8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 16:32

 

Megalesia 2020 | Littérature & poésie de jeunesse 

 

Épître à ma fille

au moment de sa

naissance (1770)

​​​ 

 

 

Suzanne Verdier-Allut

 

Poème choisi, transcrit et remanié par Astartê

 

 ​​​​​​​​​​Crédit photo :  Image de livres anciens dans une bibliothèque, domaine public, Wikimedia.

​​​​​​​​​​

 

 

Ce poème est reproduit du recueil Un pan de poèmes pour Toutes à l'école (coll. Flora, PAN DES MUSES-Éditions de la SIÉFÉGP, Grenoble, 2015) avec l'aimable autorisation de la maison d'édition et de l'écrivaine Astartê (nom de plume de Dina Sahyouni).


 

 

Oui, le destin a couronné mes vœux ;

Oui, je l'obtiens ce tendre nom de mère,

Ce nom sacré, ce nom que je préfère

À tout l'éclat des titres fastueux.

Ô cher objet, dont la naissance aurore

N'offre à mes yeux qu'une faible lueur,

Ma voix t'appelle, et tu ne peux encore

Ouïr mes sons, ni répondre à mon cœur.

Enveloppé d'un ténébreux nuage,

Le tien se tait ; le tien ne connaît pas

Du sentiment la force et le langage ;

Mais je te vois, je te presse en mes bras,

De mes baisers je couvre ton visage.

Eh ! Quel sujet plus digne de mes vers

Que ces transports dont j'éprouve l'ivresse ?

Tout s'embellit au feu de ma tendresse ; 

Je ne vois rien dans ce vaste univers 

Qui ne me flatte ou qui ne m'intéresse.

J'aime ces bois, j'aime ces prés riants :

Ils t'offriront leur ombre et leur verdure ;

J'aime à compter les trésors du printemps :

Ils serviront un jour à ta parure ;

Cet air, ce ciel a plus d'attraits pour moi,

Et ce soleil qui luit sur la nature,

Dieux ! Qu'il me plaît ! Il brille aussi pour toi.

Ah ! Si l'instant qui commence ta course

De tant de biens m'ouvre déjà la source,

Que l'avenir me promet d'heureux ans !

Que mon destin sera digne d'envie,

Quand, de tes bras faibles et caressants

Flattant le sein où tu reçus la vie,

Tu souriras à mes embrassements !

Quand tu feras par tes jeux innocents

L'amusement de ta mère attendrie !

À ces plaisirs un plus parfait bonheur

Succédera : le temps les fera naître

Ces jours si beaux, mais si lents à paraître,

Où la raison éclairera ton cœur, Où, moins frivole et digne de son être, Ton âme enfin connaîtra sa grandeur.

Jours précieux, empressez-vous d'éclore...

Mais, qu'ai-je dit ? Où tendent mes souhaits ?

Ma fille, hélas ! Par ces vœux indiscrets,

C'est ton malheur peut-être que j'implore !

Dans ce berceau que n'habita jamais

Le noir soupçon, la sombre défiance,

Tu dors sans crainte ; une heureuse ignorance

Te fait jouir des charmes de la paix.

Tu dors ; le ciel protège ton asile ;

Là, ton repos aussi doux que facile

Des soins amers fut toujours respecté,

Et quand tes yeux s'ouvrent à la clarté,

Comme ton cœur ton regard est tranquille.

Tu ne vois pas le funeste concours

Des maux cruels qui déjà t'environnent ;

Tu ne sais point quels dangers empoisonnent,

À chaque pas, nos déplorables jours ;

Des passions la triste connaissance

N'a point encor troublé ton innocence :

Tu ne verras que trop tôt leurs effets ;

Trop tôt, hélas ! En butte à leur puissance,

Tu donneras d'inutiles regrets

Au calme heureux dont jouit ton enfance.

Et si jamais d'un charme impérieux

Le faux prestige égarait ta faiblesse !

Si, quelque jour, tu condamnais mes yeux

À d'autres pleurs que ceux de la tendresse !...

Ô dons des cieux ! Ô vertus ! Ô talents !

Loin de ma fille écartez ces tyrans !

Protégez-la ; préservez sa jeunesse

Et des écueils et des pièges trompeurs !

