10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 13:00

 

 

Ensemble de poèmes

Invitée de la Journée du 13 mars

  Guérison  


Nina Živančević

 

 

Texte traduit du serbe par Ljiljana Huibner Fuzellier et Raymond Fuzellier 



I. Sur les menus objets



De menus objets sont à ce point précieux

Il leur faut du temps pour respirer

épancher de l’énergie et alors marcher

bavarder avec diverses personnes, causer avec tous

Tandis qu’ils parlent ainsi, babillent, soufflent légèrement, causent



L’escalier mesure le battement d’un cœur

Vois comme il se met à flotter et puis s’envole

Couvert des couleurs de la rouille, couvert de sable et d’algues

Mais Beckett avait raison de dire

Que « brioche » n’est qu’un mot et qu’ « homme » non plus

N’est pas « un mot beaucoup meilleur »



Hé, respirons la fraîcheur d’un été,

De petits objets précieux, le sable et les mouettes paresseuses

qui prennent leur envol

Il importe de recycler

Le temps présent, futur mais aussi passé

De cet objet insipide qu’on place

Sur la paume, sur une balançoire, cet éclair d’un instant heureux



Les souvenirs viennent et s’en vont par saccades

Ils ne nous dévorent pas encore mais seulement nous déploient …



La merveilleuse crinoline d’une dame se promène à travers un jardin

où la nuit a fait ses adieux à

un gravier et à de magnifiques glycines

Ici et maintenant il te faut découvrir une issue

Dénicher la clé

Pousser un soupir

Avant de descendre pas à pas

l’escalier avant de

redevenir jeune fille et nouveau marié d’outre-tombe

Avant de lancer un menu gravier

Sur quelques-uns sur tous

Je les dénombre … Et jamais je ne joue avec eux

Trop lasse pour jouer

Qui sont-ils tous ces gens ?

trop émus pour danser

Abandonnés à la merci

des mouettes et d’un sable lumineux étincelant

Sans pardon   sans hirondelles triangulaires

Dépourvues de plumages   sans apparat   sans remords

Sans hirondelles   sans plumages   sans apparat

sans remords.


II.  L’amour vrai


L’amour est mélancolique, bleu, fait d’or et vrai

Cesse de bouffonner   écris ta poésie

Bois ton remède   fais reluire tes chaussures

Va en classe   encanaille-toi

Sors de ta tour personnelle   jette-la en l’air,

Orlando disait :

Midi est modeste et se nourrit de miettes

Les menus objets parlent swahili et conservent

un brillant post-moderne,post-comateux où la nuit frissonne

Et clôt sur les têtes un voile bruissant

Sauvé par la sécurité assurée d’un savoir réfléchi,

d’une misérable information

Le long d’un dock glissant

Un objet s’est niché,

arrondi, sage et nourrissant.

Qu’il ne prononce aucun mot et dissimule ses jours secrets   saveur étrange,

son passé glorieux

Il est intemporel.

Mère   est-ce que tu m’aimes ?

Mère   est-ce que tu tiens à moi ? Et moi, à toi ?

Voilà, tu t’en iras clopin-clopant sur le sentier de gravier et me laisseras

seule dans un univers rempli de brioches et d’étoiles,et

d’objets brillants   de gros livres et d’une musique puissante,

d’objets sublimes   de joyeux dictionnaires prisonniers d’un temps

rempli de carottes   de betterave rouge et d’autres remèdes,

d’un tranchoir du démon   de pavé   de bagues en opale et d’un crépuscule de cobalt.

             Une pluie légère rince des robots énormes   des factures  insolentes,

des emprunts et des crédits   de stupides accessoires ourlés de silex.

Un amour me revient et maintenant il est déjà mélancolique,

Bleu fait d’or et vrai.

 

III.  Fond de la mer



La nuit va rincer le gravier

souillé de boue  désir d’expressionniste

indigeste parfum douceâtre de l’ambre jaune   puanteur de l’ambre

indéfini et Divin,

français à outrance   c'est-à-dire inexorable   vulnérable, sérieux,

effarouché et oublieux.

Camions de paroles caillées,

messagers d’une convoitise   attentes d’un ministère

bistrots débordants de tentations,

écoles regorgeant de croque-morts   noms surchargés d’histoire,

farceurs   bourrés de savoir.

Voilà une erreur   tu entends une toux   regarde le fou

Et nous, on se fait transporter dans la membrane magique

derrière une peau recouverte de glace et d’un silence de légende

Allez, viens   viens vite,

pour un soupir de ma petite femme   pour la moelle de ma fleur

Cette fleur s’efforce de tenir une promesse qui

te fut donnée au fond

de la plus profonde mer pourpre.

