette décision symbolique, les citoyennes de ce monde ne devront plus se considérer en tant que telles – car le terme de femme est rabaissant, trop longtemps synonyme du sexe faible – mais en tant que membres d’une même communauté, toutes sur un même pied d’égalité. L’homme disparu, il n’y aura plus de femmes, il n’y aura plus de sexes. Nous serons toutes du même sexe.

Dans les postes de télévision du monde entier résonnèrent les applaudissements des dirigeantes transportées de joie. Ce discours allait rester dans les annales de l’Histoire, et serait repris en exemple pour les siècles à venir.

Un doigt se leva.

C’était la France. La dirigeante américaine fut prise de court – elle pensait pouvoir jouir plus longtemps de cet effet d’annonce. Elle lui donna la parole. La traductrice déléguée à la France retranscrit :

« Si nous ne disposons plus d’un mot aussi rudimentaire et courant que le mot femme, comment Madame la haute dirigeante des États-Unis d’Amérique voudrait-elle que nous nous nommions ? »

La présidente parut décontenancée. Elle sembla s’accorder un instant de réflexion. En fait, dans l’oreillette, les suggestions de ses conseillères fusaient. Elle finit par trancher :

« Je laisserai à chaque pays le soin d’étudier les termes les plus appropriés à la dénomination de leur population, en accord avec leurs us et coutumes. Cependant, permettez-moi de proposer les termes de citoyenne, d’individu, ou, plus communément, de personne, qui, à mon sens, sont des termes neutres, qui sauront être les porte-paroles naturels d’une nouvelle égalité mondiale. »

Elle s’en était bien tirée. Autour de la table, tout le monde se détendit. La France dut prendre conscience de l’embarras dans lequel elle avait placé la présidente du sommet, car elle épousa, métamorphique, les courbes de son siège de cuir.

À cet instant, il fut annoncé que la diffusion des images en direct venait d’être interrompue. Le vrai sommet pouvait débuter à huis clos. La dirigeante des États-Unis reprit la parole sur un ton plus grave :

« À présent, si vous le voulez bien, venons-en aux thèmes qui nous préoccupent. »

La gaieté des participantes se dissipa, comme un ballon d’hélium s’élève et disparait dans le ciel.

« La transition qui doit s’opérer entre les monde d’aujourd’hui et de demain a fait naître des problématiques d’ordre politique, économique, social et culturel. Des notions fondamentales telles que l’amour, la conjugalité et la perpétuation de l’espèce humaine sont à repenser. C’est ce qui nous réunit aujourd’hui. »

Un silence se fit. Cette déclaration des États-Unis n’était pas une surprise. Les femmes autour de cette table avaient déjà, avec l’appui de leurs gouvernements, évoqué ces sujets sensibles, sans être en mesure d’y apporter une réponse. Conscientes de ces difficultés, elles furent profondément soulagées lorsque la doyenne du sommet déclara :

« Ces derniers jours, le gouvernement américain a travaillé d’arrache-pied à un plan d’action devant permettre, s’il est bien mené, d’entamer une transition sûre vers l’avenir auquel nous aspirons. Je vais m’employer, avec le concours de mes ministres, à vous en présenter les grands axes, dont nous pourrons ensuite débattre toutes ensemble. »

La nouvelle classe politique vint entourer la présidente des États-Unis. Il y avait la nouvelle Première Ministre, la Ministre de la Santé, la Ministre du Droit des Citoyennes, la Ministre de l’Économie, et même la Ministre de l’Éducation Nationale.

« La proposition que nous vous faisons – à vous, Mesdames, et au monde entier – s’articule autour de quatre lois nouvelles. Quatre commandements.

  • Dans un monde enfin libre, est-ce vraiment notre rôle de dicter de nouvelles règles à nos concitoyennes ? asséna le Japon dans un anglais rigoureux – elle s’était passée de traductrice.

