23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 14:37

 

 

 

 

 

 

 

Avis à une Belle

 

 

 

 

 


 

Iris tous ces jeunes Amants,

De qui vous écoutez les plaintes,

Font à vos pieds mille serments,

Mais ne les croyez pas, ce ne sont que des feintes.

Le parjure en amour fut toujours si commun,

Que de quelques serments dont un Amant s’engage,

Dix mille n’en valent pas un,

Et qui les croit le moins est toujours la plus sage.

L’art d’aimer est l’art des trompeurs,

Où le crime n’est qu’une ruse,

C’est comme l’art caché de ces noirs Enchanteurs,

Qui sont des Spectres vains par qui l’âme s’abuse.

Tel qui dit, qu’il vous aime, et qui paraît soumis,

Est de vos plus grands ennemis ;

C’est un Serpent caché qui rampe pour vous nuire,

Son venin est mortel, quoi qu'il vous semble doux,

Dès qu’il touche le cœur, il cherche à le détruire,

Et quand il l’a détruit, il se moque de vous ;

Combien de beautés abusées,

Par de malheureuses amours,

Nous font-elles voir tous les jours,

Et des Jasons et des Thésée ;

On se rit aujourd’hui de l’infidélité,

Et de votre crédulité ;

Ces ingrats trop heureux font un mépris extrême,

Pour régner sur leurs cœurs vos soins sont superflus,

Tandis qu'on les rebute ils veulent qu'on les aime,

Et quand ils sont aimés, ils ne vous aiment plus.

 

 

Mme de Lauvergne, poème tiré du Recueil de poésies.

 

 

 

 

 

 


 

 

Ode à Lebrun ;

Par Fortunée B. Briquet,

De la société des Belles-Lettres,

De Paris.

 

Ode à Lebrun

 

 

 

 

 


« Au temple des neuf Sœurs accourez vous inscrire,

Vous, quoique vous soyez, dont le cœur noble aspire

A l’immortalité.

Votre mémoire ici sera toujours vivante ;

Et rien n’affaiblira la splendeur éclatante

« D’un règne illimité.

Dans les champs renommés que l’Alphée environne,

A côté des vainqueurs, sous la même couronne,

Pindare s’est placé.

Héritier de son nom, dans la France étonnée,

  Lebrun mérite aussi d’avoir la destinée

  Du Chantre de Dircé.

La beauté, les honneurs, l’amour et l’opulence,

D’un brillant avenir bercent votre indolence :

  Quelle est donc votre erreur !

Ah ! si vous dédaignez nos largesses divines,

Le temps, auteur de vous, sèmera des ruines :

Vous pâlirez d’honneur.

 

Au temple des neuf Sœurs accourez vous inscrire,

Vous, qui que vous soyez, dont le cœur noble aspire

A l’immoralité.

Votre mémoire ici sera toujours vivante,

Et rien n’affaiblira la splendeur éclatante

D’un règne illimité ».

 

Gardez, Muses, gardez votre douce promesse :

Que puis-je faire, hélas ! des faveurs du Parnasse,

Au siècle des flatteurs ?

Irais-je encore, irais-je, esclave volontaire,

Profaner vos bienfaits, en suivant la bannière

Des calomniateurs ?

 

Voyez ces écrivains dont la plume avilie,

Par un stupide orgueil lâchement s’humilie

Pour honorer les Grands.

De leurs éloges vains la vérité se venge :

Voyez-les dégoûter, même de la louange,

Ceux qui vivent d’encens.

 

Est-ce donc à l’esclave à louer le grand homme ?

Les superbes lauriers des héros qu’on renomme,

Sont flétris par ses mains.

Quand Apelle est vivant, qu’ose-t-il entreprendre ?

La Gloire a réservé le portrait d’Alexandre

  À des pinceaux divins.

 

 


Vous, que la Liberté proclame ses poètes,

Commencez vos concerts, augustes interprètes

De ses austères lois.

En vous lisant, un jour les nations sauvages

Trouveront consacrés, dans vos sublimes pages,

Leurs devoirs et leurs droits…

 


Je n’ai point entendu votre heureuse harmonie :

Que tardez-vous encor ? Craignez-vous de l’envie

Les cris audacieux ?

Non, le bourdonnement d’un insecte timide

N’arrêtera jamais l’aigle en son vol rapide

S’élançant vers les cieux.

