22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 12:14

 

Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier majeur | Florilège

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah ! 

 

 

 

 

 

 

 

Joan Ott

 

http://compagnie-ladoree.com​​

 

 

 

© Crédit photo : "Logo de la Compagnie La dorée".

 

 

 

 

 

    Debout devant la penderie, en petite culotte de dentelle blanche et soutien-gorge assortis, elle frissonnait. Décide-toi, ma vieille ! Si tu restes plantée là à tergiverser, dans dix minutes c’est le rhume assuré.

 

    Elle continuait à hésiter, pourtant. La rouge ? La bleue ? La bleue faisait petite fille rangée, la rouge aguichait discrètement, si tant est que l’on puisse aguicher de cette façon : sans ostentation, un rien excitante malgré tout. Ou plutôt : suggestive. Oui, voilà, suggestive était le mot juste. Ah cette manie des mots ! Quand elle en cherchait un qui lui résistait, elle ne lâchait jamais l’affaire avant de l’avoir trouvé. Déformation professionnelle, sans doute. À dire la vérité, elle ne datait pas d’hier, cette marotte, pour ne pas dire cette obsession. À l’école primaire, déjà… Et le métier n’avait rien arrangé, bien au contraire. Elle aurait pu user des formules d’usage apprises par cœur, qui depuis des décennies pour ne pas dire depuis toujours, remplissaient parfaitement leur rôle. C’est ce à quoi elle s’était essayée au tout début. Mais cela ne la satisfaisait nullement, elle se faisait l’effet d’une machine à rabâcher. Alors, plutôt que de continuer à se plier à l’ancestrale règle, elle s’était mise à improviser. Tout de suite, elle s’était sentie plus à l’aise. Et les clients, eux aussi, semblaient apprécier, qui avant de la quitter serraient longuement sa main en la remerciant. Toujours chaude et sèche, sa main. Un atout, dans son métier. Les mots et la main, au fond, ça ne faisait qu’un. Avec la voix, bien évidemment. Chaude et profonde, la voix… Oui, mots justes, voix chaude, main ferme et sèche : ces atouts-là, elle savait bien qu’elle les possédait.

    Il était presque neuf heures, il fallait se décider. La bleue… non, vraiment trop sage. La rouge… est-ce qu’elle oserait ? Et pourquoi pas la violette ? Non ! Pas de compromis ! Les compromis, elle n’en avait jamais consenti, elle n’allait pas commencer aujourd’hui, claquant des dents dans ses sous-vêtements neufs, plantée là comme une bûche devant sa penderie. La bienséance, évidemment, aurait commandé qu’elle se décide comme chaque jour pour du noir, du gris, à la rigueur du parme…  Marre de ces couleurs qui n’en sont pas ! s’exclama-t-elle. Après tout, c’était elle la patronne, non ? Alors aujourd’hui, ce serait la rouge. Et puis, pour ce qu’elle avait en tête, elle avait intérêt à foncer. Et tant pis si elle se fracassait une fois de plus contre un mur. Elle n’était pas bélier pour rien. Si seulement son ascendant balance voulait bien cesser de prendre le dessus ! Depuis quelque temps, elle ne se reconnaissait plus. Elle, toujours si sûre de ce qu’elle voulait et de ce qu’elle ne voulait pas, de ce qu’elle aimait et de ce qu’elle détestait, voilà qu’elle balançait : oui, non, peut-être… Elle ne se reconnaissait plus.

    Et maintenant, la coiffure. Pas une mince affaire, ça non plus. Chignon ? Pas chignon ? D’accord, le rouge n’était pas un rouge tapageur, un rouge pompier, mais il n’en restait pas moins rouge. Comment dire… suggestif ? Non ! Impossible ! Cet adjectif-là avait déjà servi, et pas plus tard que tout à l’heure. Alors, quoi ? Évocateur ? Non. Allusif, peut-être … Elle essaya le mot, l’adopta. Oui, à défaut de suggestif, allusif allait bien. Allusif… oui, c’était tout à fait ça, très exactement ce qu’elle recherchait : dire sans dire, laisser entendre, ne rien faire, ne pas bouger, attendre. Comme une araignée au milieu de sa toile attend sa proie. L’image était on ne peut plus juste, c’est tout à fait ce qu’elle était dès qu’elle le savait là, tout près d’elle. Lui, à portée de main et de voix, elle, immobile, comme à l’affût derrière son bureau en noyer, bien confortablement carrée dans le fauteuil garni de cuir noir qu’elle venait de faire rafraîchir.