  • Oui, c’est notre rôle, Madame la nouvelle haute dirigeante du pays du Soleil-Levant, rétorqua la doyenne avec autorité. C’est notre rôle si ces règles ont bien pour but de mettre fin aux sujétions de la femme – pardon, la citoyenne – qui ont duré des millénaires.

  • Bien, quels sont ces quatre grands commandements ? s’impatienta le Royaume-Uni.

  • Ce sont les commandements sexuel, marital, maternel, et éducationnel. La citoyenne moderne ne devra plus avoir de rapports sexuels. Elle ne pourra pas non plus être en concubinage, faire des enfants, ni les élever. Ces quatre commandements s’ils sont respectés à la lettre, nous rendront indépendantes et libres.

Des sentiments d’horreurs, de surprise ou d’incompréhension se manifestèrent tour à tour dans les regards des Treize. Était-ce sérieux, était-ce une farce ?

« Pour la description de ces commandements, je laisse la parole à mes ministres. »

 

 

 

10h02. Parties I et II du sommet du G13 sur les commandements sexuel et marital : « Tu ne t’offriras point » et « Tu ne t’uniras point ».


 

Une première ministre se leva et vint se placer devant les Treize.

« Mesdames, j’ai été nommée au poste de Ministre du Droit des Citoyennes, et je m’apprête à vous livrer le contenu de la première proposition de loi. »

Le silence se fit dans l’immense salle de réunion. Avec ses baies à triple vitrage, la Tour de la One World Trade Center préservait ses conférencières du vacarme extérieur, assourdissant. L’on ne pouvait se faire une idée de l’agitation urbaine et de ces avenues saturées de véhicules qu’en jetant un œil au-dehors, depuis le soixante-douzième étage.

La Ministre du Droit des Citoyennes commença ainsi :

« La femme ne fut longtemps qu’un ventre, un utérus à deux pieds, un objet de désir sans volonté propre. Cette forme d’esclavage a duré des millénaires. Abus, violences et autres actes d’une monstrueuse barbarie ont été le lot de millions de femmes. Voire de milliards. C’est pourquoi nous proposons la levée définitive du joug sexuel. Les citoyennes prêtes à bâtir un nouveau monde accepteront de renoncer à cette pratique, qui, faisant référence à un passe d’esclavage, est ressentie comme dégradante ou avilissante. »

Silence d’approbation, de prudence, ou de consternation ? Ce fut finalement à la France d’ouvrir le bal des questions :

« Si je comprends bien, dit-elle d’un ton à la fois ironique et grave, les rapports sexuels seront interdits ?

  • C’est exact, ils seront condamnables.

  • Et donc… comment traiter nos envies, nos désirs au plus profond de nos êtres de femme – pardon, de citoyenne – si nous abrogeons définitivement toute pratique sexuelle ? Par cela, il me semble que nous renions notre nature.

La France avait exprimé tout haut ce que nombre de dirigeantes pensaient tout bas. La doyenne du sommet intervint :

« Madame la dirigeante du pays des droits de l’Homme – et désormais des droits de la Citoyenne – comprenez que depuis la disparition du genre masculin, la nature est déjà bouleversée. Quoi de plus facile que d’abroger une pratique qui n’a plus lieu d’être, faute de partenaire ?

Le Japon, la Chine, l’Inde et l’Afrique du Sud, plusieurs pays approuvèrent en opinant de la tête. La France restait sceptique. La Russie apporta son soutien à la France :

« Certes, le partenaire masculin a disparu. Mais qu’en est-il des femmes qui ont un penchant naturel pour les femmes ? Doivent-elles aussi renoncer au sexe ? Aller à l’encontre de leur nature ? »

Tous les regards convergèrent sur la Russie. Et si elle défendait sa propre cause ? De par sa carrure imposante et ses intonations rustres, la Russie rassemblait les stéréotypes qui desservent à tort la cause lesbienne.

