11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 12:29

 

 

Poèmes

 

Calliope,

 

 

Conversation en l'absence,

 

 

Enriqueta, Je dis,

 

 

Les roches noires & Ton nom


 

 

Astrid Shriqui Garain

    

 

 

 

 

 

Callioppe


 

Défouraillée de la matrice profonde,
j’ai repoussé la force souterraine,
démembré ses mâchoires
et j’ai planté mes poings dans les parois du gouffre noir.

J’ai,
à mon cou un torque de cristal
dans ma chair l’éclat du silex
et à mes lèvres l’envol d’un aigle.

J’ai traversé le Dédale,
passé l’Arche primal
et bu le souffre de la Sève.

À mes reins,
je porte la senne du fleuve,
à mes yeux,
les élytres du globe,
et dans mon ventre,
la gangue du destin.

J’ai passé le chantoir des ombres,
entendu les tambours de l’Onde,
et transpercé d’un éclair le mystère des sables.

ma langue est de peau,
mes cuisses sont des arbres,
mon sexe est de liane,
mes bras sont des flammes,
et mes mots sont des sabots.

Je suis l’humaine.

Et sur la Terre
devant l’Océan du Ciel,
Je me tiens debout
pour donner espérance à mes jours.


Poème écrit en novembre 2014

 

 

 

Conversation en l'absence




 

Femme ,
je suis née par l’infinité
d’une douleur qui me traverse.
Je suis femme
devenue par un ordre inverse à moi même.
Je vis
femme
par cette infinie tendresse que je nous porte.
Je choisis
femme
de la seule force du regard que tu m’offres.
Je dis Femme
comme enfin le seul nom que je forme.

 


  Poème écrit en janvier 2015

 

 

 

Enriqueta

 

Ville de puits, de passage, de briques, et d’ennui.
Une ville au travers de leur vie.
Phalène mémoire prise dans les glaises du mépris.

Murs parole dans leurs chairs – Contre parloir ouvert .

Prêtresse du Cri ,
Elle guette, hèle et appelle,
son autre, enseveli.

La main signe le nom au delà du sang de leur prison.
Elle déportera la nuit en offrande au temple de l’horizon.

Un corps gisant apôtre son cœur à la montagne de leurs pierres.
Les doigts touchent le ciel où la paupière de son autre se tend.

Partage de l’absent,
syllabe d’oiseau blanc.

Les portes des tombeaux restent closes sous l’éternité de l’instant.
Une femme à ses cheveux de blanc
arrache ses saisons à la chape du temps.

Ville de pluie, de néons et de cendres
Bouche fanal , femme centrale,
message au gris de leurs blancs.
Elle guette appelle et se déplie.
Ville canal, piège muraille,
Un terrain vague,
mais, il te parle.

Il te dit cet océan.

 Poème écrit en avril 2014


 

Je dis



 

Je dis ventre à cette bouche dans le silence de la vie.
Je dis pouce à ce parfum qui court sur la grève de ton cou.
Je dis main à cette lumière qui bague tes genoux.
Je dis joie, plaisir et folie,
Je dis tout ce qui me passe par le cœur et qui marche dans la nuit
Je dis lande à ton sexe,
Je dis jungle à tes mains
je dis rubis à ton front,
je dis Bengale à tes lèvres,
Je dis tes yeux à l’amulette,
je dis crue au Tigre de tes bras,
je dis Amazone aux seins de tes draps
Okavango aux reins de ton delta.
Je dis tambour à ma peau,
comme je dirais flûte à mes mots
et puis je crie merde
à ceux qui ne voient pas.




  Poème écrit en novembre 2014

 

 

 

Les roches noires


 

Un bruit de porte prononce sa phrase.
La phrase vous pousse sur la plage.
Elle vous porte à ne plus revenir, à entendre,
à accepter son bruit , à oublier votre venue.
Mais oublier est impossible.
La porte claque. Vous êtes sur le sable.
Cette plage n’est plus comme vous l’avez connue.
Elle vous est absente parce que vous n’y êtes plus.
La porte claque.
Vous étiez déjà partie. En partance, en dehors de vous-même toujours.

 

À l’écrit de nous. Depuis ce jour.
La rue ne vous reconnaît pas. La mer vous tait.
Vous êtes une autre. Celle qui ne reviendra pas.
Vous êtes à l’adresse même de votre départ.
Vous êtes perdue entre ces deux espaces.
Sur une plage muette, cette langue de terre recouverte par les sables.
La mer se retourne vers l’hôtel. Une autre marche.
Le bruit n’est plus.
La plage est à présent nue.
C’est la pluie qui vous l’annonce.
La porte ne bouge pas.
Vous ne reviendrez plus.

 Poème écrit en mars 2014



 

 

Ton nom  

(aux femmes de la Commune de Paris)




 

« Quel est ton nom ? »

Je m’appelle.
Voici mon nom!
Éternelle et sentinelle.
Je suis.
Au pied de la muraille.

Faims et grenaille
Justice et barricades

Je m’appelle et me dresse
Souviens toi :
Je m’appelle.
Du bruit de leurs canons.
Du fracas de leurs chaînes,
Des nuits de ma relégation.