 

Quand la gloire des arts est à son apogée,

Faut-il, pour vous soustraire au destin d’Audrogée,

Enfouir vos talents ?

 À la voix d’Apollon, montrez plus de courage ;

De votre ruche, allez, chassez, malgré leur rage,

Les frelons dévorants.

Contempteur du génie, orgueilleux sybarite,

Son triomphe t’afflige, et dans ton cœur excite

Un coupable transport.

Souviens-toi que le bronze où vivait Théagène[i]  

Par la haine ébranlé, retomba sur la haine,

Et lui donna la mort.

 


Ne soyons point ingrats, honorons les grands hommes :

Leur génie agrandit, dans le siècle où nous sommes,

L’éclat du nom français.

Dans la postérité nous vivrons de leur gloire.

Acquittons notre dette, et qu’un jour leur mémoire

Atteste nos bienfaits.

 

 

J’ai bu dans votre coupe, ô Filles d’Aonie,

Et du luth enchanteur du Dieu de l’harmonie

J’ai tiré quelques sons.

  Ô toi, dont ma patrie admire les ouvrages,

Chantre immortel, Lebrun reçois pour hommages

Le fruit de tes leçons.


 





[i] Anacharsis, éd, in-8°. t. 3, p. 490.

 

♦ Briquet, Fortunée B., Ode à Lebrun, Paris, C. Pougens, 1803, In-8° , 9 p.

  

 

 

  

 

 

Tous nos remerciements vont à Gallica et à la BNF qui autorisent la reproduction et la mise en ligne de ces textes.

 

 

 

 

 

 

 

Pour citer ce(s) poème(s)




Mme de Lauvergne, Avis à une Belle,  in Le Pan poétique des muses|Revue de poésie entre théories & pratiques : « Poésie & Crise » [En ligne], n°0|Automne 2011, mis en ligne en octobre 2011. URL. URL. http://0z.fr/YHgeT                          ou  

URL http://www.pandesmuses.fr/article-n-0-poemes-des-aieules-86295615.html

              

Fortunée Briquet, Ode à Lebrun , in Le Pan poétique des muses|Revue de poésie entre théories & pratiques : « Poésie & Crise » [En ligne], n°0|Automne 2011, mis en ligne en octobre 2011. URL. http://0z.fr/YHgeT                          ou  

URL http://www.pandesmuses.fr/article-n-0-poemes-des-aieules-86295615.html

 

 

 

 

 

 



Pour visiter le site des auteur(e)s


   
 ..............



Auteur(e)s

 

 

Mme de Lauvergne

Fortunée Briquet

 

 

 

 

 

 


 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le pan poétique des Muses - dans n°0|Automne 2011

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur
    Lettre n°16 | Bémols artistiques (réception cinématographique) | Revue culturelle d'Europe Huitième épisode du reportage-feuilleton d'Occupation du Théâtre de l'Odéon Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur Mustapha Saha Sociologue,...
  • Chante l’amour
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Varia de Poétextes Chante l’amour Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire des Poètes...
  • Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!!
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réflexions féministes sur l'actualité Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Capture d'écran...
  • Firmaman, textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret...
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Critique & réception Firmaman textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret. Ouvrage paru aux éditions Sans Escale avec une couverture signée par Jacques Cauda Françoise Urban-Menninger Blog officiel...
  • Agnieszka Holland, "Le Procès de l’herboriste", avec Ivan Trojan, Josef Trojan et Juraj Loj ​​​​
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Chroniques de Camillæ/Poésie & Cinéma ou Chroniques cinématographiques Agnieszka Holland, Le Procès de l’herboriste, avec Ivan Trojan, Josef Trojan & Juraj Loj Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/...
  • Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réception d'autrefois | Presse, média, femmes & genre Premier bouquet poétique par Mlle Fanny Forestier Paul Smith Réception journalistique choisie & transcrite par Dina Sahyouni Crédit photo : Des inondations...
  • Pluie de caresses
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Pluie de caresses Michel Orban Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et de sa maison d'édition. © Crédit photo : Présentation visuelle avec extraits du recueil de...
  • No 8 | ÉTÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 8 | ÉTÉ 2021 PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo :...
  • No 8 | Sommaire
    N° 8| SOMMAIRE PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en septembre 2021....