 

IV.  Mort de philosophe


             Jamais je n’ai réfléchi à ton propos tant que tu n’étais pas parti

La table est nettoyée  le verre est vide   mais l’assiette

remplie de fautes   tu t’es seulement glissé par   la porte

elle était fermée et on a frappé contre elle

« entrez » ai-je dit

le vent l’a ouverte toute grande

et sur elle une vieille au visage ridé

crachait du sang   plus ou moins solitaire   habillée

comme ma mère   elle me ressemblait

elle m’a souri et m’a jeté

une malédiction édentée : Je suis ta mort, a-t-elle fait

dis donc, ai-je soupiré, je ne suis pas encore prête

ce n’est pas déjà mon heure, je dois achever de lire tous les Stoïciens,

atteindre l’illumination du Bouddha …

Prépare-toi vite, a-t-elle sifflé, mais je l’ai repoussée, j’ai claqué la porte

et suis tombée sur le plancher, pour me réveiller ensuite

couverte d’une horrible sueur.

                             J’ai allumé la radio et écouté du Bach

je vivais avec des gens qui haïssent la poésie

les découvertes étaient à la mode   bêtise en gestation.

                              Et là, ces doigts de Glenn Gould …

Un beau jour, a-t-il dit, j’ai rencontré Dieu,

le contrepoint est la chose la plus grande, dans la musique et dans la vie,

il parlait et a siffloté d’allègres variations de Bach,

il a repassé des rides pour une netteté cristalline   

arrosé des plates-bandes avec sa vie quotidienne

nourri des souris domestiques d’attentes soulevées

qui n’étaient ni vastes ni solides, ni froides non plus

elles n’étaient que les faibles échos du sonore

staccato de sa folie   de l’arpège insupportable de son allégresse,

de cet infâme contrepoint à sa promesse pouilleuse …




V.  Des médecins viennent et repartent



Un médecin est venu, il m’a regardée et que m’a-t-il prescrit ?

Nous avions eu quantité de poèmes pour le dîner

Et beaucoup trop de drames, trois mauvais romans et deux nouvelles douteuses,

Cinq imitations au petit déjeuner et une biographie romancée à midi.

C’est très mauvais pour votre alimentation, très mauvais   très mauvais pour votre esprit.

VOTRE ESPRIT N’EST PAS UN POT D’ÉCHAPPEMENT           VOTRE ESPRIT N’EST PAS UN POT D’ÉCHAPPEMENT               VOTRE ESPRIT…



Ainsi viennent et repartent des médecins   ils grignotent des raisins secs pourris

portent des pèlerines râpées   et prononcent des phrases à double sens

dans une vie pleine de traumatismes   de dogmes et de lard

de lard et de dogmes   porcelets et roulés au fromage

formés au fond

de la plus profonde des mers pourpres.

 

VI.  Allons danser



Oh, juste avant le point du jour   avant l’aurore   avant l’aube,

avant que la lumière pénètre   déborde violemment   puis s’alanguisse,

très gentils   très arrondis   de petits objets apparaissent

avant la pénombre   avant le couchant   après l’orage



Allons, debout   allons danser,

ne reste pas dans ton recoin douillet   ne souris pas ainsi   ne pleure pas,

ne dis pas non   tu as connu mieux   tu as essayé

tu es ce héros   tu as travaillé sans répit

de neuf à sept, de huit à cinq, de dix à douze, de six à dix ;

allons rince tout ça   débarrasse-toi de tous les crépuscules fluorescents

de la plage et des couchants patinés   d’un frisson dans le noir,

des éclats de rire ambigus détrempés par la pluie

on se connaît si bien   prends mon parapluie   chatouille les plantes de mes pieds

j’arroserai ton sens de l’humour   sous un jeune bananier

encore deux tranches de jambon, s’il vous plaît, et une salade de betterave

je ne me rappelle pas mes rêves   même si je m’endors vite

chaque soir au même moment et bien qu’il soit trop tôt pour que je vous demande :

« l’heure est-elle tardive et heureuse   ou bien est-elle fastidieuse et remplie de souvenirs

est-elle nonchalante et inexcusable,

pleine de dégoût et d’oubli,

sous une légère brise au-dessus d’un horizon bleu-violacé

que, sous le corail, nourrissent les méduses

nées dans les profondeurs

de la plus profonde mer pourpre.