« Quel est ton nom ? »

Je m’appelle.
Au nom du premier soir,
D’un chœur éperdu d’espoir.
En moi même.
Je m’appelle
Et me nomme
Du même nom que toi!
Je m’appelle
Au nom d’une commune ôtée.

Faims et grenaille
Justice et barricades

Je suis tête, je suis ventre,
je suis gorge,je suis mains.
je suis la langue de l’humain.
Je suis le rire de ce village
le gout de ses faubourgs,
et tous les chants de son retour.

« Quel est ton nom ? »

Je m’appelle
Souviens toi !
                                                                                                   

 

Je me rappelle
depuis le silence de leurs crimes,
depuis les rafales du mépris
Je m’appelle !
Depuis un voile tombal
et de cette pierre,
ici,
je déchire les entrailles
je ruisselle,
je traverse et je passe

Faims et grenaille
justice et barricades

Regarde moi !
Voici mon nom !
Souviens toi
Je m’appelle seule
et vers toi
Ici, par ce miroir
Tu te rappelles en moi

« Quel est ton nom ? »

Je suis celle
Que rien n’effacera
Que rien ne taira
Que rien n’étouffera
Que rien ne supprimera
Que tout écrira
Que tout chantera
Et depuis toutes leurs offenses,
Je suis en un mot ton unique pluriel.

« Quel est ton nom ? »

Depuis le sang de cette muraille
Je suis.
Guerrière et éternelle
Femelle et sentinelle
En mille âmes, souveraine.

« Ton nom ? »

Je m’appelle du nom de la fraternité
et, contre le lierre de leurs pierres
Je suis femme à jamais éprise de libertés.

                                                                                                        

 Poème écrit en mai 2014

 

 

Pour citer ces poèmes

Astrid Shriqui Garain, « Calliope », « Conversation en l'absence », « Enriqueta », «  Je dis », « Les roches noires », « Ton nom », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°6 [En ligne], mis en ligne le 11 novembre 2015.

Url : http://www.pandesmuses.fr/2015/11/calliope-conversation-absence.html/Url : 

 

 

Page précédente Retour au sommaire Page suivante

 

Partager cet article

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Rechercher

À La Une

  • N°6 | Printemps 2017 | Penser la maladie et la vieillesse en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°6 | PRINTEMPS 2017 Penser la maladie & la vieillesse en poésie Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo : Claude...
  • N°6 | Sommaire
    N°6 | Sommaire Mise en ligne progressive avant la parution du numéro en version imprimée Le Pan poétique des muses publie aussi un Supplément au sixième numéro afin de répondre à vos nombreuses demandes de publication Merci bien de votre intérêt pour...
  • Pour une main tendue
    Dossier majeur | Textes poétiques Pour une main tendue Jean-Claude Paillet Pour une main tendue Un sourire, une voix Au bord de la vie Pour un autre regard, une attention D’une brindille d’espoir Allumez un feu de joie Pour l’enfant qui joue Insouciant...
  • Catherine Gil Alcala, La Somnambule dans une Traînée de Soufre, éd. La Maison Brûlée, 2017, 108 p., 13€
    Critique & réception Catherine Gil Alcala La Somnambule dans une Traînée de Soufre éd. La Maison Brûlée, 2017, 108 p., 13€ Dina Sahyouni © Crédit photo : image de la 1ère de couverture illustrée par Catherine Gil Alcala Joliment présenté, le recueil intitulé...
  • Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha
    Compte-rendu Bémol artistique & poétique Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha Texte & illustrations Mustapha Saha © Crédit photo : « Adonis, Mustapha Saha et Élisabeth Bouillot-Saha...
  • Contribuer à l'Encyclopédie évolutive de la poésie mineure
    Appel à contribution Contribuer à l'Encyclopédie évolutive de la poésie mineure « La poésie est le langage naturel à tous les cultes » (Germaine de Staël (Mme la Baronne de Staël-Holstein, 1766-1817)* La poésie est partout et nulle part, elle brode nos...
  • La poésie malgré la pluie !
    Compte rendu du récital d'Apollonia Événement poétique avec un membre de la revue LPpdm La poésie malgré la pluie ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Récital d'Apollonia , image fournie par Françoise Urban-Menninger...
  • Adonis en fraternité poétique
    N°6 | Muses au masculin (/genre en poésie) Article Adonis en fraternité poétique Cette rubrique est dédiée aux hommes & au masculin qui inspirent les hommes poètes & artistes Mustapha Saha Sociologue, poète, artiste peintre © Crédit photo : "Adonis et...
  • Polychromies lyriques avec Adonis, Haider et Mustapha Saha
    Bémol artistique & poétique Polychromies lyriques avec Adonis, Haider et Mustapha Saha Texte & illustration de Mustapha Saha © Crédit photo : Portrait d’Adonis par Mustapha Saha Peinture sur toile. Dimensions : 100 x 81 cm Adonis est sans doute aujourd’hui...
  • À la dérive & Elles s'en vont les joyeuses pensées
    Dossier majeur | Textes poétiques Poèmes d'une aïeule À la dérive & Elles s'en vont les joyeuses pensées Amélie Gex À la dérive [P. 182/P. 186 PDF, « En fermant le livre »] J'ai vu s'enfuir ma riante jeunesse Comme un parfum s'envole d'une fleur !......