1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 07:00

 

 

Poème


Supplique du souffle

 

Laurence breysse-Chanet 

 

 

jardin 5

©Crédit photo : Collection Jardins par Claude Menninger

2013



Supplique à la vie

courbe du dos le front s’appuie proche de la flamme

tout bruit doucement

le sang cherche le souffle

épaisseur des nœuds

les pensées se heurtent à la blancheur de l’os

une clarté peut-être

mais loin dans l’ombre du corps muet

 

La seule loi

        son battement inexplicable

 

Reviens vers lui

pose tes mains sur ses épaules

étends-toi

      territoire rouge

écarte tes mains

    la douleur se tait

dessine des nervures sur les plages de la voix

 

Pénètre le désarroi où s’égarent les mousses

 

Sur la colonne blanche un éclat

 

Les nœuds se défont et lancent des amarres

                 vers la mer lointaine

dont le sable est ton silence






Poids de la vie rassemblé dans tes mains

les veines des lys ont laissé du rouge sur ta peau

 

Crépuscule dans le lointain

 

Froissements soudain

   sur les yeux fermés

 

Les paupières appellent la nuit encore

pour qu’elle s’étende auprès de toi

 

Dans sa réponse ta voix entend les images du noir

Les résonances se rapprochent sur les feuilles

 

              nervures bleues dans le rouge qui se

                          [déchire

 

Le soir revient l’aube se plisse et gémit allongée sur la lumière du matin

demande son ombre encore

             le rouge monte toujours gagne le mur pris par la mousse

les genoux vacillent

le noir demeure

 

Lueur la peau le poids des lys rouges

                     ton visage

 

Souvenir calme sur la peau du matin

les feuilles vibrent dans l’épaisseur que tu respires

dans la sève l’eau rejoint la nuit

 

Tu sens la chair des lys leur silence écarte tes doigts et s’endort sur tes paumes

musique du sang le visage sous les paupières respire la nuit dans le matin

les mains touchent les genoux les veines sur la blancheur de l’os

elles emportent le masque de cendre

qui a creusé les paupières

 

Plus bas encore l’eau se glisse sur le feu éteint

le gris le bleu dans le silence écarlate

 

La chair des lys où dort le silence

























Parce que la brise avance doucement

      la mort sourit

et dit non.



        

































Les portes sont fermées,

            écoute la chanson.

 

Le sable est creusé,

il en contient le son.

 

             Les murs sont élevés,

             on y voit luire ton nom.



















Les mains cherchent toujours ton ombre

sur les écorces blanches de la mémoire.

 

 

Je déposerai ton nom sous les mousses,

   pour qu'il résonne dans la source du bois.

 

J’écoute ta présence sur le chemin des feuilles qui crissent sous ma peau.
























Courbe d’une flamme

 

I

 

Quand tu fermes les yeux,

         la mousse travaille sous le vent.

 

On entend les feuilles, les écorces craquent.

 

Les branches basses se rassemblent,

               leur ombre s’ouvre.

 

Elle entoure tes épaules qui prennent sa couleur.

 

Les feuilles, les branches, les yeux,

                              tes épaules

dans l’espace du vent.



II

 

       Aujourd’hui ton nom sur le corps du vent.

 

Il efface les traces qu’a laissées le sel,  

il appelle l’eau de la source ancienne

                   et traverse le sable

jusqu’à l’humus noir

        où les mains retrouvent le limon caché.

 

Miroir tes yeux sous mes paupières.

 

III

 

Sur la blessure violente de la vie

l’argile des jours dépose ton souvenir.

 

Roseaux dans le calme du matin.

 

 

 

 

 

Pour citer ce poème


Laurence Breysse-Chanet,  « Supplique du souffle », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Dossiers « Jardins d'écritures au féminin », « Muses & Poètes. Poésie, Femmes et Genre », n°3|Été 2013 [En ligne], (dir.) Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 1er juin  2013.

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-n-3-supplique-du-souffle-117752911.html/Url.

 

Auteur(e)


Laurence Breysse-Chanet

Ancienne élève de l’ENSJF, agrégée d’espagnol, membre du comité de rédaction de la revue Polyphonies (1989-1997), Maître de conférences HDR, Université Paris-Sorbonne, où elle dirige un séminaire de poésie (Espagne, Amérique latine).

 

Écrit sur la poésie contemporaine de langue espagnole, Espagne (Antonio Gamoneda), et Amérique latine.

Traductions :

Espagne : Amparo Amorós (José Corti, 1989, 1995), Jaime Siles (Presses de l’École normale supérieure, 1990), Blanca Andreu (Éditions de la Différence, 1992), Claudio Rodríguez (Éditions Arfuyen, 2008. Prix de Traduction Nelly Sachs 2010), Princesse Inca ((Éditions) La Contre Allée, 2013), outre de nombreuses publications dans Polyphonies et dans d’autres revues.

Amérique latine : Traductions de Luis Mizón (Chili), d’Emilio Adolfo Westphalen (Pérou), de José Lezama Lima (Cuba) en livres ou en revues (Europe).


A publié des poèmes en revues (Sigila, Voix d’encre, La Revue Alsacienne de Littérature).  

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans n°3|Été 2013

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
  • Table
    Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
  • "I LOVE BEIRUT". Pour Beyrouth, pour un monde solidaire !
    Megalesia 2020 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. "I LOVE BEIRUT" Pour Beyrouth, pour un monde solidaire ! "En solidarité avec le Liban, nous publions vos témoignages et poèmes qui soutiennent la population libanaise durement touchée...
  • « Me, Myself » ou du Care lyrique et philosophique
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel |Le néopaganisme & la sexualité dans la culture populaire du XXIe siècle | Articles & témoignages « Me, Myself » ou du Care lyrique & philosophique Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la chanson...
  • « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la sortie de la chanson "Reality Scares Me" de MONSIEUR, c apture d'écran...
  • Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter
    REVUE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES | Invitations à visiter Page en construction... Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter Crédit photo : Une représentation de la déesse japonaise Amaterasu sortant de la caverne. Amaterasu est la déesse...
  • L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines"
    Megalesia 2020 | Annonces diverses L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines" © Crédit photo : L'affiche du festival, image transmise par la maison d'édition de l'artiste-autrice citée. L'artiste Catherine Gil Alcala présente le 13 septembre...
  • « Éviter les secrètes surprises du diable » !
    Megalesia 2020 | Réflexions féministes sur l'actualité « Éviter les secrètes surprises du diable » ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Joovs van Cleve, "La Vierge à l'enfant", domaine public, Wikipédia, Commons. Cet...
  • Papillon à la rose
    Megalesia 2020 | Astres & animaux en Poésie | Travestissements poétiques Papillon à la rose Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Claude Menninger, " Papillon à la rose", photographie...
  • Jean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€
    Megalesia 2020 | Critique & réception J ean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédits photos : "Première de couverture illustrée du recueil...