11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 12:09

 

Poème pour Toutes à l'école

Événement poétique 2016


 

L'orpheline

 

Anaïs Ségalas

(née en 1819, décédée en 1895) 
Poème transcrit par DS

 

 
 
Morts tous deux !.. Malgré moi, je les cherche, j'appelle ;
Et cependant je vis emporter mes trésors !
Mon bonheur les suivit… Oh ! Mon culte est fidèle ;
Laissez couler mes pleurs, car c'est l'encens des morts !
 
Ils m'aimaient tant !… ma mère avait mille caresses
Pour sécher une larme ! Au coin du feu joyeux,
Mon père, en la raillant de ses douces faiblesses,
Me grondait de la voix, me caressait des yeux.
 
Enfants au front riant, au regard qui flamboie,
Vous avez vos parents, ces célestes appuis ;
Leurs baisers du matin, qui font les jours de joie,
Et leurs baisers du soir, qui font les douces nuits !
 
Tenez, je suis jalouse !.. Oh ! tout brille et s éclaire :
Le matin, le soleil fait entrouvrir la fleur ;
Moi, je n'ai plus, hélas ! cet amour d'une mère,
Qui faisait au réveil épanouir mon cœur !
 
Ô Dieu, que j'ai cherché leurs figures aimées,
Que j'ai frappé de fois à leurs portes fermées !..
Quand la mort me les prit, tout en pleurs au foyer,
Moi, j'appelai ma mère avec des cris d'alarme ;
Mais ce fut la première larme
Qu'elle ne vint pas essuyer !
 
Je regardais partout avec des yeux avides ;
Mais plus rien d'eux ! leurs lits, leurs fauteuils étaient vides.
Rien, pas même leur ombre !.. Et folle de douleur,
Je courais demandant ces amis invisibles ;
Il restait sur les murs deux portraits insensibles,
Deux portraits vivants dans mon cœur.
 
Je me sentis mourir… À mon lit de souffrance,
On venait me soigner avec indifférence,
Des mains, jamais de l'âme ! Où te cachais-tu donc,
Toi qui laissais tomber, pour apaiser ma fièvre,
Une goutte d'eau sur ma lèvre
Avec un baiser sur mon front ?
 
Puis il fallut quitter cette maison sacrée,
Tous ces meubles empreints de leur trace adorée ;
La chambre où j'essayai mes pas, faible roseau ;
Ce foyer de famille, où s'asseyait mon père ;
Ces échos tout remplis de la voix de ma mère
Et des chansons de mon berceau !
 
Mon Dieu ! ces étrangers qui sous leur toit nous gardent
Froidement, sans amour, dont les yeux nous regardent
Et ne nous aiment pas ; c'est presque l'abandon !
Des étrangers, ce sont des âmes sans faiblesses,
Des cœurs secs, des mains sans caresses,
Ce sont des lèvres sans pardon !
 
Hier on me mena dans le grand cimetière ;
On me dit : « Ils sont là, froids, muets sous tes pas ;
Ces fronts que tu baisais vont tomber en poussière,
Car tout s'anéantit. » Je ne comprenais pas.
 
Puis, me montrant les cieux, on dit : « Fais ta prière :
Ils t'attendent là-haut, dans ces pays de feu,
Où remonte l'amour, d'où descend la lumière. »
Alors je compris, ô mon Dieu !
 
Je regardai le ciel qui prend ce qui succombe,
Et conserve du moins, quand la terre détruit…
Ô mon Dieu, que c'est beau le ciel sur une tombe !
Comme un second soleil l'espérance y reluit !
 
Là j'aurai leurs baisers, leur tendresse suprême,
C'est mon foyer divin, c'est mon toit paternel :
Le ciel c'est maintenant la demeure où l'on m'aime,
Laissez-moi regarder le ciel !
 
 
 
Ségalas, Anaïs, Enfantines : poésies à ma fille,  Paris, Veuve L. Janet, 1845, 1 vol, 271 p.), 4ème  édition, portrait rapporté, in-18, domaine public, Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, YE-33096, pp. 189-195, url : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5688401x

***

 

Pour citer ce poème

Anaïs Ségalas, « L'orpheline », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : n°6|Événement poétique 2016 « Un pan de poèmes pour Toutes à l'école » [En ligne], mis en ligne le 11 octobre 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/10/orpheline.html

© Tous droits réservés Retour au sommaire

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans Événements poétiques

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Adrien Cannamela, Le Petit Prince aux douze pieds, L’Harmattan, 2018, 125 p.
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Critique & réception Adrien Cannamela , Le Petit Prince aux douze pieds, L’Harmattan, 2018, 125 p., format A5, 20€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo , Première de couverture illustrée...
  • Les dépossédé.e.s
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Les dépossédé. e. s Charlène Lyonnet Mélodie des sirènes alarmées, Par le passage, Du navire près des rochers. Naufrage. Dépêchées sur la plage, Les mariées ont retrouvé, Emportés par l’orage,...
  • l’après-midi d’un Rossignol
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie l’après-midi d’un Rossignol Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...
  • Inutile [enfer]tile
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Biopoépolitique | Réflexions féministes sur l'actualité Inutile [enfer]tile CAM[...]ILLE Je me présente, au moins vous serez témoins : J’ai été privée de ce qui devait être un besoin Je suis celle qu’on plaint, celle...
  • C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles Dina Sahyouni Crédit photo : " Gousses de Haricot Tarbais", Patrick Boilla, Commons. Les témoignages associés à #MeTooInceste sur les crimes...
  • Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise et écologique Centre d'impression numérique Everest
    Lettre n°15 | Eaux oniriques...| Revue des éditrices & éditeurs ou Revue des Métiers du livre Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise & écologique Centre d'impression numérique Everest Propos recueillis par David Simon pour LE PAN POÉTIQUE DES MUSES...