11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 12:29

 

 

Chronique

 

Céline

 

Camille Aubaude

Rédactrice de la revue LPpdm, membre du groupe de recherche de la SIEFEGP

responsable de la rubrique en ligne Chroniques de Camille Aubaude

 

 

En ouvrant La Cavale du Dr Destouche1, j’ai pensé trouver enfin une œuvre attentive au couple Lucette & Céline. Je n’ai pas été déçue. Lucette est là.

Ce couple truculent, avec son chat Bébert, part en cavale quand la France se libère en 1945. En un mouvement pictural vraiment irrépressible, la cavale du génial écrivain condamné à mort prend des allures de saga. On connaît les livres, Nord, Féerie pour une autre fois. Le défi était dur à tenir. Avouons-le, c’est une des raisons de lire cet album dont les dessins transcendent l’angoisse.

 

On y voit les conditions du traumatisme extrême. Activités fiévreuses, désolation et folie construisent l’esthétique des doubles dessinateurs, les frères Brizzi. Dans le Grand Trauma, la pensée se consume. Lorsqu’elle renaît, telle un phénix, qu’elle redevient agissante, elle tire sa force de l’abîme. On le constate dans les images. Ils fuient l’odieux destin que le caractère de Céline a tracé. Les expériences de souffrance furent en accord avec le ressenti indicible de l’écrivain, sans quoi elles n’auraient pas nourri plusieurs chefs d’œuvre. Est-ce la présence de Lucette, Céline ne pense pas au suicide, ne remet jamais en question la vie, elle-même abyssale, cette violente sur-vie, dans l’urgence qui procède du Grand Trauma de la guerre. Il veut vivre, être libre.

 

Le Voyage au bout de la nuit est aussi une évasion, l’échappée de la misère. Le drame de la guerre2, l’absence de rêve, la mise à l’écart de la poésie, pour se livrer au grand écart de la gymnastique du Mal, ferment à Bardamu l’entrée du Temple de l’art. Pas de thé du lettré, mais l’homme qui pisse. Trépané des rêves. Pas de jeux de mots, on s’y perd. Sa force est la foi dans le vrai sens des mots, avec la tentation de vaincre leurs sortilèges. Dans l’âme hallucinée de souffrance de l’errant, les sonorités s’entremêlent telles des cloches d’église, des harmonies autrefois régulières dans un temple finalement déconstruit, où les souvenirs s’émiettent, jusqu’à l’effondrement. L’union du Dr Destouches avec une femme à Quintin, la venue d’une fille, qui dira ce que ça lui a fait ? La joie, le défi, puis quand l’assomption a eu lieu, le retour des puissances obscures, et la fuite en Allemagne pour échapper à la prison.

 

On ne peut ignorer la Bretagne et le choix de Quintin. C’est le choix des fastes du passé, du goût aristocratique français, du naturel dans le mouvement artistique. Céline-Destouches s’est marié là où le riche passé concourt à donner une impression d’avenir, il s’est engagé à vivre avec une femme protégé par des monuments érigés sur un substrat animiste, druidique, ce qu’il est convenu d’appeler « oralité », anéantie par le livre.

Après l’amour, il a su à quoi s’en tenir pour observer les catastrophes, et leur fonction, peut-être. Comme pour le livre. Flaubert disait qu’un livre ne sert à rien mais qu’il domine superbement, comme les pyramides d’Egypte, à Guizeh, qu’il avait vues : un empilement de pierres. Bardamu est un cantonnier que son « père sperme » fait cogner au son des mots, aux vrais sons, en un mouvement de retour à la liberté sonore, enrichie de sa « petite musique ». L’oralité… Les forces obscures pourraient être converties en un nouveau bonheur. Lorsqu’ils ricanent sur la Grande Faille de l’Être, les mots céliniens ouvrent l’avenir nouveau. C’est « le miracle » Céline, écrit Julia Kristeva (Pouvoirs de l’horreur).

 

Céline donne le meilleur dans la démesure, Gide l’a souligné, à une époque favorable à la littérature. Céline s’insère dans ce climat, moraliste, misogyne et raciste. Il ne cherche pas à en sortir. Une épave ! qui retrouve le feu sacré en brillant dans l’outrance. Il se consume, va en dégueulant sa misère, fuyant l’immobilité où il n’entend que trop l’appel de la mort.

 Pour revenir à Gide, je souligne qu’il a, comme tant de ses pairs, soigneusement évincé les femmes dans l’écrit. L’Immoraliste fut compris par Lucie Delarue Mardrus, « une femme », s’est exclamé le « grand homme ». Pourquoi les violences faites aux femmes ne sont-elles pas traitées comme les vomissures racistes et antisémites ? Lucette a servi Céline, dans ce rôle assigné aux femmes, et que la plupart des femmes acceptent sans trop broncher, pour ne pas être trucidées3. Tant de danseuses, tant de chanteuses, de poétesses assassinées ! On cite l’apport des grands écrivains, Balzac, Rimbaud, Villon, Genet dans ce pays infernal qui fabrique des martyrs. On réclame de la discordance, sans questionner le système agresseur qui exclut les femmes de l’histoire littéraire.