 


  1. VISITE À LA MAISON DE BLAKE



On a écrit d’épais volumes sur la poésie d’Allen,

En fin de compte, il s’est toujours comporté envers son œuvre ― de façon responsable,

Sauf que, une seule fois, il m’a dit « quelle honte, ils t’ont quand même chopée »,

Mais qui étaient ces « ils », il ne me l’a jamais révélé …

Sans doute songeait-il aux fées Carabosses du capitalisme,



Et pourtant, il m’avait raconté beaucoup de choses, parfois dans mes pensées j’aurais

Vogué loin, sans l’écouter, mais parfois j’aurais sombré dans le sommeil …

Et probablement aurais-je toujours deviné le sens de ses paroles

même si cela avait toujours été « vraisemblable » et si moi seulement j’« avais toujours été » un être

désireux de changer sa vie, cette vie qui

ressemblait à celles de Beckett ou de Joyce, rafistolée en trois langues différentes,

qui perdait grandement de son essence

à s’appuyer souvent sur les Carabosses de l’argent et de l’heure.



Et s’est produit précisément ce « vraisemblable » que j’ai continué d’écrire

et de propager une parole bégayante à la Gertrude Stein, et je n’étais même pas une « Américaine

à Paris », mais simplement ― comme a dit Allen ― une « femme folle d’Europe de l’Est à

New York, semblable à Noémie, abandonnée de tous, livrée à sa     propre folie ».

Cependant Peter était là qui perpétuait la tradition familiale, Ann et Steve

et Bob qui gardaient la flamme pour l’empêcher de s’éteindre, qui avaient assisté à l’enterrement,

Mais ensuite tous ces charognards, des types qui n’avaient jamais lu

la Soutra du Tournesol,

une prophétie provenant d’un libre-service, Wichita, Vortex et d’autres soutras,

ils plaignaient Allen, qui me tapotait le ventre trois mois avant l’accouchement …

Je l’ai revu une fois seulement après cela, on était allé au cinéma

et il me dit alors combien il regrettait de n’avoir pas eu d’enfant,

« Nous, les Européens de l’Est, nous pigeons extrêmement vite », disait-il.



Pourtant Peter était là, Ann et Steve et Bob qui gardaient la flamme pour l’empêcher de s’éteindre, qui avaient assisté à l’enterrement,

Et pourtant il n’a jamais eu d’enfant …

Nous, les Européens de l’Est, nous pigeons extrêmement vite, disait-il.

Par-dessus le marché, nous pensons vite, voilà, c’est comme ça, avait-il ajouté, quand j’étais jeune.

Mais nous nous adonnions à la mescaline et cela sous-entendait que nous comprenions vite ―

Rien, vraiment rien dans la vie n’est ni trop laid, ni trop beau,

Ça, je ne l’ai jamais raconté, moi, a dit Guinzi, déjà Grand Lama Doudjom Rinpoché, et moi,

Je riais et m’esclaffais, jusqu’à ce qu’il me dise

« Je ne veux plus regarder ta face sinistre ! »

Mais il préférait ce vers de Blake : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu créé

si différent des autres, Seigneur,

pourquoi m’as-tu créé poète ?"


                                                 

Pour citer cet ensemble de poèmes


 Nina Živančević, « Guérison » (ensemble de poèmes), trad. du serbe par Ljiljana Huibner Fuzellier et Raymond Fuzellier, in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : «  Le printemps féminin de la poésie », Hors-Série n°1 [En ligne], sous la direction de C. Aubaude, L. Delaunay, M. Gossart, D. Sahyouni & F. Urban-Menninger, mis en ligne le 10 mai 2013.  

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-nina-ivan-evi-116293874.html/Url.http://0z.fr/Hohny

 

 

Auteur/Autrice

 

Nina Živančević

Poète, essayiste, auteur de fiction et critique d'art, Nina Zivancevic a publié son premier ouvrage Les Poèmes en 1982 pour lequel elle a obtenu le prix Branko Radicevic, récompense décernée à Belgrade pour le premier meilleur livre de l'année. Elle a également été lauréate de trois prix littéraires : le Z-Press, le Prix de la traduction à New York et à Novi Sad. Elle a publié treize livres de poésie en serbe, en anglais et en français, dont le dernier s’intitule L’Amour n’est qu’un mot (l’Harmattan, 2012). Puis trois livres de nouvelles qui parlent de Byzance et des romans à Paris, New York et Belgrade. Elle a participé à de nombreuses anthologies de littérature contemporaine et internationale. Nina Zivancevic faisait partie du comité éditorial de nombreuses revues littéraires : Delo, Knjizevne Novine, New York Arts Magazine, Modern Painters, American Book Review, East Village Eye, République de lettres. Elle vient de commencer une collaboration au comité éditorial de la revue Au Sud de l'Est. L'ensemble de son œuvre a été largement diffusé sous forme d'émissions radiophoniques à Belgrade, Londres et Paris. Elle enseigne 'Le Théâtre d’Avant-garde' à l’Université Paris 8.

 

Partager cet article

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Hors-Séries du Ppdm

Rechercher

À La Une