Puisse cette âme innocente et timide,

Libre par vous des communes erreurs,

Croître à l'abri de votre heureuse égide !

Et toi, l'objet de mes soins les plus chers,

Tandis qu'au ciel dont tu vois la lumière

En ta faveur mes vœux seront offerts,

Commence en paix ta naissante carrière ;

Et que le temps, dont la rapide faux

Moissonnera ces tranquilles journées,

En t'apportant de nouvelles années

N'offre à ton cœur que des plaisirs nouveaux.

Je l'avouerai : ce vieillard implacable

À trop souvent excité ma frayeur ;

J'ai redouté son aile infatigable

Qui, chaque jour, enlève quelque fleur

À mon printemps : mais si son inconstance

Fane mes jours pour embellir les tiens,

Si son pouvoir, aidant ma vigilance,

En t'éclairant sur les maux et les biens

Forme aux vertus ta fragile existence,

Si, pour tout prix de ce travail si doux,

Je puis enfin jouir de mon ouvrage,

De ses rigueurs loin de craindre l'outrage,

Il peut frapper : je bénirai ses coups.


 

Référence bibliographique :

VERDIER-ALLUT, Suzanne, Les Géorgiques du midi poème en quatre chants suivi de diverses pièces de poésie, avec une notice sur Mme VERDIER-ALLUT par Madame FORNIER de CLAUSONNE (sa fille), ouvrage édité par FORNIER de CLAUSONNE Gustave (président à la cour impériale de Nîmes et Petit-fils de l'auteur), Paris, Librairies-éditeurs Michel Lévy frères, 1862.

 

Référence bibliographique numérique :

─ VERDIER-ALLUT, Suzanne, Les Géorgiques du Midi : poème en poésie, avec une notice sur Mme VERDIER-ALLUT, édité par FORNIER de CLAUSONNE, Gustave (1797-1873), Paris, Michel Lévy frères, Librairie nouvelle, 1 vol., 252 p., 1862, in-18, url : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k 6472578d. Poème « Épître à ma fille au moment de sa naissance (1770) », p. 175-181 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472578d/f191.image, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472578d/f192.image, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472578d/f193.image, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472578d/f194.image, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472578d/f195.image, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472578d/f196.image, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472578d/f197.image.

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Suzanne Verdier-Allut, « Épître à ma fille au moment de sa naissance (1770) », poème reproduit du recueil Un pan de poèmes pour Toutes à l'école, transcrit et remanié par Astartê, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesMegalesia 2020mis en ligne le 8 mai 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/epitre-naissance

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la table de Megalesia

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Ivresses mortelles, ivresses salutaires
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Ivresses mortelles, ivresses salutaires Laure Delaunay Site officiel : https://lauredelaunay.com/ Crédit photo : "Bacchante" par Élisabeth Vigée Le Brun, Commons. Presque, pas tout...
  • Certaines l'aiment chaud
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Articles & témoignages & N° 10 | Célébrations | Poésie érotique Certaines l'aiment chaud Barbara Polla* Site où elle publie régulièrement : https://sarasvati.fr/ ou https //womentoday.fr/ Blog officiel :...
  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. IMPORTANT : Suite à un problème technique grave et indépendant...
  • Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide)
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide) Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire...
  • Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur
    Lettre n°16 | Bémols artistiques (réception cinématographique) | Revue culturelle d'Europe Huitième épisode du reportage-feuilleton d'Occupation du Théâtre de l'Odéon Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur Mustapha Saha Sociologue,...
  • Chante l’amour
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Varia de Poétextes Chante l’amour Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire des Poètes...
  • Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!!
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réflexions féministes sur l'actualité Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Capture d'écran...
  • Firmaman, textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret...
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Critique & réception Firmaman textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret. Ouvrage paru aux éditions Sans Escale avec une couverture signée par Jacques Cauda Françoise Urban-Menninger Blog officiel...
  • Agnieszka Holland, "Le Procès de l’herboriste", avec Ivan Trojan, Josef Trojan et Juraj Loj ​​​​
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Chroniques de Camillæ/Poésie & Cinéma ou Chroniques cinématographiques Agnieszka Holland, Le Procès de l’herboriste, avec Ivan Trojan, Josef Trojan & Juraj Loj Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/...