Avec l’accord de la présidente du sommet, l’Allemagne se leva pour parler :

  • Mesdames, le corps se gouverne par l’esprit, et non par les sens. Seul l’homme, le mâle, est gouverné par ses sens. Ce fut sa grande faiblesse. La grande maîtrise de nos sens nous rend supérieures. Bannir le sexe de notre existence, n’est-ce pas la consécration ?

Elle se rassit. Son intervention avait convaincu des pays jusque-là hésitants, tels que l’Italie, le Canada ou le Royaume-Uni. Une autre ministre profita de cette intervention pour se présenter. C’était la Ministre déléguée à la Santé et aux Affaires Sociales.

« Le second commandement, le commandement marital, induira j’en suis sûre une meilleure compréhension du commandement sexuel. Le commandement marital est simple : toute forme de couple, de ménage ou d’union doit être abolie. Pacses, mariages et concubinages n’ont plus leur place dans notre société : ils renvoient au schéma familial d’avant la guerre des Genres, servant à la sujétion de la femme. L’égalitarisme entre citoyennes dans cette nouvelle société se fonde sur le célibat. »

Cette affirmation sema le trouble dans l’assistance. La Ministre de la Santé ne leur laissa pas le temps de réagir, elle enchaîna :

« Des groupes émergent des leaders. Et qui dit gouvernants, dit gouvernés. Cela vaut dans tous les groupes sociaux, y compris au sein d’un couple ! C’est dans le célibat que les citoyennes trouveront leur liberté et leur indépendance. Se réapproprier sa propre vie, ne dépendre que de soi-même et de son pays sont les objectifs de ce commandement. »

Cette fois, on ne trouva pas de réels opposants au commandement marital. Ou bien était-ce le petit creux de dix heures et demie qui se faisait sentir ? On en profita pour servir café et gâteaux sucrés.

 

10h35. Partie III du sommet du G13 sur le commandement maternel : « Tu n’enfanteras point »


 

La Ministre de l’Éducation Nationale prit le relai.

« Libérée de ses obligations maritales et sexuelles, la femme sera aussi libérée de son obligation maternelle. Voilà le thème du troisième commandement : la citoyenne n’est plus tenue d’enfanter. La maternité est retirée des attributions de la citoyenne. »

Les pays en voie de développement accusèrent le choc. Le clan des pays européens écoutait d’une oreille complaisante. En 2050, c’est-à-dire en l’an 0, vie professionnelle et vie personnelle restaient deux choses difficiles à concilier pour une femme, et la maternité n’était pas étrangère à cette situation.

« Mais… comment pourrait-on retirer la maternité de nos attributions ? » demanda soudain le Brésil.

  • La recherche et la science ont suffisamment progressé dans cette direction pour rendre l’impossible possible : la première conception d’enfant sans le concours du corps féminin a été réalisée avec succès. Nous l’appelons GEA : Gestation par Ectogenèse Assistée. La petite fille s’appelle Lucy, et elle se porte bien.

  • Que faites-vous du lien qui unit la mère à l’enfant ? réagit le Japon.

          Ne risquons-nous pas de fabriquer des monstres, privés d’amour maternel ? ... »

Le Canada soutint son homologue nippon :

« Avec cette technique, dit-il sentencieusement, nous allons vers une déshumanisation pure et dure de la société. »

Il interrogeait la présidente américaine du regard. La chef d’état se tourna vers son équipe, dont elle espérait un conseil avisé. Le Canada était un partenaire économique de taille, et le premier voisin géographique des États-Unis. La chef d’État voulait une réponse. Et vite. Les ministres échangèrent des regards plein d’embarras. Aucune d’elles n’avait anticipé ce débat.