 

Céline a donc construit ses remparts : les sons des mots, le métier de médecin, et ses deux alter ego, son épouse et son chat. Rien n’a empêché l’immolation, puisqu’il la désirait.

On le voit épave dans un monde en ruines aux prises avec des mots qui retiennent l’amour disparu. Ah ! le son cristallin des cloches de Quintin quand la vie était agréable... La beauté est saccagée, place aux bouffons ! Leur ardeur à paraître est bien là dans les dessins des frères Brizzi : c’est l’acteur Le Vigan, attaqué par un rat. Encore une épave dans les ruines de l’Allemagne, quand il faut accepter qu’il n’arrive plus rien, n’attendre de la vie que ruse et mensonge.

Et le veuvage.

Alors, le livre est un mirage qui trouble le désert laissé par le trauma. Un désert d’océan, les eaux bleuies par la mort. Sans vague, sans frisson, d’une inexorable violence.

 

 

Notes

 

  1. 1Dessins des frères Brizzi, scénario de Christophe Malavoy, Futuropolis, 2015.

  1. 2Voir ma chronique sur le film de Damien Odoul, La Peur.

  1. 3C’est aussi la « version » que servent les médias, comme « la femme qui a fait Michel Onfray », femme rongée par un cancer. Question : comment vit la femme qui n’est plus désirée, humiliée par les maîtresses du « grand philosophe », lequel en vient à s’accoupler au « grand poète », et chantre de la femme, Bobin ?

s des frères Brizzi : c’est l’acteur Le Vigan, attaqué par un rat. Encore une épave dans les ruines de l’Allemagne, quand il faut accepter qu’il n’arrive plus rien, n’attendre de la vie que ruse et mensonge.

Et le veuvage.

Alors, le livre est un mirage qui trouble le désert laissé par le trauma. Un désert d’océan, les eaux bleuies par la mort. Sans vague, sans frisson, d’une inexorable violence.


 

Pour citer cette chronique

Camille Aubaude, « Céline », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°6 [En ligne], mis en ligne le 11 novembre 2015.

Url : http://www.pandesmuses.fr/2015/11/celine.html/Url : 

 

Page précédente Retour au sommaire Page suivante

 

 

Partager cet article

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°10
    Publication successive Lettre n°10 Nous fêtons dans cette Lettre Le Printemps des Poètes au féminin & le festival Megalesia 2017 jusqu'au 31 mars 2017 30 avril 2017 Crédit photo : Allegoria dell'Inclinazione 1615-1616 (Allégorie de l'Inclination) par...
  • Vive la Retraite !
    Dossier majeur | Textes poétiques Vive la Retraite ! Joan Ott © Crédit photo : (illustration à venir) Synopsis Enfin retraités après une longue vie de labeur, Aline et Germain ont acheté une île déserte au beau milieu du Pacifique où ils comptent couler...
  • Dossier majeur | Textes poétiques Vive la Retraite ! Joan Ott © Crédit photo : (illustration à venir) *** Pour citer ce poème Joan Ott , « » , Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques...
  • Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ?
    Dossier majeur | Textes poétiques Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ? Sylvie Troxler © Crédit photo (illustration à venir) Qu’est ce qu’elle a à me regarder comme çà, la bourge ? J’suis pas un chien tout de même ! D’accord, j’ai tout...
  • Vieilles dames vénitiennes
    Dossier majeur | Textes poétiques Vieilles dames vénitiennes Chantal Robillard Ce texte est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteure de son blog officiel Venise, poèmes de voyage © Crédit photo : (illustration à venir) Mon hôtesse m’annonce...
  • Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout
    Femmes, poésie & peinture Avant-première Femmes inspiratrices des grands peintres mais peintres par-dessus tout Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Crédit photo : La Paix ramenant...
  • Penser la maladie et la vieillesse en poésie
    Dossier majeur | Introduction du n°6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : (illustration à venir) À l'heure où s'achève à Strasbourg la septième édition du Forum Européen...
  • La Place des femmes dans la peinture de Camille Pissarro
    Dossier majeur | Femmes, poésie & peinture Avant-première La Place des femmes dans la peinture de Camille Pissarro Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Crédit photo : affiche de l'exposition...
  • Haiku za Tatjanu Debeljački 2017 / Haiku for Tatjana Debeljački 2017
    Annonce de parution / revue des éditrices Haiku za Tatjanu Debeljački 2017 / Haiku for Tatjana Debeljački 2017 Tatjana Debeljački © Crédit photo : couverture illustrée du recueil fournie par l'auteure Poeta konkurs / Poeta contest Haiku za Tatjanu Debeljački...
  • Brève chronique sur "Adèle" de Patricia Kaas
    Femmes, poésie & musique Pour la Journée Internationale de la Femme Brève chronique sur "Adèle" de Patricia Kaas Dina Sahyouni La chanson « Adèle » interprétée par Patricia Kaas s'adresse à toutes les femmes parce qu'elle éclaire la condition féminine...