3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 11:00

 

 

Chronique

Femmes en danger

 

 

Camille Aubaude

Rédactrice de la revue LPpdm, membre de la SIEFEGP

responsable de la rubrique en ligne Chroniques de Camille Aubaude

 

 

 

Femmes en danger

Conception et jeu : Marie Ruggeri.

Arrangements musicaux : Christian Belhomme

Scénographie : Françoise Henry et Samuel Raimondi

Compagnie Marie Ruggeri : 06 64 163 735. compagniemr@yahoo.fr

Actuellement au théâtre de l’Essaïon, à Paris, les lundi et mardis à 20h.

Voir aussi : http://www.billetreduc.com/144346/evt.htm

 


 

Les petites filles s’habillent en rose…  


 

Le rose, c’est pas la vie d’une femme. Dans son spectacle très juste et poignant, « Femmes en danger », Marie Ruggeri décline cette couleur comme un motif proustien qui épouse les faits réels en douceur. Le « rose » ne limite pas mais donne à réfléchir. Le public comprend qu’il a accès à un questionnement de l’amour à travers le personnage d’une actrice. Rose du ménage, de la vie commune chaotique où la femme rêve d’amour mais est agonie de mépris et d’insultes. Une belle chanson sur le ménage communique un climat conjugal pesant, la femme étouffant pour que la maison soit « bien tenue » : « pourquoi serai-je l’infirmière d’un homme malade »,  « pourquoi ne pas partir » ? On nous a tellement dit que l’amour, c’était la vie en rose. « Sois belle et tais-toi ». Sans oublier : « Chérie, ça y est je gagne bien ma vie, tu pourrais arrêter de travailler ». L’homme rentre, frappe sa femme, l’entraîne à boire, et lui fait vivre un véritable enfer, mais c’est de sa faute à elle, qui voyait la vie en rose, et continue d’habiller les filles en rose.


 

« Femmes en danger » ! une femme montre le danger, taille dans le vif la face noire du sexe par la lecture très réussie de faits réels qu’on nomme « divers », tel une prostituée massacrée par un client. Le manque d’empathie, la quête narcissique, la recherche de puissance fondent ce grand gâchis de la vie des femmes, jalonnée de faits inadmissibles. La lecture d’un témoignage d’excision nous met en face de la réalité de ces faits atroces. Ce texte devrait être affiché dans toutes les écoles, ai-je pensé, au lieu de comprendre qu’il n’a pu être écrit par celle qui dénonce ce supplice, et qui a fait exciser ses filles pour qu’elles appartiennent à la communauté incarnée par le mari. Les faits d’agression ne doivent pas être dissociés du chantage permanent qu’exerce la meute des hommes violents. On sait que toute femme qui a été agressée retourne facilement auprès de l’agresseur, telle une proie fascinée par le serpent. L’inhumanité de traitement de la femme dans nos sociétés est une norme. Toutes les femmes sont en danger.


 

Est-ce la grâce des chansons écrites et interprétées par Marie Ruggeri, son ton cristallin et ses mots sans esbroufe, la question fort ancienne de la violence institutionnelle exercée contre les femmes revêt une forme plaisante, donnant envie d’en construire d’autres sur un pareil exemple. La culture de l’impunité ne doit pas triompher. On connaît trop, vraiment trop, le silence imposé à toutes les « Malcontentes ».  Un silence meurtrier dont nous devons explorer les connexions profondes avec la faible présence féminine dans l’Art. Il faut parler, il faut le dire, favoriser les témoignages qui brisent la loi du silence. La mémoire des femmes agressées est tellement torturante qu’on ne peut que les écouter sereinement. Elles ne sont pas affabulatrices !


 

La mise en scène transcende le message de la dénonciation en procurant au spectateur un sentiment subtil qui pousse à applaudir. Comment applaudir à de tels sujets, qui ne sont pas des thèmes de spectacle ? Il faut se retenir d’applaudir et en parler. Continuer cette grande œuvre en construction, qui semble trop courte quand les lumières s’éteignent. On garde en tête la présence de Marie Ruggeri, son interprétation exigeante et solitaire qui nous a fait vivre un moment d’exception.

 

 

Pour citer cette chronique

Camille Aubaude, « Femmes en danger de Marie Ruggeri »Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°7 [En ligne], mis en ligne le 3 mars 2016. Url http://www.pandesmuses.fr/2016/02/Femmes-en-danger

 

Page précédente Retour au sommaire Page suivante

© Tous droits réservés

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...
  • Inutile [enfer]tile
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Biopoépolitique | Réflexions féministes sur l'actualité Inutile [enfer]tile CAM[...]ILLE Je me présente, au moins vous serez témoins : J’ai été privée de ce qui devait être un besoin Je suis celle qu’on plaint, celle...
  • C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles Dina Sahyouni Crédit photo : " Gousses de Haricot Tarbais", Patrick Boilla, Commons. Les témoignages associés à #MeTooInceste sur les crimes...
  • Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise et écologique Centre d'impression numérique Everest
    Lettre n°15 | Eaux oniriques...| Revue des éditrices & éditeurs ou Revue des Métiers du livre Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise & écologique Centre d'impression numérique Everest Propos recueillis par David Simon pour LE PAN POÉTIQUE DES MUSES...
  • Barbara Polla (dir.), Équinoxe, recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Annonces diverses | Annonce de parution Barbara Polla (dir.), Équinoxe recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020 LE PAN POÉTIQUE DES MUSES a le plaisir de vous annoncer...
  • Mer infamilière
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Mer infamilière Texte de Carole Clotis Œuvres artistiques de Poline Harbali Site officiel © Crédit photo: P oline Harbali, Série Le Damas des autres, no 1. « Et ce jour-là les grands vaisseaux,...
  • Nous ferons l’amour et Mon souffle dessine
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie Nous ferons l’amour & Mon souffle dessine Textes de Sylvia Undata Site officiel Poèmes reproduits de son recueil érotique Murmures avec son aimable autorisation...