Profitant du flou organisationnel, la Chine s’interposa, c’était la première fois :

« Vous parlez de conception sans le concours du corps féminin. Permettez-moi de saluer cette prouesse, dit le géant asiatique. Mais d’où ces enfants providentiels seront-ils supposés venir, si la femme n’est plus engagée dans une relation sexuelle, ou maritale ? Les enfants ne sortent pas des choux, il faut un géniteur et une génitrice ! Qu’avez-vous à répondre ? »

La Chine, on le savait, accordait beaucoup d’importance à tout ce qui touchait aux politiques de régulation des naissances. Les ministres affichèrent leur soulagement. Bien entendu, elles y avaient pensé. Bien entendu, elles avaient quelque chose à répondre.

« Une obligation de citoyenneté, voilà la clé, exposa la Ministre de l’Éducation nationale. Il y aura des dons d’ovule, pour chaque citoyenne. Vingt-quatre dons pour être précis, programmés entre l’âge de dix-huit et vingt-huit ans.

  • Vingt-quatre dons par citoyenne, répéta la France, dubitative. Cela ne vous semble pas excessif ? »

« Ce chiffre est stratégique. Pour commencer, il faut savoir que la moitié des embryons fécondés seront de sexe masculin. Et donc, éliminés. Pour cette raison, il nous faut doubler le nombre initial de dons. »

L’intonation glaciale de la Ministre fit trembler partie des invitées. Pourtant, toutes savaient ce que la victoire de la femme à l’issue de la grande Guerre des Genres impliquait, la disparition, progressive, inéluctable, de la gente masculine.

« Il faut savoir aussi que le patrimoine génétique recueilli par les dons ne sera pas à cent pour cent exploitable, poursuivit la Ministre. Au mieux, la moitié sera utilisable : déficiences physiques ou intellectuelles et tares génétiques seront dépistées bien en amont. Là encore, il faut doubler le nombre initial de dons. Au final, il nous faut quatre fois plus de dons que nous ne souhaitons engendrer d’enfants. Vous me suivez, Mesdames ? »

Silence. Si certaines ne comprirent pas le raisonnement mathématique, elles s’efforcèrent, pour la plupart, de ne pas le montrer. L’Allemagne, qui avait l’esprit fort cartésien, souhaita conclure :

« Puisque vous annoncez vingt-quatre prélèvements par femme – un chiffre que vous avez volontairement multiplié par quatre – j’en déduis que vous espérez en retirer un taux de natalité plus ou moins égal à 6.0 ? Six enfants par citoyenne, c’est bien ça ?

  • C’est tout à fait cela, confirma la Ministre, satisfaite de voir qu’au moins un pays suivait.

L’annonce de ces chiffres ne sembla nullement ébranler les pays en voie de développement, tels que l’Inde et la Chine : ils corroboraient leurs taux de natalité actuels. En revanche, les pays développés n’étaient pas prêts à s’encombrer d’une si nombreuse progéniture, à moins qu’on leur fournisse une excellente raison.

« Et qui élèvera toute cette marmaille ? railla l’Italie.

  • Et surtout, pour quoi faire ? » renchérit le Royaume-Uni.

La Ministre de l’Économie répliqua en hâte :

« Le pourquoi de ce taux de natalité fixé à 6.0 ? Mesdames, il est simple :

D’abord, Mesdames, le pourquoi. Il est simple : la guerre a divisé la population mondiale par deux. Plus nous engendrerons, plus vite nous repeuplerons nos terres, et plus vite nous ferons redémarrer l’économie. Concernant le comment, il trouve son explication dans le dernier commandement : le commandement éducationnel.

 

 

11H18. Partie IV du sommet du G13 sur le commandement éducationnel : « Tu n’éduqueras point d’enfant…

sans salaire ».