  Décidément, chignon. Le rouge de la robe, c’était bien assez. Inutile d’en rajouter. Aujourd’hui surtout. 

    Était-ce vraiment le bon moment ? Elle ferait peut-être mieux d’attendre quelques semaines, voire même quelques mois… Mais non ! Elle attendait depuis si longtemps : cinq ans ! Cinq ans qu’ils travaillaient ensemble chaque jour ! Elle la patronne, lui l’employé, encore tout jeune, en tout cas bien plus jeune qu’elle, mais douze ans, est-ce que ça compte encore de nos jours ? Une paille ! Qui s’en offusquerait ? Aujourd’hui ou jamais ! Ainsi en avait-elle décidé après une nuit sans sommeil à tourner et retourner la chose dans tous les sens. Mais oui : il serait triste, malheureux, désemparé, elle serait là dans sa robe rouge, chignon parfait, pas un cheveu qui dépasse, et les mots qu’il fallait, ceux qui sonneraient juste, doux mais sonores, beaux comme du Verlaine, empathiques tout en conservant une distance décente : mots réconfortants à défaut d’être totalement consolateurs. La consolation viendrait après, pour peu que… pour peu que lui aussi… Ah ! Si seulement, si seulement ! 

    C’est à ce moment précis que le téléphone sonna :

- Je suis Léopoldine, la sœur de Hugo. Il ne viendra pas aujourd’hui.

- Mais… les obsèques de son épouse…

- Ni aujourd’hui ni demain. Il n’a pas supporté. Il a préféré la rejoindre… Vous vous occupez de tout, n’est-ce pas ? 

​​​​​​ À partir de cet instant, elle se mit à agir en automate. Elle mit sa robe rouge, se maquilla, fit son chignon, vérifia dans la glace à trois pans de sa coiffeuse que pas un seul cheveu ne dépassait, enfila ses bas, chaussa ses escarpins noirs, attrapa au porte-manteau son imper noir, prit son sac assorti au manteau et aux chaussures, pas de faute de goût, jamais ! Elle referma la porte de la maison, donna deux tours de clé, descendit les marches, ouvrit la porte du garage, monta dans son auto, la sortit du garage, en descendit pour refermer la porte, remonta dans l’auto, conduisit prudemment comme elle le faisait toujours, respectant feux, stop, priorités et limitations de vitesse. Les deux enterrements en même temps… Quelle robe porterait-elle ? La rouge ? La bleue ? la violette ? Dès que la médecine légale donnerait le feu vert. Pas de noir ni de gris, ça c’était certain. Et le plus vite possible marmonna-t-elle entre ses dents tout en frappant de ses poings le volant, oui le plus vite possible, autant ne pas traîner. Chignon ? Pas chignon ? Quelle importance, désormais… mais les mots continuaient malgré tout à tourner dans sa tête, ils tournaient, tournaient… Ils pédalent dans la choucroute, les mots, se dit-elle. Et elle les vit très distinctement qui pédalaient, les pauvres, sur de minuscules bicyclettes - chignon, pas chignon - s’éreintant dans le chou tout mou, - rouge, bleue, violette - des gouttelettes de sueur s’échappant de leurs lettres. Et l’image la fit rire, mais rire ! Rire à en pleurer.

    Elle se gara juste devant la boutique. Chic ! se dit-elle, pour une fois, une place pile poil devant.

    Elle sortit de son sac un mouchoir en papier parfumé à l’eucalyptus, tout ce qu’elle détestait - elle s’était trompée en les achetant, un moment de distraction… Elle essuya ses yeux, se moucha bruyamment, une fois, deux fois, remit le mouchoir tout trempé dans son sac en se disant : Ne pas oublier de le jeter à la poubelle.

    Elle ouvrit la portière, descendit de l’auto, referma la portière, clac ! Appuya sur le bip, clic ! Portières et hayon verrouillés. 

