3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 11:00

 

Critique & réception

Christiane Rochefort,

 

Journal pré-posthume possible

 

aux éditions iXe

Françoise Urban-Menninger

Rédactrice de la revue LPpdm et membre de la SIEFEGP

Responsable de la rubrique Lettres & Arts


 

Réalisé à partir de bribes de textes notés à la hâte au fil des mots et de cette vie qui fut celle de Christiane Rochefort, son journal ainsi composé entre 1986 et 1993 nous invite à « l’entendre penser » et à ressentir jusque dans notre chair battre le cœur de ses émotions les plus intimes.

Cette édition de son journal rendue possible par la transcription de son amie Misha Garrigue Burgess, puis complétée par Catherine Viollet et Ned Burgess, a conservé intact l’esprit de Christiane Rochefort. On y retrouve le style de l’auteure qui signa bon nombre de romans chez Grasset dont « Le repos du guerrier », « Les petits enfants du siècle », « Les stances à Sophie » ou « Encore heureux qu’on va vers l’été ». Ce style qui s’appuie sur "l’écrit-parlé" nous renvoie l’image bien vivante d’une auteure qui, depuis les années 70, s’est toujours engagée pour défendre le mouvement de libération des femmes.

Ce journal témoigne indéniablement de la cohérence qui anime la vie et les écrits de Christiane Rochefort en tentant de réduire l’écart entre les deux. Les doutes, les trouvailles qui émaillent ce livre rédigé de manière sporadique nous donnent à entendre une voix qui « se livre entièrement à l’écriture ». Car l’écriture, n’en doutons pas, reste sa raison d’être : « Les jours où je n’écris pas, je me sens inutile sur la terre », note-t-elle le 25 mars 1986. Et c’est forcément l’écriture qui la fait tenir debout lorsque la maladie, la vieillesse entament leurs ravages… Elle écrit le 18 mars 1991 à Paris : « Je suis une ruine. Ruine de moi. / Je me réveille, ruine. / Épuisée, de plus en plus ruine. / Je ne vais pas faire la liste. »


 

Mais l’émerveillement devant la beauté du monde, l’éclosion d’une rose, le retour des hirondelles, la détournent pour un temps des contingences physiques et matérielles.

De Paris au Pradet, on suit les déambulations de l’auteure qui tisse une trame des jours éminemment poétique où les mots toujours lumineux nous étreignent parfois telles des épines au vif de notre chair et de notre émoi… Les photographies prises par Christiane Rochefort sont autant d’invitations à approcher au plus près la sensibilité, l’intimité de l’auteure. Et c’est avec une émotion partagée que nous appréhendons avec Christiane Rochefort la mort de sa chatte Machat qui devient alors ce « beau fantôme » qui hante la dernière partie du « journal pré-posthume possible », au titre prémonitoire, qui présage bien évidemment la mort de l’auteure.

Mais Christiane Rochefort est depuis toujours une battante ! Le journal se termine sur une ultime déclaration d’amour à la vie sous forme d’un poème : « Première année où je ne sais pas / si j’en verrai le printemps. / Malgré moi, j’espère que oui. Je voudrais / un / ou plusieurs, printemps. / Je suis insatiable. »

Et c’est cette image que l’on emporte avec soi au sortir de cette lecture, celle d’une femme belle et rebelle jusque dans son dernier combat qui, le cœur au bord des lèvres, nous livre le mot clé de sa vie et de son œuvre… « Insatiable », voilà un mot qui bouleverse l’ordre des choses et nous rend Christiane Rochefort plus vivante que jamais depuis cet autre côté où les hirondelles sont pour toujours de retour.


Texte reproduit avec l'aimable autorisation du site et de la critique littéraire.

 

Voir aussi, url : http://www.e-litterature.net/publier3/spip/spip.php?page=article5&id_article=823


Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec.

 

 

Pour citer cette critique

Françoise Urban-Menninger « Christiane Rochefort, Journal pré-posthume possible aux éditions iXe »Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°7 [En ligne], mis en ligne le 3 mars 2016. Url http://www.pandesmuses.fr/2016/03/christiane-rochefort-journal-pre-posthume-possible.html

 

Page précédente Retour au sommaire Page suivante

 

© Tous droits réservés

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Désirance
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Désirance Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Désir de feu feu de braise braise étincelant dans l’âtre de mes nuits nuits matérialisées dans les rêves Connivence...
  • Le corps de l’Homme et Libidoll
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Le corps de l’Homme & Libidoll Luxy Dark © Crédit photo : Luxy Dark, "La Déchirure", tableau. Le corps de l’Homme Le corps de l'Homme est une toupie, Une toupie qui s'enroule...
  • Une nuit
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Une nuit Christine Fusarelli © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Désir", peinture. Et cette nuit qui vient Est-elle menace d’immobilité Ou promesse de recommencement...
  • tes mains
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie tes mains* Houle Crédit photo : Hands, domaine public, image de Commons, Wikimedia. je clos mes paupières dans les profondeurs du lit. immobile, comme le poème d'un mort....
  • J'ai jeté l'encre dans les ports
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie J'ai jeté l'encre dans les ports Olympia Alberti Crédit photo : Olympia Alberti en 2 016, image de Commons, Wikimédia. J'ai jeté l'encre dans les ports en pluie en amertume...
  • À mon seul désir
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie À mon seul désir Chantal Robillard Crédit photo : Mon seul désir, un détail de la tapisserie de la dame à la licorne, Commons, Wikimédia. A u milieu du ciel rouge vif et...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Merci Overblog ?
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. Merci Overblog ! Chère plate-forme Overblog France, La revue LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous adresse ses sincères remerciements pour la qualité de votre entreprise,...
  • La Mouille scandaleuse
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie La Mouille scandaleuse* Roxane Darlot-Harel P rofesseur agrégée de lettres modernes Son blog Crédit photo : La naissance de Vénus par Sandro Botticelli, Commons, Wikimédia. Tempus...