 

« Vous l’avons dit, la maternité disparaît : faire don de son corps, gratuitement, et ce pour enfanter, ne sera plus exigé de la citoyenne. Consécutivement, l’éducation des nouvelles générations ne sera plus exigée non plus. La citoyenne n’aura plus à éduquer. Pas sans salaire. Ce rôle sera réendossé par l’État, qui rétribuera les personnes l’aidant dans cette tâche accordement. Les enfants issus de dons d’ovules obligatoires deviendront pupilles de la Nation. Les jeunes filles d’une même génération seront élevées et instruites dans des internats gérés étatiquement. »

Les réactions des Treize devinrent difficiles à contenir. Les interprètes se battirent pour avoir droit de parole : chacune souhaitait être la prochaine à retranscrire la pensée du pays qu’elle représentait.

« Les enfants n’auraient plus de mères ? se récria la puissance nippone, incrédule.

  • Notre mère à toutes, ce sera l’État, dit la Ministre de l’Économie.

  • Quel sera l’impact de l’absence de mère naturelle sur la santé psychique de ces enfants ? renchérit le Canada, alarmée.

  • Cet impact pourrait être désastreux, confirma le Royaume-Uni. Nous devons absolument mener des études approfondies avant de valider l’application de ce commandement. »

Pour une fois, les pays en voie de développement prirent une part active à la discussion, apportant un tout autre point de vue. L’Inde :

« Un impact sur l’enfant, mais aussi sur les mères, à long terme. Que deviendront ces femmes ? Plus personne pour les assister durant leurs vieux jours… »

L’Afrique du Sud, le Mexique, le Brésil et la Chine hochaient la tête, en signe d’approbation. La doyenne du sommet se leva pour obtenir le silence. La Ministre de l’Économie la gratifia d’un sourire reconnaissant.

« Dans la société que nous souhaitons créer, reprit-elle, la citoyenne ne se reposera pas sur ses enfants, seulement sur elle-même. Ses vieux jours seront d’heureux jours, grâce aux richesses qu’elle aura accumulées tout au long de sa vie. »

La grogne des pays en voie de développement reprit. Les États-Unis devaient comprendre que ces pays n’avaient pas les moyens de libérer la citoyenne de ses charges maternelles, ni de lui retirer la sécurité financière que représentait la progéniture.

La Ministre tempéra :

« Bien sûr, les inégalités de développement d’un territoire à l’autre ne nous permettent pas encore d’appliquer ces quatre commandements à l’échelle planétaire. En outre, la procréation artificielle et la mise en place d’internats d’État sont des programmes engageant des moyens financiers et humains colossaux : leur lancement sera progressif, échelonné dans le temps. Votre rôle actuel est d’anticiper l’application de ces quatre commandements. Il vous suffit de comprendre ce que nous attendons de vous ; comprendre à quelle société nous aspirons, par quels moyens nous pensons la mettre en place, pour qu’à la fin de ce sommet, vous incarniez la voie du changement. »

Les Treize eurent un temps d’hésitation. L’Afrique du Sud se leva et demanda timidement :

« Si je comprends bien, on ne nous demande pas d’acter l’application immédiate de ces quatre commandements dans nos pays respectifs ? »

 


 

11H55, conclusion du sommet et signature de la Charte Internationale de Paix.


 

On put procéder au vote. S’agissant d’un vote à l’unanimité, il fallut trouver un terrain d’entente : la Russie et la France acceptèrent de donner leur accord concernant les commandements sexuel et marital, seulement si le Canada, le Japon et les autres pays en voie de développement donnaient le leur concernant les commandements maternel et éducationnel. On obtint des États-Unis la promesse qu’ils fourniraient le rapport étudiant l’impact psychologique de l’absence de mère sur les générations à naître.

L’heure de déjeuner approchait. Les négociations se conclurent rapidement. La Charte Internationale de Paix obtint les signatures des Treize. Il fut décidé que l’application des quatre commandements suivrait un plan prenant en compte les différents niveaux de développement des pays. Les États-Unis seraient les premiers à tester leur application. Viendraient ensuite le Japon et l’Europe de l’Ouest ; puis la Chine, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Europe de l’Est et la Russie ; enfin, l’Amérique du Sud, le reste du continent eurasien et l’Afrique.