    Elle regarda sa montre : en retard, évidemment. En retard d’un bon quart d’heure. Heureusement, devant la porte de la boutique, personne n’attendait. Tant mieux, songea-t-elle. 

    Elle leva la tête, regarda l’enseigne. 

    Pompes funèbres AH ! Cette enseigne, lettres blanches sur fond noir, pendant cinq ans elle en avait rêvé. AH ! leurs initiales suivies d’un point d’exclamation comme un soupir, oui, oui, cent fois, mille fois, elle en avait rêvé. Eux deux ensemble au travail, ensemble dans la vie, ensemble pour toujours et jusqu’à ce que mort s’en suive, oui, oui, oui, elle en avait rêvé !

    Ça resterait Pompes funèbres Adèle, en lettres noires sur fond blanc. Adèle toute seule, sans rien ni personne ni devant ni derrière ni à côté. Pour toujours ? Comment savoir…

    Pour l’heure, préparer les obsèques de Hugo comme Léopoldine le lui avait demandé. Ne pas se laisser abattre. Jamais ! 

    Et aujourd’hui même, se mettre en quête d’un nouvel employé.

Henri, Hervé, Hector, Hyppolite, Hadrien, Hubert, Hildebert, Humberto, Harold, Honorat, Herbert, Hanz, Heinz, Heinrich, Hermann… pourvu que ce soit un H.

Et tout recommencer.

 

© J. OTT

 

***

 

Pour citer ce récit poétique inédit

 

Joan Ott« Ah ! », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Numéro Spécial | Printemps 2022 « L'humour au féminin » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 22 octobre 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ns2022/jo-ah

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés

Retour au Sommaire du Numéro Spécial 2022 ​​​​​​​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro Spécial 2022 Muses et féminins en poésie

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Table de Megalesia 2022
    Table de Megalesia 2022 Édition du 1er avril au 31 mai Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie (SIÉFÉGP) ©...
  • Zoom sur le parcours de Cécile Oumhani
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Entretiens artistiques, poétiques & féministes Zoom sur le parcours de Cécile Oumhani Propos recueillis par Hanen Marouani Entrevue réalisée en avril 2022 avec Cécile Oumhani Site Internet...
  • Jardins ouverts à Kunheim le 22 mai
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Annonces diverses Jardins ouverts à Kunheim le 22 mai Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Photographie d'une lecture de Françoise Urban-Menninger. Le...
  • fourreau d'eau et de lumière
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Réflexions féministes sur l'actualité | Poésie érotique fourreau d'eau & de lumière Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Burkini, image Commons, domaine...
  • Les tambours de la guerre
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | II. Le merveilleux féerique féministe | Florilège | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Les tambours de la guerre Pierre Zehnacker Poète, nouvelliste & artiste peintre Crédit...
  • La femme
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | I. Le merveilleux féerique au féminin | Florilège La femme Pierre Zehnacker Poète, nouvelliste & artiste peintre Crédit photo : Portrait d'une jeune bacchante, peinture, image libre de droits. Et...
  • Poèmes pour l'Inauguration de la Cité Gastronomique de Dijon
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Cuisiner en poétisant | Revue culturelle d'Europe Poèmes pour l'Inauguration de la Cité Gastronomique de Dijon Stephen Blanchard Poète, c hevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres, directeur...
  • Interview avec l'artiste-peintre franco-haïtienne Élodie Barthélémy
    REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Entretiens & Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Entretiens artistiques, poétiques & féministes Interview avec l'artiste-peintre franco-haïtienne Élodie Barthélémy Propos recueillis par Maggy de...
  • Rencontre avec Asuka Kazama : une artiste peintre, plasticienne et photographe japonaise
    REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Entretiens & Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Entretiens artistiques, poétiques & féministes Rencontre avec Asuka Kazama : une artiste peintre, plasticienne & photographe japonaise Propos recueillis...
  • Émigrée,  Femme, Vieille Poète et Yggdrasil
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | II. Le merveilleux féerique féministe | Florilège Émigrée, Femme, Vieille Poète &Yggdrasil Cléo A. Wiertz Poète & plasticienne Site officiel : www.cleo-wiertz-textures.com © Crédit photo :...