L’application des quatre commandements au Moyen-Orient ne put être considérée. En effet, aucun des dix-sept pays du Proche-Orient, de la péninsule Arabique et du Golfe Persique n’avait répondu présent. On éluda le sujet. Simplement.

Avec discrétion, la présidente du Japon, qui avait des notions de mandarin, souffla à sa voisine chinoise :

« Le Moyen-Orient a peut-être eu raison… quelle débandade.

  • Nous aurions dû soulever toutes ces questions avant de déclarer la guerre à l’opposant masculin » railla la Chine.

Fort heureusement, les interprètes des deux puissances asiatiques prirent la décision de ne rien traduire, et l’on put aller déjeuner sereinement.

 

Biographie

 

Raphaëlle Gayon a un 26 ans, elle a déjà écrit un roman de féminisme-fiction encore inédit. Elle est web rédactrice à Paris en entreprise et en freelance.

 

***

 

Pour citer ce texte

 

Raphaëlle Gayon,  « Les 4 commandements dans un monde de femmes », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10/Megalesia 2017, mis en ligne le 17 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/commandements.html

 

 

© Tous droits réservés                        Retour au sommaire

Partager cet article

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°10
    Publication successive Lettre n°10 Nous fêtons dans cette Lettre Le Printemps des Poètes au féminin & le festival Megalesia 2017 jusqu'au 31 mars 2017 30 avril 2017 Crédit photo : Allegoria dell'Inclinazione 1615-1616 (Allégorie de l'Inclination) par...
  • Vive la Retraite !
    Dossier majeur | Textes poétiques Vive la Retraite ! Joan Ott © Crédit photo : (illustration à venir) Synopsis Enfin retraités après une longue vie de labeur, Aline et Germain ont acheté une île déserte au beau milieu du Pacifique où ils comptent couler...
  • Dossier majeur | Textes poétiques Vive la Retraite ! Joan Ott © Crédit photo : (illustration à venir) *** Pour citer ce poème Joan Ott , « » , Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques...
  • Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ?
    Dossier majeur | Textes poétiques Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ? Sylvie Troxler © Crédit photo (illustration à venir) Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ? J’suis pas un chien tout de même ! D’accord, j’ai tout...
  • Vieilles dames vénitiennes
    Dossier majeur | Textes poétiques Vieilles dames vénitiennes Chantal Robillard Ce texte est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteure de son blog officiel Venise, poèmes de voyage © Crédit photo : (illustration à venir) Mon hôtesse m’annonce...
  • Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout
    Femmes, poésie & peinture Avant-première Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Crédit photo : La Paix ramenant...
  • Penser la maladie et la vieillesse en poésie
    Dossier majeur | Introduction du n°6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : (illustration à venir) À l'heure où s'achève à Strasbourg la septième édition du Forum Européen...
  • La Place des femmes dans la peinture de Camille Pissarro
    Dossier majeur | Femmes, poésie & peinture Avant-première La Place des femmes dans la peinture de Camille Pissarro Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Crédit photo : affiche de l'exposition...
  • Haiku za Tatjanu Debeljački 2017 / Haiku for Tatjana Debeljački 2017
    Annonce de parution / revue des éditrices Haiku za Tatjanu Debeljački 2017 / Haiku for Tatjana Debeljački 2017 Tatjana Debeljački © Crédit photo : couverture illustrée du recueil fournie par l'auteure Poeta konkurs / Poeta contest Haiku za Tatjanu Debeljački...
  • Brève chronique sur "Adèle" de Patricia Kaas
    Femmes, poésie & musique Pour la Journée Internationale de la Femme Brève chronique sur "Adèle" de Patricia Kaas Dina Sahyouni La chanson « Adèle » interprétée par Patricia Kaas s'adresse à toutes les femmes parce qu'elle éclaire la condition féminine...